| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 2 mars 2008

Antoinette Fouque persiste et signe

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le Devoir d’équité
"Toilettes pour femmes" de Marilyn French
Le pouvoir du silence : "Va et nous venge" de France Théoret
"L’épagneule casquée", un conte lesbien
Mea culpa, je ne savais pas
Décès de la poète féministe Marie Savard (1936 - 2012)
Place au conte : Célestine et le géranium magique
"D’ailleurs", de Verena Stefan : apprivoiser l’exil
Anaïs Airelle : poésie, colère et révolte
Marilyn French : nommer l’oppression des femmes
Gabrielle Roy : les amitiés féminines et l’écriture
Une histoire des créatrices, par Liliane Blanc
Tous les livres de Sisyphe
Vision poétique et politique de Marie-Claire Blais
Le mentorat en politique, une innovation signée Femmes - Lancement à l’Hôtel de Ville de Montréal
Femmes et livres
Marie-Claire Blais, l’art au secours de la vie
Virginia Woolf, marginale et solidaire
Antoinette Fouque, entre féminisme et libération des femmes
Lire la rubrique Poésie
La France, les femmes et le pouvoir, par Éliane Viennot
Ainsi soit l’étoile
Orpiment, la plénitude de vivre
Andrée Ferretti : Écrire pour qu’arrive le grand soir
M’as-tu lu ? Télé-Québec
Le dialogue des sexes : Sisyphe heureuse ?
Christine de Pizan, prestigieuse écrivaine du Moyen Âge
Épître à la Reine
The Last Resort : sous le soleil de l’émancipation
Patricia Highsmith, énigmatique et insaisissable
Une chair triste à pleurer
Des écrits inspirants par des femmes de parole
Quand l’orgueil manque aux filles
« Vent en rafales » ou le récit d’un enfermement
Les femmes et l’institution littéraire
Marguerite Yourcenar et l’amour viril
Andrée Ferretti et la judéité vue de l’intérieur
Du sable dans l’engrenage du pouvoir
Colette et Sido, des femmes libres







La fougueuse fondatrice des éditions Des femmes continue la publication de ses "essais de féminologie", commencée en 2004 avec Il y a deux sexes. Il a été souvent difficile d’entendre cette voix, comme le souligne le sociologue Alain Touraine, " tant elle était couverte par le bruit des campagnes et des polémiques", mais constate-t-il, "c’est une voix à la fois insistante et retenue, chargée de passion, pleine d’une imagination créatrice, et révélatrice de secrets".

Ces essais reprennent les motifs les plus marquants d’un travail théorique engagé depuis 1968 et largement diffusé dans les débats, colloques et publications féministes. L’auteure y traite de sexualité, de psychanalyse, de culture, de socialisme et de démocratie, de parité, de "géni(t)alité" des femmes, de la crise de l’identité masculine et continue à "penser en femme d’action, agir en femme de pensée".

Nous publions ici un extrait de La misogynie, ce qu’il y a de plus universel dans l’universalisme (2002), une réalité persistante qui n’a jamais cessé de mobiliser l’énergie militante d’Antoinette Fouque :

Dans un article récent, Le Monde, qui s’apitoie à juste titre sur les enfants d’Afghanistan, signale, en passant, qu’"une femme meurt toutes les vingt minutes en Afghanistan des suites d’un accouchement ". Chaque année, elles sont 500 000 dans le monde à perdre la vie au moment où elles la donnent et 300 fois plus qui en restent handicapées. Voilà une mort qui n’arrive qu’aux femmes. Sur tous les téléscripteurs du monde, ici comme là-bas, tombent de tels faits divers : six femmes par mois sont tuées par leur compagnon en France. On appelle cela les violences conjugales ! Une jeune fille de quinze ans qui rentrait chez elle, à la campagne, a été torturée et tuée. Elle était peut-être trop jolie », dit encore Le Monde.

Sohane a été immolée par le feu à Vitry-sur-Seine, pas au Bangladesh ! Dedans, dehors, dans la famille, dans la rue, à l’école, sur les routes, dans les quartiers, dans les campagnes, dans les sociétés de droit comme ailleurs, riches ou pauvres, traditionnelles ou modernistes, à tous les niveaux d’analyse possible, les femmes ont affaire à cette prime de haine qui les vise, comme si leur corps doté d’une fonction indispensable pour l’espèce, la fonction génésique, la procréation, était l’objet d’une haine immémoriale.

[...] Il y a une première explication à ce backlash. Dès qu’un peuple ou un groupe essaie de sortir de l’oppression, la répression s’accroît. Et il y a eu, depuis ces trente dernières années, deux avancées inédites qui marquent toutes deux l’émergence des femmes dans l’histoire et la révolutionnent : la maîtrise de la fécondité et la parité. Un tabou a été levé sur la procréation. Rien d’étonnant à ce que se soulève en réponse une protestation virile, la même qui avait renvoyé les femmes à ne pas exister dans l’histoire. C’est le nouveau machisme.

Plus profondément, mon hypothèse est que si ces violences réelles ne cessent de croître dans les sociétés occidentales au point qu’on ait le sentiment d’une régression malgré les avancées des trente dernières années, c’est que l’ennemi principal de la libération des femmes n’a pas été suffisamment désigné, c’est-à-dire le monisme mâle, l’androcentrisme comme seul représentant de toute l’espèce humaine. De la Grèce antique aux monothéismes et à l’égalité républicaine, il n’y a que du Un : un seul Dieu, mâle, une seule libido, phallique, une seule citoyenneté, neutre, un seul sujet, universel, un seul individu monadique, hors connexion. La voilà la violence symbolique : la procréation est exclue du symbolique pour que s’érige sur elle un phallocentrisme qui détourne, exproprie, et s’approprie la fonction génésique des femmes. "Il y a tout de même une chose qui échappe à la trame symbolique, c’est la procréation dans sa racine essentielle, qu’un être naisse d’un autre", disait Lacan.

Antoinette Fouque, Gravidanza, Féminologie II, Paris, Des femmes, 2007.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 février 2008.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



Plan-Liens Forum

  • Antoinette Fouque persiste et signe
    (1/2) 10 octobre 2012 , par

  • Antoinette Fouque persiste et signe
    (2/2) 30 juin 2012 , par





  • Antoinette Fouque persiste et signe
    10 octobre 2012 , par   [retour au début des forums]

    toujours cette victimisation des femmes par les femmes ! ce lamento ! je vous rappelle que "les femmes" vivent en moyenne six à sept ans de plus que "les hommes"... alors je ne sais de quelle mort meurent les hommes, mais ils meurent eux aussi et plus tôt.

    Antoinette Fouque persiste et signe
    30 juin 2012 , par   [retour au début des forums]

    toujours les pleurnicheries ! je vous signale que l’espérance de vie des femmes est, dans les pays développés, de 6 à 7 ans supérieure à celle des hommes ! Quel modèle de femme donnez-vous ! Ma mère, garçonne en son temps et femme de puissance, vous aurait donné des baffes...!


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin