| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 31 mai 2007

Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse

par Vittoria Pazalle






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Mon accouchement, mon choix !
Le cancer du sein est une maladie, non une occasion de marketing
L’OMS appelle à agir au delà du secteur de la santé pour améliorer la santé des femmes
Corps féminin – désaccord/accord
La maternité, une question politique
La puberté précoce chez les filles. La nouvelle "norme" et pourquoi il y a lieu de s’inquiéter
À la santé d’un système public !
À vous, Québécoises, Québécois, malades ou en santé, riches ou pauvres : vigilance !
Décourager l’écoute de la télévision réduirait les risques d’obésité
Non aux mesures de contrôle ! Isolement, contention et substances chimiques
Soigner le système de santé par une augmentation de la part du privé : à diagnostic erroné, traitement nocif
Santé - Le Conseil du statut de la femme rejette le rapport Castonguay
Anorexie mentale - Dompter la douleur
L’ego et l’anorexie mentale
Note concernant le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)
Une campagne de vaccination contre le VPH : mais encore ?
Le RQASF demande un moratoire sur le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)
J’ai enfin maigri une fois pour toutes !
La Thaïlande ose les génériques
Le marché de la beauté... un enjeu pour la santé - Colloque
Où en sommes-nous avec la grippe aviaire ?
Troubles du comportement alimentaire et découverte de la féminité
Compenser les donneurs de sperme ou d’ovules n’est pas LA solution
Semaine de sensibilisation au DES : de l’information, non de la publicité sur les médicaments
Un hommage aux organisations communautaires vouées à la santé des femmes
Image corporelle et identité féminine
Les femmes des régions rurales au Canada ont un accès limité aux services de santé
La néo-médicalisation et la santé reproductive des femmes
Journée sans diète, Coalition Corps-Accord
Au tour du Service à la condition féminine au MSS ?
Les prestations de compassion ne tiennent pas compte de la réalité
L’amitié entre femmes serait bénéfique pour la santé
Cessons de voir les infirmières comme un problème budgétaire
Hormonothérapie : les femmes ont été trompées
Le traitement hormonal de la ménopause augmente les risques de cancer du sein
Le Réseau canadien pour la santé des femmes







    "Celui qui, par quelque alchimie, sait extraire de son coeur, pour les refondre ensemble, compassion, respect, besoin, patience, regret, surprise et pardon crée cet atome qu’on appelle l’amour." Khalil Gibran

Je m’appelle Vittoria et je voudrais adresser un message aux parents de filles et garçons (1) touchés par les TCA (Troubles du Comportement Alimentaire) et, par extension, en état de détresse/dépression ou dépendance.

Durant mon enfance, j’étais une petite fille sage, studieuse et raisonnable. L’enfant rêvée en somme. Et pourtant ! Au fur et à mesure des années, l’image de la plaisante et lisse Vittoria s’est brisée et je suis tombée dans le cercle vicieux des TCA. J’ai d’abord été touchée par l’anorexie, puis j’ai basculé dans la boulimie.
Et dans les deux cas, je me souviens que je me suis trouvée face à une très grande incompréhension de la part de mon entourage.

La vie d’un-e anorexique

Si je semble forte, c’est parce que je me bats continuellement contre moi-même et n’accepte aucun relâchement. Je veux absolument dompter et dépasser mes besoins. Toutefois, cette force n’est qu’une apparence car au fond de moi je suis envahie par de multiples peurs.

Si je m’écarte des gens, ce n’est pas parce que je me sens supérieure, mais uniquement parce que je crains les rapports humains qui me font trop souffrir. Si l’on me reproche de ne pas sourire ou d’être trop mûre, c’est parce j’ai déjà une vision très grave, voire très sombre de la vie.

Si je parais dure, ce n’est pas parce que je n’ai pas de cœur mais parce je suis complètement prisonnière de mes comportements obsessionnels (sport, régime draconien ...). Je le reconnais, je suis extrêmement orgueilleuse ; ainsi, personne ne sait que je me recroqueville pendant des heures sous ma couette, que je m’enfonce les poings dans la bouche pour ne pas faire de bruit en pleurant ou me balance doucement dans mon lit pour m’imaginer dans un autre monde où je ne souffrirais plus tant je ne trouve ma place nulle part.

Mon corps ayant été très longtemps résistant, je n’ai pas du tout conscience que je porte atteinte à ma santé. J’ai juste le sentiment d’être plus lucide et plus sensée que les autres personnes.

Par ailleurs, combien de fois ai-je entendu :

"Allons ressaisis-toi toi qui étais si raisonnable et si mature avant !" Pourtant c’est drôle, au début, ma grande volonté suscitait l’admiration. En outre, il est sûr que cela me blesse au niveau de mon ego, mais au lieu de me faire changer d’avis, cela me braque encore plus.

"Allez il faut arrêter ce comportement absurde et manger maintenant car nous nous faisons trop de soucis à cause de toi". J’ai alors le sentiment de gêner, voire de déranger par rapport aux autres membres de la famille.

"Mais pourquoi tu nous fais ça, tu n’es qu’une égoïste, est-ce que tu penses à nous au moins ?" Mais enfin vous ne comprenez pas que je ne maîtrise absolument rien. Si je persiste dans ma position, ce n’est pas que je suis contre vous et désire vous narguer, mais c’est parce que je suis entraînée dans la spirale infernale de la maladie et, surtout, de la culpabilité ? Par contre, j’admets que je désire devenir totalement "pure", mais il s’avère que ce contrôle sur mon corps me procure un sentiment d’autosuffisance, de sécurité et surtout l’impression d’être enfin "quelqu’un". Alors, quand on me traite d’égoïste, je suis estomaquée car moi j’ai justement l’impression que personne ne pense vraiment à moi et essaie de se mettre à ma portée.

"Mais tu ne penses qu’à toi, tu ne veux pas guérir de toute façon". Je réponds "oui" pour qu’on me laisse tranquille, mais en fin de compte je ne sais même pas ce que cela veut dire "guérir", étant donné mon état psychique. À l’idée de grossir et de prendre des formes, je panique complètement. Je ne veux pas rentrer dans ce monde d’adultes, mais rester à mon stade asexué. Par ailleurs, sachez qu’une bouchée d’aliments est à mes yeux un intrus qui s’infiltre dans mon corps et m’encrasse, et que chaque calorie est une ennemie pernicieuse qui me souille. Le fait de manger est donc une véritable torture mentale car source d’angoisses indescriptibles.

"Nous en avons assez de ton comportement puéril, à ton âge, on n’a plus de telles lubies !" C’est le comble : je suis perçue comme une personne qui veut attirer l’attention et qui fait un caprice alors que je suis complètement dépassée par ma situation.

"Mais, enfin, je ne te comprends pas, dire que toi tu as la chance d’avoir un toit sur la tête, un travail et que tu sais bien qu’il y a tant de gens qui eux meurent de faim sans le vouloir". Je sais bien tout cela, mais vous n’arrivez qu’à me faire culpabiliser davantage d’être finalement encore en vie !

"Tu sais nous avons eu des remarques des voisins, tu as trop maigri, il faut te ressaisir maintenant". Pourquoi voulez-vous que je guérisse ? Parce que les voisins ont fait une remarque sur votre responsabilité de parents ? Moi, ce que j’aimerais entendre, c’est par exemple "je me fais du souci pour toi", "j’ai mal de te voir décliner ainsi" ou "est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ?"

La vie d’un-e boulimique

Perdue dans le regard des autres, je me montre souriante et serviable, mais c’est en fait pour quémander une validation, un sourire et/ou un compliment qui me sortiraient un peu de ces sentiments envahissants et omniprésents d’être si insignifiante et si nulle.

Combien de fois ai-je entendu :

"Allons enfin arrête tout ça", alors que je suis envahie par un sentiment de vide immense et d’impuissance totale. Mon besoin de manger sans même avoir faim est une pulsion que je vis tel un envoûtement. Moi, l’ancienne ascétique, sèche et flegmatique, je suis devenue une furie. Telle une droguée, j’ai besoin de mes crises avec ma dose de nourritures pour pouvoir me défouler, et surtout ne pas "exploser" tant je vis sous pression dans la journée. De surcroît, je ne peux m’arrêter car j’ai trop longtemps vécu dans le secret, cachant mon mal à tous avec la peur que l’on vienne à le découvrir. J’ai beau limiter les dégâts avec le sport, les laxatifs, le jeûne et les vomissements, je suis écrasée par la culpabilité avec le sentiment de n’être qu’une menteuse et une tricheuse face au monde à force de paraître ce que je ne suis pas.

"Mais il suffit de faire preuve de volonté !" Alors que vous vous n’arrivez même pas à arrêter de fumer ou de boire votre petit verre ! Vous ne comprenez pas que je ne fais pas exprès, seules mes pulsions me gouvernent. A vrai dire, j’ai même l’impression d’être enfin moi-même durant mes crises car à ces moments-là, je ne porte plus le masque de la gentille Vittoria, et je me lâche enfin. J’exprime alors ma rage, ma violence et mes frustrations.

"Et dire que nous avons tant fait pour toi, qu’est-ce qu’il t’arrive". Un enfant n’est-il qu’un éternel redevable envers ses parents sous prétexte qu’ils l’ont mis au monde ?
"Comment peux-tu me faire souffrir ainsi". Et moi si tu savais combien je souffre avec toutes ces idées noires qui me harcèlent au point de vouloir que tout cela cesse tant je ne me supporte pas et suis dégoûtée par mes pulsions et mon corps.
"Tu ne nous aimes pas pour faire cela". Mais pas du tout, c’est MOI que je ne respecte pas et exècre.

"Bon ça suffit maintenant, je perds mon temps avec toi puisque tu ne veux même pas m’écouter ou discuter". T’écouter ou être de nouveau assénée d’ordres, de reproches et critiques négatives ? Discuter ou entendre un monologue ?

"Tu n’es qu’une insolente car tu ne daignes même pas me répondre". Répondre à quoi ? A force d’être d’emblée coupable, je suis incapable de la moindre discussion.

"Je ne comprends pas pourquoi tu t’obstines ainsi alors qu’on fondait vraiment tant d’espoir sur toi". "Tu sais tu me déçois vraiment, je me suis pas sacrifiée autant pour en arriver là". Ne suis-je donc qu’un projet ou un investissement à tes yeux ?

"Allez fais-moi plaisir, et fais... va...". Je veux bien te faire plaisir car c’est mon désir le plus cher, mais jusqu’à quel point ? A force de vouloir te faire plaisir depuis ma plus tendre enfance, je ne sais même pas qui je suis ? J’ai beau faire mon maximum, j’ai cependant l’impression que je n’arriverai jamais totalement à te faire plaisir et être aimée inconditionnellement et pour ce que je suis.

"Tu ne veux même pas manger avec nous". Ce n’est pas du tout parce que je ne "veux" pas. En fait, je ne "peux" pas manger avec vous car j’ai vraiment peur de ne plus pouvoir me contrôler en public. Par ailleurs, je ne veux pas de commentaires sur tout ce que je mange. Pendant les repas, je ne veux surtout pas entendre parler de mes pires obsessions : la nourriture et mon poids. Je ne veux pas non plus que l’on me force à manger comme un bébé ou une oie. En ayant assez d’être surveillée, scrutée et espionnée durant chaque repas dans une ambiance tendue et stressante, je préfère nettement manger seule pour être sûre d’être tranquille.

"Oh mais tu es invivable !" "Tu n’as pas de cœur !" Si je ne manifeste pas mes émotions, c’est parce que je suis incapable de les gérer. Désirant tout contrôler, je garde tout en moi. Avec le temps, je refoule tant que je suis complètement exsangue terrassée par l’impuissance, la tristesse, la honte et le désespoir, comme au fond d’un trou ne voyant plus la lumière depuis un certain temps.

"Tu ne fais plus rien". "Tu deviens de plus en plus paresseuse". Je ne suis pas paresseuse, je n’ai tout simplement envie de rien. Je suis lasse. Mon chagrin et ma prostration sont devenus mon "hurlement silencieux", seul langage à ma portée. Je me renferme sur moi-même pour me faire une carapace et camoufler mon hypersensibilité maladive et ma vulnérabilité extrême, mais surtout pour tenter de ne plus souffrir.

"Toi qui es si gentille pourquoi tu n’as pas d’ami(e)s". Mais justement, j’en ai assez d’être gentille. Ma gentillesse dissimule mon incapacité viscérale à m’affirmer et notamment dire "non". Ne sachant ni me défendre ni dire ce que je pense, je préfère être seule pour ne plus jamais être dominée et objet de remarques ou moqueries de la part des autres.

Culpabilité et impuissance : comment nous aborder ?

J’ai par conséquent dans ces deux types de troubles le sentiment d’être constamment en faute à force d’entendre des critiques. Non seulement n’ayant ni confiance en moi ni d’estime de moi-même, mais aussi souffrant d’un trouble grave de la perception de l’image de mon corps et ne m’acceptant guère, tous ces jugements m’écorchent vive et m’achèvent. J’ai même fini par me considérer comme une moins que rien et une "ratée".

Or, si une jeune fille se sent impuissante face à ces maux, à force d’entendre que les troubles de comportement alimentaire (TCA) sont des maladies touchant essentiellement les filles, je me demande ce que vivent les garçons concernés alors qu’ils sont censés être forts et aimer la compétition ? Ils doivent encore plus douter d’eux-mêmes, voire de leur virilité, ne plus pouvoir fréquenter les autres jeunes pour éviter toutes allusions et affronts face à leur trop grande vulnérabilité, mais surtout ne pas avoir la force de se faire soigner.

Parents, je veux bien croire que vous vous sentiez impuissants face à notre mal-être, mais surtout ne nous abordez plus de la sorte car cela ne fait qu’empirer notre mal-être et accroître notre détresse.

Sachez aussi que ce qui nous fait encore tenir, c’est vous et quelques souvenirs qui nous renvoient des bribes d’images encore positives de nous-mêmes.

Oui, nous avons incontestablement besoin de vous, mais surtout pas de critiques, jugements, gestes brusques, éclats de voix, cris, menaces ou chantages, car nous-mêmes nous nous autocritiquons déjà en permanence et nous dévaluons à un point tel que nous ne sommes même plus capables de nous regarder en face.

Nous n’avons pas besoin de davantage de culpabilité car celle-ci est déjà notre "compagne" de chaque seconde au point de nous faire sentir d’être coupables d’être de ce monde car si décevants à vos yeux.

Souffrance et solitude

Tantôt paraissant "solides et obstiné(e)s", tantôt "serviables et douces(x)", nos maux reflètent nos troubles psychiques, résultat de profonds et douloureux déchirements intérieurs.

Toute notre souffrance (cocktail explosif composé d’un désir viscéral de perfection et d’obtenir l’approbation de tous, de blocages émotionnels, de peurs multiples dont la violence, les conflits, échouer, être rejetée, abandonnée...) nous éloigne de tout et tous, et nous entraîne dans une solitude implacable qui nous ôte toute envie de continuer.

Moi, j’ai ainsi grandi trop vite avec le sentiment que je serai toujours seule, et pire, que je ne pourrai jamais compter sur quiconque dans la vie.

Ne passez pas à côté de votre enfant

Alors, je vous en supplie, ne restez plus à côté d’elle(lui) tels des juges impitoyables et intransigeants, mais accompagnez-la(le) tel un-e ami-e et un être à part entière avec notamment ses propres envies et besoins.

En effet, même si elle(s’il) ne le dit pas, elle(il) a véritablement besoin de votre temps, de votre patience, de votre écoute, de votre chaleur, de votre tendresse, de votre douceur, de votre contact, de dialoguer, de savoir la vérité sur certains non-dits et d’être traité-e comme un être capable et à part entière.

Je sais bien que vous voulez la plupart du temps le meilleur pour votre enfant, mais si vous vous montrez trop parfaits, trop durs ou peu disponibles, les distances entre vous ne feront qu’augmenter.

Lui laisser sa place d’enfant

Par ailleurs, avez-vous oublié votre enfance ? Alors considérez bien votre petit comme un enfant et non comme un-e adulte miniature ou un prolongement de vous-mêmes.

Et si vous n’avez pas eu une enfance facile - ce qui est souvent le cas -, ne faites pas semblant de croire que cela n’a pas existé en n’en parlant guère, et en pensant que vous finirez par tout oublier. Les émotions négatives (tensions, colères, rancunes, ressentiments, haine, etc.) ne s’oublient pas, et finissent toujours par se manifester d’une façon ou d’une autre si elles ne sont pas gérées. Moi-même, ma mère m’a transmis le message que la féminité était un danger, et un état d’infériorité, de sacrifice et de servitude. C’est ainsi qu’inconsciemment je ne voulais ni être une fille ni une femme. Ou encore, à la mort de mon père, je n’en ai parlé à personne pensant être suffisamment forte pour gérer son absence et mes manques. Mais n’ayant pas pu partager ma peine, avec le temps, je me suis complètement écroulée et ai dû attendre des années pour pouvoir en faire enfin le deuil.

Essayer de communiquer et de lui montrer votre affection

Par conséquent, bien au contraire, si vous avez des nœuds et blocages sur votre passé, ne gardez pas tout sur le coeur, parlez-en et rompez enfin ces tensions et silences si pesants dans tant de familles. Les silences qui se veulent protecteurs se révèlent bien trop souvent tels un venin qui ronge peu à peu les liens, l’amour et la confiance.

Si vous êtes incapables de manifester votre affection, de reconnaître les qualités de votre enfant et de voir la vie avec son aspect positif, sachez que celle(celui)-ci finira par croire qu’elle(il) ne vaut absolument rien, qu’elle(il) ne sera jamais digne de vous, et que finalement la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

Même si vous lui donnez de l’argent et lui offrez de belles choses, cela ne suffit pas. Et si vous n’arrivez pas à vous rapprocher d’elle(de lui) et à lui exprimer votre amour, expliquez-le-lui, et elle(il) saura au moins que vous l’aimez mais que vous êtes juste bloqués. Sinon, votre maladresse et votre pudeur seront mal interprétés et creuseront un fossé grandissant ; votre enfant finissant par croire que vous ne l’aimez pas.

Je vous en supplie, aidez votre enfant. Prenez conscience que vous êtes leurs modèles et leur miroir. Tentez au moins de casser et dépasser les transmissions qui vous font du mal. Ne les jugez plus d’emblée - comme on l’a fait avec vous -, et essayez au moins de vous renseigner pour les comprendre un peu.

Surtout, réagissez avant qu’il ne soit trop tard.

Ainsi, tendez-lui la main pour qu’elle(il) ait l’envie et la force de se relever, de s’ouvrir et de vivre pour rentrer dans le monde des adultes. Effectivement, avec votre soutien, votre écoute, vos encouragements et votre compréhension, le chemin de la guérison est bien entendu bien plus aisé.

Note

1. Un (1) anorexique sur 10 est un garçon ou jeune homme, et trois (3) boulimiques sur 10 sont des garçons ou jeunes hommes.

Livre de l’auteure

Anorexie et Boulimie : Journal Intime d’une reconstruction, Editions Dangles, Paris, 2007, 325 pages ; 15 cm x 21 cm ; ISBN 2703307152. Adresse des Editions Dangles. Réédition et mise à jour en mars 2007.

Pour en savoir plus sur les TCA :

- Troubles du comportement alimentaire et découverte de la féminité, par Vittoria Pazalle
- Anorexie et boulimie : témoignage de Vittoria Pazalle

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 mai 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Vittoria Pazalle
Site de Vittoria Pazalle

L’auteure a publié Anorexie et boulimie, journal intime d’une reconstruction, aux Éditions Dangles, en 2007. Elle administre un site web : www.vittoria-pazalle.com



Plan-Liens Forum

  • Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
    (1/12) 18 mars 2012 , par

  • Quelqu’un à qui parler...
    (2/12) 18 décembre 2008 , par

  • > Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
    (3/12) 3 octobre 2007 , par

  • > Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
    (4/12) 12 septembre 2007 , par

  • Un nouveau témoignage sur l’anorexie
    (5/12) 28 janvier 2007 , par

  • help me ! please help me...
    (6/12) 16 juillet 2006 , par

  • > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
    (7/12) 30 mai 2006 , par

  • > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
    (8/12) 13 avril 2006 , par

  • > pas certaine
    (9/12) 5 février 2006 , par

  • > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
    (10/12) 5 janvier 2006 , par

  • > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
    (11/12) 4 novembre 2005 , par

  • > Comment aider une personne atteinte d’anorexie ??
    (12/12) 8 juin 2005 , par





  • Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
    18 mars 2012 , par   [retour au début des forums]

    je viens de lire votre article avec beaucoup d’attention ; je suis maman d’une jeune fille dans ce cas, qui a d’abord été anorexique voulant à tout prix perdre du poids puis depuis l’été dernier, elle est devenue boulimique. Je ne l’ai su qu’en décembre car après un incendit dans notre maison en juillet, nous avons dû déménager le temps des travaux ; nous avons réamménagé donc en décembre et là, beaucoup plus difficile pour ma fille de cacher ses crises car nous nous retrouvions 24 sur 24 dans notre maison alors qu’auparavant elle faisait des allers retours entre les 2 logements pour se faire vomir. Un jour elle a surtout eue très peur car elle s’est mise à vomir du sang lors de ses crises. Je suis très inquiète pour elle car elle m’a bien expliquée cette maladie qui la ronge au quotidien, elle souffre +++ et je me sens impuissante pour l’aider. Le dialogue n’est pas rompu mais devient quelquefois impossible tant nous souffrons chacune dans notre coin. Notre histoire de vie est compliquée, pour résumé, le papa s’est suicidé en janvier 2001 et son frère, elle et moi n’avons je pense jamais réussi à faire le deuil. Après le décès, ma fille n’a pas voulu être suivie, elle me disait que ça allait, qu’elle s’en sortirait toute seule... c’est vrai qu’elle a été forte pour nous 3, je m’en rends compte et aujourd’hui, je pense qu’elle le "paye". Vous avez l’air d’avoir en commun beaucoup de points de vie, c’est pour cette raison qu’en vous lisant, j’aurai presque pû croire que c’était ma fille qui l’avait écrit. De mon côté je recherche de l’aide pour qu’elle aille mieux, depuis 1mois, elle a accepté de voir une psychothérapeute car au début, elle ne voulait pas en entendre parler, disant "je vais m’en sortir toute seule" mais son moral allait au plus mal, elle me parlait avec des sous entendus suicidaires et j’ai réussi à la convaincre de voir quelqu’un de neutre et qui allait l’aider. Je sais que sa souffrance est plus importante que la mienne mais sachez que ce n’est pas simple en tant que mère de regarder sa fille sombrer dans cette spirale que rien ne semble vouloir apaiser. Vos conseils, je les ai lus, je pense que je prendrai aussi le temps de lire vos livres. Vous êtes vous sortie définitivement ? on entend tellement de choses à ce sujet "que l’on ne guérie jamais de l’anorexie, boulimie" et ça fait peur, elle n’a que 21ans et je souhaite qu’elle connaisse autre chose, qu’elle retrouve une sérénité... Merci de m’aider dans toutes mes questions

    Quelqu’un à qui parler...
    18 décembre 2008 , par   [retour au début des forums]
    Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse

    Bonjour, je m’appelle Raquel. J’ai 28 ans. J’ai eu des troubles alimentaires étant ado mais aujourd’hui je m’en sors pas mal. Je suis mariée j’ai une petite fille de 2 ans, je vis un conte de fées. Mais malgré tout, j’ai des séquelles concernant ma personnalité.. tantôt forte et pleine de motivation tantôt pleine de d’incertitude et de doute. En lisant votre expérience, je me suis plongée dans mon histoire et des larmes ont jaillit de mes yeux ! Je ressens "encore" les même choses, les mêmes sentiments !!! Pourquoi ? Pourquoi les relations avec mes parents sont toujours si sensibles ? Pourquoi me critiquent-ils toujours autant ? Peut être parce qu’ils ne s’en sont pas rendus compte tout de suite de mon mal-être. M’en veulent-ils ?

    > Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
    3 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    bonjour nous sommes de jeunes adolescentes et nous avons ete touche par votre récit.Nous souhaiterions vous rencontrer dans le cadre d’un projet scolaire sous forme de reportage sur l’anorexie.merci de nous contacter au plus vite à cette adresse missybuterfly@hotmail.fr.merci !

    > Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
    12 septembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    j’ai lu votre texte et j’ai éprouve du soulagement pas parce que c’est inconvenant mais parce que ma fille vit actuellment ce problème et ressent ce que vous ressentez , je ne lui dit pas les mots que vos parents ont dit mais je lui montre mon amour mais dès fois ce n’est pas suffisant et elle nous rabaisse à des moins que rien se sentant perfectionniste et un peu supérieure aussi dès fois c’est très dure j’ai mes moments de desarroi de peur de la perdre ,de tristesse de prete de confiance en moi : comment devrait je reagir je ne sais plus
    merci de me donner une astuce
    eliette

    Un nouveau témoignage sur l’anorexie
    28 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Voici le livre d’une jeune fille qui raconte son combat contre l’anorexie : « Ce matin, j’ai décidé d’arrêter de manger ».

    « Justine raconte comment, à 14 ans, elle a commencé un régime " pour être belle "... et a été prise dans une spirale infernale qui lui a fait perdre 36 kilos. Hospitalisée, à bout de forces, Justine est nourrie à l’aide d’une sonde pendant des mois, mais elle rechute, plusieurs fois. La boulimie prend le relais de l’anorexie. Épuisée physiquement et fragilisée psychologiquement, elle doit interrompre sa scolarité. »

    Pour plus d’information sur ce livre, voir le site de l’éditeur.

    L’auteure écrit également un blogue. Voir Le Journal de Youstinette.

    help me ! please help me...
    16 juillet 2006 , par   [retour au début des forums]

    j’ai 21ans, je suis un homme comme ils disent, cela fait environ 1 ans que j’ai un comportement ano restrictif, je perd doucement du poids passant de 65 a 60kg ces 4 dernier mois.je ne trouve personne a qui parler, dans ma famille, manger est un plaisir, pour mes amis je suis dans mon monde imaginaire et ca me passera, mais moi je me sent seul et impuissant fasse a cette p***** de maladie, j’ai pas envie de mourir a cause de ca, svp aidez moi.

    • > help me ! please help me...
      20 juillet 2006 , par
        [retour au début des forums]

      slt
      je suis un garçon ano restrictif
      depuis quelques mois je glisse
      de 70kg au mois de mai je suis a 57 fin juillet
      je fond et je m’enfonce
      solitude et incomprehension de l’exterieur
      tu sais je suis ano depuis l’age de 12ans j’en ai 33 et quand un probleme survient dans mavie je glisse doucement
      il faut garder courage
      je t’ecris car les garçons ano c’est rare et il faut sans doute que l’on s’aide les uns les autres
      je te laisse mon mail rstieff@noos.fr
      juliananorexique.unblog.fr
      a plus
      j’espere
      julian de paris

      [Répondre à ce message]

    • > help me ! please help me...
      24 juillet 2006 , par
        [retour au début des forums]
      http://www.vittoria-pazalle.com

      Bonjour,

      L’anorexie touche principalement le sexe féminin mais il est tout à fait vrai que les garçons peuvent être touchés. On n’en parle pas assez car ceux-ci osent rarement en parler tant cette maladie est assimilée au sexe féminin.

      Avez-vous eu un choc émotionnel ou une grande déception récemment ? En effet, un état dépressif peut conduire à l’anorexie avec une perte d’appétit importante, amaigrissement, dégoût de la nourriture et grande tristesse.

      Je comprends très bien votre solitude car votre famille ne doit pas trop connaître ce problème car se nourrir est généralement un plaisir.

      Pour sortir de ce cercle vicieux de solitude, je vous conseille d’en parler à un spécialiste des Troubles du Comportement Alimentaire qui lui ne vous jugera pas et d’aller dans des sites spécialisés où vous pourrez discuter avec des personnes qui traversent les mêmes affres et qui vous comprendront (cf. http://www.vittoria-pazalle.com/Liens.html).

      Il ne faut pas avoir honte de votre état et vous isoler, et en en discutant avec un thérapeute vous comprendrez certainement la raison de cette perte d’appétit qui est comme un signal de ce que vous vivez à l’intérieur de vous (choc émotionnel notamment une rupture, la séparation des parents, un éloignement, un échec, le décès d’un proche, une grande déception, etc).

      Surtout ne restez pas replié sur vous-même durant les vacances, sortez et changez-vous les idées car l’anorexie finit par provoquer des idées noires. En allant sur des forums sur les TCA, vous pourrez notamment dialoguer avec d’autres hommes.

      Bravo d’avoir eu le courage d’écrire sur ce site car peu d’hommes osent le faire tant la pression est grande sur l’image masculine supposée forte et solide ; or même un homme peut être très sensible, très émotif, ne pas savoir comment se confier et gérer ses émotions.

      Vittoria

      [Répondre à ce message]

      • Re : help me ! please help me...
        2 août 2006 , par
          [retour au début des forums]

        Merci de votre réponse, je refléchi mais je ne trouve pas de cause à cette chose...je fait des études que je réussi avec succés, j’ai une famille et des amis qui m’aiment, même si ils ne me comprennent pas,il y a juste ce corps dans lequel je vie, dans lequel je ne me sent pas "chez moi".j’en parle déja bcp avec des personnes que j’ai rencontré sur le net, cela m’aide, même si ce n’est que des mots.

        J’ai également vu votre site qui m’a aidé a comprendre bcp de chose, je vai souvent relire certains passages qui me redonne du courage et l’envie de m’en sortir.j’arrive aussi à ne plus y penser, durant des journées complétes, mais le soir venu, quand je me retrouve seul dans ma chambre, c’est a nouveau l’angoise et les pleurs qui viennent me tenir compagnie.

        Je ne me sent pas encore prés à en parler à un spécialiste, pour l’instant j’ai juste l’envie et la conviction que je vais m’en sortir. la percepective d’un avenir meilleur, d’une vie "normale" me motivent, mais c’est dur...

        quelque soit la suite je tiens à vous dire merci encore une fois, je ne connai que votre nom mais vos écrits m’aide à survivre.

        Merci beaucoup, sincérement JC

        [Répondre à ce message]

    > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
    30 mai 2006 , par   [retour au début des forums]

    moi aussi j’étais du méme point mais il faut se dire que sa ne doit pa etre votre destin faitent vous aider et n’imaginez pas sa comme reproche a vos enfants

    > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
    13 avril 2006 , par   [retour au début des forums]
    BouliAna

    BouliAna est un site d’information et de soutien portant sur l’anorexie, la boulimie et la dépression.
    Il vise à prévenir l’apparition des TCA et des troubles dépressifs et à accompagner ceux qui en souffrent.
    Ce site propose également un forum d’entraide et de prévention sur lequel un psychiatre et une diététicienne interviennent.

    > pas certaine
    5 février 2006 , par   [retour au début des forums]

    g 19 ans et cela fait 1 ans ke je crois l’être, je me fait vomir après avoir mangé des quantités c’est à dire ma crise ou sinon je me restrains de mangé, mais je reste toujours autour du même poid pourriez vous m’aider svp ?

    • > pas certaine
      8 juillet 2006 , par
        [retour au début des forums]

      A 14 ans j’ai fait une dépression à cause des relations que j’avais avec les élèves de ma classe depuis, je fait un rejet presque total sur la nourriture. Je ne mange presque pu de peur de vomir qui est d’ailleurs une phobie que j’ai depuis toute petite. Depuis ce temps là , je n’arrive plus à m’en sortir je rejette mon corps que je trouve maigre, je n’ai plus beaucoup de forces je pèse 38kg pr 1m58 et ça m’inquiète énormément et ça inquiète mes proches. Je fais dépression sur dépression et je ne sais plus quoi faire pour m’en sortir. Je me bats constament avec moi même pour essayer de reprendre du poids mais cela devient trop dur. Je ne sais pas vraiment si je suis anorexique, mon médecin m’a dit que non mais la perte de poids devient trop importante et si quelq’un veux m’aider il peut me laisser un message sur : marilyne591@hotmail.com
      Je vous remercie d’avance.

      [Répondre à ce message]

      • > pas certaine, toi tu sais mieux que lui ;
        21 juillet 2006 , par
          [retour au début des forums]

        je ne pense pas pouvoir t’aider car cela fait 7 ans que je suis ano. au pire de ma situation j’ai pesée 33 kilos pour 1m72. tous ceux qui me connaissaient avant étaient hyperaffolés. pendant quasiment deux ans, j’ai cru que j’était sur la bonne voie de guérison, j’ai repris du poid ; maintenant je pèse environ 55 kilos, mais je ne suis pas guérie. je fais encore pas mal de restrictions. mais j’essaie de m’obliger à manger avec des amis, même si c’est un truc avec lequel je me sens mal, je reste avec eux le plus lontemps possible apres avoir mangé et j’essaie de m’occuper avec eux, et de faire des trucs intéressants et, surtout, prenant pour l’esprit, histoire de ne pas penser à la nourriture. j’habite seule et si je ne veux pas manger c’est très facile pour moi.
        change de medecin, car tu es dans ce que j’appelle la "frontière pile" du poid en dessous duquel tu ne dois pas descende. le mieux c’est que tu trouves un psy qui soit adapté à toi. j’en ai trouvée une très bien quand je vivais en france, mais maintenant je suis aux us, c’est plus complexe.
        bon courrage. l’ano est un truc très solitaire, celui qui ne l’a pas véccu ne peux pas le comprendre réellement. la question est de comprendre pourquoi tu ne veux pas vivre ?(ne pas manger c’est mourir, donc si tu ne veux pas manger tu veux mourir)
        est ce qu’il y a un truc qui pourrait inverser la tendance ?
        comment ?
        je n’ai malheureusement pas la réponse à ces questions ; et certainement si je l’avais elle serait personnelle et donc inutilisable pour toi.
        je pense que tes problèmes avec tes camarades de classe sont une conséquence de ton état, et peut-être aussi une sorte d’excuse pour l’expliquer, comme celles que j’utilisais pour ne pas manger. mais la question n’est pas vraiment là. maintenant quand je ne mange pas, ou peu, j’essaie d’assumer, et je dis c’est parce que je suis anorexique, et que ce n’est pas pour faire de mon corps une silouette de mannequin. les gens ne comprennent pas car ils considèrent que je suis une femme "parfaite" : "très belle (1m72, blonde, yeux bleux ; les parfaits critères cannons actuels),très intelligente (26 ans en fin de doctorat en gestion), et très tallentueuse (je suis aussi chanteuse lyrique, j’étudie au conservatoire à Paris). j’ai beau prendre ça avec humour et expliquer que la perfection n’existe pas. je sais aussi pourquoi ils me considèrent parfaite, je ne veux pas exister.
        je renouvelle mes encouragements à trouver un psy.
        bonne chance.

        [Répondre à ce message]

        • > pas certaine, toi tu sais mieux que lui ;
          24 juillet 2006 , par
            [retour au début des forums]
          http://www.vittoria-pazalle.com

          Merci Camille,

          En effet, le désir de perfection et de contrôle sur tout sont caractéristiques des TCA.

          Or comme vous le soulignez si bien, on peut être "apparemment bien" (jolie, intelligente, gentille, serviable, douce) aux yeux des autres mais être très mal "à l’intérieur" (manque de confiance en soi, absence d’estime de soi, tristesse, peurs viscérales de l’échec, du rejet, de l’abandon...).

          Bravo pour votre témoignage car l’apparence peut effectivement être trompeuse, et c’est notamment ce qui donne tant de mal à diagnostiquer tôt ces troubles.

          Et grâce à une thérapie, on peut peu à peu dénouer certains noeuds profondément enfouis.

          Vittoria

          [Répondre à ce message]

      • > pas certaine
        24 juillet 2006 , par
          [retour au début des forums]
        http://www.vittoria-pazalle.com

        Bonjour Maryline,

        Je vous réponds en privé et vous conseille en attendant de vous renseigner sur l’émétophobie.

        Vittoria

        [Répondre à ce message]

      • > pas certaine
        26 septembre 2006 , par
          [retour au début des forums]

        Salut,
        en lisant ton message, j`ai eu l`impression que c`était moi qui l`avait écrit.J`ai le même problème que toi. Pendant plusieurs années, j`avais tellement peur de vomir que je me suis privé de nourriture. Je ne peux malheureusement pas te dire de quoi toi et moi on souffre car bien que j`ai rencontré des dizaines de médecins, aucun d`eux n`a pus dire de quel trouble alimentaire je souffrais. Pendant plusieurs années, on m`a dit que j`étais anorexique parce que je ne mangeais pas mais à un moment donné, ils se sont rendu compte que je souffrais d`un autre type de trouble alimentaire sans pouvoir lui donné un nom. Aujourd`hui, j`ai toujours un peu peur mais ça ne m`empêche plus de manger et j`ai maintenant un poids normal. Je suis une thérapie pour m`en sortir et ça va plutôt bien. Ne lâche pas et n`ésite pas à demander de l`aide. Bonne chance. Tu peux m`écrire si tu veux. Je comprends ce que tu vis.

        [Répondre à ce message]

    > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
    5 janvier 2006 , par   [retour au début des forums]

    depis 9 mois ma meilleure amis a maigri en ce moment elle devrai etre a l’hopital,elle n’y est pas grace a son moral de ce cote la tout va bien mais de l’autre ce pas terrible et je m’inqite beaucop a son sjet pour ne pas lui faire de peine je lui dit et je le dit au autre qu’elle n’est pas anorexic , que je la crois moi,et pourtant je me doute bien et je sais bien qu’elle l’est mais il y a deja tellement de gent qu’y le lui dise apparement cela lui fait du bien que je ne sois pas comme les autres a le lui dire j’espere faire le bon choix... j’ai 14 ans ce la n’est pas une tache facile pour moi mais je tiendrais le coup car elle est comme ma moitie et c’est la seule persone en qui j’ai confiance...
    merci pour ces temoignage car cela ma aide a comprendre un peux mieux mon amie...

    • > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
      21 juillet 2006 , par
        [retour au début des forums]

      l’hospitalisation n’est pas le meilleur moyen. j’ai failli être hospitalisée pour anorexie 34 kilos pour 1m72, et je sais pertinement que si je l’avait été, je me serais laissée mourrir. mes amis ont toujours été là pendant les moment les plus durs de mon ano, et je peux dire que c’est grâce à eux que je suis en vie aujourd’hui. un jour, j’étais dans la rue et une de mes meilleures amie m’a pris par les épaule, m’a secouée, et m’a dit "tu n’as pas le droit de mourrir parce que nous on t’aime". je ne pense pas que s’était une bonne raison, mais c’est quelque chose de gravé dans ma mémoire. surtout ne romps jamais le fil avec ton amie. essaie de lui donner des engagements qu’elle doive tenir. une autre de mes meilleures amie m’a demandée de recréer un opéra oublié avec elle et tout un groupe (je suis aussi chanteuse). comme je lui avais dit oui, j’étais obligée de tenir ma promesse, c’est un engagement qui m’a sauvé et m’a empêché de mourir, car chaque fois que je chantais avec eux j’avais besoin d’un peu d’energie et je mangeais un peu.
      nier l’ano de ton amie n’est pas une solution. en parler tout le temps non plus. les gens ne comprennent pas ce que c’est, et chaque fois qu’ils en parlent et font des reproches, et même parfois sans en faire, s’est très culpabilisant. c’est vraiment difficile d’être dans la balance avec ça.
      si tu peux parler avec la famille de ton amie, c’est aussi important. pour leur faire comprendre qu’ils ne sont pas responsables, et que les grands drames ne servent à rien, mais que leur présence avec partimonie et discretion est bonne. mes parents et mes soeurs ont beaucoup souffert de mon état (le problème c’est qu’il n’y a pas que l’ano qui souffre là, même toi tu es dans l’enfer), et n’ont pas toujours trouvé des personnes avec qui en parler.
      essaie de manger avec ton amie (a son rythme,pas trop en quantité, mais suffisament et de tout), et de faire ça de manière ludique. nouvelle nouriture à découvrir, et autres inventions. reste avec elle au moins 3 heures après les repas pour ne pas qu’elle vomisse. et pendant ces trois heures fait des choses très interessantes et prenantes pour l’esprit, pour qu’elle n’ai pas l’occassion de penser, si oui ou non elle avait raison de manger, combien de calories, etc...
      j’espere que ton amie va aller mieux, et surtout, si tu vois qu’elle a repris un poid normal, reste très vigilente et continue a l’investir, car on peut rester anorexique sans que personne ne s’en rende compte vraiment.
      bon courrage

      [Répondre à ce message]

    > Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse
    4 novembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    DU SOLEIL APRES TANT DE GRISAILLE CA VAUT LE COUP

    je m’appelle aurore j’ai 26 ans et je connais bien ce problème ou plutôt devrais-je dire cet enfer en effet je me suis fait hospitalisée au mois de mai cette année enfin ! oui car je vivais ce cauchemar depuis l’âge de 14 ans perdue dans ma solitude mon chagrin mon incompréhesion face à ce monde que je trouvais si cruel et si triste mon refus de grandir mon hypersensibilité mon manque de confiance en moi et d’estime de moi je me retrouve complétement dans le témoignage de vittoria lorsque je me suis fait hospitalisée je ne pesais plus que 30 kg mais le pire c’est qu’au bout de tant d’année mon corps s’y était habitué et je n’avais aucune conscience de l’état d’urgence dans lequel j’étais je dois dire que l’hospitalisation m’a apporté beaucoup je pèse aujourd’hui 49 kg mais je sais que mon travail n’est pas terminée je continue de voir mon psychiatre et mon psychologue et parfois je souffre encore terriblement mais le témoignage de vittoria m’a fait beaucoup de bien je voudrais la remercier du plus profond de mon coeur et lui dire bravo oui mille bravos !!!!!
    a bientôt aurore

    > Comment aider une personne atteinte d’anorexie ??
    8 juin 2005 , par   [retour au début des forums]

    Je tiens tout d’abord a vous féliciter pour ce site qui parle vraimen de cette maladie qui est l’anorexie en détail (pas comme d’autres sites) et qui permet de mieux commprendre la vie d’une anorexique. G découvert il y a trè peu de temps ke ma meilleure amie est anorexique : elle n’a pa mangé depui plus d’une semaine et à chaque fois qu’elle avale un truc elle se fai vomir juste après. G très peur pour sa santé é je voudrai avoir des conseils pour savoir commen je pourai l’aider. Le témoignage d’une anorexique qui s’en serrai sorti m’aiderai beaucoup à mieux comprendre cette maladie et à savoir commen la combattre. Aider moi svp Voici mon adresse email : Seb_32@hotmail.fr.

    • > ancienne anorexique en pleine forme
      5 mai 2006 , par
        [retour au début des forums]

      Salut, j’ai moi aussi été anorexique. Tout a commencé au collège, je voulais faire un régime car mon frère n’arretait pas de me répéter que j’étais grosse, que j’avais du ventre et un gros cul (alors que je faisais 52 kg pour 1m64, ce qui est un poids normal !!). Au lycée, l’année de la 1ère a été la plus difficile pour moi car je n’allais plus au self avec les copines, j’allais aux soirées, mais je ne touchais à rien de ce qu’il y avait sur la table, quand j’allais au café, boire un jus d’orange ou autre chose me rendait malade car trop sucré alors je demandais systématiquement de l’eau !J’avais peur de la moindre calorie qui me ferais grossir et pourtant j’étais maigre pour les autres (mais je ne le voyais pas). Plus je perdais du poids, plus j’étais fière de moi, j’avais un sentiment de superiorité car j’arrivais à maitriser un besoin auquel les autres ne pouvaient se passer : manger. Et pourtant, plus je maigrissais et plus je me trouvais grosse !! Je pesais alors 42kg pour 1m67 (IMC= 15). Puis je suis tombée dans la boulimie. Je ne mangeais toujours rien dans la journée, mais toute la journée je la passais à me demander ce que j’allais pouvoir avaler en rentrant à la maison. Je vivais chez mes parents alors j’espérais qu’ils n’étaient pas là quand je rentrerai. Je dévalisais alors le frigo (reste de riz froid, pates froides, fromage, yaourts...) et quand je savais qu’il n’y avait rien qui me tenterai, je passais à carrefour avant de rentrer et j’achetais des paquets de gateaux. Je pouvais en avaler 5 paquets en un temps record ! quand j’ouvrais le dernier paquet, même si j’étais totalement écoeurée, je savais que je le finirai car il était hors de question pour moi de ne pas finir un paquet entamé !!!Finalement je me dégoutait tellement que j’ai fini par en parler à mes parents qui ont essayé de me faire du chantage pour que j’arrete (plus de gateau=des vacances avec les copains...etc)mais ça ne marchait pas. Un jour j’ai eu le déclic pour arreter et c’est ainsi que je m’en suis sortie. Mais je sais que je suis toujours très fragile psychologiquement et pourtant c’était il y a 6 ans. Maintenant, j’ai 24 ans, je suis infirmière et j’ai toujours en moi cette peur de grossir. J’ai peur de franchir la barre des 50 kilos, de changer de Dizaine.
      J’en ai jamais parlé comme ça à part dans mon journal à l’époque, mais ça fait du bien d’en parler, de me rappeler l’horreur que j’ai vécu.
      L’entourage est très désarmé face à une anorexique ou une boulimique. Elle ne veut pas entendre ce que les autres peuvent lui dire. Quand on me disait que j’étais maigre, je ne les croyais pas puisque je ne me voyais pas maigre. Et puis je me sentais en pleine forme (du moins au début).
      Voilà, un petit régime s’est transformé en obsession et m’a gaché pas mal de bons moments que j’aurais pu avoir.

      [Répondre à ce message]

      • > une maman en détresse qui souhaite que celà cesse..
        18 mai 2006 , par
          [retour au début des forums]

        BRAVO POUR TON COURAGE ET TA TENACITE ; DANS TON RECIT JE VOIS MA FILLE Julie 19 ans qui a été anorexique et maintenant boulimique et qui se fait vomir après les repas. ELLE AUSSI DEVALISE LE FRIGO, je retrouve dans sa chambre les paquets de gateaux vides, plaques de chocolat Etc... elle avait vu un psy (homme) puis a arrêté en disant que celà ne servait à rien, depuis elle ne voit personne elle ne voulait pas, puis à force d’en parler ensemble ,elle est d’accord pour voir quelqu’un mais pas facile de trouver une psy "femme" et de plus conventionnée, car nous sommes de gens modestes, et je ne peux pas "payer" 100 euros par semaine pour qu’elle se fasse suivre, donc nous sommes en recherche actuellement sur Paris d’une psy (spécialisée dans les TCA) et conventionnée.De lire votre message m’a fait du bien j’espère un jour que ma fille julie pourra témoigner dans le même sens que toi, et là je sais qu’elle ne souffrira plus et nous non plus. Je t’embrasse et encore bravo
        Une maman en détresse.

        [Répondre à ce message]

        • > une maman en détresse qui souhaite que celà cesse..
          19 mai 2006 , par
            [retour au début des forums]
          Anorexie et boulimie : parents, aidez votre enfant en détresse

          Bonjour Madame,

          Je vous propose le lien suivant : http://www.vittoria-pazalle.com/Liens.html.

          A la partie "Sites spécialisés" vous trouverez des sites qui donnent des adresses précises (cf. Enfine, Gefab, Anorcri, Anoboul...).

          Vous verrez qu’il existe en effet des psychiatres spécialisés dans les TCA.

          Votre fille n’a peut-être pas senti le premier psy., mais dès qu’elle aura trouvé celui/celle qui lui convient, elle arrivera enfin à s’exprimer sur ce qui la fait tant souffrir.

          Plus précisément, les TCA sont comme des "signaux" de conflits trop profondément enfouis (ex. choc émotionnel, séparation, divorce, décès, humiliation, etc).

          Si votre fille veut sortir de son isolement, je lui conseille également des forums spécialisés dans les TCA où elle pourra discuter de ses soucis et de son intimité en tranquillité avec des personnes qui traversent les mêmes troubles et essaient de s’en sortir.

          En effet, s’exprimer aide à relativiser et dédramatiser.

          Même si elle a honte de son état, ce que l’on ressent très généralement avec la boulimie et ses "crises" pulsionnelles, dites-lui bien que ces troubles ne sont pas un hasard et qu’ils étouffent de profonds problèmes qu’elle doit enfin oser verbaliser.

          Vittoria

          [Répondre à ce message]

      • > ancienne anorexique en pleine forme
        20 mars 2007 , par
          [retour au début des forums]

        doubidoum !!!
        salut , j ai mon ex petite amie qui est anorexique depuis 2 ans je suppose , je ne sai pas grand chose sur ce qu elle vit parcequ il y a la distance qui nous sépare qui est de 300 km , j ai beau lui envoyé 12 milles messages mais je suis sans réponse de sa part , elle ne m appele pas et si c est moi qui l appele elle ne me répond pas ! Je veux l aider a s’en sortir , je ne veux pas qu il lui arrive quelque chose parcequ elle est cher a mon coeur meme si c est moi qui l ait quitté il y a 12 ans , on a toujour garder contact malgrés cette rupture qui n en a jamais été une réellement ! je pense que pour l aider il faut lui occuper son esprit le plus souvent possible afin qu elle évite d avoir ces pensées négative , lui faire comprendre aussi que je suis là pour l aider et non pour la juger .Je suis sur et certain que je peux la sortir de cet enfer . je compte allé la voir d ici deux semaines , j aimerai que tu me dises ce que je dois faire ou ne pas faire , dire ou ne pas dire , le comportement que je dois adopter face a elle afin d éviter tout probleme et de faire en sorte que le momment qu elle passera avec moi lui donnera l envie de se donner les moyens de s en sortir . Heureusement elle a une fille de 3ans qui fait qu elle se raccroche a la vie ! une derniere question : y a t il un danger qu elle chute plus profondément une fois que je l aurai quitté par rapport au momment que l on aura passer ensemble ? Là est ma crainte , je ne voudrai en aucun cas que ça arrive , je m en voudrai !

        [Répondre à ce message]

      • > ancienne anorexique en pleine forme
        5 février 2008 , par
          [retour au début des forums]

        coucou mamzelle bOn je t’ecrit kar j aimerai prendre kOntact avec tOi enfiin si tu le veux avec toi ou d otre personne ki soufre ou souffrer d anorexie je te laisse mon andresse msn babyloveuz18-44@hotmail.com jspr a tou biento
        smouaaakkk

        [Répondre à ce message]

        • Message
          11 mai 2008 , par
            [retour au début des forums]

          Coucou,
          Je n’ai pas eu le temps de lire tous les commentaires.Je suis moi même une ancienne anorexique, et si je pouvais résumer ce qui m’a manqué, et ce que je voudrais faire passer à tous les proches de personnes anorexiques :
          La nourriture n’est pas le problême de départ, alors plutôt que de vouloir soigner les conséquences en nous forçant à manger et nous faisant culpabiliser un peu plus, prenez le problême à la base, soyez proches, aidez nous, demandez nous, "comment ça va aujourd’hui", est ce que t’as passé une bonne journée, qu’est ce que tu as fait..", plutôt que qu’est ce que tu as mangé.Interressez vous à nous pour nous redonner confiance, et non à notre estomac.Merci

          Je parle en disant nous, parce que à cette époque, voila, ce qu’il aurait fallu que mes proches comprennent, plutot que de me juger et de dire elle chiale encore, elle bouffe rien, devant tout le monde pour nous humiler ancore un peu plus.Quand on est anorexique, on reste une personne, qu’il faut respecter, et non se permettre de dire n’importe quoi parce que de toute manière on n’a aucune défense.

          [Répondre à ce message]

          • Message
            5 octobre 2008 , par
              [retour au début des forums]
            e-book

            Sujet : Marie, Ce Livre Peut Vous Sauvez la VIE !

            Bonjour

            * Si vous rencontrez des problèmes de surpoids et souhaitez perdre plusieurs kilos.
            * Si vous avez une maladie, et que vous voulez la voir disparaître.
            * Si vous êtes régulièrement malade, et que vous souhaitez ne plus l’être
            * Si vous avez ou connaissez des gens ayant des maladies lièes a la nutrition ( boulimie, anorexie...)

            ... VOUS NE DEVEZ EN AUCUN CAS, PASSEZ A COTE DE CE LIVRE :

            http://pmaudio.fr/marie/

            Il s’agit d’un livre autobiographie, qui va bien au-delà d’une simple histoire.
            Marie ( son auteur ) vous dévoile :

            - Comment elle est sortie de sa maladie, la boulimie, et elle donne ses secrets,
            qui peuvent aider à soigner toute maladie.

            - Comment elle est arrivée à perdre du poids rapidement.

            - Un élément crucial dont votre être a besoin pour guérir.

            - et bien plus ...

            Pour en savoir davantage

            http://pmaudio.fr/marie/

            Bien amicalement

            Marie-francoise

            [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin