| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 3 octobre 2007


Lettre d’opinion
Une campagne de vaccination contre le VPH : mais encore ?

par Nathalie Parent, coordonnatrice de la FQPN






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Mon accouchement, mon choix !
Le cancer du sein est une maladie, non une occasion de marketing
L’OMS appelle à agir au delà du secteur de la santé pour améliorer la santé des femmes
Corps féminin – désaccord/accord
La maternité, une question politique
La puberté précoce chez les filles. La nouvelle "norme" et pourquoi il y a lieu de s’inquiéter
À la santé d’un système public !
À vous, Québécoises, Québécois, malades ou en santé, riches ou pauvres : vigilance !
Décourager l’écoute de la télévision réduirait les risques d’obésité
Non aux mesures de contrôle ! Isolement, contention et substances chimiques
Soigner le système de santé par une augmentation de la part du privé : à diagnostic erroné, traitement nocif
Santé - Le Conseil du statut de la femme rejette le rapport Castonguay
Anorexie mentale - Dompter la douleur
L’ego et l’anorexie mentale
Note concernant le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)
Le RQASF demande un moratoire sur le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)
Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
J’ai enfin maigri une fois pour toutes !
La Thaïlande ose les génériques
Le marché de la beauté... un enjeu pour la santé - Colloque
Où en sommes-nous avec la grippe aviaire ?
Troubles du comportement alimentaire et découverte de la féminité
Compenser les donneurs de sperme ou d’ovules n’est pas LA solution
Semaine de sensibilisation au DES : de l’information, non de la publicité sur les médicaments
Un hommage aux organisations communautaires vouées à la santé des femmes
Image corporelle et identité féminine
Les femmes des régions rurales au Canada ont un accès limité aux services de santé
La néo-médicalisation et la santé reproductive des femmes
Journée sans diète, Coalition Corps-Accord
Au tour du Service à la condition féminine au MSS ?
Les prestations de compassion ne tiennent pas compte de la réalité
L’amitié entre femmes serait bénéfique pour la santé
Cessons de voir les infirmières comme un problème budgétaire
Hormonothérapie : les femmes ont été trompées
Le traitement hormonal de la ménopause augmente les risques de cancer du sein
Le Réseau canadien pour la santé des femmes





THEMES ABORDES :

papillome humain, vaccination, Québec, PAP

Le gouvernement du Québec a annoncé la mise sur pied d’une campagne de vaccination contre le VPH (virus du papillome humain) à partir de l’année scolaire 2008. Probablement pressé de réclamer sa part du gâteau fédéral de 300 millions $, le Québec a-t-il pris le temps de bien penser sa stratégie d’action ? La Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN) croit que non.

Le vaccin GardasilMC n’immunise pas contre toutes les formes de cancer du col de l’utérus, mais contre deux souches de VPH responsables d’environ 70 % des cas de cancer du col. Même chose pour ce qui est de la protection offerte par le vaccin contre les verrues génitales qui protègerait les femmes dans environ 90% des cas. Le vaccin n’offre donc pas de protection complète ni contre le cancer du col, ni contre les verrues génitales.

C’est pourquoi la FQPN partage les inquiétudes de nombreuses personnes qui craignent que la campagne de vaccination contre le VPH puisse procurer un faux sentiment de sécurité et conduire à une diminution du recours aux tests de Pap et au dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS). Répétons-le, une campagne de vaccination contre le VPH ne diminuera pas le besoin pour les femmes de faire un test de Pap de façon régulière, ni de se prémunir contre les autres formes d’ITSS, ni d’avoir accès à des services complets en matière de planning des naissances et de santé sexuelle, ni d’avoir accès à un programme d’éducation sexuelle dans les écoles digne de ce nom, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle.

De plus, la FQPN constate que l’accès à l’ensemble de ces services est déjà très limité dans le réseau public de la santé. Moins de 25 % des établissements de la santé offrent des tels services. Et connaissant la difficulté d’avoir accès à un médecin de famille au Québec, il devient de plus en plus difficile pour les femmes d’obtenir le test de Pap de façon régulière et de recevoir les services et les suivis appropriés. Ainsi, au Québec, le taux de participation des femmes au dépistage par le test de Pap est un des plus bas au Canada (1).

Selon certaines études, les femmes les plus à risque de développer un cancer du col et d’en mourir sont les femmes marginalisées sur le plan socioéconomique et qui n’ont pas accès au dépistage ni aux suivis médicaux nécessaires. Considérant que même vaccinées, les femmes devront recourir au test de Pap, ne serait-il pas préférable d’en faire la promotion et d’en accroître l’accès, notamment auprès des femmes les plus à risque ? Ne serait-il pas pertinent de permettre aux infirmières de faire les tests de Pap ?

Les statistiques en matière d’infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) sont aussi très peu reluisantes au Québec. Les données en 2005 indiquent que la plupart des infections sont en augmentation ou demeurent à des taux élevés. Par exemple, les cas de chlamydiose (principale cause connue d’infertilité chez les femmes) se comptent par milliers chaque année et ont doublé depuis les 10 dernières années. Cette infection est très répandue dans tout le Québec chez les jeunes âgés entre 15 et 24 ans.

Dans un contexte où l’éducation sexuelle dans les écoles n’est plus une priorité et est devenue aléatoire, il est clair qu’il reste encore beaucoup à faire en matière d’éducation, de promotion de la santé sexuelle et reproductive et d’accès à des services complets. De plus, considérant la nouveauté du vaccin et le manque de connaissances sur des aspects qui nous apparaissent essentiels (tel que la durée de protection du vaccin et ses effets à long terme sur la santé), il est dommage que le gouvernement du Québec n’ait pas profité de cette occasion pour revoir ses politiques sur les soins de santé reproductive et sexuelle, et notamment pour évaluer la place d’un programme de vaccination dans ce contexte.

Note


1. Au Québec, le taux de participation des femmes au dépistage par le test de Pap est d’un peu moins de 70 %. Plus de 530 000 femmes âgées de 18 ans ou plus rapportent n’avoir jamais eu de test de Pap au cours des trois dernières années. De ce nombre, 365 000 disent n’en avoir jamais eu.

Nathalie Parent, coordonnatrice
Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN)
Tél. : (514) 866-3721

Montréal, le 1er octobre 2007

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 octobre 2007

- Pour information sur le VPH : voir ce site.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Nathalie Parent, coordonnatrice de la FQPN



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin