| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 22 septembre 2003

Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.

par Yves Samson, étudiant






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le Conseil québécois LGBT demande à Lise Payette de clarifier ses propos
Des groupes dénoncent le mot d’ordre de la Marche des Fiertés de Lyon qui amalgame trans, PMA, IVG, GPA et prostitution
Inégalité hommes-femmes - Combien de temps le mouvement LGBT va-t-il pouvoir se cacher derrière son petit doigt ?
Le queer, un nouvel emballage pour un vieux patriarcat
La théorie "queer" et la violence contre les femmes
Lesbophobie, homophobie, sexisme : vers un nouveau délai de prescription
Le mariage de mon fils
Après la Marche des lesbiennes, un lieu pour répondre à nos questions
"LESBIANA - Une Révolution parallèle". Entretien avec la réalisatrice Myriam Fougère
Témoignage - Comportement destructeur au sein d’un couple lesbien
L’Enchilada - En finir avec l’objectification de notre corps
Si nous parlions de parentalité plutôt que d’homoparentalité
Maintenant, vous allez nous entendre !
La violence lesbophobe et ses conséquences
La longue marche vers l’égalité pour les gais et les lesbiennes du Québec
Ce qu’il faut savoir de la déclaration de l’ONU sur la dépénalisation de l’homosexualité
10-13 avril 2009 à Toulouse : Bagdam. Colloque international d’Études lesbiennes
25 messagers et messagères anti-préjugés homophobes
Psychanalyse, société et "vie lesbienne", rien qu’une incompatibilité d’hu-moeurs ?
Tout sur l’amour
Le Canada devient le 3e pays à reconnaître le mariage entre personnes de même sexe
Protestations internationales contre l’assassinat de FannyAnn Eddy, militante de l’Association lesbienne et gaie de la Sierra Leone
L’humanitarisme républicain contre les mouvements homo
« Débander la théorie queer », un livre de Sheila Jeffreys
La pensée "queer" et la déconstruction du sujet lesbien
Le mariage, reflet de la société
Les « vérités » contradictoires de l’Église catholique sur le mariage gai
L’amour en plus
Carnet de voyage
Homoparentalité ou pluriparentalité







Le débat sur ce sujet a considérablement dérapé quand l’Église catholique romaine - la plus vivement opposée - s’est faite entendre allant jusqu’à affirmer que le premier ministre canadien jouait son repos éternel ! Ma foi, je crois que nous sommes retournés à l’époque pré-conciliaire. On serait en droit de s’attendre à une disponibilité nouvelle au dialogue et à la coopération de la part d’une institution en déclin. Au lieu de cela, on constate cette incapacité surprenante de l’Église romaine à agir comme interlocuteur efficace et à arriver à poser des actes positivement réformateurs.

L’attitude des autorités, de l’archevêque de Québec au Cardinal Turcotte, confirme l’érosion progressive de l’autorité de l’Église et met en évidence un climat de défiance que je qualifie de regrettable, tant entre les membres les plus actifs de l’Église (clergés et laïcs confondus) que chez les intellectuels. Sans compter que le discours fermé et catégorique de l’autorité romaine inaugure des relations pour le moins tendues sur le plan œcuménique.

Ce que les représentants de l’Église romaine omettent de dire c’est que le débat a déjà eu lieu dans l’Église Unie du Canada depuis 1986. Ainsi, à la lumière des textes bibliques, les membres de cette communauté chrétienne en sont venus à conclure qu’il n’y avait rien dans les Écritures qui permette d’agir avec discrimination face aux hommes et aux femmes homosexuels. De fait, un rituel d’union a été ordonné et le Consistoire a aussi accepté d’ouvrir des postes de responsables de communauté à des postulants homosexuels. Le même débat est aussi en cours dans l’Église Anglicane. Je sais même qu’il existe une association de prêtres catholiques gays…

Je crois qu’en faisant preuve de courage et de détermination, les hommes et les femmes chargés de diriger les Églises peuvent dénouer cette situation de crise. Il leur faut agir en véritable pasteur : ainsi les tensions et conflits qu’il est impossible de camoufler ou d’étouffer ne mèneront pas à une rupture dans notre société mais plutôt à la mise en place d’un discours ouvert. Nous y arriverons grâce à la coopération constructive de tous. Il ne faut donc pas se cramponner opiniâtrement à des idées et traditions apparemment sûres.

Pourquoi en sommes-nous rendus là ?

La question du mariage des conjoints de même sexe est devenue un sujet chaud de l’actualité quand des couples homosexuels ont décidé de tester la solidité et la portée de la Charte canadienne des Droits et Libertés qui stipule qu’on ne peut faire de discrimination en se basant sur la race, la religion et l’orientation sexuelle. Une fois la question adressée aux tribunaux compétents, les juges ont conclu à l’inconstitutionnalité de la définition civile du mariage. De là, le gouvernement fédéral a le devoir de réparer l’injustice. C’est donc l’appareil judiciaire qui a ouvert le débat en invitant le Législateur ( le gouvernement fédéral puisque c’est une de ses lois) à revoir cette définition. Il m’apparaît déjà assez clairement que le tribunal ne s’adresse d’aucune façon que ce soit aux Églises, aux confessions religieuses diverses. C’est un problème de droit civil et non religieux.

S’agissant de l’Église catholique romaine, elle a réagit parce que c’est dans le champ de son " dernier pouvoir temporel " dans notre société. Au Québec, l’inscription des enfants dans le registre civil ne se fait plus lors du baptême à l’église mais à l’hôpital dans les heures qui suivent la naissance vivante d’un enfant. Pour les funérailles, la famille s’acquitte des modalités de la déclaration de décès avec le directeur de funérailles. Cela ne se fait plus à l’église lors de la célébration religieuse. Ne reste plus que le mariage où les ministres du culte font aussi office de représentants de l’État civil, ce qui doit être changé.

L’actuel débat sur le mariage des conjoints de même sexe et les virulentes prises de positions de l’Église catholique romaine prouvent bien que cette dernière n’a pas encore assumé pleinement la séparation de l’Église et de l’État.

Dans une société pluraliste comme la nôtre, il est de plus en plus difficile d’en arriver à des consensus. D’ailleurs, nos institutions parlementaires fonctionnent non par consensus mais par vote à majorité simple. Aux objecteurs de conscience, je pose la question suivante : s’il fallait que les parlementaires s’entendent à suivre une ligne de conduite religieuse, laquelle devrait alors avoir primauté ?

C’est une situation dangereuse quand le religieux saute dans l’arène du politique. N’avons-nous pas sous les yeux suffisamment d’exemples à travers le monde pour comprendre cela ?

Le jeu politique

Il faut se méfier des acteurs dans ce débat. Les députés de l’Alliance canadienne sont en perte de vitesse au Canada et ils ont réussi à attirer sur eux les projecteurs en se présentant aux côtés des opposants au mariage de conjoints de même sexe. Leur option fondamentale est loin d’être la même que les groupes religieux : si les groupes religieux défendent une conception théologique du mariage, les députés de l’Alliance canadienne n’y voit qu’une opportunité politique de marquer des points.

Certes, c’est le Parlement qui fait les lois, les amende et les abroge au besoin. Il a même le pouvoir de ne pas se conformer aux ordres des tribunaux en invoquant la " clause nonobstant ". Dans le cas qui nous occupe, si la Cour suprême dans sa sagesse approuve l’ébauche de projet de loi que lui a soumis le gouvernement ou déclare inconstitutionnelle la définition du mariage, le Parlement aura à choisir entre se conformer à la décision de la Cour ou y déroger, et ce en pleine connaissance de cause.

Ce que les Alliancistes et quelques autres députés réclament, c’est un dangereux précédent. S’il ne respectait pas sa propre Charte des droits et libertés, le gouvernement du Canada ouvrirait toute grande la porte à l’intolérance et à l’injustice. Le rôle de la Charte n’est-il pas de protéger les droits des minorités ?

Il est impératif de garder en tête le fait que dans notre société, tout ce qui est légal n’est pas nécessairement moral. C’est le cas entre autres de la légalisation de l’avortement, du divorce, de la contraception. Autant de dossiers où le Parlement s’est opposé au discours moral des institutions religieuses.

La tolérance

Je crois que nous n’avons pas le droit de vivre les uns sans les autres. Il nous faut éviter les erreurs anciennes où on marchait à coup d’excommunications réciproques. Malgré la diversité des tendances, des orientations et des groupes qui participent à ce débat, il faut garder en tête une caractéristique importante de la société dans laquelle nous évoluons : la tolérance dans la diversité. En discutant à tête froide, rationnellement, je crois que nous pouvons sauvegarder notre tissu social de la rupture. À nous de construire notre société d’une manière nouvelle, en se supportant, en s’écoutant, en se comprenant, en s’aidant et en coopérant les uns avec les autres.

Ce débat ne doit pas être la mise en marche d’une gigantesque machine de propagande. Les effets en seraient dévastateurs. Quant à l’Église (comprise ici au sens large de la communauté tout entière des croyants, tout le peuple de Dieu. Cela comprend aussi les serviteurs de l’Église pour autant qu’aux yeux du monde ils représentent l’Église d’une manière particulière et responsable), elle peut prendre part au débat portant sur des questions brûlantes, parfois dangereuses et lourdes d’avenir à condition de se débarrasser de ses interventions autoritaires, relique d’un passé marqué par l’absolutisme et la censure.

Au lieu d’un autoritarisme affiché, l’Église catholique romaine (entre autres) gagnerait à participer lucidement et loyalement à la construction de la société en donnant au monde d’aujourd’hui une réponse claire, honnête, responsable et positive avec suffisamment de latitude pour laisser à chacun la responsabilité d’une loyale décision de conscience.

Je dis non à une Église endormie, superficielle, paresseuse, anxieuse et faible dans sa foi. Non à une Église qui prétend, dans le dialogue, avoir toujours raison en plus de se montrer intolérante.

Je dis oui à une Église courageuse dans ses initiatives et qui n’a pas peur du risque. Une Église ouverte à la réalité. Je crois que l’avenir appartient à une Église totalement sincère ! Qu’en dites-vous ?

Mise en ligne sur Sisyphe le 22 septembre 2003

Le mariage, reflet de la société, par Ann Robinson. Sujet d’un débat sur La Parole citoyenne de l’ONF.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Yves Samson, étudiant

L’auteur est étudiant à la Faculté de théologie de l’Université Laval, à Québec.



Plan-Liens Forum

  • > Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.
    (1/2) 2 octobre 2003 , par

  • > Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.
    (2/2) 1er octobre 2003 , par





  • > Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.
    2 octobre 2003 , par   [retour au début des forums]

    Je crois que l’Église catholique ne pouvait réagir autrement selon ses dogmes. Elle défend la procréation, la famille comme base de la société.Elle est en dehors de la réalité, puisque la famille d’aujourd’hui est éclatée, décomposée, recomposée, bref c’est le chaos et je ne crois pas qu’une injonction du Pape rétabliera cela.
    L’Église catholique est sur le déclin et c’est peu dire, elle est en voie de disparation. Je ne crois pas qu’elle se relèvera. Son grand défaut est d’être une hiérarchie et non une démocratie. Et elle a tellement excommunié même ceux et celles qui lui étaient fidèles, qu’elle ne sait plus rassembler.
    Je crois qu’elle est mourante.

    > Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.
    1er octobre 2003 , par   [retour au début des forums]

    Fantastique ! Félicitation pour la qualité avec laquelle vous avez rédigé cette article.

    Je suis moi-même homosexuel et crois qu’il est grand temps que l’on emboîte le pas comme plusieurs pays l’on déjà fais. Je ne prêche pas le marriage à l’église mais crois qu’il est important que l’on considère nos droits au civil et aussi que soit permis aux gens qui le désire, de se marrier où bon leurs sembles.

    Encore une fois, bravo !


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin