| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 15 novembre 2003


France
Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants

par Mères en lutte






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Quand un spécialiste justifie la pédophilie
Inceste - Un traitement médiatique troublant et typique
Guy Turcotte doit demeurer en détention, selon le psychiatre traitant
Procès de Guy Turcotte - Oser nommer la violence masculine
Procès Turcotte - Le jury a fait erreur
Rhode Island - Quand le Tribunal de la famille profite aux avocats et aux psychologues
Statistique Canada sous influence masculiniste ?
Suisse - Une première procédure pénale contre l’excision
Justice pour Aynur B. et toutes les femmes qui veulent se soustraire à leurs agresseurs
Un silence de mortes - La violence masculine occultée
Et si les enfants rois étaient plutôt des enfants proies
Quand deux droits fondamentaux s’affrontent - La polygamie au cœur de la réflexion
L’Eglise catholique condamne l’avortement d’une gamine de 11 ans violée par son beau-père
Les victimes de la violence familiale sont souvent les enfants
Violents patentés : leur place est en prison
Briser le silence : les récits des enfants
Violences intra-familiales sur enfants : le rapporteur de l’ONU en France
Enquête sociale générale de 1999 sur la violence conjugale : des conclusions étonnantes et biaisées
Contrainte à la clandestinité pour protéger sa fille
La violence et les lois sur la famille
Quand l’État livre mères et enfants aux agresseurs
Protéger son enfant contre un père agresseur est souvent un long et vain combat pour la mère
La réforme de la Loi sur le divorce : la sécurité d’abord







Les mères ont mauvaise presse. Il n’y a pas si longtemps, on leur reprochait de ne pas protéger leurs enfants contre des pères incestueux ou abusifs et on les soupçonnait de complicité. Maintenant, si elles écoutent les plaintes de leurs enfants et agissent pour les protéger, on les accuse de mentir ou de manipuler dans un but de vengeance contre un conjoint ou un ex-conjoint. Quelle que soit l’attitude de la mère, on trouve toujours moyen de la discréditer en ayant recours à des théories psychanalytiques dont le fondement scientifique est plus que douteux. Il arrive même que la situation soit renversée et que des mères - et non les abuseurs - se retrouvent devant le tribunal pour avoir voulu protéger son enfant et que ce dernier soit confié au père agresseur. La parole de la mère et celle de l’enfant sont systématiquement mises en doute sous prétexte que certains parents utilisent l’accusation d’inceste comme une arme pour régler leurs problèmes de couple.

Voici un document préparé par l’Association Mères en lutte, dont on trouvera plus bas la raison d’être et les objectifs. Léo Thiers-Vidal en a assuré la coordination. L’Association Mères en lutte a toujours une existence légale mais elle n’est plus active.

Les faits rapportés dans ce document concernent la France et son appareil judiciaire, mais on retrouve des cas semblables partout au monde. Ils ont en commun un système patriarcal universel qui écrase trop souvent les enfants et les mères. Au nom du Père, des crimes restent impunis et des vies sont à jamais brisées.

Sisyphe présente ce document à des fins de sensibilisation et d’information. Ce document ne prétend pas exposer tous les drames de différentes natures qui peuvent survenir au sein des couples et des familles. Il ne présume nullement que ces cas se retrouvent dans la majorité des familles ni que tous les pères maltraitent les mères et abusent de leurs enfants. Enfin, il ne traite pas non plus des problèmes particuliers que certains pères peuvent rencontrer. (Sisyphe)

DOCUMENT

Edité par l’association "Mères en lutte", tous droits réservés, mars 2000.
Coordination : Léo Thiers-Vidal

Sommaire

I. Mères en lutte
1. L’association
2. Premières initiatives
2.1. Manifestation à Villefranche
2.2. Conférence-débat avec Dr. Catherine Bonnet
3. Le témoignage d’une mère

II. Eléments de réflexion
1. Violences sexuelles incestueuses...
1.1. ... durant un mariage, concubinage
1.1.1. Villefranche : cinq ans pour le père incestueux
1.1.2. Trois ans ferme pour un comportement un peu trop intime
1.1.3. Quatorze ans de prison pour le père incestueux
1.2. ... après le divorce, la séparation
1.2.1. Trois ans ferme pour un père indigne
1.2.2. Tonton Bobo
1.2.3. Poursuivi pour agression sexuelle sur sa fille. Le père de famille a été relaxé

2. Ces femmes qui résistent pour protéger leurs enfants
2.1. Prête à tout pour son fils
2.2. Pour protéger ma fille, je suis rentrée dans la clandestinité
2.3. Protéger son enfant contre un père agresseur devient de plus en plus souvent pour la mère un long et vain combat

3. La loi du silence...appliquée
3.1. aux mères et aux enfants
3.1.1. Six mois de prison ferme pour la mère gréviste de la faim
3.1.2. Ces violences qu’on ne veut pas voir
3.1.3. La parole de l’enfant ne pèse pas lourd pour la justice
3.2. aux médecins et aux travailleurs sociaux
3.2.1. Les professionnels de la maltraitance s’organisent
3.2.2. Trois psychiatres face à la colère d’un père divorcé
3.2.3. Maltraitance : l’inconcevable refus de vérité

4. Pères incestueux : la nécessaire prise de conscience
4.1. Les pères incestueux se rebiffent
4.2. Fausses allégations ou vrais drames ?
4.3. Certains médecins libéraux ont peur de faire des signalements

5. Une problématique internationale
5.1. Paternité, enfants et violence : le Royaume-Uni et le contexte international.
5.2. Les femmes et les enfants mentent-elles à propos des sévices infligés au sein de la famille ? La situation aux USA.

*****

I. Mères en lutte

1. L’association

Origines

Mai 1999, une jeune mère lyonnaise est incarcérée à la maison d’arrêt Mont Luc pour non-représentation d’enfant. Par "chance", V. ne séjournera que quinze jours en prison au lieu des douze mois prévus. Accueilli comme exemplaire par la presse et certaines associations, le verdict est aussi lourd que les raisons qui ont conduit V. à se mettre hors la loi : depuis des années elle se bat pour obtenir des mesures de protection pour sa fille aujourd’hui âgée de quatre ans et demi. En dépit du témoignage sans équivoque de sa fille, de nombreux certificats médicaux et des signalements auprès de la justice, elle ne peut actuellement plus protéger son enfant, contrainte de rendre visite à son agresseur.

Scandalisées par la situation de V., plusieurs personnes sont entrées en contact avec elle dont des mères également désarmées dans leur démarche de protection. Nous avons en commun un parcours jonché de difficultés pour faire reconnaître les violences incestueuses infligées à nos enfants - presque toujours par des pères. Les rencontres nous ont permis de faire émerger un constat pessimiste : les problèmes ne sont pas individuels, il s’agit d’un problème structurel rencontré par de nombreuses mères séparées ou en cours de séparation. En effet, une mère qui tente de porter la parole de son enfant dans le cadre d’une séparation est d’emblée suspectée de manipulation, comme en témoigne le dossier rédigé par le Collectif Féministe Contre le Viol présenté fin 99 au ministère de la jJustice.

Pour réagir contre ces dénis de justice, nous avons décidé de créer une association : nous sommes des "Mères en lutte".

Enjeux

Si tu parles, prison pour moi, foyer pour toi.

Parce que nous sommes des mères,
Parce que nous avons été des épouses,
Parce que nous sommes des mères en séparation,
Pour tout cela, tombe sur nous le discrédit.

Ainsi, nos enfants, nos tous jeunes enfants ne sont plus les victimes des agresseurs qu’ils désignent, ils deviennent les victimes de leurs mères. Taxées de mères abusives, de manipulatrices, nous serions des vecteurs de névroses. Et tandis que l’on s’acharne sur nos piètres compétences éducatives, nos enfants sont oubliés, voire rendus à leur agresseur. Et par un phénomène qu’il aurait été difficile d’imaginer, les mères deviennent coupables ; ce sont elles que l’on condamne, pour non représentation d’enfants. Car si les agresseurs nient, les mères continuent de se battre, et ce combat, traduit comme un acharnement, se retourne contre les enfants. En cours de route, on aura oublié les témoignages (requalifiés en "allégations"), gommé la peur de l’agresseur ("climat maternel instable"), tant appliqué à démontrer les manoeuvres machiavéliques d’harpies hystériques.

Des signes que nous n’avons pas vus, des dessins que nous avons jetés, des idées que nous n’avions pas ; un jour nos enfants nous envoient au détour d’une conversation ce qu’il est impossible d’admettre : des violences incestueuses. Si vite, c’est la vie qui s’écroule, un homme que nous avons aimé, un enfant que nous avons porté, les deux ont vécu dans le coin d’une chambre, sur le canapé d’un salon, un rapport qu’un seul a décidé. Ce "rapport", ces sévices sexuels, ce n’est plus la télé qui les raconte, ce sont nos très jeunes enfants ; ils ont moins de cinq ans. Des doigts dans les fesses, au pipi dans la bouche, des "j’aime pas ça" à "ça fait mal", les descriptions affluent. Mais cette parole qui les libère, qui nous anéantit, les conduit dans un autre cauchemar. Et si "par chance" nos enfants continuent de parler, quand ils le disent à la police, quand des experts psychiatres, reconnus sommités, valident leur triste vécu, c’est l’étau qui se resserre. Nos enfants ne risquent plus seulement alors de continuer à subir, ils risquent d’être séparés de leurs mères, prison pour elles, foyers pour eux. Tandis que l’agresseur est traité en victime, on valorise à l’excès toute trace de "tendresse", de "fibre paternelle"...

Quand un parent viole en dehors du cercle familial, même si le combat pour ces enfants reste difficile, les "affaires" sortent de plus en plus ; on brise alors un premier tabou, celui de la pédophilie, son noir cousin l’inceste reste par contre à l’écart.

Nos enfants ne sont pas plus à plaindre, mais leur souffrance est triple, et leur guérison incertaine : victime d’un parent, c’est leur construction qui s’effondre, victime d’abus sexuel, c’est leur corps d’enfants que l’on profane ; victime d’un tabou, c’est leur guérison qu’on leur interdit.

Enferrés dans cette loi du silence, nos enfants n’ont, semble-t-il, pas d’autre choix que celui de se taire. Pourtant ces complots dont on nous accuse, ces manipulations dont on nous fait reines ne sont que des prétextes : nos enfants, les moins de cinq ans, nous abandonnent dans nos desseins lorsqu’ils miment, qu’ils pleurent, ou qu’ils dessinent. Notre force de persuasion a ses limites face à un enfant de cinq ans, celle des agresseurs aussi. Car les enfants parlent ... mais qui les écoute ? Nous, leurs mères, pour les défendre, les protéger sommes contraintes de les exposer plus encore.

Parce que nous avons mis au monde ces enfants.
Parce que notre joie c’est leur bonheur.
Parce qu’ils grandiront et porteront plus loin leur vécu.
Pour nos enfants, pour leurs enfants, pour nos juges de demain, nos présidents, nos travailleurs sociaux, nos ministres, pour nos citoyens, et pour tous ceux qui subiront encore, nous, mères en lutte, sommes décidées aujourd’hui à nous battre, encore et encore. Jusqu’à ce que nos enfants puissent un jour ne plus avoir peur.

Objectifs

- Permettre à d’autres femmes et enfants de sortir de l’isolement et du doute.

- Mettre en place une ligne d’appel et un accueil régulier. Des groupes de paroles permettront également d’apporter un soutien moral et de proposer une écoute respectueuse.

- Accompagner ces mères et enfants : rencontre de juristes, de psychologues et de médecins spécialisés afin d’obtenir plus rapidement des décisions de justice ainsi qu’un soutien thérapeutique pour les enfants.

- Sensibiliser juristes, magistrats, médecins, médias, société à la question des violences sexuelles incestueuses post-séparation.

Document intégral :
cliquer sur l’icône ci-dessous pour le télécharger.


RTF - 252 ko

LIRE ICI DEUX EXTRAITS DE CE DOSSIER

-  Contrainte à la clandestinité pour protéger sa fille. Témoignage.

- Protéger son enfant contre un père agresseur est souvent un lent et vain combat pour la mère, par le Collectif féministe contre le viol

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 novembre 2003

Voir les autres titres de ce dossier à gauche en haut de cette page.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Mères en lutte



Plan-Liens Forum

  • > Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
    (1/5) 6 octobre 2006 , par

  • > Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
    (2/5) 7 mars 2006 , par

  • suite pour le 6 sept 05, Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
    (3/5) 21 août 2005 , par

  • Une adresse importante
    (4/5) 8 juin 2004 , par

  • > Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
    (5/5) 17 mai 2004 , par





  • > Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
    6 octobre 2006 , par   [retour au début des forums]

    mere 29 ans de deux garcons 9 et 7 ans.maintenant séparé du pere depuis 6ans.mes enfant on vécu du pere et de sa conjointe.de la violence physique et psycologique.jai décrié la situation a la dpj et je me suis fait répondre d allé me faire soignée parce que jai fait une trentaine de familles d acceuilles.la dpj ma collé l étiquette d aliénation parentale.mon plus vieux es avec moi mon plus jeune es placer en institution pour trouble de comportement.Je me suis fait ordonner de donné toute médication prescrit par le pédopsyquiatre par le juge de la jeunesse.mon bébé de 7ans prend du concerta et de la clonidine pour suposément pour hyperactivité et agressivité.je suis oubligé.sa fait un ans que j asseille de le sortir de la.la prochaine date pour la cours va au fete.j ai peur ... ce que sa peu faire tous ces médicaments.son ou les droit des mere la dedans.on es vraiment oubliger de donné une prescription.aidez moi

    > Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
    7 mars 2006 , par   [retour au début des forums]

    Bonjour,

    Aujourdh’ui , je viens vous écrire quelques lignes.
    Ce message pour vous écrire ma souffrance physique et morale.
    Aprés,25 ans, de souffrance avec un mari violent, envers moi et mes 3 enfants.

    En divorce depuis 9 ans maintenant, le jugement est trés injuste et ne tiens pas compte des nombreux certificats médicaux et plaintes ainsi que les attestations fournies lors de ma procédure.

    Aprés un verdict injuste et mon fils de 3ans en garde alternée a cette epoque là.

    Aujourdh’ui nous nous retrouvons au meme point, mon ex mari excerce sur mon fils une violence quotidienne.

    AU SECOURS AIDEZ MOI A TROUVER LA PERSONNE CAPABLE EN FRANCE D’ ADER LES ENFANTS !!!!!!

    CORDIALEMENT

    MME DUPONT

    rapsodiecarpentier@yahoo.fr

    suite pour le 6 sept 05, Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
    21 août 2005 , par   [retour au début des forums]

    "lyonnaise" aussi je m’évertue depuis + de 4ans maintenant à protéger mon fils contre mon mari extrêmement pervers et violent. Mes plaintes restent lettre morte et je suis dénigrée tant par les officiers de police judiciaires que par les magistrats.
    J’ai eu la chance de rencontrer une assistante sociale et sa responsable du conseil général qui ont pris la peine de lire mon dossier en entier et en détail qui me soutiennent aujourd’hui.
    Pourtant le 6 septembre 2005 à 14h je passe en correctionnelle et je vais être incarcée car les plaintes pour non-représentation de mon mari sont elles suivies et ce "pauvre papa" est soutenu.
    Je tente donc de faire placer (sur placement volontaire mon fils de 5ans qui comprend très bien et refuse de voir mon mari) le conseil général me suit mais ni les avocats ni les magistrats n’acceptent de m’aider à protéger mon fils et disent que c’est à mon mari de l’avoir.
    C’est un résumé, j’ai peur, à l’aide par pitié.
    Marie

    Une adresse importante
    8 juin 2004 , par   [retour au début des forums]

    Contact Presse : 06 62 14 35 64
    Association ICW-Collectif des Mères. BP 89.
    75622. Paris Cedex 13
    Courriel : icw-collectifdesmeres@wanadoo.fr

    > Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
    17 mai 2004 , par   [retour au début des forums]

    Votre site me ramène 25 ans en arrière : quelle naïveté de croire que le divorce est le moyen de soustraire un enfant au mauvais exemple du père... La loi trop GLOBALE se charge aussitôt de la continuité de ce lien !
    Un juge qui vous dit : "si vous constatez quoi que ce soit sur votre enfant, revenez nous voir.... il faut donc attendre passivement en espérant que l’enfant ne vive pas l’horreur qui le marquera à vie...

    Et pour la mère c’est l’EFFROI TOTAL ; comment lutter contre ce système allié du père délinquant ?
    L’enfant ne peut que "mal tourner"...
    Impossible de réfléchir que cette situation est juste un passage de la vie et que l’avenir peut apporter de bonnes choses....

    Mais cette obligation de cotoyer un père délinquant, pour l’enfant que l’on sait faire réfléchir, ce vécu devient forcément un atout dans certaines professions où il ne se laissera pas berner naïvement face au discours mensongers du même genre d’individus.
    En cela, et avec le recul du temps, ceci est la victoire de la mère.

    • > Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
      10 décembre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      bonjour je m’appelle marie j’ai 20 ans et je suis en prepa sociaux pour entree en ecole de moniteur educateur je travaille en ce momen avec des jeunes garcons delinquant de 16 a 21 ans j’ai connu ce site dans un journal LA VIE suite a cela je suis allée sur votre site et je tien a vous remercier d’étre la car chacun de nous peut etre concerné .IL me semble indispensable de fair connaitre encore plus cette association.
      MERCI

      [Répondre à ce message]

      • > Des mères se battent contre la "Justice" pour protéger leurs enfants
        9 octobre 2006 , par
          [retour au début des forums]

        Mon ex mari reconnu Schizophréne par un spychiatre nommé par la justice en 2004 suite a son départ du domicile congugal aprés m’avoir frappé une fois de plus et tout cassé. A eu des droit de visite "libre" chez sa mére aussi dérangée que lui pendant 6 mois. Notre fille n’avais que 3 ans et ca n’allait que de mal en pis.
        Puis il m’a accusé de me drogué et la juge pour enfant a été saisie. Mise sous "surveillance" tous les deux dans le cadre d’une assistance éducative. La juge pour enfant a aussitot mis des visites en milieu médiatisé mais cela allait encore mal car il venait s’il avait le temps et n’a de cesse de convoquer les tribunaux, de porter plainte contre moi, coup de tel "anonymes" ect ect

        Aujourd’hui il joue sur la faiblesse du systéme il joue double tableau devant le JAF et la juge pour enfant car les dossiers ne circueltn pas. Alors que la juge pour enfant lui retire tout droit de visite il conteste et dit que c’est de ma faute... Que je m’oppose a ses droits parentaux.
        Alors que lui sans traitement délire et que je n’ai ni sa vrai adresse ni son numéros de téléphone juste ceux de sa mére ou il ne réside plus...

        Bon courage devant la "justice" fuyons car pour les juges me harceler est preuve qu’il aime sa fille... Et d’un moment a l’autre un juge inconscient peux lui redonner des droits de visite ou pire d’herbergement qu’il demande. Alors qu’il a jurer de tuer sa fille mais bien sur je n’ai pas d’écrit donc aucune preuve mais je le sais capable du pire et malheureusement pas du meilleur...

        Et un expert a même dit que les 2 parents devaient suivre une psychothérapie... En quoi cela protégeraoit la petite qui n’a que 5 ans :(

        [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin