| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 27 octobre 2008

10-13 avril 2009 à Toulouse : Bagdam. Colloque international d’Études lesbiennes






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le Conseil québécois LGBT demande à Lise Payette de clarifier ses propos
Des groupes dénoncent le mot d’ordre de la Marche des Fiertés de Lyon qui amalgame trans, PMA, IVG, GPA et prostitution
Inégalité hommes-femmes - Combien de temps le mouvement LGBT va-t-il pouvoir se cacher derrière son petit doigt ?
Le queer, un nouvel emballage pour un vieux patriarcat
La théorie "queer" et la violence contre les femmes
Lesbophobie, homophobie, sexisme : vers un nouveau délai de prescription
Le mariage de mon fils
Après la Marche des lesbiennes, un lieu pour répondre à nos questions
"LESBIANA - Une Révolution parallèle". Entretien avec la réalisatrice Myriam Fougère
Témoignage - Comportement destructeur au sein d’un couple lesbien
L’Enchilada - En finir avec l’objectification de notre corps
Si nous parlions de parentalité plutôt que d’homoparentalité
Maintenant, vous allez nous entendre !
La violence lesbophobe et ses conséquences
La longue marche vers l’égalité pour les gais et les lesbiennes du Québec
Ce qu’il faut savoir de la déclaration de l’ONU sur la dépénalisation de l’homosexualité
25 messagers et messagères anti-préjugés homophobes
Psychanalyse, société et "vie lesbienne", rien qu’une incompatibilité d’hu-moeurs ?
Tout sur l’amour
Le Canada devient le 3e pays à reconnaître le mariage entre personnes de même sexe
Protestations internationales contre l’assassinat de FannyAnn Eddy, militante de l’Association lesbienne et gaie de la Sierra Leone
L’humanitarisme républicain contre les mouvements homo
« Débander la théorie queer », un livre de Sheila Jeffreys
La pensée "queer" et la déconstruction du sujet lesbien
Le mariage, reflet de la société
Les « vérités » contradictoires de l’Église catholique sur le mariage gai
Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.
L’amour en plus
Carnet de voyage
Homoparentalité ou pluriparentalité







Bagdam Espace lesbien
6e Colloque international d’Études lesbiennes
10-13 avril 2009 - Toulouse, France



L’arme du rire/Larmes de rire

Si je ne ris pas, je vais pleurer

Satires, caricatures, pamphlets, vannes, sont des liants essentiels pour une prise de conscience collective, la mise en commun d’un ennemi commun. Cette solidarité dans l’humour, y compris le plus noir, se fortifie d’une lucidité partagée sur le désastre à venir ou déjà là, se nourrit aussi du besoin de se sentir vivantes et plus que jamais résistantes à ce sort-commun-qui-nous-accable (mais dont on rêve la débâcle). Or la dérision, une fois bien assurée sur son nuage d’impertinence, déploie ses ailes et emporte avec elle sa subtile compagne… l’autodérision.

Appel à contributions

Interventions écrites > orales

Les questions que nous posons pour ce 6e colloque de Toulouse sont nombreuses, irritantes, captivantes.

• Quelles sont ou seront nos « caricatures de Mahomet » contre les religions et contre l’intégrisme hétérosocial qui veulent notre inexistence (politique, symbolique, sociale…) ?
• Décaper le monde viriocratique est-il une entreprise épuisante ou joyeuse ?
• Pauvres de nous sisyphes lesbiennes, nous reste-t-il le temps de nous moquer de nous ?
• Quelle fonction assument alors nos éclats de rire parmi nos éclats de colère (colère = un état permanent) ?

Ce qui amène à l’essentielle question :

• Existe-t-il déjà bel et bien (à un niveau international) un humour lesbien ? (À l’instar d’un humour juif.)
• Les lesbiennes sont-elles prêtes à avoir de l’humour (...) sur TOUT (surtout) et Y COMPRIS sur elles-mêmes ?
• Les Roméettes et Julio de l’opéra bouffe amour-toujours sont-elles déjà sur scène pour nous faire pouffer de nos précieux ridicules ?
• Et l’humour réac ? le rire de l’ennemi sur nous ? Éventuellement… mais point trop n’en faut : notre temps est précieux et notre masochisme inexistant. (Voir, en introduction, notre souhait raisonnable d’anéantissement du rire gras par l’éclat de nos virulences.)
Last but not least : la littérature et la théorie.

1) Nous espérons d’hilarantes analyses de l’utilisation de l’humour, de l’ironie et de ses variantes chez nos écrivaines et chercheuses. Exemples : traitement de l’orgasme en particulier et du désir en général, ou de LA scène d’amour et de son approche, mise en actes des personnages, scénographie des mythologies, détournement des normes littéraires (chez Barnes, Causse, Stein, Wittig…).

2) Traitement de l’alien dominant hétéro ou gay, et ce y compris dans des textes théoriques lesbiens et/ou féministes (pour la France : Delphy, Le Dœuf, Guillaumin, Mathieu… et chez les bagdamiennes qui vous parlent, Boucheron, Julien…). En somme : l’écho de l’ironie littéraire/conceptuelle/militante comme construction de nos résistances à l’imaginaire de la domination (et à sa réalité !).

3) Bienvenue aussi, l’étude de l’évolution de l’auto-ironie lesbienne depuis le début du mouvement, voire depuis Gertrude Stein. Étions-nous déjà drôles « avant » ? / Le sommes-nous plus encore ? / Aujourd’hui moins que demain ? Pourquoi les approches de la mouvance queer semblent-elles encore stationnées dans un purgatoire de pontification ? Y a-t-il alors un sérieux congénital des études transgenres ? Pourquoi en revanche les écrits de féministes historiques et lesbiennes radicales nous font-elles encore hurler de rire ? Y a t-il par ailleurs un humour « femme » auquel des lesbiennes seraient sensibles ?

En vous remerciant pour votre précieuse attention,
nous souhaitons à toutes une grande force réactive et créative.
Notre colloque est un rendez-vous important de la vie lesbienne en francophonie, et plus largement.


Nous avons besoin de nous soutenir mutuellement, et pour cela de défendre passionnément notre pensée,
notre art, nos talents, nos initiatives, notre liberté.


Nous avons hâte de vous lire, de vous voir ou revoir
et de vous recevoir en 2009
à Toulouse, plus que jamais Ville Rose.


Suivez toutes les nouvelles sur le site de bagdam.

Si vous désirez vous inscrire à la liste d’infos de Bagdam, écrire :
ici.

Adresse postale : 1, rue de la Fonderie 31000 Toulouse – France

Sisyphe a résumé ce communiqué. Voir le site de bagdam.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 octobre 2008.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin