| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 10 septembre 2006

Correspondant à l’étranger : une chasse gardée masculine à Radio-Canada ?

par Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Facebook s’engage à prendre des mesures pour contrer la haine sexiste dans ses pages
Facebook considère-t-il la violence faite aux femmes comme une plaisanterie ?
Hélène Pedneault, une battante devant l’imperfection du monde
Entrevue de Julie Bindel au COUAC : "Les pro-prostitution ne se soucient pas des femmes."
Publicité et contenu éditorial dans la presse féminine
Les voix féministes : une nouvelle vague sur les ondes radiophoniques ?
L’antiféminisme dans les médias - Atteinte aux valeurs d’égalité
Le "cracheux de spitoune" de Québécor !
Campagne de dénigrement contre Françoise David - Des groupes de femmes du Québec réclament une rétractation en ondes et le retrait immédiat du concours odieux lancé auprès des jeunes
L’antiféminisme extrême de Richard Martineau
Il va y avoir du sport, du charriage, de la désinformation et un dialogue de sourds
Andy Srougi de Fathers4Justice poursuit Barbara Legault et la revue À bâbord !
Quand Mafalda démasque les « supers héros » !
Humour, sexisme et partisanerie
Sophie Chiasson gagne sa cause : « Le tort causé est très grave, presque irréparable », dit le juge
Les revendications des femmes feraient de l’ombre aux problèmes des hommes
Dossier "La Gryffe" : de l’antiféminisme en milieu libertaire...
Le sexisme très ordinaire de la gauche médiatique
" La planète des hommes " : du journalisme bien paresseux !
Le Centre des médias alternatifs du Québec et l’antiféminisme
Le prétendu "Vol du féminisme" - un pamphlet antiféministe fondé sur des anecdotes truffées d’erreurs
Le féminisme dans la mire des médias
Élisabeth Badinter dénature le féminisme pour mieux le combattre
Élisabeth Badinter : caricatures et approximations
« L’Express » fait fausse route
Plus que sexisme ordinaire, provocation et " festival d’insultes "
Le CMAQ se donne les moyens de contrer les abus sur son site
Pourquoi le Centre des médias alternatifs du Québec publie-t-il de la propagande haineuse et antiféministe ?
What is there to debate ?
Le Centre des médias alternatifs du Québec (CMAQ), véhicule du discours masculiniste
Gros débat en cours sur le cmaq.net : le CMAQ fait ses devoirs







Monsieur Renaud Gilbert,
Ombudsman,
Société Radio-Canada,
1400 boul. René-Lévesque Est,
Montréal, H2L 2M2.

Monsieur, si nous nous adressons à vous aujourd’hui, c’est dans l’espoir que vous puissiez intervenir afin de limiter le sexisme qui afflige toujours votre service des nouvelles télévisées et ses émissions.

À la fin du mois de juin, le directeur général de l’information, Alain Saulnier, annonçait la nomination d’un nouveau correspondant à Paris, Luc Chartrand. Un homme de plus.

Lorsqu’on fait la liste des correspondants-télé de Radio-Canada à l’étranger, on compte déjà Maxence Bilodeau à Paris, Don Murray à Londres, Nick Spicer à Moscou, Michel Cormier à Pékin, Jean-François Bélanger à Dakar et Jean-Michel
Leprince pour l’Amérique Latine. Avec Luc Chartrand donc, 7 hommes. Les seules femmes correspondantes de la télé à des postes permanents sont Sophie Langlois et Joyce Napier, toutes deux basées à Washington.

Dans l’annexe B des "Normes et Pratiques journalistiques de Radio-Canada", au chapitre 4 qui traite de "la représentation à l’antenne des personnes des deux sexes", vous écrivez pourtant au point 4.1 : "La Société Radio-Canada
adhère au principe de l’égalité des femmes et des hommes".

Au point 4.2 : "les lignes directrices ont comme objectif d’assurer la représentation équitable des personnes des deux sexes dans les émissions diffusées à l’antenne de la SRC".

Plus loin, au point 4.6.1, on lit que la Société Radio-Canada doit "réfléter de façon réaliste la place qu’occupent les femmes et les hommes
dans la société canadienne et reconnaître leur égalité intellectuelle et affective", et au point 4.6.4.1, "Représenter les femmes, tout comme les
hommes, comme des personnes qui ont des expertises, de l’autorité, et qui exercent des professions, dans divers contextes, activités et
circonstances."

En prenant leur décision pour le poste de Paris, Monsieur Saulnier et sa direction ont contrevenu à vos normes et pratiques journalistiques et ils
ont prouvé que un sexisme profondément ancré.

De deux choses l’une :

1- Monsieur Saulnier et sa direction considèrent-ils que les femmes journalistes de Radio-Canada ont les qualifications nécessaires pour être
correspondantes à l’étranger ? Si la réponse est "non", il s’agit de sexisme flagrant puisque plusieurs reporters ont montré, hier comme aujourd’hui, qu’elles étaient aussi qualifiées sinon plus que leurs collègues masculins.

2- Si la réponse à cette première question est "oui", et que monsieur Saulnier et sa direction considèrent que des femmes reporters de Radio-Canada sont qualifiées pour être correspondantes à l’étranger, alors il ne s’agit pas seulement de sexisme mais aussi de discrimination sexuelle puisqu’ils continuent à nommer des hommes dans ces postes importants et prestigieux où les femmes sont sous-représentées.

Nous avons la conviction que plusieurs femmes journalistes, tout-à-fait qualifiées, ont demandé le poste de Paris, qui est le plus prestigieux des
postes de correspondant-es à l’étranger. Et une fois de plus, on leur a préféré un homme, dont la présence s’inscrit très bien dans le "boys’ club"
que semble être devenu le réseau des correspondants de la télé radio-canadienne.

Les spectatrices de Radio-Canada, qui sont aussi des contribuables, ont le droit d’être représentées à égalité sur les ondes publiques nationales dans toutes les fonctions et tous les rôles.

Et nous ajouterons que nous, les spectatrices et spectateurs de Radio-Canada, nous avons droit à une couverture internationale où le regard posé sur les événements et les gens sont à part égale ceux d’hommes et de femmes. Parce que, même s’ils font leur métier de la même façon, les femmes et les hommes reporters n’ont pas la même sensibilité ni la même perspective sur la guerre, sur la famille, sur l’éducation, sur le travail, sur la religion, sur la pauvreté, sur le sida ou sur les relations amoureuses. Par leurs choix, monsieur Saulnier et sa direction empêchent l’accès à une information plus complète et plus équilibrée.

Nous voudrions ajouter quelques notes sur le contexte de ce grief.

La seule place dans les émissions d’information de Radio-Canada où l’on voit nettement une majorité de femmes, ce sont les bulletins météo.

Quand il s’agit de choses plus importantes, ce sont les hommes qui occupent les postes-clés. Vous nous direz que si Bernard Derome anime le Téléjournal (après Gilles Gougeon, Stephane Bureau et... Bernard Derome), c’est en ce moment Pascale Nadeau qui anime le bulletin national de midi et le bulletin régional montréalais de 18h.

Certes. Mais regardons du côté des affaires publiques. Qui anime "Zone Libre", "Enjeux", "Découvertes", "La Facture", "Cinq sur Cinq", "La Semaine Verte" et "Second Regard" ? Tous des hommes ! La seule femme, c’est Marie-Josée Taillefer parce que c’est "L’épicerie", et sans doute parce qu’on ne voulait pas d’un journaliste comme animateur de ce magazine.

Nous vous rappellons aussi que le conflit de travail de 2002 à la Société Radio-Canada portait en bonne partie sur la discrimination dont les femmes journalistes étaient victimes à Radio-Canada. La direction de l’entreprise faisait donc déjà preuve de sexisme il y a quatre ans et, malgré ses engagements récents, elle persiste dans cette voie.

Nous ne voulons pas mener le combat des femmes journalistes de Radio-Canada, c’est à elles et à leur syndicat de se défendre. Mais en tant que
contribuables et téléspectatrices, nous ne pouvons pas accepter qu’on nous impose des émissions où les femmes ne sont pas représentées de façon égalitaire.

En terminant, nous savons qu’une demande à l’ombudsman constitue un "appel" après une première plainte auprès du chef de service concerné. Si notre plainte portait sur un reportage ou une émission particulière, nous aurions suivi cette voie. Mais il s’agit d’une décision prise et annoncée par le gestionnaire le plus élevé dans la hiérarchie radio-canadienne de l’information, et nous ne voyons pas comment ce dernier aurait pu nous donner une réponse satisfaisante, les faits parlant d’eux-mêmes.

Veuillez agréer, monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Micheline Carrier
Élaine Audet
Sisyphe : http://sisyphe.org

P.S. Cette lettre a été expédiée par la poste, en août, à l’Ombudsman de la Société Radio-Canada dont nous n’avons pas, jusqu’ici, reçu de réponse.

* Normes et pratique journalistique
* Correspondants et correspondantes de Radio-Canada

Courriel
Téléphone : (514) 597-4757
Télécopieur : (514) 597-5253

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 septembre 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sisyphe



Plan-Liens Forum

  • > Appui à la lettre Gilbert
    (1/1) 11 septembre 2006 , par





  • > Appui à la lettre Gilbert
    11 septembre 2006 , par   [retour au début des forums]

    Je suis tout à fait d’accord avec vos propos concernant l’omniprésence des hommes au sein du personnel d’information à la SRC et vous remercie de l’avoir signalée.
    La situation est un peu meilleure à la radio (Bérault, Globenski comme correspondantes à l’étranger, Charette comme animatrice. Ici à Québec, l’émission de fin pm est passée d’animatrice à animateur de même que la revue de presse de l’émission matinale. Et les femmes sont restées vadrouilleuses.
    Je compte bien que vous nous tiendrez au courant des réponses de l’ombudsman et/ou de M. Gilbert.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin