| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






décembre 2002

Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
Dates et circonstances

par Martin Dufresne






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


27 ans après le massacre de l’École Polytechnique : 1056 femmes et enfants tuées par des hommes en tant qu’hommes
Femmes et enfants tué-es en 2016 par des hommes (ou des inconnus)
Femmes et enfants tué-es en 2015 par des hommes (ou des inconnus)
25 ans plus tard - Femmes et enfants tuées par des hommes en tant qu’hommes (ou par des inconnus) au Québec depuis le 6 décembre 1989
Femmes et enfants tué-e-s au Québec en 2014 par des hommes (ou des inconnus)
Polytechnique, bientôt vingt-quatre ans... et le massacre continue ! ASSEZ, c’est ASSEZ ! Affiche 2013
Femmes et enfants tué-e-s au Québec en 2013 par des hommes (ou des inconnus)
À quand un Jour du souvenir des victimes du sexisme ?
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus au Québec en 2012
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus au Québec en 2011
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus au Québec en 2010
Polytechnique, vingt et un ans déjà... et le massacre continue ! ASSEZ, c’est ASSEZ ! 2010
Polytechnique – vingt ans déjà… et le massacre continue ! ASSEZ, c’est ASSEZ ! 2009
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus au Québec en 2009
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus au Québec en 2008
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus au Québec en 2007
850 femmes et enfants tué-es par des hommes ou des inconnus au Québec depuis le 6 décembre 1989
Femmes et enfants tué-es par des hommes ou des inconnus jusqu’à maintenant au Québec en 2007
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus au Québec en 2006
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus en 2005 au Québec
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus au Québec en 2004
Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2003
Femmes et enfants tués par des hommes ou des inconnus en 2003 au Québec
Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2001
Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2000
Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 1999
Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 1998







Dans un travail de sensibilisation populaire et de confrontation des pouvoirs établis, le Collectif masculin contre le sexisme recense les noms et résume les circonstances des incidents où des femmes et des enfants ont été tué-es par des hommes (ou des inconnus) au Québec depuis le massacre perpétré par un antiféministe à l’École Polytechnique de Montréal, le 6 décembre 1989. Nous faisons ce travail depuis maintenant onze ans.

Nous n’utilisons que les données publiées et donc disponibles en bibliothèque, en nous en tenant aux éléments qui permettent de rappeler le nom et l’identité des protagonistes de ces drames et la dynamique qui a mené au meurtre. Sans un tel travail, nous croyons que ces traces seraient immédiatement oubliées par tous sauf par les proches des victimes.

Nous faisons ce travail pour qu’une prise de conscience collective de l’ampleur du désastre sexiste amène une levée de boucliers contre le laxisme de notre société à l’égard des privilèges masculins, dont celui de s’en prendre à une conjointe, surtout à l’occasion d’une séparation. Si le fait de rappeler ces crimes et leur contexte pouvait éviter ne serait-ce qu’une tuerie de plus, est-ce que cela n’en vaudrait pas la peine ? Notre affiche est apposée au mur de dizaines de maisons d’hébergement au Québec. Ce tragique décompte les aide à jauger les risques réels auxquels leur conjoint les expose. J’ose croire que cette liste a pu sauver des vies et justifier de saines colères.

Martin Dufresne
Secrétaire
Collectif masculin contre le sexisme

"Où que ce soit au monde, s’il n’y a pas de noms, il n’y a pas de mort-es." (Laura Bonaparte, une des Mères de la Place de Mai, en Argentine)
*

Femmes/enfants tué-es par des hommes ou par des inconnus en 2002 :
au moins 45 (39 femmes, 6 enfants). De ce nombre - au moins 28 femmes tuées par un conjoint, ex-conjoint, partenaire sexuel ou membre de leur famille (72% des femmes) - 5 enfants tué-es par leur père ou par le nouveau conjoint de leur mère (86% des enfants)

Carrie-Ann Larocque, 29 ans, étranglée le 1er janvier par son conjoint, Michel-Noël Condo, 26 ans, après qu’il l’ait battue, à Maria, dans la réserve gaspésienne de Gesgapegiag. Le meurtrier, qui avait bu, avait déjà été arrêté pour voies de fait et bris d’ordonnance de non-communication à l’égard de la victime. Il a été inculpé de meurtre prémédité.

Chantal Coutu, 37 ans, poignardée et battue à mort par son ex-conjoint Marcel Arbic, 32 ans, le 21 janvier à Montréal, sous les yeux de son fils de 3 ans, une semaine après avoir obtenu de « purger dans la collectivité » une peine avec sursis. L’assassin, libéré par le juge Gilbert Morrier avec interdiction d’approcher la victime et en « traitement » à l’organisme masculiniste Pro-Gam, a aussi agressé l’enfant, puis fait mine de se suicider avant d’être convaincu par les policiers de redescendre du tablier du pont Jacques-Cartier. Fait nouveau : le Journal de Montréal a à l’époque refusé de publier le nom de l’assassin et de la victime, soi-disant pour « protéger les enfants ».

Claudine Caron, 30 ans, étranglée à St-Ferréol-des-Neiges, le 7 février, par son mari Denis Deblois, 49 ans, quelques jours après lui avoir dit qu’elle le quittait. Il venait de rentrer de la Baie James et avait passé deux jours à la harceler pour qu’elle revienne sur sa décision. Il s’est ensuite pendu.

Joséphine Petitpas, 71 ans, poignardée chez elle le 11 février à Saint-Lin par Christian Leduc, 37 ans, qu’elle avait hébergé durant trois mois après le divorce de Leduc, qui était maintenant l’amant de sa fille. Celle-ci avait payé une caution pour le sortir de prison après « une séparation douloureuse » de sa conjointe précédente. Leduc s’était fait saisir son assurance-chômage et son retour d’impôt pour pension alimentaire non payée. Un vol d’équipement électronique avait été commis deux semaines plus tôt chez Madame Petitpas. Leduc a plaidé coupable à une accusation de meurtre non prémédité et a été sentencé à 11 as avant possibilité de libération.

Nancy Potvin, 35 ans, poignardée à mort le 10 mars à Mascouche par son mari Benoît Rodrigue, 38 ans. Ils s’apprêtaient à se séparer, avaient convenu des questions de garde d’enfant, etc. Rodrigue, qui venait de perdre son emploi, a enfermé son fils de 9 ans dans la cave avant de commettre le meurtre, puis s’est suicidé avec le couteau.

France Saint-Germain, 49 ans, étranglée chez elle le 1er avril à Drummondville par son ex-mari Yvon Ross, 55 ans, dont elle s’était séparée l’automne dernier après 7 ans de vie commune. Des parents ont dit aux journaux qu’ils étaient restés en rapport amical. L’assassin s’est ensuite pendu dans l’arrière-boutique de son magasin.

Maude Bélair, 18 ans, assommée à coups de blocs de béton le 8 avril à Montréal dans un boisé généralement utilisé pour la prostitution alors qu’elle rentrait chez elle de son travail comme serveuse dans un restaurant de l’Est de la ville. Une expertise d’ADN a désigné Aaron Frank Adams, 30 ans, incarcéré pour agression sexuelle, qui avait au cours des mois précédents violé et laissé pour mortes 3 autres jeunes femmes dans ce quartier. Un mauvais signalement policier (erreur d’indication de couleur de peau) lui avait permis d’échapper aux recherches.

Liliane DeMontigny, comptable, étranglée chez elle le 22 avril à Brossard par son ex-mari, Martin Brossard, qui a ensuite noyé dans leur baignoire ses filles Béatrice DeMontigny 1 _, et Claudia DeMontigny, 4 ans. Les époux étaient séparés depuis octobre 2001. La mère avait conservé la garde des enfants et le père était retourné vivre chez ses parents. Il s’est pendu après le triple meurtre.

Cécile Clément, 55 ans, violée et égorgée avec des ciseaux à Trois-Rivières le 30 avril par l’ex-détenu Conrad Brossard, 54 ans, qu’elle avait rencontré à une soirée de bingo dans un centre hospitalier de longue durée où il travaillait comme bénévole dans le cadre d’une libération conditionnelle, après plusieurs condamnations pour meurtre et tentative de meurtre accumulées depuis 1970. Brossard a été condamné à 25 ans sans possibilité de libération conditionnelle. La famille de Clément a obtenu un rapport d’un comité d’experts mandaté par Service correctionnel Canada pour enquêter sur les raisons de la mise en liberté de Conrad Brassard. Ce comité a conclu qu’il n’aurait jamais du être relâché. La famille envisage un recours civil.

Jessica Grimard, 13 ans, poignardée à plusieurs reprises et abandonnée dans un boisé près de chez elle, le 6 mai à Rivière-des-Prairies. Angelo Colalillo, un récidiviste de 38 ans, a été inculpé en décembre 2002, sur la base de lettres écrites à un autre agresseur sexuel emprisonné à Port-Cartier, où il affirmait avoir violé et tué non seulement Grimard mais deux autres jeunes filles dans le nord de Montréal : Christine Speich, le 19 février 1993, et Anna-Lisa Cefali, le 6 avril 1993. Il aurait dissimulé leurs meurtres en mettant le feu à leurs maisons.

Aline Robidoux, 26 ans, battue à mort et poignardée le 30 mai à Saint-Jean-sur-Richelieu par son conjoint Luc Daigle, 28 ans, qui la battait depuis longtemps et qu’elle venait d’informer de sa décision de le quitter définitivement. La DPJ avait enlevé ses 5 enfants à Aline Robidoux après qu’elle ait laissé Daigle revenir chez elle malgré une ordonnance de non-communication. L’assassin a demandé à un ami de l’aider à disposer du corps de la victime qu’il a tronçonné avec un couperet de boucher. Il a été accusé de meurtre prémédité et de profanation de cadavre..

Julie Boisvenu, 27 ans, violée à deux reprises à sa sortie d’un bar de Sherbrooke, battue à mort et laissée dans un fossé le 19 juin, Hugo Bernier, 27 ans, un récidiviste de Montréal qui avait été arrêté en raison d’un comportement suspect près de la scène du crime, puis libéré, a finalement été accusé de meurtre sur la base d’une preuve d’ADN en septembre 2002. Déjà condamné à 18 mois de prison pour agression sexuelle et séquestration, Bernier n’avait purgé que 3 mois de sa sentence avant d’être libéré et d’agresser Boisvenu. Il a dit à son frère avoir tué « une prostituée » et a prétendu au procès avoir étouffé Boisvenu sasns s’en rendre compte pendant un rapport sexuel consensuel. Condamné par la juge Lise Côté à 25 ans ferme fin octobre 2004 - pour meurtre au 1er degré, agression sexuelle, séquestration et enlèvement - mais possibilité d’être entendu par un nouveau jury après 15 ans.

Jean-François Parenteau, 2 ans, de Saint-Jean-sur-Richelieu, tué d’un coup de poing à l’estomac le 23 juin par Marc Bourdages, 19 ans, partenaire depuis quelques semaines de la mère de la victime, rencontrée par une agence de rencontres et chez qui il venait de s’installer. L’autopsie a montré que Bourdages avait battu et mordu l’enfant à plusieurs reprises dans les journées précédant le décès. Il a prétendu que l’enfant s’était simplement étranglé avec sa gomme à mâcher. En plaidant coupable à une offre d’accusation réduite d’homicide involontaire (procureur : Me Eric Simard), Bourdages a évité une narration des sévices infligés et obtenu une sentence de 5 ans et 2 mois. Le juge (Maximillien Polak) a décliné la recommandation de la Couronne d’ordonner que B. purge au moins la moitié de cette sentence.

Jeanne d’Arc Alarie-Ouellet, 80 ans, poignardée à plusieurs reprises dans sa cuisine de Trois-Rivières (Cap-de-la-Madeleine), le 2 juillet. Le peu d’argent qu’elle avait dans son sac à main a été volé. Aucune trace d’entrée par effraction ; aucun suspect arrêté.

Angela Moreau, 68 ans, étranglée et poignardée dans la bouche, le 7 juillet à Montréal, par Oscar Molina, 25 ans, le fils schizophrène d’une amie qu’elle hébergeait pour lui rendre service. On avait vu au cours des semaines précédentes Molina lire la Bible sur la rue et haranguer les passants.

Anthony Lefebvre-Richer, 3 mois, secoué à mort par son père Jean-François Richer, 23 ans, le 13 juillet. Le meurtre n’a été rapporté dans les médias que 4 mois plus tard quand le meurtrier a avoué.

Clothilde D’Auteuil-Quimnper, 78 ans, étranglée dans un centre d’accueil avec un fil électrique, le 22 juillet à Rimouski, par son fils Alain Quimper, 46 ans, qui a dit avoir agi par « compassion » sous prétexte qu’elle souffrait de la maladie d’Alzheimer. Quimper était particulièrement agressif et menaçant envers le personnel du centre d’accueil lorsqu’il rendait visite à la victime, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, réclamant que les préposées changent la musique diffusée, etc.. Sentence : 14 ans de prison

Jeannette Lamoureux, 56 ans, battue à mort le 31 juillet à Gatineau par son mari Jean-Jacques Picard, 69 ans, chez qui on venait de diagnostiquer un cancer avancé. Picard s’est ensuite réfugié chez sa fille dans la région du Saguenay où il a pu demeurer une semaine avant que la police ne vienne l’arrêter.

Marie-France Foucault, 41 ans, battue à mort chez elle à coups de madrier par un de ses élèves en éducation des adultes, Dominique Henri, 23 ans, au début d’août à Victoriaville. Henri a également tué l’époux de Foucault lorsque celui-ci est arrivé, attiré par le bruit. Le meurtrier a prétendu que Foucault l’avait « provoqué » par sa tenue. Il a été déclaré inapte à subir son procès.

Stéphanie Ladouceur, 27 ans, poignardée à mort le 4 août à Montréal par son conjoint violent, Johnny DiOrio, 35 ans, dont elle s’était séparée 10 jours plus tôt après 7 ans de cohabitation. DiOrio a ensuite fait une tentative de suicide. Il conserve néanmoins ses prérogatives paternelles : son fils de 20 mois lui est amené deux fois par mois en prison. La mère de Stéphanie Ladouceur, Vicky Roy, a entamé en janvier 2004 une campagne de pression pour que ces droits lui soient retirés.

Lise Laporte, 37 ans, étranglée le 4 août à Montréal par son co-locataire Serge Paré, 41 ans. À son enquête préliminaire, Paré a prétendu que Lise Laporte, qui venait de compléter un programme de désintoxication, se préparait à retourner se prostituer pour avoir de quoi s’acheter de la drogue et que c’est pour l’en empêcher qu’il l’a étranglée. Paré, qui avait déjà assassiné une fillette de 12 ans en 1978, a été condamné à 14 ans de prison en 2003.

Lina Stinziani, 70 ans, poignardée à mort le 16 août à Laval par son mari Michel Stinziani, 69 ans, qui avait de longs antécédents de violence conjugale à son égard. En 1996 et 1997, il avait fait l’objet d’ordonnances de non-communication, mais avait finalement obtenu la levée de ces restrictions. Des voisins ont témoigné qu’il l’empêchait depuis quelque temps d’adresser la parole aux voisins. Stinziani s’est légèrement tailladé les poignets après son meurtre, ce qui a été qualifié de tentative de suicide.

Christine Dubé, 31 ans, conseillère en fonds mutuels, étranglée le 17 août à Gatineau par Stéphane Mongeon, 30 ans, chez lui où elle était venue lui présenter des options de placements. Mongeon, qui avait loué des films XX avant l’arrivée de Dubé, a tenté de l’agresser sexuellement et l’a tuée à coups de pied lorsqu’elle a tenté de partir. Après lui avoir donné un bain pour la « relaxer », il est allé enterrer le corps dans une sablière à Maniwaki après l’avoir sodomisé. Il a été identifié grâce au carnet de rendez-vous de Dubé, à son bureau. Mongeon a prétendu que c’était « le démon » qui l’avait poussé à attaquer Dubé. Il a été décrit par le psychiatre Hendrik Buller (appelé par l’avocat Jacques Gagnon) comme « hors de contrôle », mais a néanmoins été condamné à 25 ans pour meurtre prémédité.

Sylvie Cyr, 40 ans, poignardée à plusieurs reprises, le 25 août à Montréal, par Dany Tremblay, 30 ans, qui cohabitait avec elle depuis trois mois et était en liberté surveillée après avoir battu sa partenaire précédente. Tremblay n’a manifetsé aucune émotion en appelant la police et au moment de son arrestation, attribuant le meurtre à une querelle réciproque de fin de soirée arrosée et disant que Cyr l’avait également agressée avec un couteau. Il a été condamné à 12 ans par le juge Boilard.

Hélène Morneau, 37 ans, couturière, battue, étranglée et suffoquée avec un sac de plastique le 25 août à Québec par Stéphane Bolduc, 29 ans, un ex-détenu condamné à neuf ans pour une série de vols en 1995 et qui était déjà en liberté surveillée. En fait, Bolduc était évadé de la maison de transition où il devait de rapporter tous les soirs. Quelques heures avant le meurtre de Morneau, des agents de police avaient vérifié l’identité de Bolduc dans la rue, mais comme son évasion ne leur avait pas été signalée, ils l’ont laissé aller. Il s’est lui-même rendu aux policiers six jours plus tard.

Sylvie Lemoyne est trouvée asphyxiée dans sa voiture à Fort Coulonges, le 26 août. Steve Cyr, 41 ans, a été accusé d’incitation, puis d’assistance au suicide. Il se défend en parlant de « pacte de suicide » auquel il aurait survécu et donnait en début avril 2004 beaucoup de difficulté à ses avocats, refusant de les rencontrer.

Dominique Tremblay, 44 ans, étranglée à Saguenay (Chicoutimi) le 29 août par Yan « Spider » Roy, 23 ans.

Céline Letellier, 66 ans, battue à mort en même temps que son époux, le 19 septembre à Lorraine, par leur fils schizophrène, André, 30 ans, qui avait été retourné chez eux et donnait depuis quelques semaines des signes d’agitation. Le meurtrier s’est ensuite suicidé.

Natacha Genovesi, 23 ans, incitée au suicide par son partenaire sexuel Mathieu Delisle, 22 ans, à Amos le 23 septembre. Delisle a lui-même préparé le cocktail de médicaments qu’a pris Genovesi dans ce qu’elle croyait être un pacte de suicide commun. Delisle a été condamné à 5 ans de prison en 2003.

Danielle Dufour, 44 ans, étranglée à Roberval, le 24 septembre, par son conjoint Thomas Gaudreault, 64 ans. A finalement plaidé coupable, en mars 2004, à une accusation de meurtre au second degré et condamné à 10 ans avant possibilité De libération conditionnelle.

Cristobalina Vasquez, 46 ans, poignardée à mort, le 2 octobre à Montréal, par son mari Elmer Espaderos, 48 ans, immigrant lui aussi du Guatemala, qui s’est ensuite suicidé. Leurs noms n’ont même pas été publiés à l’époque (dans le Journal de Montréal).

Sacha Vallée, 4 _ ans, battu à mort le 9 octobre à Ville-Émard par Éric Grenier, 29 ans, qui avait promis à la mère de l’enfant, rencontrée par Internet, de régler le problème d’incontinence de l’enfant en le gardant durant 4 jours, période où il n’a cessé de martyriser l’enfant, un bébé adopté par la mère en Russie. Grenier a néanmoins été libéré dans l’attente de son procès (par le juge Richard Mongeau) avec une simple ordonnance de non-communication avec la mère et invité à « consulter un psychologue ». Grenier a fnalement été reconnu coupable du meurtre au deuxième degré de Sacha Vallée le 21 oct. 2004, après avoir tenté d’attribuer à la mère, avec l’aide d’un expert légiste, les coups portés à l’enfant (le cadavre portait 73 traces d’ecchymoses). Condamné à 12 ans avant possibilité de libération conditionnelle.

Joanne Salvatore, 45 ans, poignardée par son mari Antonio Ramon Dias, 37 ans, le 24 octobre à Montréal, après que celui-ci l’ait prise en otage et menacé de la tuer si la police chargeait. La police a chargé. Après le meurtre, Dias a fait mine de sauter du balcon. Toxicomane et violent, il agressait souvent sa femme - aux dires des voisins - jetant ses affaires par la fenêtre de leur appartement, etc.

Kathryn Hannan, 29 ans, étranglée par son ex-conjoint de 24 ans, Gilbert Gosselin, à Contrecoeur le 11 novembre, une semaine après avoir repris avec lui. Après avoir étranglé Hannan, Gosselin l’a pendue pour faire croire à un suicide et fait semblant de la chercher dans un boisé environnant avec les deux enfants qu’elle avait d’un mariage précédent. Confronté à des conclusions de l’expertise de la scène du crime qui démentaient l’allégation de suicide, Gosselin a avoué, été accusé de meurtre non prémédité, et sentencé en 2003 à 12 ans minimum avant possibilité de libération.

Danielle Guilbault, 45 ans, poignardée à mort chez elle avec son mari de coups de plusieurs couteaux de cuisine, le 15 novembre à Napierville. Son fils de 20 ans, Vincent Poupart, qui avait pleuré plus fort que tous les autres aux funérailles, a avoué le meurtre une semaine plus tard. Il semble qu’il avait tenté sans succès d’obtenir de l’argent de ses parents pour acquitter une dette de drogue.

Tanya Buschman, 35 ans, amenée morte par son mari Michel Bérubé, 36 ans, à l’Hôpital Lakeshore de Montréal, le 20 nov. Il a prétendu qu’elle s’était pendue. L’autopsie a révélé qu’elle était plutôt morte de voies de fait et que la corde était trop longue pour justifier l’allégation de mort par pendaison. Bérubé parlait de déménager à Calgary. Elle ne voulait pas y déménager avec lui et des disputes avaient eu lieu entre eux. Un rapport d’autopsie et d’enquête a été déposé en février 2003 - on croyait alors que Bérubé était parti pour Calgary - et le meurtrier a été arrêté à la fin mai 2003e t accusé de meurtre prémédité.

Bonnie Dagenais, 52 ans, abattue à coups de revolver avec son mari au cours d’un cambriolage dans leur chalet, à Val-des-Monts le 23 novembre, par René Michaud, un ex-détenu de 26 ans, et un des adolescents, âgé de 15 ans, dont il était l’idole avec ses histoires de pénitencier. Michaud a par la suite été accusé de menaces de mort à l’endroit d’un témoin co-détenu et condamné à perpétuité. Il a vendu un « témoignage » de sa prison à CJRC, une station radio de Gatineau à qui il s’est dit tout à fait innocent du meurtre, décrit comme un « accident ». L’adolescent a été condamné en déc. 2003 à 5 ans de garde fermée et 4 ans de « surveillance étroite » dans la collectivité.

Isabelle Lutz, 41 ans, abattue à bout portant devant chez elle dans la rue avec un fusil de chasse, le 3 décembre à Drummondville, par Albert Levasseur, 61 ans, un ex-partenaire sexuel quitté depuis une semaine après cinq mois de cohabitation. Levasseur, qui s’était rendu chez elle pour la tuer, est rentré chez lui et s’est suicidé.

Annette Wilson, 41 ans, poignardée à mort par son partenaire sexuel le 8 décembre à Verdun, John Pilgrim, 34 ans, qui, selon une voisine, la battait régulièrement depuis longtemps.

Joanne Cloutier, 38 ans, poignardée à mort à Saint-Ferréol-des-Neiges le 9 décembre par son ex-conjoint, Bruno Lavoie, 37 ans, qui venait d’être remis en liberté par le juge Mario Tremblay après avoir été arrêté à deux reprises au cours des dernières semaines pour voies de fait avec arme et voies de fait simples contre la victime avec bris d’ordonnance de non-communication. Alors que celui-ci venait de faire une tentative de suicide, l’avocat de Lavoie a nié - avant le meurtre - que son patient était en dépression, dans le but d’obtenir sa libération. En refusant la recommandation d’incarcération de la Couronne, le juge Tremblay avait pris la peine de dire, en faisant la morale à Lavoie avant de le confier à la surveillance de son père, que "les tribunaux vivent dans la hantise de commettre une erreur" en refusant d’incarcérer. Aussitôt libéré, Lavoie s’est rendu tuer Joanne Cloutier.

Diane Tremblay, 53 ans, tuée de 2 balles de .357 à la tête et d’une dans le corps, à Mirabel le 17 décembre, pendant qu’elle écoutait de la musique dans son lit avec des écouteurs, par son conjoint Daniel Verville, 60 ans. Celui-ci a affirmé qu’elle le lui avait demandé. Verville a d’abord été accusé de meurtre prémédité, mais le procureur de la Couronne, Me Pierre Teasdale, a justifié un plea-bargaining d’homicide involontaire en affirmant au tribunal que Monsieur « avait tué par amour et pour mettre un terme à la dépression de Madame qui allait en augmentant ». Avant d’envoyer Verville pour 6 ans dans un établissement à sécurité minimum, le juge Valmont Beaulieu a été tout aussi empathique : « L’homicide involontaire de Daniel Verville ne se situe pas dans un conflit conjugal comme on en voit généralement devant les tribunaux. Si c’était le cas, l’approche du tribunal serait toute autre. Ici, nous sommes devant un homme usé, fatigué et repentant qui paraît plus que son âge »...

Blandine Simoneau-Girouard, 81 ans, tuée à coups de marteau à Victoriaville, le 20 décembre, par son fils, André Girouard, 58 ans, qui s’en occupait. « Elle souffrait de la maladie d’Alzheimer » a ’expliqué’ un réseau de télévision. Il a « agi par compassion, était déprimé, aurait dû être institutionnalisé », a lancé son avocat, qui a obtenu un examen psychiatrique, sous prétexte que son client, décrit comme « psychiatrisé », n’aurait pas pris sa médication le matin du meurtre.

Diane Bergeron, 50 ans, tuée avec un objet contondant entre le 29 décembre et le 1er janvier à Victoriaville par son voisin, François Verville, 25 ans, un schizophrène accusé à plusieurs reprises de voies de fait et de bris de probation (après des menaces de mort à l’égard de son père) parce qu’il refusait de prendre sa médication. On envoyait au logement où un juge lui avait ordonné d’habiter des intervenants du Centre d’intégration communautaire de Victoriaville à toutes les 48 h pour vérifier s’il avait pris ses pilules. Verville a été accusé de meurtre au second degré et envoyé pour évaluation psychiatrique à l’Institut Pinel.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Martin Dufresne

Longtemps associé au Collectif masculin contre le sexisme, créé en 1979, Martin Dufresne est connu comme un allié des milieux féministes et a produit dans plusieurs médias des analyses percutantes sur divers aspects de la condition masculine, ainsi que sur la violence faite aux femmes.



Plan-Liens Forum

  • jessica
    (1/3) 27 juin 2006 , par

  • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
    (2/3) 13 octobre 2003 , par

  • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
    (3/3) 27 mars 2003 , par





  • jessica
    27 juin 2006 , par   [retour au début des forums]

    jess on taime ... on toubliras jamais .. sa fait 4 ans , mais ... tu est encore prÉsente pour nous .

    > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
    13 octobre 2003 , par   [retour au début des forums]

    Non, mais où es-ce qu’on s’en va ?

    Étant moi-même battue par mon conjoint depuis 4 ans et recevant des menaces de mort à chaque fois, je commençais à planifier une séparation, mais lisant ceci, je me trouve déconcertée et confuse. On dirait que personne ne s’en sort.

    Sylvie

    • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
      27 février 2004 , par
        [retour au début des forums]

      Bonjour Sylvie,

      J’éspère que tu vas bien. J’ai connu la violence aussi et j’en suis sorti maintenant. Fais quelquechose pour toi-même et fais confiance à la vie. Je ne suis plus aujourd’hui dans un environnement de violence et c’Est incroyable comment l’air est pur et sain. Il y a plein d’organisme pour t’aider.......à commencer par les CLSC, travailleurs sociales, etc...TU sais aujourd’hui il y a pleins de ressources pour s’aider ce qui n’existait pas il y a à peine 50 ans.....Tu as le pouvoir toi seule de faire quelquechose et je t’encourage à le faire.....tu seras vraiment libéré de cette tension qui t’empoisonne surement la vie.......on a juste une vie, on ne doit pas la gaspiller avec des gens qui ne nous respecte pas....

      Angel......

      [Répondre à ce message]

    • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
      13 octobre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Tous ce que je vien de lire me mais hors de moi ,etant aussi une ex femme battu ,,,je repense a tous et ca aurais pue m’arrivé a moi aussi .mais merci mon dieu je suis encore envie .mais comment aidé si personne ne denonce les violence autour de nous ,faut en parlé et reagir.ne pas fermé les yeux sur ce que l’on voie .

      [Répondre à ce message]

      • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
        25 mars 2006 , par
          [retour au début des forums]

        j’ai etait une jeune femme battue par un mari qui me disait que je le meritait j’ai mis du temps a comprendre qu’il n’avait pas le droit de reagir ainsi !! je viens de divorcer depuis 10 jours mais il s’arrange toujours pour se faire passer pour la victime !! je suis passee a deux doigts de l’horreur car il etait imprevisible et souhaitai me detruire en voulant se suicider devant moi !! depuis ce jour la jai compris quil ne maimais pas et quil fallait que je parte pour mon bien et celui de ma fille !! j’ai eu de la chance !! mais malgres tout ca je nai jamais porter plainte contre lui !! a toutes les femmes battues partez de chez vous avant quil ne vous arrive ce quon a pu lire avant !!! on n’y croit pas mais ce genre de personnes est imprevisible et dans un coup de rage tout peut arriver !!!

        [Répondre à ce message]

    • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
      25 mars 2006 , par
        [retour au début des forums]

      ne te dis pas ca et ne te laisse pas emprissonner par un homme qui ne te respecte pas !! tu na pas le droit de te faire battre !! et personne ne peut decider a ta place si tu doit etre puni !! je suis revoltee car tu es comme moi et ce monstre arrive a te faire culpabiliser !! part avant que ce ne soit plus possible et tu verras ya des hommes qui savent respecter les femmes en tant que telles !! je pense que tu ne veut pas quil tarrive ce quon a pu lire !! jai mis 6 ans avant de realiser que je metait mariee mais que cetait une erreur !! bien sur il avait une tete dange et se faisait passer pour la victime !!! ce sont dincroyable manipulmateur ils arriverront tjs a leur fin !! prend ton courage et va vivre pleinement ta vie !!

      [Répondre à ce message]

    • >Réponse à Sylvie
      23 avril 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Bonjour Sylvie,

      Il n’est jamais trop tard pour sortir de la violence, si il vous bat depuis 4 ans il le fera encore et encore...n’attendez pas qu’il délire complètement dans sa violence et qu’il finisse par vous tue.

      Surtout si vous avez des enfants Sylvie, il faut agir vite, les enfants n’ont pas à vivre ça. Sauver vous et sauver vos enfants, ils ne peuvent pas le faire a votre place. Cesser de vivre dans la terreur et dénoncer cet homme malade. Allez au poste de police et expliquer votre situation, les menaces qu’ils vous fait, la police fera ce qu’Il faut pour vous mettre en sécurité, vous et les enfants. Vous ne méritez pas cela Sylvie, vous nipersonne.

      Reprenez votre vie en main Sylvie, le bonheur est encore possible.

      Bon courage,

      I.P.

      [Répondre à ce message]

    > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
    27 mars 2003 , par   [retour au début des forums]

    I think that it is very sad that so many women and children are murdered in Quebec. I am one of the cousins of Christine Dube. I miss her so much. She was one of the kindest people that I knew ! I ’ll always remeber her ! To all the families of women and children that have been murdered all the best to you ! And good luck in the future !!

    • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
      22 avril 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Il existe aucun mot pour décrire à quel point que l’on te manque ma belle Christine. Tu étais notre rayon de soleil et tu l’es encore. Nous nous reverrons au ciel Christine, ta famille qui t’adore..

      Love you !

      [Répondre à ce message]

      • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
        9 mai 2003 , par
          [retour au début des forums]
        Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002

        Il n’existe pas de mot pour exprimer l’horreur et le désarroi que l’on ressent face à tant de crimes envers les femmes et les enfants tant au Québec que dans le monde entier et presque toujours commis pas des hommes. Mais il existe peut-être une explication à celà : A la naissance l’être humain n’est qu’un sauvage en dessous de l’animal ; aucun animal ne s’abaisse autant que l’homme et seule l’éducation et quelques fois des soins adaptés peuvent le faire évoluer pour en faire un être civilisé. Or la réussite de l’éducation d’un être humain est ce qu’il y a de plus difficile au monde et les éducateurs, parents ou autres préposés à l’éducation sont rarement à la hauteur de leur tâche, pris eux-mêmes dans le fiasco de l’éducation qu’ils ont reçue, s’ils en ont reçu une. Si les hommes sont majoritairement des assassins ou criminels en tout genre, c’est leur égoïsme féroce à multiples facettes qui les y pousse, il leur manque ne serait-ce qu’un tout petit peu de la qualité dominante de la femme : l’altruisme. Que veulent les hommes ? Le pouvoir, l’argent et le sexe. Après celà on s’étonne qu’ils s’en prennent à celles qui leur ont donné la vie, qui les ont nourris, qui les ont élevés tant bien que mal souvent dans des conditions inacceptables. Elles ont donné et donné encore et finissent leur vie abattues comme la vache laitière qui donne toute sa vie durant et finit à l’abattoir. Ce que les hommes ont le plus de mal à accepter c’est d’être né de la femme alors ils veulent consciemment ou non, supprimer celle qui représente pour eux l’empêchement à être le maître absolu du monde. La grande erreur a été de laisser s’installer le patriarcat car c’est une organisation criminelle.Heureusement qu’il reste encore des hommes qui ont compris, qui ont encore le sens de la vie, sinon l’espèce humaine ne serait plus depuis longtemps. signé : barbara oguey

        [Répondre à ce message]

        • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
          15 mai 2003 , par
            [retour au début des forums]

          Comme vous démontrez bien aussi que le "matriarcat" peut être aussi haineux que le patriarcat. Les 2 thèmes ont des côtés positifs et négatifs. Dommage qu’on ne voit que le côté négatif. Votre lettre transpire la haine des hommes, comme vous devez être malheureuse, pensez que vous êtes là aussi grâce à un homme, pas seulement à une femme. Je vous suggère une longue thérapie.

          A.T.

          [Répondre à ce message]

          • Indignation
            16 mai 2003 , par
              [retour au début des forums]

            Monsieur A.T. a l’air de s’indigner de la révolte contre le meurtre plus que du meurtre lui-même. En tout cas, si vous allez en thérapie, Madame, gardez-vous d’aller dans les thérapies du groupe de Monsieur A.T. qui banalise la violence envers les femmes et les enfants. C’est un trait du "patriarcat" moderne, que je n’endosse pas.

            [Répondre à ce message]

          • horrible
            25 août 2005 , par
              [retour au début des forums]

            je suis tombée sur ce site par hasard, je n’est que 15 ans et j’espère ne jamais tombée sur des hommes comme ca de ma vie. Je trouve très admirable la demarche que vous avait entrepris quand on voit que cela peut aussi aider des gens dans la detresse comme sylvie...4ans de misère.. j’espère qu’elle s’en est sortie. Et contrairement à ce que monsieur AT a l’air de le penser je trouve que c’est l’une des meilleures thérapies d’entreprendre ce que vous avé eu le courage d’entreprendre tout simplement.(désolé pour les répétitions)C’est normal que vous ayez une certaine haine contre les hommes mais même si j’ai très peu d’experience je me permet de dire que je suis sûr qu’il n’existe pas que des hommes violents et qu’il ne faut pas tous les mettre dans le même sac non plus. Voila je tenais à dire cela et précisez aussi que je trouvais votre démarche étais largement sous estimer par monsieur AT et que je ne pense pas la thérapie utile voila bonne continuation madame

            [Répondre à ce message]

          • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
            17 juin 2006 , par
              [retour au début des forums]

            moi je veux juste repondre a A.T car je trouve mechant en lui disant que c’est grace aux hommes que nous sommes la et qu’elle lui suggere une longue therapie ce n’est pas un degout de l’homme que l’on ressent mais une peur .une peur qu’il rentre du boulot ou ivre comme un coing qu’il vous tape parce que le souper et pret la table est mise alors que vous avez juste oublier de mettre sa bouteille de vins blancs ou rouges nous savons tres bien que c’est grace a l’homme et a la femme que nous sommes sur terremais si vous n’etes pas une personne battue vous ne pouvez pas savoir qu’elle est la peur la peur de refaire un jour ou l’autre notre vie de retomber peut etre sur quelqu’un de bien et un jour on ne sait pourquoi il vous colle une baffe en pleine figure et vous revoyez votre vie basculer a nouveau alors il ne faut pas dire que nous avons un degout des hommes et qu’il faut faire une longue therapie car c’est juste une peur de revoir basculer notre vie a nouveau dans une terrible souffrance

            [Répondre à ce message]

          • > Femmes et enfants tués par des hommes ou par des inconnus au Québec en 2002
            17 juin 2006 , par
              [retour au début des forums]

            monsieur AT je vous trouve tres mechant nous savons que nous sommes la grace a vous les hommes je pense que vous n’etes qu’un macho et que sylvie s’en est tres bien sorti sans votre therapie je trouve degueulasse et lache les hommes qui tapent sur des femmes nous sommes si fragiles nous ferions tout pour leur decrocher la lune et eux n’ont qu’une idee en tete nous taper dessus soit parce qu’ils ont oasser une mauvaise journee soit le vin n’a pas etait mis a table ou pour autre chose qui n’a aucun sens tout ce que j’espere c’est qu’un jour vous retombiez sur votre maitre

            [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin