| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 2 septembre 2006


En Bolivie
L’Eglise catholique condamne l’avortement d’une gamine de 11 ans violée par son beau-père

par Sibylla Brodzinsky






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Quand un spécialiste justifie la pédophilie
Inceste - Un traitement médiatique troublant et typique
Guy Turcotte doit demeurer en détention, selon le psychiatre traitant
Procès de Guy Turcotte - Oser nommer la violence masculine
Procès Turcotte - Le jury a fait erreur
Rhode Island - Quand le Tribunal de la famille profite aux avocats et aux psychologues
Statistique Canada sous influence masculiniste ?
Suisse - Une première procédure pénale contre l’excision
Justice pour Aynur B. et toutes les femmes qui veulent se soustraire à leurs agresseurs
Un silence de mortes - La violence masculine occultée
Et si les enfants rois étaient plutôt des enfants proies
Quand deux droits fondamentaux s’affrontent - La polygamie au cœur de la réflexion
Les victimes de la violence familiale sont souvent les enfants
Violents patentés : leur place est en prison
Briser le silence : les récits des enfants
Violences intra-familiales sur enfants : le rapporteur de l’ONU en France
Enquête sociale générale de 1999 sur la violence conjugale : des conclusions étonnantes et biaisées
Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
Contrainte à la clandestinité pour protéger sa fille
La violence et les lois sur la famille
Quand l’État livre mères et enfants aux agresseurs
Protéger son enfant contre un père agresseur est souvent un long et vain combat pour la mère
La réforme de la Loi sur le divorce : la sécurité d’abord







Un responsable du Vatican a déclaré que l’Eglise catholique excommuniera une équipe médicale, qui a effectué le premier avortement légal en Colombie, sur une gamine de 11 ans, enceinte de huit semaines après avoir été violée par son beau-père.

Le cardinal Alfonso Lopez Trujillo, président du Conseil pontifical du Vatican pour la famille, a dit aussi aux médecins et aux infirmières que la mesure pouvait s’appliquer aux « proches, politiciens, et législateurs », qu’il a appelés « les protagonistes de ce crime abominable ».

La fillette, dont l’identité n’a pas été révélée, est « tombée aux mains de personnages infâmes », a dit le cardinal lors d’une interview de la TV locale, mardi.

En mai, la Cour constitutionnelle de Colombie a partiellement levé l’interdiction de l’avortement dans ce pays profondément catholique, autorisant l’interruption de grossesse dans des cas de déformations graves du foetus, quand la grossesse est le résultat de viol ou d’inceste, ou quand la vie de la mère est en danger.

Le règlement a subi un premier test quand une fille a cherché à mettre fin à une grossesse consécutive à son viol par son beau-père. Ce dernier a admis les abus sexuels qui ont commencé quand l’enfant avait sept ans.

Lorsque le cas est devenu public, les médecins ont hésité à effectuer l’avortement, car la décision de la Cour n’avait pas encore publiée officiellement et qu’ils risquaient alors des poursuites. Mais la Haute Cour a publié une nouvelle réglementation, obligeant les médecins à respecter sa décision si la situation de la femme répondait à ses critères.

Une fois le règlement en vigueur, l’interruption de grossesse a été effectuée à l’hôpital public de Bogota.

Carlos Lemus, le directeur de l’hôpital Simon-Bolivar où l’avortement a été pratiqué a dit qu’il respectait la décision de l’Eglise mais qu’il ne partageait pas sa manière de voir :

« Nous avons agi à l’intérieur du cadre constitutionnel. Nous étions confrontés à la demande d’une petite fille qui voulait retourner à ses jouets. » Il a ajouté : « Le Cardinal Trujillo a qualifié les médecins et les infirmières de personnages infâmes. Je crois que le personnage infâme est le violeur. »

Une sénatrice, Gina Parody, a déclaré : « Le Vatican a le droit d’excommunier qui il veut. Mais j’aurais espéré qu’il excommunie aussi des prêtres qui violent des garçons ou des filles. »

Le président du tribunal ecclésiastique de Colombie, Monseigneur Libardo RamÌrez, a dit qu’en vertu de la loi canonique, l’excommunication était appliquée à ceux et à celles qui participent au « meurtre d’un enfant dans le sein de sa mère ».

Mais il a ajouté que ce serait du ressort du cardinal Cardinal Rubiano Saenz, à titre de dirigeant de l’Eglise catholique romaine en Colombie, de décider d’appliquer ou non formellement les sanctions, et à qui.

Les autorités publiques de la santé estiment que chaque année, plus de 300 000 avortements clandestins se pratiquent dans le pays.

L’avortement illégal est puni de trois ans de prison, tant pour la femme avortée que pour les médecins qui effectuent l’avortement.

Source : Sibylla Brodzinsky, correspondante du Guardian, à Bogota : « Church condemns abortion performed on raped girl, 11 », 30 août 2006.

Traduction française : Édith Rubinstein, Liste de Femmes en noir, Vol. 25, no 4, 2 septembre 2006.

Pour vous inscrire à la liste, cliquez ici.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 septembre 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sibylla Brodzinsky



Plan-Liens Forum

  • Fanatisme et cruauté
    (1/3) 4 septembre 2006 , par

  • > Incroyable mais vrai
    (2/3) 3 septembre 2006 , par

  • > L’Eglise catholique condamne l’avortement d’une gamine de 11 ans violée par son beau-père
    (3/3) 2 septembre 2006 , par





  • Fanatisme et cruauté
    4 septembre 2006 , par   [retour au début des forums]
    LÉglise catholique condamne l’avortement d’une gamine de 11ans violée par son beau-père

    Le directeur de l’hôpital Simon-Bolivar est bien bon de respecter la décision de l’Église, mais heureusement qu’il a eu la sagesse de ne pas la partager. Pour ma part, je n’ai absolument aucun respect pour ce type d’acharnement religieux qui exclue toute sagesse ou empathie.
    Quant à Monseigneur Libardo Ramirez qui parle de "meurtre d’enfant au sein de sa mère", ce saint homme ne semble guère se préoccuper du meurtre d’enfant hors du sein de sa mère. Car c’est bien ce que le viol d’une enfant de 11 ans est.
    La position de l’Église catholique universelle, dans cette triste et navrante situation, n’est autre que fanatisme et cruauté.

    > Incroyable mais vrai
    3 septembre 2006 , par   [retour au début des forums]
    Introduction du livre Vous, mes parents, mes juges

    Je n’ai pas de mots pour dire ce que je pense de ces cathos, par propre expérience je sais bien qu’ils font énormément de mal autour d’eux mais à ce point je ne pensais pas.

    Comment peuvent ils clamer des propos de ce genre sans avoir honte, ont ils un vécu de viol, de pédophilie, d’inceste ? Seul les victimes savent ce que ressent un enfant abusé alors taisez vous et condamnées les agresseurs au lieu des victimes.

    L’église catholique pour ma part devient de plus en plus une secte comme les autres. Le pape, le gourou dans son château (le Vatican) et ces pauvres gens qui obéissent aux ordres de ce gourou, il faut arrêter tout ça

    Si j’ai bien compris la Bible, ni Jésus, ni Dieu ont demander aux enfants de subir les actes cruels des adultes au contraire il faut aimer son prochain et pas le détruire, reprenez un peu ce livre monsieur le pape cela ne peut que vous faire du bien. Descendez de votre trône et venez voir un peu comment cela se passe dans la vraie vie.

    Cordialement

    Elisabeth B.
    www.vousmesparentsmesjuges.com

    > L’Eglise catholique condamne l’avortement d’une gamine de 11 ans violée par son beau-père
    2 septembre 2006 , par   [retour au début des forums]

    Il est scandaleux que l’Église catholique s’en prenne toujours à celles et à ceux qui veulent aider les victimes des violeurs et des abuseurs de tout acabit, et rarement à ces derniers.

    Pourquoi n’excommunie-t-elle pas les violeurs d’enfants, tel ce beau-père ?

    C’est une Église qui n’a parfois pas de coeur, en tout cas, au niveau de ses dirigeants.

    • > L’Eglise catholique condamne l’avortement d’une gamine de 11 ans violée par son beau-père
      26 novembre 2006 , par
        [retour au début des forums]

      Y a de quoi dégueuler.

      [Répondre à ce message]

      • > avorter = tuer un foetus, grossesse à 11ans= tuer un être humain.
        17 mai 2008 , par
          [retour au début des forums]

        Donc l’église conseille à une fillette de 11 ans de porter un enfant ? Au nom de quelle vie ? une petite fille de 11 ans peut survivre une grossesse et accoucher sans mourir ? Et si par miracle(puisque l’église reconnaît les miracles) elle survit ; de faire porter à cette jeune fille un enfant d’un homme(monstre) qui l’a violé depuis l’âge de 7 ans c’est du meurtre. Cette enfant sera morte physiquement et mentalement. Comment retrouver le sourire après une atrocité pareil ? C’est ça, l’humanité chrétienne ? Cette fille se fait violer(donc torturer) depuis 4 ans par son beau-père et l’église veut prolonger la torture, lui imposer une grossesse qui va probablement la tuer. Cette jeune victime, comment peut elle comprendre les valeurs morales imposées par l’église ? Cette église est très gravement malade. Le pauvre Jésus, il est mort en croix pour ça ? Jamais il aurait permis une telle horreur. C’est Jésus qui a sauvé une femme adultère de la lapidation. Je conseille aux gourous de cette grande secte de bien reviser la bible.

        M.F.(une ancienne catho, qui a pris la sage décision de quitter cette secte dangereuse)

        [Répondre à ce message]

        • > avorter = tuer un foetus, grossesse à 11ans= tuer un être humain.
          19 août 2008 , par
            [retour au début des forums]
          le vatican condamne l’avortement d’une fillette de 11 ans violée par son beau-père

          Je n’ai pas de mots pour condamner la stupidité, la cruauté et même la perversité de cet évêque et du Vatican Pourtant je suis catholique pratiquante et plutôt contre l’avortement sauf quand la naissance d’un enfant signifierait la mort physique ou morale de la mère. Ayant moi-même vécu un inceste, je me sens particulièrement concernée. Cette petite fille aurait eu besoin d’avoir auprès d’elle des religieux, des amis et des professionnels pour l’aider à se reconstruire et à sortir de la culpabilité inculquée aux victimes de viol et d’inceste. Au lieu de ça, il se trouve une Eglise prête à mettre en danger la santé mentale et physique, voire la vie d’une fillette qui a encore un avenir si on la soutient et si elle se bat. Si elle avait eu un enfant dans ces circonstances, elle serait morte moralement et peut-être physiquement. Après des viols incestueux elle est déja "morte" ou presque. De plus, cet enfant aurait pu naître anormal, il n’aurait jamais eu de famille et n’aurait pas pu assumer le terrible secret de sa naissance. Ce n’est pas là le message évangélique qui n’est qu’amour, tolérance et pardon. Le Christ a toujours protégé les faibles, il s’est opposé aux extrémistes religieux et il n’a pas juger ceux qui étaient perdus (la femme adultère). Il a même pardonné ceux qui l’ont torturé et crucifié. Rien à voir envers le Vatican fondamentaliste et malade que nous supportons aujourd’hui. Prions pour la victime, ceux qui l’ont aidée, son bourreau et le Vatican. Pour que Dieu les éclaire.

          [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin