| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 3 décembre 2002

Des gynécides non reconnus

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le gynocide annoncé
Les tueurs en série à caractère sexuel
15 ans après le geste terroriste de l’École Polytechnique, la violence sexiste continue...
Mexique : Femmes perdues dans l’arrière-cour de Satan
Rapport de la Commission québécoise de solidarité avec les femmes de Ciudad Juárez
Nous ne vous oublions pas
Le plan de match du lobby des hommes violents
6 décembre 1989 : 13 ans après, la ’sale guerre’ se durcit
Les mortes de Juárez
Des assassins d’enfants
Les crimes d’honneur
Un massacre ciblant les femmes
Une guerre non avouée, mais permanente
Séquestrations et assassinats







Partout dans le monde et au sein de nombreuses ethnies, des femmes et des filles sont persécutées parce qu’elles sont des femmes et des filles,
comme les Juifs l’ont été parce qu’ils sont juifs,
comme les Croates l’ont été parce qu’ils sont croates,
comme des gens de couleur l’ont été
parce qu’ils sont de peau noire, jaune ou rouge.

Les dictionnaires attribuent au terme génocide (n.m. du grec : genos « race » et suff.-cide : destruction, extermination) le sens de « destruction méthodique d’un groupe ethnique ». L’exemple qui nous vient tout de suite à l’esprit est celui des Juifs persécutés et exterminés par la haine des nazis.

Les peuples arméniens et croates ont également vécu une forme de génocide. Les Tutsis et les Hutus, à tour de rôle. Les Palestiniens également. En Amérique, on pourrait considérer que des ethnies amérindiennes ont également été victimes de génocide.

On peut trouver, dans l’histoire ancienne comme dans l’histoire moderne, des dizaines d’exemples de groupes qui en persécutent d’autres pour des motifs ethniques ou/et religieux.

Par extension, les dictionnaires définissent comme un génocide « toute extermination d’un groupe important de personnes en peu de temps. » Notez bien ceci : GROUPE IMPORTANT et EN PEU DE TEMPS.

Alors, lorsqu’il s’agit d’un groupe important de personnes persécutées et exécutées sur la seule base de leur sexe, il s’agit également d’un génocide. Aussi honteux pour l’humanité que soient l’Holocauste et toute autre forme d’extermination ethnique de toutes les époques, le pire génocide de l’histoire me semble ailleurs.

Il serait plus juste de lui donner le nom de GYNÉCIDE (gyne : du grec gunê, gunaïkos « femme ») ou de GYNOCIDE. Il s’agit de la « destruction méthodique » des femmes, qui se poursuit encore aujourd’hui dans plusieurs points du globe et de plusieurs façons.

Il arrive même que les peuples victimes des pires génocides se rendent eux-mêmes coupables de gynécides. Ils invoquent la Tradition. Tradition ou non, lors qu’on persécute ou détruit un groupe important, dans ce cas le groupe des femmes, cela reste une forme de génocide.

L’Histoire n’a jamais reconnu la responsabilité de l’humanité dans de nombreux gynécides. Le monde moderne n’est pas plus enclin à la reconnaître. Il pratique la dénégation systématique pour ne pas avoir à affronter sa honte et, surtout, ne pas avoir à changer de comportement et de valeurs. Car les enjeux sont importants. En tête de lice, comme toujours, les enjeux économiques.

PLUS DE VICTIMES

J’affirme néanmoins que les GYNÉCIDES dépassent en nombre et en sévérité tous les GÉNOCIDES qui ont pu être commis sur la planète Terre. Ils ont fait davantage de victimes. Si on voulait voir ce que des millions de femmes et de filles ont subi depuis des millénaires et ce que des millions de femmes et de filles subissent encore de nos jours, quotidiennement, si on voulait appeler les choses par leur nom, il faudrait reconnaître que les femmes EN TANT QUE GROUPE ont été victimes du pire génocide de l’histoire humaine. Dans certaines régions du monde, elles le sont encore avec la complicité de la communauté internationale qui prétend promouvoir les droits humains.

Le GYNÉCIDE, c’est-à-dire la persécution, la destruction ou l’extermination d’UN GROUPE IMPORTANT de femmes et de filles, pour les seuls motifs de dérogation au code moral, social ou religieux QUI LEUR EST IMPOSÉ EN RAISON DE LEUR SEXE, est un crime universel : il transcende les frontières des pays, des ethnies et des époques.

En effet, partout dans le monde, des millions de femmes de toute race sont séquestrées, exclues, chassées, persécutées, mutilées, violées, battues, torturées et exécutées DU FAIT QU’ELLES SONT DE SEXE FÉMININ. Crime « d’honneur », crime de guerre, crime conjugal, crime de la misogynie et du patriarcat, matricide, infanticide des filles, fratricide, etc. Les violences contre les femmes et les filles, dont la violence ultime, le meurtre, sont UNIVERSELLES.

Pourquoi ? À cause de la haine d’individus de l’autre sexe, comme certains groupes ethniques sont victimes de la haine d’individus d’autres groupes ethniques. Pas de tous les individus de l’autre sexe, évidemment, ni de tous les individus d’autres ethnies. Dans les deux cas, on agit au nom de motifs religieux, moraux, sociaux, culturels et politiques. Au nom de la Tradition. Une tradition qu’on préserve jalousement parce qu’elle donne à la domination sa légitimité. Qu’une société laisse des individus et des groupes en détruire d’autres révèle l’acceptation de ces génocides et de ces gynécides par celles et ceux qui se taisent. Une immense lâcheté collective.

On va dire que j’exagère, je m’en doute bien. Et pourtant... il y a les faits. Des faits qui ne seront pas présentés de façon chronologique sous la rubrique Gynécides, mais qui constitueront, une fois rassemblés, un impressionnant tableau de pièces à conviction. Tableau sans doute en deça de la réalité, car je ne prétends pas être au courant de tous les faits. Il s’agit donc d’un dossier en constante évolution auquel je n’ai pas fixé de date de tombée pour mettre un point final.

Je vous invite à participer à cette rubrique en m’envoyant les exemples de gynécides qui pourraient illustrer l’état de la situation des femmes dans le monde.

Mis en ligne sur Sisyphe en juin 2002

Lire

Un massacre ciblant les femmes, par Élaine Audet


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Des gynécides non reconnus
    (1/2) 11 novembre 2012 , par christine gamita

  • > Des gynécides non reconnus
    (2/2) 15 décembre 2002 , par Rhéa Jean





  • Des gynécides non reconnus
    11 novembre 2012 , par christine gamita   [retour au début des forums]

    Regroupement - Exemples contemporains, sous veille numérique, et d’autres historiques sur le blog contre les féminicides et androcides http://susaufeminicides.blogspot.fr

    > Des gynécides non reconnus
    15 décembre 2002 , par Rhéa Jean   [retour au début des forums]

    La chasse aux sorcières.
    Les filles Chinoises, aujourd’hui : celles que l’on tue, mais également celles dont on avorte A CAUSE DE LEUR SEXE.
    Lapidations de femmes dans certains pays musulmans.

    De façon indirecte : les prêtres québécois qui obligeaient certaines femmes à enfanter même si tout le monde savait qu’elles risquaient d’en crever.

    Et puis toutes les tortures que les hommes leur infligent aujourd’hui, encore : viols, prostitution.

    Rhéa Jean


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin