| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 23 mai 2019

La poésie a un nom
hommage à Férydoun Rahnéma

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


L’irremplaçable
"Modjézéyeh echgh" : un recueil d’Élaine Audet écrit en persan
L’hiver des métamorphoses
Le matin des mots
Cet amour-là
Passage de l’ange
L’été du rêve
La démesure du bleu
Impromptu
Monter en amour
L’hiver secret des mots
Force de gravité
L’art obscur du désir
Dialogue avec l’éclair
La quête
Lettre à l’autre de soi
Le parlamour
Pierres de mer
Le rêve de voler
Tutoyer l’infini
Le voyage
Sablier
Dworkin - L’envers de la nuit
Autres poèmes depuis 2002







On rencontre parfois la poésie en personne. Impossible de ne pas la suivre sans perdre sa vie. Elle te prend par la main. Elle déleste tes épaules de tout le poids accumulé des paroles percées de vide. Vidées de vie Elle t’enlace d’une bulle de vulnérabilité ouverte sur le monde. Et pose sur ta bouche des mots allaités à l’infini.

On rencontre parfois la poésie face à face, impossible de passer son chemin. Tes pas deviennent amarrés au voyage. Tu n’as de quête que l’infini de l’amour entre les os. Ton coeur prend le pouls de l’éternité. Tu n’as plus peur de ton destin. Tu apprends à lire sur les lèvres du silence. Tu suis les larmes et les rires sur les rides laissées par la lumière. Des fleurs rouges poussent sous tes pas et nomment l’attente des attentes murie dans un seul coquelicot. Tu as la sensation d’avoir trouvé l’unique miroir qui vaille. Le seul écho percutant les nuages jusqu’à l’entre-soi. Au-delà de l’entre-nous. Là où le temps et l’espace se reconnaissent et ensemencent le rêve.

On rencontre parfois la poésie en chair et en os. Toutes eaux tumultueuses dehors. Impossible de ne pas s’y noyer. De ne pas renaître chaque matin du ventre de la nuit. De ne pas écrire sur le sable des mots sans rivages. Des syllabes coiffées de printemps, des voyelles effrontées, apostrophant l’immobilité, épousant le vent et les commencements. La soif et la mer à boire. Les continents enfouis sous les paupières et le naufrage des serments sur des côtes dépeuplées.

On rencontre parfois la poésie de plein fouet. Elle a un nom. Tu le goûteras sur ta langue. Tu l’épelleras longuement jusqu’au plus profond de toi. Échouée là, sur une île au large du Parc Montsouris à Paris, un beau soir de juin en 1957. La poésie a un nom venu de loin, d’un pays que tu ne connais pas, mais dont le nom fait rêver. La poésie vient de Perse. La poésie a un nom sonore qui perce les profondeurs. Les yeux perçants tournés vers l’embouchure intérieure des fleuves voués à la mer. À une mémoire immémoriale. À une connaissance méconnaissable. Elle a cheminé depuis longtemps dans l’histoire. Elle a la barbe longue de ceux qui ne dorment jamais que d’un oeil et veillent sur la beauté.

La poésie a un nom. Férydoun Rahnéma. Quand je le rencontre aux dernières lueurs bleues d’un soir dans un café près du Parc Montsouris à Paris, Il a déjà une oeuvre derrière lui. Des poèmes portés par les vastes chants d’origine de Ferdowsi, la sagesse incandescente de Roumi, l’ivresse souveraine de Khayyâm. Par cette France qu’il aime tant sur les lèvres d’Éluard, Prévert, Char, Desnos, Apollinaire. Par la voix nostalgique de Mouloudji "le long des rues de Paris". Son Paris où Férydoun Rahnema a pris langue, y publiant cinq recueils écrits directement en français qu’il réinvestit de son souffle vaste, puissant, profond.

Il n’en tient qu’à toi, qu’à vous, qu’à nous de rencontrer, aujourd’hui encore la poésie de vive voix. Elle a traversé la mort sur des pages retranscrites avec l’encre de l’amour qui en a gardé le pouls au coeur. Écoutez-la cette poésie de Ferydoun Rahnema, elle nous parle du plus profond de nous-mêmes.

Lisez-la, comme on va au puits, comme on se mire dans le miroir de l’éternité, comme on retrouve la terre pour nos pas, les ailes pour étreindre le temps et l’espace. Pour raviver le feu de l’amour. Ce que Féry appelait "la vie de la mort".

Renaissances (extrait, Poèmes anciens - 1959)

Je marchais dans les tournesols humides de l’espoir. Il y avait une pluie de haches. Le monde était rempli de serrures. Je voulais m’élancer dans l’espace. L’espace que je voulais transformer en blés et lampes. Le chant qui s’élevait des terres était un choeur de chaînes que les hommes traînaient derrière eux.

Ô murs murs murs. Je vois des millions d’yeux en vous.

Je marchais dans les tournesols humides de l’espoir. Avenir ! J’allais vers toi dans la nuit des verres brisés. J’étalais ton drap chargé d’astres et d’espaces sur les blessures nocturnes de l’homme.

La cage était mystérieuse. Des millions d’animaux géants la gardaient précieusement. Les oiseaux et les fleurs se mouraient dans ses ombres immenses et dévorantes.

Les plaintes étaient des ruisseaux qui coulaient en nos veines. Je marchais dans les tournesols humides de l’espoir. Je cherchais désespérément la clef de la cage. Elle était enfouie sous la terre jadis avec les étoiles. Cette clef d’or qu’avait avalée l’oiseau migrateur et qui battait dans le pouls du monde.

Des millions de géants se dressaient en face des tournesols. Des millions de nuits marchaient avec leurs triangles et leurs carrés tranchants. Les pluies d’aurore étaient des prières. Des pluies d’aurore au cœur de tournesols.

Ô pluies d’aurores sauvez les mères disaient les tournesols, sous le poids des métaux qui s’accumulaient.

Soudain la lampe coulait dans une veine franche et les nuits murmuraient un chant d’astres et de végétations.

Soudain la lampe était tapie dans les yeux d’un héros aux mains abondantes et hospitalières.

Soudain les lunes se mêlaient aux bouches. Mais ce n’étaient que des moments épars. Et l’homme avait faim, avait soif. De l’infini.

Je marchais dans les tournesols humides de l’espoir et respirais les hommes. La clef était enfouie, à jamais enfouie.

On disait que les chevaliers les amoureux et les martyrs l’avaient vue briller dans leurs dernières hallucinations. Quelques-uns d’entre eux étaient arrivés même à la décrire.

Les tapis emportaient les hommes dans leur solitude mais jamais aucune végétation ne fut si ivre de l’homme que celle de son rêve. Ces végétations sans temps enlaçant les impossibilités et le fécondant.

On menait les hommes aux abattoirs des bonheurs personnels. On leur retirait la sève essentielle des sauts et des extensions.

On les menait aux abattoirs. J’entendais des cris interminables. La nuit buvait le sang des jours, le sang des tournesols.

L’humidité aux mille bras rouillait les soleils. Il n’y avait que des bras comptants. Des pas cadencés. Pour mourir et se nourrir on se mettait en rang.

Mais le cœur n’avait que faire de ces bonnes raisons de vivre. Lui qui est germination cosmique.

On mettait les cœurs dans des boîtes minuscules où ils moisissaient avec leurs miroirs fatigants.

Ils restaient sur place et tellement dans leurs boîtes et tellement dans leurs habitudes nauséabondes que la terre suçait leurs racines les obligeant à s’y planter pour toujours. Comme des colonnes. Sans migration.

Pauvres hommes sur une terre qui en détournait la tête. Car même la terre avait envie d’accoucher des tournesols.

Il y avait dans mes yeux des tombes qui m’avaient fait naître. Des frères qui chantaient. Du sang qui coulait dans les soleils.

Il y avait dans mes bras des terres innombrables aux mille fruits défendus, aux mille enfants à naître.

Je me disais quel est ce jour promis quelle est cette nuit longue au sang de fleurs.

Je savais que l’homme devait monter, monter. Jusqu’à tout respirer, tout.

Je savais et c’est pourquoi je marchais dans les tournesols humides de l’espoir.

***

Férydoun Rahnéma, poète et cinéaste iranien (23 mai 1930 - 8 août 975).

Poèmes publiés en France

Ode à la Perse, Paris, Seghers, 1951. Sous le pseudonyme Kaveh Tabarestany.
Ode au monde, Paris, Seghers, 1955. 2 plaquettes, sous le pseudonyme Kaveh Tabarestany.
Poèmes anciens, Paris, Debresse, 1959.
Chant de délivrance, Paris, Pierre-Jean Oswald, 1968.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 mai 2019



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).
- Tutoyer l’infini, poésie,pdf num., 2017.

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2019
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin