| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 22 novembre 2007

Suisse - Une première procédure pénale contre l’excision

par Swissinfo






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Quand un spécialiste justifie la pédophilie
Inceste - Un traitement médiatique troublant et typique
Guy Turcotte doit demeurer en détention, selon le psychiatre traitant
Procès de Guy Turcotte - Oser nommer la violence masculine
Procès Turcotte - Le jury a fait erreur
Rhode Island - Quand le Tribunal de la famille profite aux avocats et aux psychologues
Statistique Canada sous influence masculiniste ?
Justice pour Aynur B. et toutes les femmes qui veulent se soustraire à leurs agresseurs
Un silence de mortes - La violence masculine occultée
Et si les enfants rois étaient plutôt des enfants proies
Quand deux droits fondamentaux s’affrontent - La polygamie au cœur de la réflexion
L’Eglise catholique condamne l’avortement d’une gamine de 11 ans violée par son beau-père
Les victimes de la violence familiale sont souvent les enfants
Violents patentés : leur place est en prison
Briser le silence : les récits des enfants
Violences intra-familiales sur enfants : le rapporteur de l’ONU en France
Enquête sociale générale de 1999 sur la violence conjugale : des conclusions étonnantes et biaisées
Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
Contrainte à la clandestinité pour protéger sa fille
La violence et les lois sur la famille
Quand l’État livre mères et enfants aux agresseurs
Protéger son enfant contre un père agresseur est souvent un long et vain combat pour la mère
La réforme de la Loi sur le divorce : la sécurité d’abord







Pour la première fois, un tribunal va se pencher sur l’excision d’une fillette pratiquée en sol helvétique. Dans le canton de Zurich, des parents vont être accusés de lésion corporelle grave.

Le Ministère public zurichois est sur le point de clore son enquête et le procureur a annoncé qu’il inculpera prochainement le père et la mère originaires de Somalie.

Les parents âgés d’une quarantaine d’années ont reconnu avoir fait exciser leur fille à l’âge de 2 ans. C’était en 1996 et ils habitaient alors dans l’Oberland zurichois.

L’autorité de tutelle a été alertée en septembre dernier par un médecin et a porté plainte. Le rapport médical atteste que la fillette, âgée aujourd’hui de 13 ans, a des marques de blessures dues à une excision.

Les parents ont été placés en détention durant l’enquête puis relâchés. Les enquêteurs ont tenté de déterminer s’ils avaient reçu l’aide de complice.

Le procureur suppose qu’une personne est venue de Somalie pour procéder à l’opération. Il n’a toutefois pas été possible de l’identifier si longtemps après les faits.

Selon Alexandra Rosetti de l’UNICEF, il s’agit de la première procédure pénale ouverte contre une mutilation sexuelle pratiquée en Suisse. Les coupables risquent jusqu’à dix ans de prison.

« Il est nécessaire de donner un signal fort. D’affirmer que cela viole les droits de l’enfant et que c’est interdit », dit-elle à swissinfo.

En décembre dernier, la commission juridique de la chambre du peuple a décidé de déposer une initiative parlementaire en faveur de l’interdiction de toute mutilation génitale des femmes.

Le texte demande notamment des poursuites pénales contre toute personne qui pratique ou incite à la mutilation en Suisse, mais aussi contre celles qui favorisent des excisions pratiquées à l’étranger.

Un cas à Genève

Une plainte avait déjà été déposée par une mère en 2004 à Genève. Mais dans ce cas, l’excision des deux fillettes concernées avait eu lieu en Malaisie. Le père les avait enlevées, puis élevées dans ce pays durant plus de dix ans.

Le procureur général du canton de Genève décidera d’ici à la fin de l’année ce qu’il fera de la plainte. Daniel Zappelli a souligné que les affaires zurichoise et genevoise étaient très différentes. L’une s’est produite en Malaisie, où il existe d’autres lois, l’autre en Suisse.

L’Institut international des droits de l’enfant (IDE) basé à Bramois en Valais salue le travail du Ministère public zurichois. La procédure engagée fait avancer la cause de ceux qui se battent contre les mutilations génitales féminines (MGF).

« Le cas zurichois confirme que des excisions sont bien pratiquées en Suisse, ce que nous n’avons jamais réussi à prouver jusqu’ici », estime Paola Riva Gapany, juriste et directrice adjointe de l’IDE.

Il ne sera dorénavant plus possible d’ignorer les MGF en prétendant qu’elles sont pratiquées seulement dans le pays d’origine des migrants.

Appel aux médecins

Pour l’IDE, le fait que ce soit un médecin qui ait alerté l’autorité de tutelle est très important. Les médecins ont un rôle essentiel dans la prévention des MGF.

Actuellement, beaucoup d’entre eux craignent de trahir le lien de confiance établi en alertant les autorités. « Mais c’est l’intérêt supérieur de l’enfant qui doit primer », rappelle Paola Riva Gapany.

Source : Swissinfo et les agences, le 16 novembre 2007.

Lire aussi : Pour une norme pénale contre l’excision des filles, le 8 mars 2007, Swissinfo.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 novembre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Swissinfo



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin