| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 29 juin 2002

Écrire avec la voix

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Legault et la CAQ - Tout ce caquetage pour si peu
Prostitution = violence - Imitons les féministes françaises
Glissement vers la futilité à Radio-Canada
Souvenirs des Himalayas
Démission de Bernard Landry - Je me souviens...
Qui est le plus violent : le mouvement étudiant ou le gouvernement ?
Espace musique, espace fourre tout à Radio-Canada
La prostitution, c’est du sport !
Branle-bas chez les péquistes... cherchez la femme
Sur le CMAC, les femmes sont "toutes des salopes" et les féministes "des chiennes"
La politique et le désenchantement
Antigone, figure mythique inspirante défiant la loi patriarcale
Les chats de ma vie
Du bonheur à Radio-Canada
Le silence entre les mots
Terre, expérience ratée ?
Les petits bonheurs du jour
Politique et médias
Terreur aux États-Unis
Encore un bel automne tout doux
Chronique du désenchantement ou pour en finir avec la guerre







Le temps n’est pas propice à l’action. Il convient d’attendre, de faire preuve de patience, de laisser la vie se dérouler comme elle l’entend et nous mener là où elle le veut. C’est ce que dirait le langage ésotérique du tarot ou du yi-king.

C’est toutefois plus facile à se dire qu’à réaliser au quotidien. Quand écrire représente à la fois un mode d’expression et le moyen de gagner sa vie et que la main écriveuse refuse soudain d’obéir, que faire ?

Je ne parle pas ici de la panne d’inspiration qui afflige certains écrivains devant la page blanche. Bien que je ne sois pas écrivain, cette panne, je la connais. Je ne la combats pas. J’attends que le souffle revienne. Il revient toujours, si l’on s’occupe à autre chose, quoiqu’il puisse se faire attendre des mois et parfois des années.

Cette fois, il s’agit d’une expérience nouvelle. Pendant des mois, j’ai perdu en partie l’usage de la main droite, celle que j’appelle la main écriveuse. J’ai cru que je ne pourrais plus tenir convenablement un crayon ou taper sur un clavier. Soudain, la faculté d’écrire a pris une importance inattendue à mes yeux et j’ai pris conscience de mon insouciance passée à son égard. Comme s’il était banal d’écrire... Parlez-en aux analphabètes.

Je n’ai pas toujours compris que c’était une chance, peut-être même un privilège, de pouvoir décripter les mots, leur apparence, leurs sens multiples. Le plaisir de jouer avec des mots, de les assembler à sa guise et de recommencer autant de fois que souhaitées, de confier à de simples mots la mission de porter des messages de la plus haute importance. Les mots, on les dénigre parfois , - il est remarquable que ceux et celles qui savent le mieux les manipuler soient souvent les plus habiles à les discréditer (par snobisme ?) - néanmoins ils demeurent, écrits ou parlés, un lien privilégié entre les êtres.

Il en va des facultés comme des personnes. On les prend pour acquises. C’est au moment de les perdre qu’on les découvre essentielles. On se demande comment on pourra vivre sans elles. Par expérience, hélas !, je sais cela depuis longtemps. D’où le sentiment d’urgence que j’ai éprouvé face à cette perte temporaire. Comme si ne plus pouvoir écrire, c’était franchir d’un seul trait le chemin qui sépare de la mort. J’ai craint d’en perdre tout à fait la faculté. Alors, j’ai eu recours avec la vieille habitude d’écrire dans ma tête. Doutant de la mémoire humaine, cette faculté oublieuse, j’ai parfois mis mes mots « en conserve », c’est-à-dire que je les ai confiés à un magnétophone.

Faisant mauvaise fortune bon coeur, j’ai occupé mon temps à de petites choses. Oh, des frivolités qui ne contribuent guère à la productivité chère à notre société. Réfléchir, par exemple. M’interroger sur le monde. Re-découvrir l’expression de la vie dans la musique, la nature, les livres. Observer mes chats et les oiseaux. Il y a beaucoup à apprendre de l’oisiveté. (M.C.)


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Mutisme graphique,une autre victime
    (1/1) 20 juin 2008 , par





  • Mutisme graphique,une autre victime
    20 juin 2008 , par   [retour au début des forums]

    L’article m’a tout de suite intéressé...vu que je suis actuellement dans la même situation ! La description de ce que l’on ressent est incroyablement exacte.Et finalement, la perspective offerte par l’oisiveté et la contemplation de la nature s’avère fort intéressante...mais aussi dangereuse car en fin de compte, ne s’agit-il pas d’un isolement,d’abord mental, puis,lorsqu’on cède au désir de paresser, physique ? Quoi qu’il en soit, moi je ne suis pas sorti de l’auberge,mais je ne demande que ça, alors si l’auteur peut avoir l’amabilité de me dire comment diable elle a fait pour se débarrasser de ce mal ignoble(!!!), je lui serais très reconnaissant(mon adresse e-mail est disponible, c’est le désespoir qui parle !!!).Très bel article.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin