| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 1er mars 2007

Ségolène Royal, une femme de cœur et de pouvoir

par Françoise Gange, philosophe et ethno-sociologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Égalité - À quand une Europe garantie sans conservateurs ?
IVG - La police sarkosyste au service de l’extrême-droite contre les droits des femmes
Un homme qui opprime une femme ne saurait être libre
Charte de la laïcité dans les services publics en France (avril 2007)
L’égalité hommes-femmes selon la Halde
La langue française est en crise en France, M. le Président Sarkozy
La séparation des filles et garçons à l’école de nouveau possible en France
Ecole : la mixité en danger
France - Manifeste pour une politique cohérente et durable d’égalité entre les femmes et les hommes
Halte aux enfermements sexistes des femmes en France !
Politique en France - Oui à la rupture !
Post-présidentielle en France - Appel à la vigilance pour les législatives
Le choc Sarkozy
La France élit une présidente ou un président dimanche
Présidentielle - Prises de position d’associations féministes
La France élit une présidente ou un président dimanche
Présidentielle française - La condescendance ou liberté, égalité, fraternité
Présidentielle française - Pour la première fois, une femme
Dossier de Sisyphe.org - Cliquez ici
Ségolène Royal - Têtue comme elle est, elle tiendra ses promesses
Les enfants d’Athéna
100 femmes jugent Ségolène
Pour le moment, Ségolène Royal ne me convainc pas
Elle fera quoi, Ségolène, pour des gens comme moi ?
Faut-il bâillonner la "gauche de la gauche" ?
Lettre aux présidentiables de 2007
Sexe faible s’abstenir
La France se prononce dimanche sur le projet de constitution européenne







Je ne crois pas me tromper en disant que Ségolène Royal est une femme de coeur bien que femme de pouvoir. Elle est une féministe depuis toujours, très consciente des injustices faites aux femmes, et qui a peut-être le tort d’afficher en toute situation pendant cette campagne un sourire (parfois agaçant) qui ne cadre pas avec son fort tempérament : tempérament ferme et même coléreux lorsqu’elle a l’impression d’être victime d’une injustice ou qu’on lui tire dans les pattes. Il s’agit d’une femme audacieuse, qui a une bonne expérience politique, de la générosité. Elle sait parler avec clarté, patience et répondre aux détracteurs aisément.

Quant à son programme (toujours la même chose, les machos bien français disent qu’elle n’en a pas, mais c’était prévisible, on ne dit ça d’aucun homme !) il se situe clairement à gauche, orienté vers l’entraide sociale, avec une insistance mise sur l’éducation, et des innovations quant au traitement de la jeune (voire très jeune) délinquance, pour laquelle elle prévoit un encadrement fort, "militaire", dit-elle. Il y a un énorme volet de délinquance des mineur-es en France : délinquance grave puisqu’on juge actuellement, par exemple, le meurtre d’un jeune père parti récupérer le vélo de son fils volé par 4 garçons de moins de 18 ans. Ou encore des professeures ou des institutrices se font régulièrement tabasser, parfois très gravement par des frères d’enfants de 8 ou 9 ans pour des questions complètement futiles de petite discipline normale (une jeune institutrice a demandé à un enfant de 9 ans de se ranger avec les autres devant sa classe, quand ses deux frères ont bondi sur elle, la jetant à terre et lui écrasant le visage, la bourrant de coups de pied dans les côtes jusqu’au coma !!)...

C’est évidemment pour Ségolène Royal que je vais voter. Sarkozy est un homme dangereux, qui sait jouer sur la peur des gens et qui voit "la crainte comme un sentiment salutaire", pour lui l’État doit être fort et contraignant ; il pourrait très bien à mon avis plonger la France dans un état de guerre entre les communautés.

Un problème pourtant : la France est dans un état financier catastrophique et les programmes de gauche, celui de Ségolène Royal y compris, ont toujours tendance à considérer l’entreprise, les "patrons", petits ou grands, les travailleurs indépendants, comme des vaches à lait. On ne voit pas comment S. Royal va pouvoir financer l’effort éducatif qu’elle met en avant dans son programme (augmentation des effectifs d’enseignant-es, suivi des élèves défavorisé-es, mixage des élèves handicapé-es dans les classes etc.).

Ségolène Royal amène un air frais en politique et elle a, en tous cas, moins de langue de bois que ses adversaires masculins. Il y aurait, avec elle, beaucoup plus de concertation que si c’est un autre candidat qui est élu. Le drame du jeu politique est ce clivage caduc gauche/droite : il y aurait tant d’idées nouvelles à mettre en place, loin de tout enfermement dans des catégories révolues. Je crois aussi que Ségolène Royal se battra pour plus d’égalité entre hommes et femmes (au travail, pour l’égalité des salaires notamment) dans ce pays encore si macho.

Le dernier passage de Ségolène Royal à la télévision, sur TF1 où elle était invitée à répondre aux questions qui lui étaient posées, (longue émission de près d’une heure et demie) a montré sa force d’élocution, sa capacité à écouter, à réfléchir et à répondre d’une toute autre manière que les "grands mâles politiques" : avec simplicité et profondeur, courage et même générosité. Lorsque l’homme handicapé lui a posé le problème du changement de regard nécessaire sur le handicap et qu’il était au bord des larmes, elle s’est avancé vers lui avec sympathie et un élan du coeur qu’on est bien peu habitué à voir à la télévision dans une émission politique.

Les féministes et la candidate à la présidentielle

Il est intéressant de constater qu’au cours de cette émission, c’est une femme qui lui a posé la sempiternelle question : "Mais vous, une femme, comment allez vous faire seule (sous-entendu avec le problème de la faiblesse féminine), vous devrez bien vous appuyer sur les hommes qui vous entourent car vous manquez d’expérience politique et de programme (sous-entendu toujours : la politique est le fait des hommes, donc si vous gagnez, qui va faire le vrai boulot qui consiste à sortir les idées et à diriger ?)". Exemple typique de réaction de la "femme patriarcale", c’est-à-dire de la femme qui s’est laissée modeler sans réaction dans le moule patriarcal ... d’après lequel le cerveau d’une femme ne pèse pas le même poids de capacité de réflexion, de pouvoir de décision, que celui de l’homme. Ô douleur d’entendre et de voir étaler par un femme ce manque de confiance dans les femmes... qui n’est finalement que manque d’amour de soi.

Ségolène Royal (sans doute attristée et un peu blessée comme nous toutes à chaque fois que nous croisons dans notre vie publique de ces "soeurs traîtresses"), ne s’est pourtant pas démontée et a rappelé tranquillement son déjà long parcours politique, montrant qu’elle ne manquait pas plus d’expérience politique que d’idées quant à une société moins injuste, moins cruelle et plus généreuse.

J’entends certaines féministes, qui se considèrent les seules patentées et ont tendance à voir le féminisme comme leur pré carré, reprocher à Ségolène Royal de "prendre le train du féminisme en marche au point d’en faire son beurre électoral en dénonçant violences et injustices faites aux femmes".

Pour moi, le féminisme ne doit pas être une appellation contrôlée, le seul valable est celui, généreux, qui reconnaît que nous les femmes, surexploitées dans tous les domaines et dans toutes les catégories confondues, niées dans nos identités, exclues de tant de lieux, bâillonnées de mille façons, avons eu à lutter de façons diverses selon nos situations. Je ne reconnais à personne le droit de s’établir en juge de cette lutte, toujours douloureuse, toujours difficile et peut-être mortelle. Ségolène Royal a lutté à sa façon, face à son père autoritaire et castrateur, face à Hollande pour sa reconnaissance propre. Et le fait qu’elle ne perde pas une occasion pour parler de l’exploitation des femmes doit nous réjouir. Pourquoi ne pas nous soutenir lorsque nous avons une occasion de faire entrer une femme (intelligente et généreuse de surcroît) dans le cercle si restreint du pouvoir des hommes ?

Ségolène Royal est nécessairement notre candidate à nous, féministes, qui avons acquis (durement) la pleine confiance dans les femmes, c’est-à-dire en nous-mêmes, en notre capacité de penser et d’agir avec sincérité, avec générosité et pour une société de l’entraide et de la confiance retrouvée. Trop souvent les femmes ont été les pires ennemies des femmes parce qu’elles ne parvenaient pas à trouver confiance en elles-mêmes. Ne nous trompons pas d’ennemi : l’ennemi est celui qui veut répandre la peur en même temps que la haine de l’autre, maintenir l’égoïsme et le chacun pour soi.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 février 2007.

À lire :
"Avant qu’il ne soit trop tard", appel à voter pour Ségolène Royal signé par 150 intellectuel-les, Paris, Nouvel Observateur, 1er mars 2007.
Philippe Alexandre, Les Eléphants malades de la peste, Paris, Albin Michel, 2006.
Marc Lambron, Mignonne, allons voir..., Paris, Grasset, 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Françoise Gange, philosophe et ethno-sociologue



Plan-Liens Forum

  • > Ségolène Royal - une femme de cœur et de pouvoir
    (1/3) 1er mars 2007 , par

  • > Ségolène Royal - une femme de cœur et de pouvoir
    (2/3) 1er mars 2007 , par

  • Plus de 150 intellectuels appellent à voter Ségolène Royal dans Le Nouvel Observateur
    (3/3) 1er mars 2007 , par





  • > Ségolène Royal - une femme de cœur et de pouvoir
    1er mars 2007 , par   [retour au début des forums]

    Pourquoi compliquer et martyriser ainsi la langue française ?
    « enseignant-es, élèves défavorisé-es, élèves handicapé-es, professeure ».., et pourquoi pas recteure ou rectrice, pour désigner madame le Recteur ?
    que c’est laid !

    • > Ségolène Royal - une femme de cœur et de pouvoir
      2 mars 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Et que c’est irritant d’entendre les mêmes sempiternelles remarques imbéciles de vieux machos blanchis sous le harnais à la Druon sur la féminisation du langage.
      pourquoi un même mot du langage courant serait-il beau sous sa forme masculine mais deviendrait laid au féminin ? En quoi doctoresse serait-il plus dysphonique que docteur, écrivaine qu’écrivain ?
      Tout cela est parfaitement arbitraire et illogique et ne renvoie qu’à la sottise abysmale de l’idéologie machiste et de ceux qui en répètent docilement les axiomes comme des perroquets bien dresses.

      [Répondre à ce message]

      • >dysphonie
        5 mars 2007 , par
          [retour au début des forums]

        La dysphonie est une réalité au même titre que la dysharmonie et le déséquilibre .
        Si vous n’avez pas "l’oreille musicale",
        sachez que les mots dysharmonieux disparaitront d’eux mêmes de la langue française car ils ne seront pas utilisés .

        [Répondre à ce message]

        • Langage épicène suite
          6 mars 2007 , par
            [retour au début des forums]

          Je propose que le monde francophone (étant francophone, je laisse aux femmes d’autres langues faire leurs propositions) adopte pour les 2000 prochaines années le "féminin neutre", c’est-à-dire que lorsqu’on parle d’une femme et d’un homme, on dise par exemple "elles ont été irritées par cette situation", que désormais on ne parle plus des "droits de l’homme", de "docteur en droit" ou de "l’homme de Cro-magnon" mais des "droits de la femme", de "doctoresse en droit" ou de la "femme de Cro-Magnon".

          Problablement qu’après quelques années de ce régime, notre oreille s’habituera à l’harmonie du "féminin neutre".

          Et peut-être qu’au bout de quelques heures, ou quelques jours, les hommes, se trouvant enfin dans la moitié invisible de l’humanité, que ce soit dans le langage ou dans l’écrit, auront ressenti ce que nous femmes ressentons tous les jours, et seront davantage ouverts à la nécessité d’un langage épicène.

          [Répondre à ce message]

    • Langage épicène
      3 mars 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Votre remarque est typique, soit de ceux, femmes et hommes, qui n’ont pas encore compris l’importance symbolique du problème posé par l’utilisation de ce qu’on appelle le masculin neutre (le masculin comprend les femmes et les hommes), soit de nombreux hommes, faisant partie de la catégorie de référence, donc de ceux qui sont nommé par des termes au masculin neutre, ne voient pas le problème.

      Je crois qu’il faut faire partie de la partie cachée de l’humanité, au niveau du langage, les dominées, pour ressentir pleinement le problème (à part quelques hommes pro-féministe).

      Oui, ce n’est pas toujours beau et simple d’écrire "enseignant-e" etc. mais je crois que le droit de la moitié féminine de l’humanité à être citée, à figurer dans le langage et dans l’écrit, est plus important que quelques complications. C’est dans les résistances au langage épicène que ressort aussi le statut de dominées des femmes.

      Cela me fait penser à un jeu pour enfants qui s’appelle "Qui est-ce" où les enfants doivent, grâce à des questions en particulier sur les caractéristiques physiques (couleur des cheveux, etc.), deviner de quel personnage il s’agit. Dans ce jeu, sur 24 personnages, 18 sont des hommes. Ce jeu, ancien de conception, mais que j’ai acheté en 2000, est donc produit avec 75% de personnages masculins et 25% de personnages féminins, alors que nos pays, les femmes comptent pour environ 51% de la population (du fait de la mortalité augmentée des hommes à tous les âges de la vie).

      J’ai montré ce jeu à mon chef, comme évidence du fait que nous vivons encore dans un monde centré sur les hommes. Pour justifier le fait qu’il y avait plus de caractères masculins, celui-ci a dit que pour les hommes, c’était plus facile de leur mettre des caractéristiques différentes, car on pouvait leur mettre une barbe ou une moustache. Puis il a réalisé l’absurdité de son argument et rougit : peut-on justifier de minoriser la moitié de la population sous prétexte que c’est plus simple, que ça demande moins d’effort, de créativité pour dépeindre les personnages ?

      En effet, le masculin neutre a encore de beaux jours devant lui. "Cent femmes et un chien se promenaient dans les bois. Soudain, ILS rencontrèrent un ours".

      A dans 500 ans, pour voir les changements.

      [Répondre à ce message]

    > Ségolène Royal - une femme de cœur et de pouvoir
    1er mars 2007 , par   [retour au début des forums]

    tout à fait d’accord sur le fond : les femmes ont une priorité : ammener une femme à la magistrature suprême pour permettre aux mentalités des hommes et surtout des femmes (encore trop nombreuse à se croire "inférieures")de continuer d’évoluer. cependant une chose m’inquiète un peu ; c’est l’absence totale de tout projet dans le programme de ségolène Royal concernant justement la place des femmes dans la société française.

    Plus de 150 intellectuels appellent à voter Ségolène Royal dans Le Nouvel Observateur
    1er mars 2007 , par   [retour au début des forums]

    Plus de 150 intellectuels appellent à voter Ségolène Royal dans Le Nouvel Observateur

    jeudi 1er mars 2007

    Plus d’une centaine d’intellectuels ont lancé un appel à voter pour la candidate du PS à la présidentielle Ségolène Royal dès le premier tour, et à "choisir une gauche d’espérance" "contre une droite d’arrogance". Le texte, publié dans le Nouvel Observateur à paraître jeudi, est notamment signé par Laure Adler, journaliste, les historiens Jean-Pierre Azéma et Marc Ferro, Jacques Julliard et Benjamin Stora, Dominique Besnehard, producteur, les metteurs en scène Patrice Chéreau et Ariane Mnouchkine, les comédiens Michel Piccoli et Philippe Torreton, l’anthropologue Maurice Godelier, les psychanalystes Julia Kristeva et Elisabeth Roudinesco, les écrivains Philippe Besson et Philippe Sollers. "Le 22 avril il sera trop tard. Trop tard pour déplorer notre dispersion (...) trop tard pour s’apercevoir que l’élection présidentielle s’est faite sans nous, malgré nous", expliquent les signataires. "Tout est fait dans cette campagne pour démobiliser la gauche et désespérer ses électeurs, rien n’est épargné à Ségolène Royal. Ses déclarations comme ses silences, son entourage comme son compagnon, sa simplicité comme sa franchise, sa féminité comme sa fermeté : tout est prétexte en face à caricature et à moquerie", relèvent-ils.

    "Nous voulons que, cette fois, la gauche gagne", lancent-ils. "Ce n’est pas n’importe quelle droite qui risque de l’emporter. Jamais le candidat de droite n’aura à ce point symbolisé la régression sociale. Nicolas Sarkozy est à la fois candidat du pouvoir financier, du pouvoir personnel et du désordre mondial", estiment-ils.

    Ils dénoncent au passage "cette droite qui domine ou influence la plupart de nos grands médias".

    Source


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin