| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 21 août 2008

L’hypersexualisation : la responsabilité des médias

par Milaine Alarie et Alexandre Morier, de la CLAP






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le congrès Mondes des femmes 2011 : une grande occasion pour le Canada
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Les femmes réclament le droit de vivre sans crainte ni violence
Jean-François Harrisson, complice de pédophilie
Journée internationale des femmes et féminisme : un point de vue masculin
"Polytechnique" et le féminisme au Canada en 2009
Quand la haine des femmes devient propagande
Vancouver 2010 - Quand Jeux olympiques rime avec exploitation des femmes
Détourner les clients des rues d’Ottawa ne règle pas le problème de la prostitution
Non à la prostitution forcée dans les salons de massage
La CLAP appuie le rapport du CPCF sur la prostitution et la traite au Canada. Des recommandations audacieuses
La coupe de la honte de football
La Collective des luttes pour l’abolition de la prostitution voit le jour
Le corps humain est inaliénable ! Pour l’abolition de la prostitution !







De nos jours, les vidéoclips que l’on présente aux enfants et adolescents sont de plus en plus sexuels et, de plus en plus fréquemment, on entend des hommes déclarer fièrement que « c’est le genre de vidéoclip que l’on peut écouter ‘sans son’ ». Alors que la société prend de plus en plus conscience de l’hypersexualisation des jeunes filles et de la résurgence des vieux clichés sexistes, les médias tels Musique Plus et Much Music favorisent et tirent profit de cette tendance en présentant en onde des vidéos qui pourraient facilement être qualifié de porno soft. Même si les médias ne sont pas les seuls responsables de l’hypersexualisation des jeunes, il serait grand temps qu’ils prennent conscience de l’influence néfaste qu’ils peuvent avoir sur les enfants et les adolescents.

Vidéoclips ou pornographie ?

Que l’on soit honnête. Rares sont aujourd’hui les vidéoclips qui ont réellement un lien avec les paroles des chansons qu’ils accompagnent. « Le sexe vend », nous dit-on, et certains ont vite compris comment se servir de cette soi-disant liberté sexuelle pour faire du profit. On pense entre autres à la créatrice des Pussycat Dolls, qui a fondé un nouveau groupe musical de jeunes filles à peine majeures, Girlicious. Au moyen d’une compétition télévisée présentée à Musique Plus et Much Music, les jeunes filles apprenaient à être « sexy » grâce à de multiples activités, tels des cours de danse poteau (pole dancing). Une des participantes, ayant refusé de se donner ainsi en spectacle sous prétexte qu’elle voulait devenir chanteuse et non stripteaseuse, a été renvoyée chez elle. Quant aux vidéoclips de ce nouveau groupe, ils reprennent tous les clichés de la pornographie juvénile : au début de la vidéo, les jeunes filles sont vêtues d’un uniforme d’écolière ultra-court et ajusté et font virevolter leur minijupe pour laisser entrevoir leurs sous-vêtements. On assiste ensuite à une scène de striptease au ralenti, dans laquelle les filles se dévêtissent jusqu’à ne garder que leurs sous-vêtements, et le tout se termine par la typique bataille d’oreillers dans une chambre d’enfant peinte de rose.

Des images qui influencent les jeunes

Mais les vidéoclips de Girlicious ne sont qu’un exemple du contenu sexuel des vidéos que l’on montre aux jeunes. Si tous ne partagent pas le même avis quant à l’influence négative que peuvent avoir les images pornographiques sur les relations hommes-femmes, il faut toutefois garder en tête que les adolescents, voire les enfants, composent l’auditoire cible de ces deux chaînes télévisées. Les médias ne devraient-ils pas être plus responsables quant au contenu qu’ils proposent aux jeunes ? Car ces derniers sont influencés par ce qu’ils voient à la télévision. On n’a qu’à regarder la cour de récréation d’une école pour prendre conscience que les enfants reproduisent non seulement le style vestimentaire de leurs idoles, mais aussi leurs attitudes et leurs actes. Des histoires telles que celle d’adolescentes de la deuxième secondaire qui proposent de faire des fellations en vendant des « cartes à pipes » (1), ou celle de sodomie à l’école primaire (2), sont de plus en plus répandues. On peut se demander où les jeunes ont appris ce type de comportement…

Responsabilité des médias dans la banalisation et la propagation de la pédophilie

En repoussant toujours plus loin les limites de ce qui est moralement acceptable, les médias normalisent les rôles de genre sexistes, la violence sexuelle et parfois même, la pédophilie. D’un côté, les médias encouragent les jeunes filles à l’hypersexualisation, à se voir comme des objets de désirs masculins, et d’un autre côté, ils valorisent subtilement la pédophilie en proposant aux hommes des images de plus en plus présentes d’adolescentes sexualisées. Si les images présentées à la télévision banalisent la pédophilie d’une façon très sournoise, la pornographie offre sans gêne une panoplie de films comportant des actrices d’âge à peine légal qui jouent à l’enfant, quand ce n’est pas tout simplement de la pure pornographie juvénile. Il y a ici une contradiction troublante : la société réprimande la pédophilie, tout en permettant la création d’un environnement propice à la pédophilie, où l’on nous bombarde d’images de Lolita hypersexuelles. Certes, il serait ridicule de nier la responsabilité individuelle du pédophile, mais que la société ne joue pas à la vierge offensée et réalise qu’elle contribue à la création de ces monstres.

Alors que Viacom, le géant des médias américains, a intenté récemment une poursuite contre YouTube, exigeant que ce dernier fournisse l’identité des usagers ayant mis en ligne des vidéos non conformes aux lois sur les droits d’auteurs (3), rien n’est fait pour démanteler les sites Internet de nature pédophile. Tout le débat entourant YouTube nous démontre que les droits d’auteurs, parce que rentables, sont d’une plus grande importance aux yeux de la loi que les droits des enfants.

Notes

1. DUQUET, Francine, « Hypersexualisation : plus qu’un phénomène vestimentaire », Journal L’UQAM, vol. XXXIII, no 7, 2006 , [en ligne, site consulté le 5 août 2008].
2. GAGNON, Mélanie M., cité dans POULIN, Richard et Amélie LAPRADE, « Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes », Sisyphe, [en ligne, site consulté le 5 août 2008].
3. Anonyme,
« Les utilisateurs de Youtube resteront anonymes », Radio-Canada, [en ligne, site consulté le 5 août 2008].

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 août 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Milaine Alarie et Alexandre Morier, de la CLAP



Plan-Liens Forum

  • Viols par coercition sociale
    (1/1) 13 août 2008 , par





  • Viols par coercition sociale
    13 août 2008 , par   [retour au début des forums]

    Et bien sûr ça augmente la pression sur les filles et les femmes qui n’ont pas envie de se conformer. Des gens, jeunes ou moins jeunes, plus ou moins consciemment, se sentent justifiés de vous poser des questions sur votre vie sexuelle et de vous réduire ou de réduire votre valeur comme personne au fait d’avoir ou non une vie sexuelle active. C’est comme du racisme ou du sexisme. Ne pas avoir de sexe est à certains ce qu’être Noirs ou Juifs est à des racistes. Ils vous réduisent à cette notion ou ce fait, qu’ils jugent négatif. Ils s’en servent pour vous attaquer, atteindre votre crédibilité. Je ne peux m’empêcher ici de penser à l’attaque sauvage de Richard Martineau contre la présidente du Conseil du statut de la femme. Et selon moi, les femmes qui cèdent pour ne pas être attaquées sont des femmes violées. Ce sont des viols par coercition sociale.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin