| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 3 juin 2014

Des groupes dénoncent le mot d’ordre de la Marche des Fiertés de Lyon qui amalgame trans, PMA, IVG, GPA et prostitution






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Le Conseil québécois LGBT demande à Lise Payette de clarifier ses propos
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
Inégalité hommes-femmes - Combien de temps le mouvement LGBT va-t-il pouvoir se cacher derrière son petit doigt ?
Le queer, un nouvel emballage pour un vieux patriarcat
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre
La théorie "queer" et la violence contre les femmes
Lesbophobie, homophobie, sexisme : vers un nouveau délai de prescription
Le mariage de mon fils
Après la Marche des lesbiennes, un lieu pour répondre à nos questions
"LESBIANA - Une Révolution parallèle". Entretien avec la réalisatrice Myriam Fougère
Témoignage - Comportement destructeur au sein d’un couple lesbien
L’Enchilada - En finir avec l’objectification de notre corps
Si nous parlions de parentalité plutôt que d’homoparentalité
Maintenant, vous allez nous entendre !
La violence lesbophobe et ses conséquences
La longue marche vers l’égalité pour les gais et les lesbiennes du Québec
Ce qu’il faut savoir de la déclaration de l’ONU sur la dépénalisation de l’homosexualité
10-13 avril 2009 à Toulouse : Bagdam. Colloque international d’Études lesbiennes
25 messagers et messagères anti-préjugés homophobes
Psychanalyse, société et "vie lesbienne", rien qu’une incompatibilité d’hu-moeurs ?
Tout sur l’amour
Le Canada devient le 3e pays à reconnaître le mariage entre personnes de même sexe
Protestations internationales contre l’assassinat de FannyAnn Eddy, militante de l’Association lesbienne et gaie de la Sierra Leone
L’humanitarisme républicain contre les mouvements homo
« Débander la théorie queer », un livre de Sheila Jeffreys
La pensée "queer" et la déconstruction du sujet lesbien
Le mariage, reflet de la société
Les « vérités » contradictoires de l’Église catholique sur le mariage gai
Mariage des conjoint-es de même sexe : une question de droit civil, non de religion.
L’amour en plus
Carnet de voyage
Homoparentalité ou pluriparentalité







À l’appel d’Osez le féminisme 69, les associations et organisations signataires de ce communiqué s’unissent aujourd’hui pour exprimer leur profond désaccord avec le mot d’ordre de la Marche des Fiertés, qui se déroulera à Lyon le 14 juin 2014, et qui aura pour thème cette année : « Nos corps, nos choix : droits des trans, PMA, IVG, GPA et prostitution ».

Amalgame entre revendications féministes et des réclamations machistes

Nous tenons à dénoncer clairement l’amalgame contenu dans ce mot d’ordre entre les luttes contre les LGBTphobies, celles pour les droits reproductifs et sexuels des femmes et la défense de deux des pires produits des systèmes patriarcal et capitaliste : la Gestation Pour Autrui (GPA) et la prostitution.

En effet, enjoindre l’opinion à se rassembler autour du mot d’ordre « nos corps, nos choix » en associant fallacieusement la PMA et l’IVG à la GPA et la prostitution est un procédé malhonnête qui ne doit pas demeurer sans réponse. Par cette manœuvre médiatique empreinte d’artifices idéologiques, la Lesbian and Gay Pride de Lyon fait fi des débats qui clivent la société politique et civile.

Cet amalgame entre des revendications légitimes et progressistes et des réclamations clairement machistes résulte d’une volonté d’instrumentaliser un événement historique et certaines luttes féministes au profit des individus qui veulent s’octroyer le droit de traiter des femmes et des enfants comme des produits de consommation.

Aussi tenons-nous à souligner que le mythe du choix individuel dans les pratiques de prostitution et de GPA contribue à invisibiliser et perpétuer l’oppression subie par une écrasante majorité des personnes concernées et nuit gravement au respect de leur dignité et à l’application de leurs droits humains fondamentaux. Il légitime une organisation sociale et économique fondée sur un rapport de domination et d’exploitation des plus vulnérables et des plus précaires, en majorité des femmes et enfants dont l’existence en tant qu’humainEs est niée.

En votant le rapport Honeyball, le Parlement européen a récemment reconnu que la prostitution ne pouvait être dissociée de la traite des êtres humains et qu’elle constituait en elle-même une violence extrême envers les personnes prostituées. Martelons en effet que, à plus de 80%, les femmes et enfants prostituées sont issues de pays étrangers et de circuits esclavagistes. Peut-on sérieusement parler de liberté sexuelle lorsqu’elle est imposée et sous-tendue par la contrainte économique et qu’elle obéit, pour le plus grand nombre, aux diktats de la survie ?

La liberté sexuelle repose sur le consentement mais également, et surtout, sur la réciprocité du désir. Dans une société où le néolibéralisme règne en maître, l’amalgame induit par « nos corps, nos choix » encourage la marchandisation et l’instrumentalisation des corps et le droit à la propriété. Nos aînées se sont battues aux cris de « Mon corps m’appartient » ; nous continuons de nous battre aujourd’hui pour disposer de nos corps, non pour les mettre à disposition du système patriarcal et marchand. « Mon corps m’appartient » signifie « Je suis mon corps. Je suis un être vivant et intégral, qui refuse d’être morcelé et dissocié. Je ne suis pas un bien mobilier. Je suis une personne qui n’est ni à vendre, ni à prendre, ni à louer, ni à échanger, ni à prêter, ni à instrumentaliser ».

Contre la GPA

Par ailleurs, dans le contexte houleux et la nébuleuse des protestations obscurantistes qui se sont dressées lors de l’adoption de la loi « mariage pour toutes et tous », alors que le gouvernement a mis sous le boisseau la proposition de loi concernant la PMA, nous déplorons que les débats concernant la PMA et la GPA soient insidieusement mis sur le même plan, entraînant une confusion pernicieuse. Nous nous élevons contre la GPA dans sa vision de « disponibilité du corps d’autrui » et alertons sur les dérives du droit à recourir aux femmes pour leur fonction reproductive. Quel que soit le contexte dans lequel elle est pratiquée (marchand ou non marchand), il s’agit toujours d’une instrumentalisation des femmes concernées, réduites à leurs organes reproductifs, dans le but de vendre ou de donner un enfant comme s’il s’agissait d’un jouet.

A l’heure où les droits des femmes sont menacés en Europe - IVG en Espagne, rejet des rapports Estrela et Zuber - et dans le monde, les associations de défense des droits humains doivent être plus soudées que jamais face à la progression des intégrismes et du conservatisme archaïque et patriarcal afin de lutter pour l’émancipation, l’autonomie et l’égalité femmes-hommes.

Nous nous désolidarisons donc de la marche des fiertés cette année, mais tenons à réaffirmer nos engagements dans les luttes contre les LGBTphobies, pour l’IVG, pour les droits des personnes transsexuelles et en faveur de l’ouverture de la PMA pour les couples de lesbiennes et les femmes célibataires.

Nous rappelons qu’Osez Le Féminisme 69 a démissionné de la LGP de Lyon pour ces mêmes raisons.

ASSOCIATIONS ET ORGANISATIONS SIGNATAIRES :

− Osez Le Féminisme 69
− ATTAC
− Femmes en résistance
− Femmes solidaires Rhône
− Lyon Gauche Solidaires
− Zéro impunity
− Coordination Lesbienne en France
− UNL
− LMDE
− UEC Rhône
− MJCF Rhône
− Collectif Libertaire Anti-Sexiste
− Comité Régional de Liaison et de Coordination des Associations Féminines et Féministes en Rhône-Alpes
− Ligue du Droit International des Femmes
− Les EffrontéEs
− le Mouvement du Nid Rhône Alpes
− le PG69 (vont ajouter que ok avec les revendications, mais appel à marcher quand même)

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 juin 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin