| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 24 avril 2007

J’ai enfin maigri une fois pour toutes !

par Nathalie Traisnel-Impératori






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Mon accouchement, mon choix !
Le cancer du sein est une maladie, non une occasion de marketing
L’OMS appelle à agir au delà du secteur de la santé pour améliorer la santé des femmes
Corps féminin – désaccord/accord
La maternité, une question politique
La puberté précoce chez les filles. La nouvelle "norme" et pourquoi il y a lieu de s’inquiéter
À la santé d’un système public !
À vous, Québécoises, Québécois, malades ou en santé, riches ou pauvres : vigilance !
Décourager l’écoute de la télévision réduirait les risques d’obésité
Non aux mesures de contrôle ! Isolement, contention et substances chimiques
Soigner le système de santé par une augmentation de la part du privé : à diagnostic erroné, traitement nocif
Santé - Le Conseil du statut de la femme rejette le rapport Castonguay
Anorexie mentale - Dompter la douleur
L’ego et l’anorexie mentale
Note concernant le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)
Une campagne de vaccination contre le VPH : mais encore ?
Le RQASF demande un moratoire sur le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH)
Anorexie et boulimie - Parents, aidez votre enfant en détresse
La Thaïlande ose les génériques
Le marché de la beauté... un enjeu pour la santé - Colloque
Où en sommes-nous avec la grippe aviaire ?
Troubles du comportement alimentaire et découverte de la féminité
Compenser les donneurs de sperme ou d’ovules n’est pas LA solution
Semaine de sensibilisation au DES : de l’information, non de la publicité sur les médicaments
Un hommage aux organisations communautaires vouées à la santé des femmes
Image corporelle et identité féminine
Les femmes des régions rurales au Canada ont un accès limité aux services de santé
La néo-médicalisation et la santé reproductive des femmes
Journée sans diète, Coalition Corps-Accord
Au tour du Service à la condition féminine au MSS ?
Les prestations de compassion ne tiennent pas compte de la réalité
L’amitié entre femmes serait bénéfique pour la santé
Cessons de voir les infirmières comme un problème budgétaire
Hormonothérapie : les femmes ont été trompées
Le traitement hormonal de la ménopause augmente les risques de cancer du sein
Le Réseau canadien pour la santé des femmes







Au-delà de l’obésité, mon histoire est celle d’une blessure psychologique.

Je suis une mère au foyer de 4 enfants. Lorsque j’étais petite, j’ai été violée à plusieurs reprises par un voisin de mon quartier, et je n’avais que 5 ans. Aujourd’hui, j’en ai 37 et c’est trop tard. Il n’a jamais été puni. Je n’avais jamais osé parler jusqu’à ce jour car la peur et la honte étaient au rendez-vous.

Mais aujourd’hui, j’ai décidé que j’avais le droit d’exister et de devenir une femme à part entière, et non un déchet. Un déchet qui, de longs mois, s’est retrouvé derrière les barreaux d’un hôpital psychiatrique voulant à chaque instant mettre fin à sa vie. Tout cela à cause du violeur qui, lorsque j’étais petite, me disait : "Si tu parles, tes parents vont te gronder". (Il me donnait des bonbons pour que je me taise.)

Voilà le drame de ma vie...il n’y a pas de mot face à de tels actes. Surtout qu’à l’âge adulte, à cause des viols de mon enfance, je suis devenue obèse morbide (117 kilos pour 1m69) pouvant à chaque seconde basculer dans la mort, car j’ai continué à manger bonbons et autres friandises pour continuer à me taire.

Pendant des années, j’ai refusé de voir la vérité en face. Je pensais être malheureuse parce que j’étais grosse. Maintenant, j’ai appris à faire la différence entre la cause de mon mal-être intérieur et la conséquence, l’obésité, mon bouclier. Ce bouclier (la graisse, censée me protéger inconsciemment contre toute nouvelle agression) était un peu vicieux car pendant des années j’ai subi les "qu’en dira-t-on" insupportables. De plus, ma santé en prenait un coup, je me mourais lentement...

Peur, honte, culpabilité, manque de confiance en moi, voilà les empreintes indélébiles gravées au corps et à l’âme d’un enfant violé, un enfant qui un jour devient "adulte"...Un violeur m’a arraché ma joie de vivre... J’ai dû me la réinventer pour le bien de mes enfants.

Pourquoi avoir raconté par écrit mon histoire ?

Aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus me taire et de me détacher de ce trop lourd passé insupportable. Le livre est pour moi une étape très importante qui m’a permis d’aller à la rencontre de ma vérité, de la regarder, puis de la comprendre. Le choix de l’héroïne « Nath » m’a permis de me détacher de cette personne qui a tant souffert dans le passé pour enfin renaître en Nathalie. Nathalie qui aujourd’hui mord la vie à pleine dents pour ne voir plus que le présent et l’avenir. De plus, cet ouvrage représente pour moi le procès de mon agresseur qui ne pourra jamais avoir lieu car il y a prescription.

Ce livre est donc le cheminement thérapeutique que j’ai été obligée de faire pour devenir une personne "normale" et renaître à la vie, autant psychologiquement que physiquement, car aujourd’hui, je ne pèse plus que 67 kilos.

Aujourd’hui je n’ai plus honte de dire que j’ai été violée.

Quelques petits conseils

Je voudrais montrer, par mon exemple, à quel point la psychologie est importante.

Le viol créa chez moi un traumatisme aujourd’hui surmonté. Je me suis offert une deuxième chance quant à la vie et, à travers mon témoignage, je souhaiterais lancer un message d’espoir. Dans la vie, chacun-e a le droit de se donner la possibilité de repartir sur des bases solides et vivre, seulement vivre... et non survivre en raccrochant sa vie à un carré de chocolat ou à une rondelle de saucisson...

J’ai connu dans le passé, régime sur régime, yo-yo, boulimie (trouble compulsif alimentaire), déprimes, dépressions...ne comprenant pas la cause de mon mal-être qui me poussait à vouloir toujours manger, même la nuit... C’était un véritable carcan !!! Je n’arrivais jamais à aller au bout de mes régimes et j’en étais démoralisée. Puis, les épreuves de la vie ont fait que j’ai décidé de regarder ma vérité en face et de n’avoir plus peur ni honte. M’étant libérée de ce trop-plein de douleurs, j’ai allié nourriture saine et équilibrée au sport, ainsi j’ai réussi mon combat pour récupérer définitivement mes 67 kilos. Pendant des années, j’ai cru ne jamais y arriver, et pourtant, mon rêve s’est réalisé... J’ai été violée, mais je m’en suis sortie !

Je me suis donnée le temps, mais surtout j’ai trouvé la volonté et la force de me comprendre. Il revient donc à chacun de prendre la décision qui lui convient. L’entourage, les amis les psychologues, les nutritionnistes (diététiciens, endocrinologues...) peuvent apporter de l’aide, mais la solution appartient à chacun d’entre-nous.

J’espère de tout coeur que beaucoup de personnes réussiront. Ma vie a changé, car je m’en suis donné le droit.

J’ai enfin maigri une fois pour toutes ! La métamorphose d’une femme,
Nathalie Traisnel-Impératori, Editions Bénévent, France, 2006.

- Pour en savoir plus : site de l’auteure.
-  Entrevue avec l’auteure.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 octobre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Nathalie Traisnel-Impératori



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin