| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 17 décembre 2013

Montrez-moi une lesbienne féministe voilée

par Ann Robinson, professeure à la retraite






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


« Islamophobie » ou « islamistophobie » ?
La charte des valeurs n’a été ni cachée ni utilisée à des fins électoralistes
Lettre ouverte à Françoise David sur la laïcité
Un islamisme "laïcophobe" très militant
Fatima Houda-Pepin : "Je suis libérale et fédéraliste et je suis contre le tchador à l’Assemblée nationale".
Un voile sur les yeux
Charte de la laïcité - Oser penser par soi-même
Non, Monsieur Parizeau
Sans complaisance : Le mythe Jacques Parizeau. La réalité Pauline Marois
Intégrisme islamiste - Le Québec n’est pas une île
Charte des valeurs québécoises - Voir plus loin que le bout du foulard
Lettre au Ministre Bernard Drainville - Le hidjab a quelque chose à voir avec l’inégalité hommes-femmes
Charte des valeurs québécoises - Ni parfaite ni diabolique
Le Conseil du statut de la femme doit pouvoir jouer son rôle dans le débat sur la laïcité
Lettre au ministre Bernard Drainville - Clair, net, définitif : une charte de la laïcité, point !
Lettre à Maria Mourani, députée - La laïcité inclusive ou l’aveuglement volontaire
"À Rome, on fait comme les Romains". Pourquoi pas au Québec ?
Je suis "pour" la laïcité proposée par le projet de Charte des valeurs québécoises
Charte des valeurs québécoises - Laïcité : quatre mises au point essentielles
Laïcité et pseudo-laïcité
La laïcité, enfin !
Le SFPQ réitère son appui pour un État laïque
Parce que nos valeurs, on y croit - Document d’orientation
La CSQ souhaite un débat ouvert et rassembleur sur le projet d’une Charte des valeurs
Signes religieux ostentatoires - Des enseignantes en colère écrivent au président de la Fédération autonome de l’enseignement
Pour une laïcité authentique et inclusive







Je suis née en mille neuf cent quarante-quatre. Une année avant la fin de la guerre. Une année avant le début du baby-boom. J’ai vécu la course folle à la rencontre de la statue de la Vierge que les autorités de l’Église promenaient dans les rues de mon village et des villages environnants pendant l’Année Sainte mille neuf cent cinquante. J’ai grandi sous la protection du Petit Jésus de Prague que maman idolâtrait. Durant ces années d’enfance j’ai surtout vécu la peur panique du « troisième secret de Fatima ». « Pauvre Canada », disait le pape Pie XII. Voilà pire que la menace d’une guerre nucléaire !

Pensionnaire à l’adolescence dans un couvent catholique tenu par des religieuses qui ont contribué à parfaire mon éducation de future parfaite épouse d’un bon catholique et de mère aimante d’une nombreuse progéniture. J’ai survécu aux levers à l’aube pour assister à la messe quotidienne à jeun pour communier, j’ai survécu à la pudeur maladive des bonnes sœurs qui nous obligeaient à nous laver sous la robe de nuit, j’ai survécu à la promiscuité des dortoirs occupés par une centaine de jeunes filles. J’ai appris à me servir d’une dactylo en même temps que le piano et la diction. Et j’ai trouvé à la bibliothèque du pensionnat, côtoyant les vies de saints et de saintes, quelques livres profanes qui ont meublé mes loisirs et m’ont permis de réaliser qu’il existait une vie en dehors de l’Église catholique.

Adolescente, élève d’un collège classique pour jeunes filles, lorsqu’en philosophie j’ai voulu faire une recherche sur les écrits de Simone de Beauvoir, la directrice du collège a exigé que j’écrive à l’évêque de mon diocèse pour obtenir une permission spéciale afin de lever l’interdiction de lecture de ses livres. C’était en mille neuf cent soixante-quatre. Et pourtant une première femme, Marie-Claire Kirkland-Casgrain, avait déjà réussi à se faire élire à l’Assemblée nationale.

Au milieu des années soixante, j’étudiais à la faculté de droit de l’Université d’Ottawa. En droit criminel le professeur faisait toujours sortir systématiquement les rares filles de sa salle de cours lorsqu’il abordait les crimes à caractère sexuel. Nos chastes oreilles devaient, semble-t-il, éviter d’entendre les descriptions grivoises entourant les diverses formes d’agression sexuelle.

En mille neuf cent soixante-huit, je n’ai eu d’autre choix qu’un mariage religieux, le mariage civil n’existait pas dans notre droit québécois. À cette occasion, j’ai juré fidélité et obéissance à mon époux puisqu’à cette époque au Québec, le mari détenait toujours la puissance maritale et l’autorité paternelle. Il occupait la fonction de chef de la famille et l’épouse devait habiter là où il fixait la résidence familiale. Je me souviens que notre professeur en droit de la famille affirmait sans rire que les femmes s’en trouvaient très bien puisque le mari « était tenu de l’y recevoir ». En d’autres mots, il ne peut la jeter dehors sauf s’il entreprend des démarches de divorce. Quel réconfort !

C’est dans la foulée de l’évolution du droit criminel par l’adoption du fameux Bill Omnibus libéralisant entre autres l’avortement et les relations homosexuelles entre adultes consentants que des études ont été entreprises pour reconnaître des droits aux femmes canadiennes. C’était l’époque de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada à la fin des années soixante. Et moi, devenue juriste, je faisais carrière à l’Université Laval, j’aimais mon mari et je voulais des enfants. J’en ai eu, quatre, dont un seul, le dernier, avec congé de maternité défini dans notre première convention collective. Mais la société n’était pas encore prête à reconnaître à une mère le droit de faire carrière, mon mari s’est rangé du côté de l’opinion publique, mon mariage s’est effondré.

Inexorablement, les Québécoises ont continué à accumuler des droits et se sont libérées du joug de l’Église et des mâles dominants de leur entourage, père, frères, oncles, mari. Planification des naissances, droit à l’avortement, congé de maternité, acquisition de l’autorité parentale qui remplace l’autorité paternelle, disparition de toute forme de puissance maritale laissant place à une égalité totale entre les époux, instauration de la prestation compensatoire visant à rétablir l’équilibre financier des époux au moment de la dissolution du mariage, et au début des années mille neuf cent quatre-vingt-dix, adoption de la notion de patrimoine familial.

Mais la société tardait à suivre cette évolution juridique. Il a fallu du temps et de l’énergie pour lutter contre le machisme et le sexisme d’une société imprégnée si profondément des valeurs religieuses depuis la nuit des temps. Inlassables, les féministes ont travaillé ferme pour déconstruire le patriarcat, si catholique au fond. Et lorsque les églises se sont dépeuplées, les femmes ont commencé à prendre la place qui leur revenait. Elles travaillent toujours à bâtir une société basée sur l’égalité entre les sexes, une société juste, une société imprégnée de valeurs fondamentales de non-discrimination, une société laïque.

Certes, nous n’y sommes pas tout à fait. Des femmes sont encore battues, violées, discriminées dans leurs lieux de travail, plusieurs assument seules la responsabilité des enfants, vieillissantes elles sont souvent isolées, malmenées, abusées. Elles ne représentent toujours qu’une infime portion de la classe politique et de la classe économique. Elles sont encore moins riches que les hommes.

Les Québécoises sont parvenues à se libérer du joug de l’Église catholique. En général, les femmes ont les enfants qu’elles désirent au moment où elles le désirent, se marient ou vivent en couple avec qui elles veulent et, si elles le veulent, achètent en copropriété les biens de consommation importants, font carrière dans les domaines qu’elles choisissent.

Ainsi moi, je suis mariée à une femme que j’aime. Depuis quelques années, les couples de même sexe ont acquis les droits qui leurs reviennent tout naturellement. Le droit de vivre en couple au grand jour, le droit de se marier, le droit de devenir parents. Le droit à l’indifférence, le droit de vivre tout simplement.

Mais tout de même, je suis inquiète. Très inquiète. De plus en plus inquiète. Les débats actuels me questionnent au plus haut point. L’élection du parti conservateur au parlement canadien a ramené dans l’actualité la question de l’avortement. Les attaques viennent de toute part sur la question du statut du fœtus.

Le regain pour la spiritualité religieuse me fait peur. Le discours des intégristes, des fondamentalistes de toute religion m’inquiète. L’utilisation à outrance des principes du multiculturalisme mis de l’avant par le Canada pour prôner les droits individuels au détriment des droits collectifs me fait entrevoir des lendemains pénibles pour mon Québec francophone, si différent avec ses valeurs de liberté, d’autonomie et de souveraineté.

Devrai-je retourner dans la rue pour empêcher quiconque de nous enlever des droits ? D’en restreindre l’exercice ? J’appréhende ce que l’avenir réserve à mes petits-enfants. Pourront-ils vivre librement en profitant des luttes déjà menées et de celles actuelles ? Pourront-ils vivre pleinement dans une société laïque qui ne les contraint aucunement ? Ou au contraire devront-ils se battre pour réclamer des droits perdus ?

Parfois j’ai bien peur que mon Québec ne retourne dans la Grande Noirceur.

L’auteure

Ann Robinson est professeure de droit à la retraite, et membre associée, Chaire Claire-Bonenfant, Femmes, Savoirs et Sociétés

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 décembre 2013


COMMENTAIRES


Pour commenter cet article ou un autre de ce site, expédiez-nous-le à l’adresse sisyphe.info@videotron.ca ou sisyphe.info@yahoo.fr

Mardi, le 10 décembre 2013

En réponse à un article d’Ann Robinson paru dans sisyphe.org intitulé « Montrez-moi une lesbienne féministe voilée », par Lise Harou

La preuve

Preuve que le projet de Charte… même plus besoin de dire de quoi : tout le monde le sait, même si le flou le plus total règne …blesse et divise, j’écris en réponse à l’intervention d’Ann Robinson, une grande amie.

Pour ma part, je suis née en pleine « année sainte », en 1950, d’une mère absolument mystique qui, rêvant de devenir religieuse missionnaire, a finalement connu treize grossesses en désespoir de cause, toutes les communautés religieuses l’ayant refusée en raison de ses problèmes de santé. Ma grand-mère avait, elle, mené à terme vingt grossesses. D’accord, les prêches n’y étaient pas pour rien, mais c’est le mysticisme de ma mère qui avait fait le reste (peur de l’enfer entre autres) et l’a empêchée de prendre ses distances. Pour ma grand-mère, c’était autre chose : une tradition qu’on ne songeait pas à remettre en question. Chez nous, l’événement de l’année, c’était la procession de la Fête-Dieu : ma mère jubilait, s’adonnant alors à des fantasmes de décoration extravagants pour l’occasion. Donc, ce n’était pas tellement les mâles dominants qui faisaient la loi, puisque mon père, presque toujours absent, travaillait à l’époque comme bûcheron de l’autre côté de la frontière.

Longtemps plus tard, vint l’époque du cours classique. Hélas, dans la ville que nous habitions, ce cours n’était pas disponible pour les filles. J’ai dû me résoudre à la séparation d’avec ma famille et au pensionnat. Égalité ? Non.

Moi aussi, j’ai connu le mariage religieux en 1968 comme seule option possible. C’était un moindre mal : j’allais être considérée comme majeure avant l’heure. Mon rapport à la religion s’est terminé la même année, lors de la publication de l’encyclique Humanae Vitae. J’ai voulu remonter aux sources (me souvenant des nombreuses grossesses de ma mère et de ma grand-mère) et quand j’ai constaté de visu que la règle sur la planification des naissances était restée la même, je me suis sentie libérée à tout jamais du lien avec l’Église. J’ai choisi la liberté. Il était hors de question que mon mari me dicte quoi que ce soit. Il l’avait bien compris et s’est bien gardé de le faire. Et je n’ai jamais senti que mes frères et mes oncles avaient une quelconque autorité sur moi. Cette notion ne fait pas vraiment référence à l’histoire québécoise à mon avis. Moi non plus, je n’ai disposé d’aucun congé de maternité, ayant choisi de poursuivre mes études en dépit des grossesses précoces toutefois acceptées avec enthousiasme. La liberté, encore une fois.

Je ne vois aucun lien entre le voile et l’égalité entre les sexes si ce n’est un symbole historique de soumission, comme le souligne Latifa Lakhdhar, éminente professeure d’histoire contemporaine tunisienne. De ce fait, on peut considérer que son port ne correspond pas à un idéal, mais quelle société peut prétendre à l’idéal absolu à moins d’être intégriste bien entendu ? Je crois que le rejet du voile intégral fait consensus. Mais le hijab ? Que je sache, les jolies jeunes filles qui ont été noyées dans le canal ontarien par leurs parents et leur frère n’étaient pas voilées et pourtant elles ont payé le prix fort pour apprendre l’inégalité totale à laquelle elles étaient soumises. Peut-être ont-elles été sacrifiées à cause leur résistance aux diktats religieux, c’est vrai, mais on peut aussi penser que le hidjab n’aurait pas suffi à calmer la fureur de leur parents.

Le plus ignoble de ce projet de Charte… me semble tenir à sa mesquinerie, à son arrogance et à son hypocrisie. On prétend cibler les signes religieux, mais s’il est parfois question de kippa par ci, de turban par là et d’un crucifix égaré, c’est pourtant le hijab et la communauté musulmane qui sont visés avant tout alors que ceux et celles qui sont d’accord avec le projet le nient formellement. . Chose certaine, à plus de soixante ans, je n’ai jamais entendu autant de propos profondément racistes, voire haineux, que depuis la conception de ce diabolique projet de Charte...

Il est vrai que montrer « une lesbienne féministe voilée » à Québec ne doit pas être chose facile. Mais rien ne prouve qu’il ne s’en trouve pas en d’autres territoires.

Moi aussi j’ai lutté ma vie durant pour l’égalité et la liberté et je les voudrais maintenant. N’y aurait-il pas moyen de « vivre et de laisser vivre » ?

Lise Harou
Sociolinguiste


« Vivre et laisser vivre », par Ann Robinson

Jeudi, le 12 décembre 2013

Ce dernier énoncé du commentaire de Lise Harou m’agresse au plus haut point puisqu’il remet en cause mon engagement féministe.

Si Lise Harou souhaite vraiment vivre comme elle l’entend, s’étendre sur un grand nuage blanc, je refuse de vivre ma vie de retraitée bien nantie en « laissant vivre » les autres sans m’en préoccuper.

Je pense souvent à la Révolution iranienne où des femmes libres et engagées se sont vues du jour au lendemain enlever tous leurs droits et ont été forcées d’endosser le chador. Et que dire de la réalité des Afghanes sous le règne des talibans !

Pour toutes ces femmes et ces jeunes filles qui se battent partout dans le monde pour leur liberté, je refuse de « laisser vivre ». Pour toutes ces Québécoises, de souche et immigrantes de première, deuxième ou troisième génération, qui luttent toujours pour obtenir cette liberté que d’autres Québécoises ont reçue dès le berceau, je refuse de « laisser vivre ».

Ann Robinson

Le 12 décembre 2013.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Ann Robinson, professeure à la retraite

Ann Robinson est professeure (depuis peu à la retraite) à la Faculté de droit de l’Université Laval (Sainte-Foy, Québec). Ses champs d’intérêt sont la critique féministe du droit, l’égalité pour les lesbiennes et gais, la conjugalité et la parentalité pour les gais et lesbiennes.

Seule ou en collaboration, elle a mené des recherches subventionnées dans différents domaines, notamment, le droit de la famille, le harcèlement sexuel en milieu universitaire, la violence faite aux femmes en milieu de travail, les familles lesbiennes québécoises, la discrimination faite aux lesbiennes et le droit au mariage pour les gais et lesbiennes.

Ann Robinson a publié des articles dans des revues et des ouvrages collectifs. Voici quelques titres : en collaboration avec Madeleine Côté, « La notion de famille repensée : Portrait de quelques familles lesbiennes de la région de Québec », Tessera, Créations lesbiennes/Lesbian Creations, vol. 29, été 2001 ; « Mariage et parentalité pour les couples de même sexe », Tessera, Ethics and Law/Éthique et droit, vol. 28, printemps 2001, 46-56 ; « Homoparentalité et pluriparentalité I- D’une filiation juridique à une parentalité solidaire » (39 pages), dans Parentalité gaie et lesbienne : famille en marge ?, Actes de colloque, Association canadienne pour la santé mentale filiale de Montréal, p.73 à 86 ; « Violence masculine faite aux femmes, intentionnalité et droit criminel », dans Violence et intentionnalité, Actes du colloque tenu à Québec le 12 mai 1998 dans le cadre du 66e colloque de l’ACFAS, sous la direction de Michèle Clément et Dominique Damant, CRI VIFF, Collection Réflexion, n°9, mai 1999, p. 5-34 ;

Elle est aussi l’auteure de « Du sexisme à l’hétérosexisme et à la lesbophobie », dans D’autres violences à dire, Actes du colloque tenu à Trois-Rivières le 13 mai 1997 dans le cadre du 65e congrès de l’ACFAS, sous la direction de Michèle Clément, Sylvie Gravel et Dominique Damant, CRI VIFF, Collection Réflexions, n°8, décembre 1998, p. 87-110 ; « Lesbiennes, conjointes et mères : Les exclues du droit civil québécois », dans Droits à reconnaître : Les lesbiennes face à la discrimination, sous la direction de Irène Demczuk, Éditions du Remue ménage, Montréal, 1998, 48 p. ; « Le mouvement des femmes et le droit privé québécois », dans Science, conscience et action, sous la direction de Huguette Dagenais, Éditions du Remue ménage, Montréal, 1996, 36 p. Ses premiers textes littéraires, dont "Carnet de voyage", ont été publiés dans Tessera, Créations lesbiennes/Lesbian Creations, vol. 30, été 2001.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin