| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 15 mai 2009

Anaïs Airelle : poésie, colère et révolte

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le Devoir d’équité
"Toilettes pour femmes" de Marilyn French
Le pouvoir du silence : "Va et nous venge" de France Théoret
"L’épagneule casquée", un conte lesbien
Mea culpa, je ne savais pas
Décès de la poète féministe Marie Savard (1936 - 2012)
Place au conte : Célestine et le géranium magique
"D’ailleurs", de Verena Stefan : apprivoiser l’exil
Marilyn French : nommer l’oppression des femmes
Gabrielle Roy : les amitiés féminines et l’écriture
Une histoire des créatrices, par Liliane Blanc
Tous les livres de Sisyphe
Vision poétique et politique de Marie-Claire Blais
Antoinette Fouque persiste et signe
Le mentorat en politique, une innovation signée Femmes - Lancement à l’Hôtel de Ville de Montréal
Femmes et livres
Marie-Claire Blais, l’art au secours de la vie
Virginia Woolf, marginale et solidaire
Antoinette Fouque, entre féminisme et libération des femmes
Lire la rubrique Poésie
La France, les femmes et le pouvoir, par Éliane Viennot
Ainsi soit l’étoile
Orpiment, la plénitude de vivre
Andrée Ferretti : Écrire pour qu’arrive le grand soir
M’as-tu lu ? Télé-Québec
Le dialogue des sexes : Sisyphe heureuse ?
Christine de Pizan, prestigieuse écrivaine du Moyen Âge
Épître à la Reine
The Last Resort : sous le soleil de l’émancipation
Patricia Highsmith, énigmatique et insaisissable
Une chair triste à pleurer
Des écrits inspirants par des femmes de parole
Quand l’orgueil manque aux filles
« Vent en rafales » ou le récit d’un enfermement
Les femmes et l’institution littéraire
Marguerite Yourcenar et l’amour viril
Andrée Ferretti et la judéité vue de l’intérieur
Du sable dans l’engrenage du pouvoir
Colette et Sido, des femmes libres







Il faut d’entrée de jeu remercier l’éditeur d’Écosociété d’avoir pris le risque, comme il nous le confie en quatrième de couverture, de publier ce récit alors qu’il se consacre exclusivement à la publication d’essais. Il s’agit en effet d’un livre d’une rare intensité et d’une grande qualité poétique. Anaïs Airelle nous parle d’itinérance, de quête de sens, de maladie mentale, de suicide et de l’exclusion des marginaux, sans jamais tomber dans la victimisation, sans jamais perdre contact avec elle-même : "Souviens-toi, rappelle-toi, n’oublie pas qui tu es, n’oublie jamais ce que nous sommes", lui souffle Thiento, l’un de ces "pirates de la civilisation" qui a fini par se pendre et à qui elle rend un bel hommage au début du livre :

    Tu étais un puits de brume.
    Des cernes sous tes yeux tristes, des cernes si nombreux qu’on aurait pu les couper comme les cercles d’âge d’un arbre abattu.
    Des yeux où l’on aurait pu lire tous les poèmes tellement que dedans il y avait de lignes et de marges.
    En marge, parce que comme la plupart de tes potes, on disait de toi que tu étais fou, angoissé, névrosé, psychotique, malade.
    Malade de la vie, de cette chienne de vie avec ses portées de chiots bâtards tendres et joueurs.
    Malade d’une société totalement fichue.

La narratrice, dénommée "la petite" et plus tard Abricot, veut se souvenir de toutes et tous : "De vous, les protectrices, vous, les effarouchées, vous les grands yeux, vous les optimistes, vous les tombés, vous les relevés, vous les retombés, vous les tordues, vous les anges enchaînés." Elle a l’art de regarder et d’écouter vraiment. Son carnet est longtemps son unique compagnon de route et elle y trace au quotidien le portrait de ce monde à contre-courant qui refuse le confort et l’abrutissement de la consommation et choisit la vie en marge de cette société de gaspillage qui mène la planète à sa perte. Elle a "mal à l’absurde, mal aux repères, mal aux humains". Puis, pour son plus grand bonheur, elle rencontre une boule de poils roux, un chaton "penaud, tout endormi de naissance", perdu comme elle, qui la réchauffera dans son errance,

Son récit, toujours touchant, nous prend par le cœur et il est impossible, même si c’est parfois très dur, de la quitter avant la fin de son parcours. À aucun moment, l’écriture n’est quelconque. Dans ce qu’elle appelle "le monde de la normopathie", la misère lui semble encore plus grande que celle des itinérants qu’elle côtoie : "Dans l’métro, c’est plein de visages blafards. Tout le monde a l’air d’un rongeur qui aurait tourné dans sa roue toute la nuit" et, plus loin, "on voit l’auréole de la servitude imprégner leurs habits".

Dans la marginalité, les femmes n’ont pas un sort plus juste qu’ailleurs : "Y’a plein d’flics dans l’quartier ! Pis, quand c’est une femme qui s’fait taper, y prennent tout leur temps, pour s’en venir", dit l’une pendant qu’une autre raconte "sa mère qui ne l’a jamais crue quand elle s’est fait violer à huit ans, la césarienne quand elle a eu son fils, ses ex-copains qui étaient violents comme son père l’était, la drogue, la rue, la prostitution, les gens qui la prennent pour une idiote quand elle a si bon cœur". Et plus loin, "elle me prend dans les bras de son histoire de femme de rue, de femme trahie par trop d’hommes. Elle me montre les marques que ses histoires sanglantes ont laissées sur sa peau et dans le noir de ses yeux. Le calvaire de la drogue, d’être pute et encore jeune mais si vieille".

Anaïs Airelle parle de source et son monde est le même que le nôtre. Un monde violent, mû par le seul appât du gain et du profit, le monde profondément déshumanisé du néolibéralisme qui transforme de plus en plus d’humains en marchandises.

Heureusement, il reste à l’auteure la passion de manier les mots et un sens très fin de l’humour : "Tout son argent liquide, elle le boit" et quand ça crie trop fort dans sa tête parce qu’elle est incapable de dire la douleur qui l’habite, elle prend un autobus à travers le Canada qui la mène à Vancouver. Dans cette errance où la vie se résume à des cuites d’alcool, de drogue, où elle ne sait jamais où elle va dormir, où elle ne peut se laver que rarement, il y a parfois des oasis de lumière comme en Colombie-Britannique dans une communauté d’écologistes au cœur de la forêt et, plus tard, au sud de la France dans un village autogéré où l’on pratique le troc et la tendresse pour survivre. "Ici, j’oublie peu à peu la ville et ses humains morts qui marchent au son d’une horloge inquiétante. Ici, au cœur de la forêt, la faim est sage, le feu allié et la tribu unie au son de la pluie constante. Le temps est mort, vive le temps !"

En dépit de ces havres où l’on tente de n’avoir ni dieu ni maîtres, de tout partager, elle continue sa route où seul le mouvement semble apaiser sa rage. Pour "la petite", la guérison psychologique est une illusion, il s’agit plutôt d’un savant reconditionnement social. Quant à l’État, elle pense qu’il est responsable de la vente de la drogue pour calmer ou intensifier la psychose collective au gré de ses intérêts.

"Elle dort dans un torrent", écrit-elle, et les voix qu’elle entend sans relâche dans son esprit lui font se demander pourquoi elle meurt tout le temps ? De l’errance, il lui reste le refus des "barreaux du connu" et la liberté en mouvement. À nous, elle laisse un profond témoignage d’humanité et un questionnement incontournable. Anaïs Airelle est née à Marseille, elle a 21 ans et vit entre la France et le Québec. Pourquoi j’meurs tout le temps ? est son premier livre. Un livre à lire absolument qui n’est sans doute pas son dernier avec un si grand talent.

Anaïs Airelle, Pourquoi j’meurs tout le temps ?, Montréal, Écosociété, 2009.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 mai 2009.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin