| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 25 février 2007

Virginia Woolf, marginale et solidaire

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


"Toilettes pour femmes" de Marilyn French
Le pouvoir du silence : "Va et nous venge" de France Théoret
"L’épagneule casquée", un conte lesbien
Mea culpa, je ne savais pas
Décès de la poète féministe Marie Savard (1936 - 2012)
Place au conte : Célestine et le géranium magique
"D’ailleurs", de Verena Stefan : apprivoiser l’exil
Anaïs Airelle : poésie, colère et révolte
Marilyn French : nommer l’oppression des femmes
Gabrielle Roy : les amitiés féminines et l’écriture
Une histoire des créatrices, par Liliane Blanc
Tous les livres de Sisyphe
Vision poétique et politique de Marie-Claire Blais
Antoinette Fouque persiste et signe
Le mentorat en politique, une innovation signée Femmes - Lancement à l’Hôtel de Ville de Montréal
Femmes et livres
Marie-Claire Blais, l’art au secours de la vie
Antoinette Fouque, entre féminisme et libération des femmes
Lire la rubrique Poésie
La France, les femmes et le pouvoir, par Éliane Viennot
Ainsi soit l’étoile
Orpiment, la plénitude de vivre
Andrée Ferretti : Écrire pour qu’arrive le grand soir
M’as-tu lu ? Télé-Québec
Le dialogue des sexes :
Sisyphe heureuse ?

Christine de Pizan, prestigieuse écrivaine du Moyen Âge
Épître à la Reine
The Last Resort : sous le soleil de l’émancipation
Patricia Highsmith, énigmatique et insaisissable
Une chair triste à pleurer
Des écrits inspirants par des femmes de parole
Quand l’orgueil manque aux filles
« Vent en rafales » ou le récit d’un enfermement
Les femmes et l’institution littéraire
Marguerite Yourcenar et l’amour viril
Andrée Ferretti et la judéité vue de l’intérieur
Du sable dans l’engrenage du pouvoir
Colette et Sido, des femmes libres







Les femmes peuplent l’univers de Virginia Woolf (1882-1941), et sa prose, à l’image de sa vie, est une longue marche en quête de leur amour. Il y a d’abord le lien profond et constant avec sa sœur Vanessa, confidente de toujours et médiatrice par excellence. Elle sera aussi l’amie de la compositrice féministe Ethel Smyth, de Violet Dickinson, d’artistes et d’écrivaines telles que Dora Carrington et Katherine Mansfield. Mais c’est surtout avec Vita Sackville-West, poète, romancière et biographe, qu’elle conjugue amour et amitié pendant près de vingt ans. "J’aime le fait qu’elle est (ce que je n’ai jamais été) une vraie femme"(1), dit-elle.

Chez Virginia Woolf, le féminin est central, sans doute parce qu’ayant perdu sa mère très jeune, elle la cherche partout. Cette absence-présence explique autant l’existence d’une sensualité affamée que l’impossibilité pour Woolf de l’assouvir grâce à un être unique, sauf par le biais d’une poésie hantée par le rêve de l’inaccessible, car rien ne suffit jamais à cette assoiffée d’absolu. Elle, qui aime tellement les femmes, reconnaît qu’elles sont cependant souvent dures les unes envers les autres et que beaucoup d’entre elles n’aiment pas les femmes. Pour sa part, elle apprécie leur absence de convention, leur intégrité, leur anonymat.

Woolf connaît des débuts extrêmement difficiles dans la vie. De santé délicate, un père intimidant et tyrannique l’éduque à la maison. Un père qui, s’il avait vécu plus longtemps, l’aurait à coup sûr empêchée d’écrire. Toute jeune, son demi-frère la viole, affectant à jamais sa sexualité. Ce traumatisme provoque les crises dépressives dont elle souffrira le reste de sa vie et une vive répulsion envers toute forme de discrimination à l’égard des femmes, la poussant même à quitter une réception si quelqu’un profère une remarque sexiste.

Artiste et intellectuelle

Jusqu’à tout récemment, on a connu Virginia Woolf en tant qu’artiste plutôt que comme penseuse et intellectuelle parce que les critiques ont voulu minimiser la portée d’Une chambre à soi et de Trois guinées, dénonciations sans compromis des conséquences de la suprématie masculine sur la vie des femmes. Rien d’étonnant, puisque deux hommes, Léonard Woolf, son mari, et Quentin Bell, son neveu, ont écrit sa propre biographie.

Là où Virginia ne convient pas à leurs notions et définitions préconçues, les critiques l’ont qualifiée d’insignifiante, d’excentrique ou de déboussolée. Ils ne la considèrent pas non plus en tant que théoricienne ayant une vision globale et pénétrante du tissu social et politique de la société de son époque. Puisque ses écrits ne cadrent pas avec les définitions typiquement patriarcales de Quentin et de Léonard, ils déclarent qu’elle est apolitique et qu’elle s’écarte du modèle féminin d’écriture. Pour Une chambre à soi et Trois guinées, ils décrètent que ce n’est pas de l’art, mais de la propagande et, bien sûr, un échec.

Contribution à la pensée féministe

Selon Dale Spender, Léonard Woolf veut faire croire que sa compagne a besoin d’être protégée du monde, mais, aujourd’hui, les lectrices de La tapisserie jaune de Charlotte Perkins Gilman et toutes les femmes acculées à la folie par des hommes "attentionnés" ont vite fait de comprendre que c’est Virginia Woolf qui aurait eu besoin d’être protégée de lui (2). Quentin Bell peut bien la qualifier d’apolitique, de trop sensible et d’irrationnelle parce qu’elle dénonce les valeurs masculines, mais les femmes savent que Woolf a su saisir l’essence même de la rationalité politique. Spender a aussi raison de signaler que "les analyses politiques de Virginia Woolf ne sont pas semblables aux analyses de partis politiques masculins, parce que ce sont des analyses politiques féministes et il y a peu d’aspects de la pensée féministe auxquels elle n’a pas apporté une contribution (3)".

Woolf reconnaît très tôt la nécessité de créer une culture des femmes, différente et autonome. Dans une société d’exploitation et d’oppression, elle fait de la marginalité une vertu, et incite les femmes à rester à l’extérieur des institutions patriarcales. Dans Trois guinées, la position de Woolf, sur la guerre et le fascisme, consiste à démontrer que toute forme de tyrannie commence à la maison. Point de vue que son biographe, Quentin Bell, n’a pas manqué de critiquer. Adrienne Rich, pour sa part, ne s’y est pas trompée, quand, dans son mot d’ordre aux femmes les enjoignant d’être "déloyales envers la civilisation", elle cite et développe le concept de Woolf sur la "libération des loyautés irréelles" (4). Pour Rich, et pour Woolf, ce sont les valeurs d’une société contrôlée par les hommes que les femmes doivent désavouer et défier, au lieu de les déifier, et ce dans l’intérêt de la liberté, de l’égalité et de la paix.

Un des arguments essentiels développés dans l’œuvre de Virginia Woolf concerne la façon différente dont les femmes communiquent selon qu’elles sont entre elles ou en présence des hommes. Elle montre que la culture dominante ne rend pas compte de cet aspect de l’expérience des femmes, parce que ce sont des hommes qui décrètent ce qu’il est important de retenir. Pourtant, ce partage des valeurs et cette façon spécifique de s’exprimer existent vraiment entre femmes, et Woolf parle même "d’instinct très raffiné de télépathie sans fil ". Pour elle, avoir une conscience politique, c’est dire la vérité, vivre différemment et être marginale.

Quand les femmes s’aiment aussi dans la littérature

En 1927, elle commence, avec Orlando, "une lettre d’amour à Vita", saisissant l’occasion d’explorer un espace sans limites, c’est-à-dire un espace où elle peut être à la fois un homme et une femme, dans le passé et le présent. Pour Marie-Jo Bonnet :

    Il s’agit de "traverser les apparences", de quitter la surface des choses et des images dans lesquelles sont piégées les femmes ; de se déprendre du jeu social des masques et des apparences, pour s’enraciner dans l’être. À ce niveau-là, l’image de la femme n’a plus aucune espèce d’importance. Car ce n’est plus le paraître qui détermine notre présence au monde, mais l’être, et ce que nous allons devenir avec ce que nous sommes (3).

Dans Une chambre à soi, Woolf dégonfle d’abord l’arrogante affirmation masculine selon laquelle il n’y a et n’y aura jamais de Shakespeare femme en montrant d’où vient cette prétendue impossibilité. C’est justement à cause des hommes que la plupart des femmes sont systématiquement gardées analphabètes et incultes, plus pauvres que les plus pauvres, en servage total du matin au soir, astreintes à des tâches abrutissantes et répétitives, avec, jusqu’à tout récemment, une moyenne de dix enfants à élever. Quand l’une d’elles réussit néanmoins le tour de force d’élaborer une oeuvre, les historiens de l’art ou de la littérature la relèguent immédiatement à l’oubli quand ils ne la transforment pas en muse ou en mégère.

Virginia Woolf considère l’expression de l’amitié et de l’amour entre femmes dans la littérature comme une véritable révolution : "Chloé aimait Olivia, ai-je lu. Et je fus alors frappée de l’immense changement que ce fait représente. Pour la première fois peut-être dans la littérature, Chloé aime Olivia." (4) La romancière tente de se rappeler si elle a déjà vu des femmes s’aimer dans la littérature. Il y a parfois des confidentes dans les tragédies, des mères et des filles, mais force est de constater qu’on montre presque exclusivement les femmes dans les rapports qu’elles entretiennent avec les hommes, alors que ces rapports ne constituent qu’une toute petite partie de leur vie. Comment imaginer qu’on ne décrive d’un écrivain que sa vie amoureuse ! C’est pourtant le traitement qu’on a toujours réservé aux femmes de génie !

D’entrée de jeu, toute femme qui cherche son propre langage se heurte au préjugé voulant que la meilleure des femmes soit intellectuellement inférieure au pire des hommes. D’ailleurs, Woolf décrit bien de quelle nécessité vitale pour les hommes provient ladite infériorité :

    Si elles n’étaient pas inférieures, elles cesseraient d’être des miroirs grossissants. [...] Comment l’homme continuerait-il de dicter des sentences, de civiliser des indigènes, de faire des lois, d’écrire des livres, de se parer, de pérorer dans les banquets, s’il ne pouvait se voir pendant ses deux repas principaux d’une taille pour le moins double de ce qu’elle est en vérité (5).

Capter le transitoire

Elle veut savoir comment s’y prendre pour attraper ces gestes que nul encore n’a enregistrés, ces mots jamais dits, ou dits seulement à moitié, qui se forment, à peine plus palpables que les ombres, quand les femmes sont seules et hors de l’éclairage tendancieux de l’autre sexe. Elle se demande comment exprimer "toute cette force extrêmement complexe de la féminité". Parole étouffée de femmes emmurées depuis le début des temps, "si bien qu’à présent les murs mêmes sont imprégnés de leur force créatrice".

Woolf rêve d’une écriture caustique, ardente, libre et sensible qui projette sa lumière sur les petites choses et permette ainsi de voir qu’après tout, elles ne sont peut-être pas si petites. Elle rêve d’une auteure qui "écrit comme une femme, mais comme une femme qui a oublié qu’elle est une femme" et qui, en tant qu’esprit androgyne, connaît "cette délivrance majeure de penser aux choses en elles-mêmes (6)".

Virginia Woolf incite chaque femme à devenir héritière de ses sœurs, à être elle-même plus que tout autre chose, à tirer sa vie de la vie des inconnues qui furent ses devancières, ainsi que les hommes le font depuis toujours entre eux. Elle montre la nécessité pour chacune d’avoir un revenu suffisant et une chambre à soi, afin de pouvoir créer et acquérir à son tour l’habitude de la liberté et le courage d’écrire exactement ce qu’elle pense. Woolf n’a jamais cessé d’inciter les femmes à utiliser leurs ressources pour promouvoir les valeurs d’une culture au féminin. Son œuvre illumine la voie vers une percée des femmes en littérature et dans la société, telle la lumière du phare dans un de ses plus beaux livres (7).

Notes

1. Monique Huens, La quête d’amour, Paris, Magazine littéraire, no 275 - Mars 1990.
2. Dale Spender, Women of Ideas & what men have done to them, Londres, Pandora, 1982.
3. Marie-Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre femmes, Paris, éditions Odile Jacob, 1995.
4. Adrienne Rich, On Lies, Secrets and Silence, Londres, Virago, 1980.
5. Virginia Woolf, Une chambre à soi, Paris, Denoël, 1977.
6. Ibid.
7. Virginia Woolf, La promenade au phare, Paris, Stock, 1973.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 février 2007.

À lire absolument, le remarquable essai de Geveviève Brisac et Agnès Desarthe, V. W., Paris, Éditions de l’Olivier/Le Seuil, 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



Plan-Liens Forum

  • Où voulons-nous aller ?
    (1/2) 21 février 2007 , par soi

  • Virginia Woolf n’était pas folle.
    (2/2) 20 février 2007 , par Annie Lafrenière





  • Où voulons-nous aller ?
    21 février 2007 , par soi   [retour au début des forums]

    Je vous laisse des extrait et le lien d’un texte qui parle des conséquences des formatages :

    "Toujours terrorisés à l’idée de mettre en cause l’autorité de leurs pères, les hommes reprochent aux femmes les conséquences de leurs propres actes et font d’elles leurs boucs émissaires quotidiens.

    L’autorité est le pouvoir d’imposer l’obéissance. Tout homme a été soumis à celle de son père ou à celle d’autres figures paternelles et trouve normal d’exercer cette autorité sur ses propres enfants. La plupart du temps, l’homme ne réfléchit donc pas, il obéit. Cependant, le fait d’obéir engendre une recherche de compréhension, constante et salutaire, de cette inadéquation relationnelle. La capacité de l’homme à se réaliser en tant qu’être conscient devient alors le support de sa terreur.[...]

    Les hommes ne veulent pas se sentir responsables de l’héritage comportemental de leurs aïeux, pourtant ils le portent et le remettent en scène. Ils ne veulent pas résoudre la problématique masculine parce que cette démarche nécessite qu’ils reconnaissent en avoir été les premières victimes. Cette éventualité les pétrifie de terreur.[...]

    Ne reconnaissant pas ces liens de causalité, les hommes reprochent aux femmes les conséquences de leurs propres actes : « C’est la faute des femmes, elles sont folles, hystériques, exclusives et, qui plus est, mères castratrices. »[...]"

    http://www.regardconscient.net/archi06/0611autorite.html

    Et dans ce système, forcément, les "collabos", hommes ou femmes ( ces dernières ayant intégré le formatage des hommes et souvent à des postes de "semi-pouvoir" dans la société) intensifient considérablement la nuisance des plus durs, : ceux qui sont au sommet de la pyramide (quelque soit leur domaine : politique, économique...).

    Ainsi nous évoluons dans une société qui, si une majorité ne réussit pas à se libérer des formatages, nous mènera inéluctablement à des violences et tyrannies extrèmes.

    Pour se libérer de ces formatages, voir autrui égal à soi-même, ni supérieur, ni inférieur est la seule solution. En "cassant" ainsi le rapport de domination entre les sexes, on "casse", le rapport de domination entre les hommes eux-mêmes (dominant déclarés), celui-ci n’ayant plus de raison d’être puisqu’il n’y a plus, alors de dominé déclaré (théologiquement parlant, culturellement parlant, etc.),donc plus de pouvoir à asseoir, de frustration à combler, ces deux derniers concepts étant liés : pas de frustration où il n’y a pas de pouvoir et inversement.

    Virginia Woolf n’était pas folle.
    20 février 2007 , par Annie Lafrenière   [retour au début des forums]

    Pourquoi est-ce encore si difficile pour une femme d’être reconnue et de se voir accorder toute la crédibilité qui lui revient ? Virginia Woolf n’était pas folle. Pas plus que je ne le suis, quelque six décennies plus tard. Dans cette jungle d’hommes, de surcroît dirigée par des hommes, il faut s’armer d’une confiance à toute épreuve et revêtir parfois sa tenue de combat pour se faire respecter. Pour faire comprendre à la majorité en place que l’on ne se contentera pas d’être regardée et jugée en tant que « corps féminin non-pensant ». Et par-dessus tout, que le fait d’être une femme n’a en soi rien de réducteur.

    Vivement un temps où les esprits se parleront entre eux, au lieu de tous ces corps maladroits qui se jaugent et qui savent si mal exister.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin