| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 12 février 2013

Lesbophobie, homophobie, sexisme : vers un nouveau délai de prescription

par Marie-Françoise Troclet, juriste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Remettre en question la notion d’identité de genre et le silence imposé à l’analyse féministe
Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Le Conseil québécois LGBT demande à Lise Payette de clarifier ses propos
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
Des groupes dénoncent le mot d’ordre de la Marche des Fiertés de Lyon qui amalgame trans, PMA, IVG, GPA et prostitution
Inégalité hommes-femmes - Combien de temps le mouvement LGBT va-t-il pouvoir se cacher derrière son petit doigt ?
Le queer, un nouvel emballage pour un vieux patriarcat
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre
La théorie "queer" et la violence contre les femmes
Le mariage de mon fils
Après la Marche des lesbiennes, un lieu pour répondre à nos questions
"LESBIANA - Une Révolution parallèle". Entretien avec la réalisatrice Myriam Fougère
Témoignage - Comportement destructeur au sein d’un couple lesbien
L’Enchilada - En finir avec l’objectification de notre corps
Si nous parlions de parentalité plutôt que d’homoparentalité
Maintenant, vous allez nous entendre !
La violence lesbophobe et ses conséquences
La longue marche vers l’égalité pour les gais et les lesbiennes du Québec
Ce qu’il faut savoir de la déclaration de l’ONU sur la dépénalisation de l’homosexualité
10-13 avril 2009 à Toulouse : Bagdam. Colloque international d’Études lesbiennes
25 messagers et messagères anti-préjugés homophobes
Psychanalyse, société et "vie lesbienne", rien qu’une incompatibilité d’hu-moeurs ?
Tout sur l’amour
Le Canada devient le 3e pays à reconnaître le mariage entre personnes de même sexe
Protestations internationales contre l’assassinat de FannyAnn Eddy, militante de l’Association lesbienne et gaie de la Sierra Leone
L’humanitarisme républicain contre les mouvements homo
« Débander la théorie queer », un livre de Sheila Jeffreys
La pensée "queer" et la déconstruction du sujet lesbien
Le mariage, reflet de la société
Les « vérités » contradictoires de l’Église catholique sur le mariage gai
Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.
L’amour en plus
Carnet de voyage
Homoparentalité ou pluriparentalité







Esther Benbassa, sénatrice écologiste du Val-de-Marne, vient de faire voter au Sénat sa proposition de loi visant à harmoniser les délais de prescription des infractions prévues par la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, commises en raison du sexe, de l’orientation ou de l’identité sexuelle ou du handicap.

Ce texte, adopté à l’Assemblée Nationale en 2011, vient d’être en première lecture discuté et adopté en séance publique au Sénat.

La sénatrice, rapporteure du texte, précise bien qu’il « intervient dans un contexte particulier, celui du débat entourant le projet de loi relatif à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Débat qui a frayé la voie ces dernières semaines à un climat ouvertement homophobe et à la multiplication de propos intolérables. »

Bravo, Esther !

Ainsi, sa proposition de loi porte de trois mois à un an le délai de prescription de l’action publique pour les délits de provocation à la discrimination, la haine et la violence, de diffamation et d’injure, commis en raison du sexe, de l’orientation ou de l’identité sexuelle ou du handicap. Elle remédie à une anomalie juridique et rétablie cohérence et lisibilité. Dans le respect de la liberté de la presse.

Comment combattre les injures homophobes ? Il faut passer par une association et une procédure lourde et longue à laquelle la loi donne un cadre. »Au commencement il y a l’injure ». Les mots humilient ; et même, ils peuvent tuer. De toute façon, ils ne sont jamais innocents. Les idées circulent, et leur expression devrait être conduite dans le respect de l’autre, grâce au changement des mentalités. La loi de 1881, fondement de la liberté de la presse, est une loi garde-fou maintes fois modifiée, mais jamais abrogée, même si la presse de 2013 n’a rien à voir avec celle de 1881. Y toucher représente une sorte d’aventure juridique.

La « Toile », quant à elle, dématérialise, déborde sans limites, souvent dans l’inacceptable. Pire, si le papier disparaît, avec internet et les réseaux sociaux rien ne se perd, et l’injure homophobe, lesbophobe, sexiste, fait de ceux qui la prononcent « ce qu’ils ne pensaient pas être » ; elle devient indélébile. À l’ère du numérique, toute rumeur, toute agression, toute diffamation se voit propagée aussitôt dans le monde entier sans compter sur la possibilité de lecture différée grâce aux progrès de l’archivage. Le droit à l’oubli a disparu.

Hélas, les délais de prescriptions spécifiques à internet ne sont pas encore inventés. Aucune nation n’est en mesure d’imposer son système juridique.

« Bien sûr, répond Esther Benbassa, ce constat invite à la modestie d’autant qu’il met en évidence nos limites. » De sérieuses réflexions sont engagées afin que l’espace internet ne se joue pas de nos législations.

Cependant, aujourd’hui, nous apprécions cette loi qui, si elle n’est pas toute-puissante, peut apporter des mesures nécessaires en vue de protéger celles et ceux qui sont injuriés. Elle est une nouvelle avancée de la protection du droit des personnes.

Le 7 février 2013

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 février 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marie-Françoise Troclet, juriste



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin