| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 5 janvier 2004

« Vent en rafales » ou le récit d’un enfermement
Compte rendu du livre de Taslima Nasreen

par Danielle Charest






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le Devoir d’équité
"Toilettes pour femmes" de Marilyn French
Le pouvoir du silence : "Va et nous venge" de France Théoret
"L’épagneule casquée", un conte lesbien
Mea culpa, je ne savais pas
Décès de la poète féministe Marie Savard (1936 - 2012)
Place au conte : Célestine et le géranium magique
"D’ailleurs", de Verena Stefan : apprivoiser l’exil
Anaïs Airelle : poésie, colère et révolte
Marilyn French : nommer l’oppression des femmes
Gabrielle Roy : les amitiés féminines et l’écriture
Une histoire des créatrices, par Liliane Blanc
Tous les livres de Sisyphe
Vision poétique et politique de Marie-Claire Blais
Antoinette Fouque persiste et signe
Le mentorat en politique, une innovation signée Femmes - Lancement à l’Hôtel de Ville de Montréal
Femmes et livres
Marie-Claire Blais, l’art au secours de la vie
Virginia Woolf, marginale et solidaire
Antoinette Fouque, entre féminisme et libération des femmes
Lire la rubrique Poésie
La France, les femmes et le pouvoir, par Éliane Viennot
Ainsi soit l’étoile
Orpiment, la plénitude de vivre
Andrée Ferretti : Écrire pour qu’arrive le grand soir
M’as-tu lu ? Télé-Québec
Le dialogue des sexes : Sisyphe heureuse ?
Christine de Pizan, prestigieuse écrivaine du Moyen Âge
Épître à la Reine
The Last Resort : sous le soleil de l’émancipation
Patricia Highsmith, énigmatique et insaisissable
Une chair triste à pleurer
Des écrits inspirants par des femmes de parole
Quand l’orgueil manque aux filles
Les femmes et l’institution littéraire
Marguerite Yourcenar et l’amour viril
Andrée Ferretti et la judéité vue de l’intérieur
Du sable dans l’engrenage du pouvoir
Colette et Sido, des femmes libres







Née en 1962 au Pakistan Oriental qui, au terme d’une guerre d’indépendance deviendra en 1971 l’actuel Bangladesh, Taslima Nasreen a pris très jeune conscience des multiples formes d’injustices perpétrées à l’encontre des femmes, et des impositions sexistes de la religion, en l’occurrence celle qui a tenté de régir sa vie, l’Islam. Elle est devenue célèbre en Occident lorsqu’elle a non seulement été frappée d’une fatwa (condamnation) de mort par les fondamentalistes islamistes, mais aussi de poursuites par le gouvernement pour " atteinte aux sentiments religieux de la population ", suite à la sortie en 1994 de Lajja (La honte) et à une entrevue au cours de laquelle elle critiquait le Coran. Forcée à l’exil, Nasreen n’a pas cessé pour autant de combattre, notamment à travers la littérature, dont la récente publication de Vent en rafales est le deuxième tome retraçant son parcours à la fois atypique et exemplaire.

Plutôt que d’être présenté comme une " autobiographie ", Vent en rafales est qualifié à juste titre sur la page couverture de " récit " par Christiane Besse, son éditeur de toujours en France. Car si Nasreen y narre son passage de l’adolescence à l’âge adulte, elle outrepasse les limites du témoignage individuel pour accéder à l’universel, ne serait-ce que par l’élargissement de son propos à la description d’une société certes distincte, ainsi que toutes le sont, mais aussi miroir de l’humanité.

Dans une langue aiguisée, allergique à l’auto-complaisance et aux concessions, une langue qui traite chaque détail comme autant de pierres à multiples facettes reportées sur une radiographie qui devient de plus en plus complexe au fil des pages, Nasreen parvient à insuffler au texte un rythme cardiaque désarçonnant. Il s’accorde d’un côté au lent écoulement du temps vécu par les filles et les femmes, condamnées à la répétition monotone des gestes du quotidien et à une immobilisation mentale, intellectuelle, physique et géographique et, de l’autre, à une accélération du pouls dû à leurs peurs et effrois légitimes. Dont par exemple, chez sa mère, la menace constante d’être répudiée.

Si deux termes suffisaient à définir Vent en rafales ce serait : menottes et cadenas. L’une des forces du livre est en effet de montrer comment peu à peu, tantôt à coups apparemment légers tantôt de manière soudaine ou sous les coups d’une trique transmise du père au professeur au mari, y compris de papier, pour reprendre les termes de Nasreen, les hommes guettent les filles devant la porte de l’âge adulte d’où ils accélèrent le processus de désorientation, de déstabilisation et d’atrophie des femmes en devenir, conditions sine qua non pour parvenir, une fois vidées et hébétées, à les enfermer dans un univers carcéral.

Car enfin, comment expliquer ce qui autrement pourrait laisser entendre, comme tant s’acharnent à vouloir le faire croire, que les femmes accepteraient volontiers d’être dépouillées de leur libre arbitre. Les étapes successives du processus d’enfermement, la jeune Nasreen les découvre une à une comme autant de mines tapies sur son chemin, puis en décortique brillamment la signification tout au long du récit de ses propres stupeurs, éclairs de lucidité, reculs devant la force de l’adversité, détermination, actes d’indépendance, repliements sous l’impact des barrières érigées par ses proches et le système social et bonds dans l’inconnu. Ces allers et retours incessants forment la trame d’un livre dont le début, pour qui n’a pas lu le premier tome,Enfance au féminin, résume la petite enfance de l’auteur et rappellera aux autres l’inexorable continuité de l’oppression.

Si, d’autre part, une expression suffisait à exprimer le ton du livre, ce serait alors Les quatre murs de la pièce se mettent à avancer sur moi pas à pas... Que ce soit ceux dressés à " Sans souci ", la maison familiale où Nasreen est écartelée entre un père violent auto-institué tout-puissant, mais savant, et une mère réfugiée dans la religion à force d’échecs - notamment celui de n’avoir pu étudier alors que le pécule versé par sa famille à son mari, d’origine pauvre, a permis à ce dernier de devenir médecin. Ici comme ailleurs, Nasreen ne se drape pas dans les habits de la vertu. La rencontre avec son passé lui permet de réaliser que, dressée contre l’injustice sociale, elle ne traitait pas moins les domestiques en inférieurs, que tout en se targuant de lutter contre le dénigrement généralisé des femmes, elle se comportait ignoblement avec sa mère.

Et puis, il y a les murs invisibles érigés dans les villes puisque à l’instar de toutes, il lui fut impossible de savourer seule le son de ses pas dans les rues et, enfin, ceux de l’appartement conjugal, symboles obsédants d’un amour destructeur. Sa seule alternative : contourner l’inacceptable dans l’espoir de décrocher son diplôme en médecine et protéger à tout prix sa passion de l’écriture. Et, enfin, un jour peut-être avoir suffisamment grignoté le ciment qui enserre les briques pour s’en emparer et les transformer en mots dissidents.

En somme, l’association d’un rythme particulier, d’expressions et de descriptions ancrées dans le concret propulse Vent en rafales dans l’univers des œuvres marquantes.

- Taslima Nasreen, Vent en rafales, Éditions Philippe Rey, Paris, 2003

Mis en ligne sur Sisyphe le 5 janvier 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Danielle Charest

Originaire de Montréal, au Canada, Danielle Charest s’est installée à Paris au début des années 1990 et elle y a publié quatre romans policiers aux éditions du Masque : L’érablière (1997), l’Échafaudage (1999), l’Étouffoir (2000) et l’Entrave (2002), de même que Conte à rebours (éditions Diesel) en 2000. Maintenant le contact avec le Québec, elle a publié aux Éditions du Sabord, Mais où est Mais, un roman/pièce de théâtre en 2000, en collaboration avec Christine Aubree, photographe avec qui elle a préparé une fiction qui sera publiée en 2004. Elle travaille actuellement à un roman, Des pierres de taille, qui paraîtra aux éditions Belfond, en 2005. Elle terminera bientôt un livre sur les rapports femmes/hommes, ainsi que sur les auteur-es et personnages homosexuels et lesbiennes dans la littérature policière depuis Edgar Allan Poe jusqu’à 2003. Ce livre sera publié dans la collection "Bibliothèque du féminisme", dirigée par Hélène Rouch, éd. de l’Harmattan. Sa plus grande frustration, dit-elle, est de ne pouvoir militer autant qu’auparavant, notamment à la revue montréalaise Amazones d’Hier, Lesbiennes d’Aujourd’hui, fondée en 1982.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin