| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 13 mai 2008

Ecole : la mixité en danger

par Bariza Khiari, sénatrice






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Égalité - À quand une Europe garantie sans conservateurs ?
IVG - La police sarkosyste au service de l’extrême-droite contre les droits des femmes
Un homme qui opprime une femme ne saurait être libre
Charte de la laïcité dans les services publics en France (avril 2007)
L’égalité hommes-femmes selon la Halde
La langue française est en crise en France, M. le Président Sarkozy
La séparation des filles et garçons à l’école de nouveau possible en France
France - Manifeste pour une politique cohérente et durable d’égalité entre les femmes et les hommes
Halte aux enfermements sexistes des femmes en France !
Politique en France - Oui à la rupture !
Post-présidentielle en France - Appel à la vigilance pour les législatives
Le choc Sarkozy
La France élit une présidente ou un président dimanche
Présidentielle - Prises de position d’associations féministes
La France élit une présidente ou un président dimanche
Présidentielle française - La condescendance ou liberté, égalité, fraternité
Présidentielle française - Pour la première fois, une femme
Dossier de Sisyphe.org - Cliquez ici
Ségolène Royal, une femme de cœur et de pouvoir
Ségolène Royal - Têtue comme elle est, elle tiendra ses promesses
Les enfants d’Athéna
100 femmes jugent Ségolène
Pour le moment, Ségolène Royal ne me convainc pas
Elle fera quoi, Ségolène, pour des gens comme moi ?
Faut-il bâillonner la "gauche de la gauche" ?
Lettre aux présidentiables de 2007
Sexe faible s’abstenir
La France se prononce dimanche sur le projet de constitution européenne







JPEG - 22.2 ko
Bariza Khiari. Photo : site du Sénat français.

Une fois de plus, l’Europe a bon dos. Au nom d’une prétendue directive européenne, le gouvernement français vient de faire adopter par le Parlement, dans un texte de loi destiné à lutter contre les discriminations, une disposition remettant en cause la mixité à l’école. Aucun ministre de l’éducation, aussi réactionnaire fût-il, n’aurait eu "l’audace" d’inscrire dans nos textes, ne serait-ce que par voie de circulaire, la possibilité d’organiser "des enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe" sans s’exposer à la foudre des organisations laïques et des syndicats de l’enseignement.

Les directives européennes, que nous avons à transposer dans notre droit national, sont pour la plupart d’inspiration libérale et il nous a souvent fallu batailler ferme pour préserver en France nos spécificités. Or, dans le cas qui nous occupe, l’Europe n’est pas en cause. Aucune des directives européennes à transposer dans ce texte ne touche au champ de l’enseignement, qui reste une compétence strictement nationale.

Dès lors, le gouvernement a menti au Parlement en affirmant, à la tribune de l’Assemblée, que cette dérogation à la mixité à l’école était une exigence de la Commission européenne et qu’on ne pouvait donc s’y soustraire. Au Sénat, tous les groupes parlementaires ainsi que la délégation aux droits des femmes étaient d’accord pour supprimer cette disposition. Or, contre toute attente, le 9 avril, lors de la discussion du texte en séance publique, le gouvernement a maintenu sa position, ordonnant à sa majorité de se plier. Cet épisode parlementaire en dit long sur la liberté de parole et d’amendement de la majorité et augure mal de la façon dont on entend donner plus de pouvoir au Parlement. Il révèle aussi l’influence grandissante des intégristes de tout poil au sein du pouvoir d’État.

La mixité est un acquis fragile. Parmi ses détracteurs, trois arguments sont invoqués. Le premier, d’ordre pédagogique, met en évidence le frein que peut constituer la mixité aux performances respectives des filles et des garçons. Le second, d’ordre social, souligne la montée des violences dans les établissements, et notamment des violences sexuelles. Le troisième, que l’on peut classer, faute de mieux, dans la catégorie "morale", déplore l’indécence qu’il y aurait à suivre, pour les garçons et les filles, des cours en commun. La délégation aux droits des femmes du Sénat s’était saisie de cette question en 2004. Elle avait conclu que les réponses aux problèmes soulevés se trouvaient non pas dans la ségrégation, mais dans la formation des enseignants, l’encadrement éducatif, le contenu des manuels scolaires et surtout dans la volonté politique d’accompagner les jeunes femmes dans des choix d’orientations professionnelles dont elles ont tendance à s’auto-exclure.

Conservatisme libéral

Au-delà de la valeur émancipatrice de la mixité, l’apprentissage du vivre-ensemble commence dès l’école. C’est aussi à ce titre que la mixité est un principe à préserver. Cette remise en cause est une disposition sortie de nulle part et que personne n’a le courage de revendiquer. Rien ne permet d’expliquer la présence de cette mesure alors que tous les protagonistes du débat parlementaire souhaitaient la voir disparaître. Son adoption ne constitue pas un faux pas ou un cafouillage. Au contraire, cette attaque contre la mixité semble issue d’une volonté déterminée, mais non avouée. Elle s’inscrit dans le conservatisme libéral qui caractérise la pensée de M. Sarkozy.

Après avoir affirmé la supériorité du curé sur l’instituteur dans la transmission des valeurs ; après avoir voulu imposer les statistiques ethniques, instrument fort utile pour gommer la question sociale et renvoyer les causes de la délinquance à l’origine ; en donnant maintenant la possibilité de déroger au principe de mixité dans l’éducation, on s’en prend une fois de plus à notre modèle laïque et républicain.

Avec tant d’autres Européens fervents, j’ai combattu les dérives libérales et parfois conservatrices de l’Europe ; là, je ne laisserai pas dire que c’est la faute à Bruxelles ! Laïcité, égalité, mixité... ce continuum, socle de notre modèle républicain, ne cesse de subir des attaques comme si, à la tête de l’État, on était en train de mettre en place les éléments d’une reconfessionnalisation de la société française.

Bariza Khiari est sénatrice socialiste de Paris.

  • Article paru d’abord dans l’édition du 23.04.08 du journal Le Monde, section Point de vue.
  • Merci à l’auteure d’autoriser la reproduction de cet article sur Sisyphe.
  • Voir le blogue de Bariza Khiari.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 13 mai 2008


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Bariza Khiari, sénatrice



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin