| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 11 août 2013

Le queer, un nouvel emballage pour un vieux patriarcat

par Des lesbiennes séparatistes






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Le Conseil québécois LGBT demande à Lise Payette de clarifier ses propos
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
Des groupes dénoncent le mot d’ordre de la Marche des Fiertés de Lyon qui amalgame trans, PMA, IVG, GPA et prostitution
Inégalité hommes-femmes - Combien de temps le mouvement LGBT va-t-il pouvoir se cacher derrière son petit doigt ?
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre
La théorie "queer" et la violence contre les femmes
Lesbophobie, homophobie, sexisme : vers un nouveau délai de prescription
Le mariage de mon fils
Après la Marche des lesbiennes, un lieu pour répondre à nos questions
"LESBIANA - Une Révolution parallèle". Entretien avec la réalisatrice Myriam Fougère
Témoignage - Comportement destructeur au sein d’un couple lesbien
L’Enchilada - En finir avec l’objectification de notre corps
Si nous parlions de parentalité plutôt que d’homoparentalité
Maintenant, vous allez nous entendre !
La violence lesbophobe et ses conséquences
La longue marche vers l’égalité pour les gais et les lesbiennes du Québec
Ce qu’il faut savoir de la déclaration de l’ONU sur la dépénalisation de l’homosexualité
10-13 avril 2009 à Toulouse : Bagdam. Colloque international d’Études lesbiennes
25 messagers et messagères anti-préjugés homophobes
Psychanalyse, société et "vie lesbienne", rien qu’une incompatibilité d’hu-moeurs ?
Tout sur l’amour
Le Canada devient le 3e pays à reconnaître le mariage entre personnes de même sexe
Protestations internationales contre l’assassinat de FannyAnn Eddy, militante de l’Association lesbienne et gaie de la Sierra Leone
L’humanitarisme républicain contre les mouvements homo
« Débander la théorie queer », un livre de Sheila Jeffreys
La pensée "queer" et la déconstruction du sujet lesbien
Le mariage, reflet de la société
Les « vérités » contradictoires de l’Église catholique sur le mariage gai
Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.
L’amour en plus
Carnet de voyage
Homoparentalité ou pluriparentalité







Communiqué des lesbiennes séparatistes présentes à l’Eurolesbopride.

7 août 2013 - Ce jeudi 17 juillet 2013 à Marseille, nous, lesbiennes, avons eu à subir, encore une fois, les milices queer dans une attaque qu’ils ont menée contre un espace non mixte politique et culturel de lesbiennes (l’Eurolesbopride à Marseille).

Encore une fois des gays nous ont acculées, pour leur plus grand plaisir, à noues entre-déchirer avec nos sœurs lesbiennes venues les aider à défendre leurs intérêts et ceux des hommes hétéros.

Partout dans le monde, des masculinistes gays et hétéros mènent une lutte systématique et acharnée contre les lesbiennes qui militent contre le massacre des femmes et pour leur émancipation et leur autonomie.

Et cette attaque noues prouve, s’il le fallait encore, qu’aucune union n’est possible entre les gays et les lesbiennes dans le patriarcat.

Ces gays ont démontré que, comme tous les groupes masculinistes, ils utilisent le harcèlement, la diffamation, la manipulation, les menaces et la violence pour noues traumatiser dans le continuum de violences masculines dont nous sommes déjà toutes survivantes.

Ils se réjouissent de voir des femmes et des lesbiennes (qui sont elles-mêmes survivantes des violences) s’opposer à leurs sœurs en endossant le rôle de bouclier.

Et ainsi, de fait et habilement, nous empêchent de nous confronter directement à leurs chefs politiques.

Leur cible est, et toutes les actions violentes de ces dernières années le montrent, clairement les femmes et les lesbiennes qui luttent contre les violences masculines.

Leur lutte ne défend jamais les femmes mais cherche au contraire à consolider leur pouvoir, l’amour homosexuel des hommes, et le droit des hommes à disposer de nos corps.

À la longue liste d’agressions dont nous sommes déjà victimes (haine fasciste, violences sexuelles des hommes hétéros, violences racistes pour certaines d’entre nous, précarité économique), nous devons en plus aujourd’hui subir les injonctions des gays à l’hétérosexualité prostitutionnelle et à la gestation.

En effet, pour nous toutes qui avons réussi à nous affranchir de l’hétérosexualité obligatoire, ce lobby proxénète et libéral gay veut nous y faire retourner par la voie professionnelle.

Mais l’hétérosexualité n’est pas un métier ! C’est encore et toujours un système de soumission de la classe des femmes au plaisir de la classe dominante des hommes dans une dialectique capitaliste et misogyne d’asservissement et de destruction des femmes.

Et nous, lesbiennes, sommes plus légitimes que n’importe quel gay pour parler de la prostitution. Car nous toutes sommes acculées toutes nos vies durant à des conduites prostitutionnelles.

Dans nos emplois, par le harcèlement sexuel incessant, les discriminations salariales et la menace des licenciements, le patronat mâle nous oblige à adopter des attitudes, des gestes et des comportements qui nourrissent quotidiennement le désir et le plaisir des collègues, des clients, des usagers, des patients, des chefs… mâles.

L’industrie masculine du sexe est une entreprise libérale qui marche à plein régime et qui génère des milliards. Elle ne reculera devant rien pour continuer à faire ses colossaux profits et à procurer du plaisir aux hommes.

Dès lors que les gays ont choisi de s’en faire les agents de sécurité, nous sommes de fait des ennemis à abattre.

Noues appelons donc toutes les lesbiennes et féministes à beaucoup de vigilance en adoptant des consignes de sécurité pour se prémunir de leurs attaques et menaces, de leurs captures illicites de nos images, de leur fichage, et à contrer toutes leurs stratégies de sabotage de nos luttes.

Nous, lesbiennes séparatistes, voulons faire disparaîitre définitivement l’hétérosexualité gratuite et payante de nos vies.

Nous ne reculerons pas devant les pratiques masculinistes gays et hétéros d’intimidation ni aucune de leurs tentatives de réassignation sexuelle et sociale forcée !

L’hétérosexualité n’est pas un métier !!

Source : Facebook, avec recommandation de faire suivre le texte.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 août 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Des lesbiennes séparatistes



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin