| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 15 novembre 2011

Guy Turcotte doit demeurer en détention, selon le psychiatre traitant

par La Presse canadienne






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Quand un spécialiste justifie la pédophilie
Inceste - Un traitement médiatique troublant et typique
Procès de Guy Turcotte - Oser nommer la violence masculine
Procès Turcotte - Le jury a fait erreur
Rhode Island - Quand le Tribunal de la famille profite aux avocats et aux psychologues
Statistique Canada sous influence masculiniste ?
Suisse - Une première procédure pénale contre l’excision
Justice pour Aynur B. et toutes les femmes qui veulent se soustraire à leurs agresseurs
Un silence de mortes - La violence masculine occultée
Et si les enfants rois étaient plutôt des enfants proies
Quand deux droits fondamentaux s’affrontent - La polygamie au cœur de la réflexion
L’Eglise catholique condamne l’avortement d’une gamine de 11 ans violée par son beau-père
Les victimes de la violence familiale sont souvent les enfants
Violents patentés : leur place est en prison
Briser le silence : les récits des enfants
Violences intra-familiales sur enfants : le rapporteur de l’ONU en France
Enquête sociale générale de 1999 sur la violence conjugale : des conclusions étonnantes et biaisées
Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
Contrainte à la clandestinité pour protéger sa fille
La violence et les lois sur la famille
Quand l’État livre mères et enfants aux agresseurs
Protéger son enfant contre un père agresseur est souvent un long et vain combat pour la mère
La réforme de la Loi sur le divorce : la sécurité d’abord







Le psychiatre qui a examiné Guy Turcotte estime que celui-ci doit demeurer en détention à l’Institut Philippe-Pinel pour au moins une année.

« Je ne peux pas me porter garant des sorties seules de M. Turcotte », a dit le docteur Pierre Rochette, lors de sa comparution hier matin devant les membres de la Commission d’examen des troubles mentaux, à Montréal.

Selon lui, les spécialistes ont toujours du mal à comprendre les gestes commis par l’ex-cardiologue Turcotte, qui a avoué avoir tué ses deux jeunes enfants en février 2009. Le docteur Rochette estime qu’il y a toujours un « chaînon manquant » entre sa personnalité et les gestes posés.

En après-midi, les témoignages de l’ex-femme de Guy Turcotte, Isabelle Gaston, ainsi que de la mère et du frère de celle-ci ont eu pour effet de transformer l’audience en pièce de théâtre dramatique. Mme Gaston a livré un témoignage bouleversant que les commissaires ont interrompu à plusieurs reprises, l’estimant irrecevable.

Les commissaires n’ont pas laissé Isabelle Gaston présenter une vidéo, parce que celle-ci contenait des images des enfants. Ils ne voulaient n’entendre qu’elle.

Elle a fait une longue déclaration dans laquelle elle a dit : « Messieurs les commissaires, vous avez l’obligation de vous assurer que Monsieur [en parlant du Guy Turcotte] ne représente pas une menace pour la société. Je fais partie de la société. Je crois qu’il représente une menace pour ma sécurité. »

Elle a également indiqué que « la bombe » qu’il représentait n’était pas complètement désamorcée. Elle a cependant été interrompue quand elle a commencé à parler de Guy Turcotte comme étant un manipulateur qui ne cherchait qu’à se venger. À ce moment, les commissaires lui ont dit qu’elle ne pouvait faire le procès de Guy Turcotte et qu’ils n’étaient là que pour évaluer sa dangerosité. Son frère Patrick et sa mère Rachelle ont également pris la parole. Ils ont aussi été interrompus par les commissaires.

Un geste inexplicable

Le docteur Rochette a souligné que Guy Turcotte, sur les conseils de ses avocats, a toujours refusé de subir une psychothérapie « réelle » et qu’il aurait de la difficulté à trouver de l’aide à l’extérieur.

Le médecin a aussi indiqué que Guy Turcotte avait posé un geste suicidaire, qu’il n’a pas précisé, lorsqu’il était emprisonné au centre de détention de Rivière-des-Prairies.

De plus, il a noté que les parents de l’ancien cardiologue, avec lesquels il devrait vivre après sa libération, ont refusé de rencontrer les psychiatres, ce qui complique l’évaluation de l’environnement dans lequel il évoluerait. Le docteur Rochette a finalement dévoilé que Guy Turcotte souhaitait, à sa sortie, reprendre ses activités de cardiologue, s’exiler dans une autre province, se refaire une vie affective et possiblement ravoir des enfants, ce qui pourrait représenter un autre risque de récidive.

Le psychologue Guy Desjardins, qui a aussi participé à l’évaluation de Turcotte, a pour sa part affirmé que comme il n’y a pas eu de psychothérapie, « rien n’explique le double passage à l’acte » de Guy Turcotte, en faisant référence au double meurtre. « Un nouveau passage à l’acte demeure possible parce qu’on a la même vulnérabilité qu’avant. La fragilité n’a non seulement pas été traitée, elle n’a pas été identifiée », a ajouté le psychologue. À son avis, si Guy Turcotte était remis en liberté, il passerait tout son temps à faire de l’évitement et de la fuite en avant.

L’avocat de l’ex-cardiologue, Pierre Poupart, a quant à lui indiqué qu’il avait l’intention de faire entendre devant la Commission le psychiatre Louis Morissette, le psychologue Michel Parisien, Turcotte lui-même et peut-être des membres de sa famille. Les audiences doivent reprendre au début du mois de décembre.

Le 5 juillet dernier, Guy Turcotte a été reconnu criminellement non responsable des meurtres de ses enfants. Trois options s’offrent à la Commission : le libérer sans condition, le libérer avec conditions, ou le maintenir en institution avec révision ponctuelle du dossier.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 novembre 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

La Presse canadienne



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin