| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 11 décembre 2008

À la santé d’un système public !

par Christiane Pelchat, déléguée générale du Québec à Mexico






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Mon accouchement, mon choix !
Le cancer du sein est une maladie, non une occasion de marketing
L’OMS appelle à agir au delà du secteur de la santé pour améliorer la santé des femmes
Corps féminin – désaccord/accord
La maternité, une question politique
La puberté précoce chez les filles. La nouvelle "norme" et pourquoi il y a lieu de s’inquiéter
À vous, Québécoises, Québécois, malades ou en santé, riches ou pauvres : vigilance !
Décourager l’écoute de la télévision réduirait les risques d’obésité
Non aux mesures de contrôle ! Isolement, contention et substances chimiques
Soigner le système de santé par une augmentation de la part du privé : à diagnostic erroné, traitement nocif
Santé - Le Conseil du statut de la femme rejette le rapport Castonguay
Anorexie mentale - Dompter la douleur
L’ego et l’anorexie mentale
Note concernant le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)
Une campagne de vaccination contre le VPH : mais encore ?
Le RQASF demande un moratoire sur le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)
Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
J’ai enfin maigri une fois pour toutes !
La Thaïlande ose les génériques
Le marché de la beauté... un enjeu pour la santé - Colloque
Où en sommes-nous avec la grippe aviaire ?
Troubles du comportement alimentaire et découverte de la féminité
Compenser les donneurs de sperme ou d’ovules n’est pas LA solution
Semaine de sensibilisation au DES : de l’information, non de la publicité sur les médicaments
Un hommage aux organisations communautaires vouées à la santé des femmes
Image corporelle et identité féminine
Les femmes des régions rurales au Canada ont un accès limité aux services de santé
La néo-médicalisation et la santé reproductive des femmes
Journée sans diète, Coalition Corps-Accord
Au tour du Service à la condition féminine au MSS ?
Les prestations de compassion ne tiennent pas compte de la réalité
L’amitié entre femmes serait bénéfique pour la santé
Cessons de voir les infirmières comme un problème budgétaire
Hormonothérapie : les femmes ont été trompées
Le traitement hormonal de la ménopause augmente les risques de cancer du sein
Le Réseau canadien pour la santé des femmes







Mot de la présidente, dans l’édition de janvier-février 2009, de La Gazette des femmes, Conseil du statut de la femme.

Les investissements en santé sont considérés comme prioritaires par 56 % des femmes (Le Devoir, juin 2008). Faut-il s’en étonner ? Dès l’adolescence, les femmes sont amenées à fréquenter les institutions de santé, système de reproduction oblige ! De plus, ce sont toujours les femmes qui, en majorité, s’occupent de la santé des enfants et de leurs proches parents ou beaux-parents. L’État québécois a choisi de se donner un système qui respecte le droit à la dignité, qui prévoit que toutes les personnes sont d’égale valeur et ont le même droit à la vie, peu importe leur revenu. Notre système de santé a été conçu à partir des valeurs collectives de solidarité et d’équité entre les personnes. Pour les femmes, le financement public de notre régime est un des leviers pour l’atteinte de l’égalité entre les sexes.

Il y a un an, le gouvernement a reçu avec circonspection le rapport du Groupe de travail sur le financement du système de santé (rapport Castonguay). Depuis, cinq comités se penchent sur ses recommandations. Aussi, un règlement précisant les champs de pratique des centres médicaux spécialisés a été adopté et sera en vigueur en mai 2009. Alors que le projet de loi 33 parlait de trois actes chirurgicaux spécialisés, ce règlement hausse le nombre à au moins 50 traitements médicaux spécialisés (assurés et non assurés) pouvant être réalisés hors d’un établissement public, sans lien avec un problème d’accès. L’introduction du privé dans les soins qui sont actuellement couverts par l’assurance maladie constitue une brèche dans les principes d’universalité et d’accessibilité comme on les connaît.

Le Conseil demande au gouvernement de ne pas élargir la place déjà consentie au privé. Pourquoi ? Dans un premier temps, il est persuadé que profit ne rime pas avec santé des femmes. En effet, rappelons que dans toutes les catégories d’âge, les femmes sont les plus pauvres. Les femmes touchent toujours 30% de moins de revenu que les hommes au Québec. Elles vivent plus longtemps et, de ce fait, utiliseront plus longtemps les services de santé. Aussi, comme elles constituent 80% de la main-d’œuvre dans le domaine, elles sont grandement affectées par des changements de notre régime.

Une augmentation de l’offre des services par le privé aggravera la pénurie de main-d’œuvre parmi les infirmières et les médecins. Si nous permettons aux médecins de pratiquer dans un régime mixte, on risque fort de vivre, comme en Angleterre, une pénurie plus grande, puisque l’attrait des gains plus élevés incite les médecins à quitter le public pour le privé.

Le Conseil s’interroge toujours sur la façon dont seront financés les services dans les cliniques spécialisées. L’entreprise privée demandera un retour sur son capital investi. Assisterons-nous de nouveau à l’imposition de frais dits « accessoires » pour permettre à l’investisseur de faire du profit ? Si nous permettons à l’assurance privée de défrayer ces services, qui pourra en profiter ? Les femmes sont moins riches, donc pourront difficilement souscrire à des assurances privées. Les personnes déjà malades auront accès difficilement à ces assurances, le risque étant trop grand. Ironiquement, dans une étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), il a été démontré que « l’existence des assurances privées duplicatives n’a pas sensiblement réduit les dépenses publiques de santé ».

L’élargissement de la part du privé au-delà du 30% qui lui est déjà consenti dans les soins périphériques (médicaments, soins dentaires, soins de la vue, physiothérapie, services à domicile) n’est pas la solution aux problèmes d’accès aux soins de santé, pas plus qu’à leur financement.

Le Conseil souhaite que le gouvernement maintienne l’esprit du système public de santé dont l’accès est basé sur les besoins et non sur la capacité de payer. Ainsi, le concept de rentabilité sociale en matière de santé doit être le critère retenu. Une population en santé est plus productive et coûte moins cher à l’État. La prévention doit être renforcée et les services de première ligne doivent faire l’objet d’efforts soutenus.

Le Conseil est en faveur de la création d’un fonds dédié au financement de la santé à même nos taxes et nos impôts. Ce fonds mettrait notre système de santé à l’abri des pressions budgétaires résultant des fluctuations de l’économie du marché.

Enfin, pour préserver l’intégrité du système public de soins médicaux et hospitaliers, le gouvernement ne devrait pas hésiter à invoquer la clause dérogatoire. La Charte québécoise des droits et libertés de la personne prévoit, à son article 9.1, la possibilité pour le gouvernement d’agir pour protéger l’intérêt public et nos valeurs communes, comme l’égalité entre les femmes et les hommes.

Christiane Pelchat
Présidente
Conseil du statut de la femme

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 décembre 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Christiane Pelchat, déléguée générale du Québec à Mexico
Conseil du statut de la femme

L’auteure a écrit cet article alors qu’elle était présidente du Conseil du statut de la femme.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin