| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 4 octobre 2006


Benoîte Groult à Montréal
Ainsi soit l’étoile

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le Devoir d’équité
"Toilettes pour femmes" de Marilyn French
Le pouvoir du silence : "Va et nous venge" de France Théoret
"L’épagneule casquée", un conte lesbien
Mea culpa, je ne savais pas
Décès de la poète féministe Marie Savard (1936 - 2012)
Place au conte : Célestine et le géranium magique
"D’ailleurs", de Verena Stefan : apprivoiser l’exil
Anaïs Airelle : poésie, colère et révolte
Marilyn French : nommer l’oppression des femmes
Gabrielle Roy : les amitiés féminines et l’écriture
Une histoire des créatrices, par Liliane Blanc
Tous les livres de Sisyphe
Vision poétique et politique de Marie-Claire Blais
Antoinette Fouque persiste et signe
Le mentorat en politique, une innovation signée Femmes - Lancement à l’Hôtel de Ville de Montréal
Femmes et livres
Marie-Claire Blais, l’art au secours de la vie
Virginia Woolf, marginale et solidaire
Antoinette Fouque, entre féminisme et libération des femmes
Lire la rubrique Poésie
La France, les femmes et le pouvoir, par Éliane Viennot
Orpiment, la plénitude de vivre
Andrée Ferretti : Écrire pour qu’arrive le grand soir
M’as-tu lu ? Télé-Québec
Le dialogue des sexes : Sisyphe heureuse ?
Christine de Pizan, prestigieuse écrivaine du Moyen Âge
Épître à la Reine
The Last Resort : sous le soleil de l’émancipation
Patricia Highsmith, énigmatique et insaisissable
Une chair triste à pleurer
Des écrits inspirants par des femmes de parole
Quand l’orgueil manque aux filles
« Vent en rafales » ou le récit d’un enfermement
Les femmes et l’institution littéraire
Marguerite Yourcenar et l’amour viril
Andrée Ferretti et la judéité vue de l’intérieur
Du sable dans l’engrenage du pouvoir
Colette et Sido, des femmes libres







Au chauffeur de taxi qui lui demande la raison de sa présence à Montréal, elle répond : « J’ai écrit un livre et je viens en parler à la télé et à la radio ». Le chauffeur s’exclame aussitôt : « Ah ! vous êtes écrivaine ! »

Benoîte Groult, en relatant cette conversation, se réjouit de l’utilisation de ce mot écrivaine, refusé dans la pratique en France, et ajoute : « Vive le Québec ! » La salle applaudit dans l’auditorium de la Grande Bibliothèque, en ce mercredi 27 septembre 2006, alors que l’auteure raconte sa venue à l’écriture féministe.

« Le joug parternaliste, je l’ai accepté si longtemps, je suis restée soumise aux lois », mais en 1968, à 48 ans, elle constate que c’est lors de réunions de femmes qu’elle se sent à l’aise de parler et qu’elle est écoutée. Le mouvement féministe lui donne du courage pour regrouper ses idées.

Inspirée par le livre Femmes d’Orient, pourquoi pleurez-vous ? écrit par une Somalienne, elle entreprend des recherches et, en 1975, à l’âge de 55 ans, elle publie Ainsi soit-elle, un ouvrage retentissant et engagé, une œuvre phare pour plus d’une génération de femmes. Personne avant elle n’avait parlé des mutilations sexuelles infligées aux fillettes et aux femmes. Elle s’insurge contre les moyens physiques ou psychiques qui empêchent les femmes d’être des citoyennes comme les autres.

Depuis cette parution et jusqu’à son récent livre, La touche étoile, l’écrivaine, qui a des origines bretonnes et celtes, reste une féministe inspirante qui n’hésite pas à s’exprimer sur l’actualité et les relents misogynes qu’elle réactualise. Elle est convaincue de la nécessité de féminiser les mots : « Il est important d’être à l’aise dans les mots pour être à l’aise dans la fonction. Quand on perd le mot, on perd la notion qui est derrière. Ne pas féminiser, ça nuit aux femmes, ça les rend mal à l’aise, et c’est une façon de leur dire qu’elles ne sont pas à leur place. »

Elle évoque la mère de Camille Claudel qui décourageait sa fille de faire de la sculpture car il n’y avait pas de féminin pour le mot sculpteur. Hélas, Benoîte Groult a constaté que, sur la Place Camille-Claudel, un panneau la décrit en tant que « Sculpteur français ». Ce fait lui rappelle qu’à la mort de Marguerite Yourcenar ses collègues de l’Académie ont déclaré : « Nous regrettons la perte d’un de nos confrères. »

(Pour ma part, je me souviens que Claude Ryan, en 1989, avait demandé à l’Assemblée nationale que soit gardée une minute de silence en mémoire de « quatorze étudiants tués à la Polytechnique », alors qu’il s’agissait d’un féminicide revendiqué par le tueur lui-même.)

Par ailleurs, Benoîte Groult déplore : « La femme française se prend pour une séductrice, pas une combattante ». Elle traîne les conséquences de la loi salique qui a relégué la femme au rôle de favorite, de courtisane, de régente. Cette loi des Francs Saliens, excluant la femme de la succession à la terre, l’a empêchée d’accéder au trône pendant la monarchie régnante en France. Elle considère qu’encore aujourd’hui on incite les femmes à attendre un homme pour exister. « La presse féminine est désespérante », déclare t-elle, « on parle seulement de beauté avec des mannequins de 15 ans », alors que l’écrivaine a connu l’époque des femmes mannequins jusqu’à 50 ans puisque sa mère était couturière. Ele regrette que dans les magazines on n’habille pas la femme de 70 ans, ni même celle de 60 ou 50 ans.

Mais la France est quand même le pays où on interdit le voile à l’école. À ce constat de l’écrivaine, la salle applaudit à nouveau. Elle mentionne que Jules Ferry (1832-1893) a voulu que les élèves portent le tablier à l’école pour qu’on ne voit pas la classe sociale. Grâce à ce ministre de l’instruction publique française, l’enseignement primaire est devenu obligatoire, gratuit et laïque. Il a contribué à égaliser les conditions par un enseignement commun. Un siècle plus tard, tandis que la France, sur cet aspect des droits humains, peut se vanter, malheureusement, le Québec, lui, est incapable d’empêcher que les filles portent un symbole de soumission à l’école.

Depuis des décennies, par ses écrits et par ses prises de position, Benoîte Groult marque le monde littéraire, influence le domaine politique, laisse sa trace dans l’univers journalistique et inspire le mouvement féministe. Elle-même étoile, elle éclaire et influence une société où, pour les femmes, comme elle le disait : « Chaque droit est arrivé au compte-gouttes. »

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 septembre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



Plan-Liens Forum

  • Merci !
    (1/1) 1er octobre 2006 , par





  • Merci !
    1er octobre 2006 , par   [retour au début des forums]

    Merci pour ce magnifique article ! Ce fut un honneur pour Montréal d’accueillir cette femme encore et toujours inspirante pour les autres femmes et pour tous ceux qui veulent une justice sociale.
    Je viens de lire dans le Devoir de samedi, 30 septembre, cette anecdote : Lors d’un banquet de mille personnes donné en l’honneur de Maurice Duplessis en 1946, étant donné que les billets avaient tous été vendus, on a interdit aux femmes d’assister à l’événement. Que de progrès en soixante ans même si certains clubs de golf se réservent encore le droit d’exclure les femmes de certaines salles...et même s’il existe encore des clubs sociaux réservés uniquement à la gente masculine. Si seulement on n’y parlait que d’hommeries, mais non ; les affaires s’y brassent,.les ententes se concluent et on exclut encore sciemment les femmes d’affaires sous prétexte d’intimité masculine ou autre prétexte fallacieux. Il reste encore du travail à faire ici-même dans notre pays civilisé et Benoîte Groult par l’entremise de Lucie Poirier nous le rappelle. Merci encore !


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin