| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 14 février 2007

L’imaginaire des femmes

par Marquise Lepage cinéaste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour Chantal Akerman
Alanis Obomsawin, "celle qui trouve le chemin"
Parcours d’une cinéaste indomptable, Hejer Charf
Cinéphiles, vos choix de films consacrés aux femmes !
Du 23 au 27 septembre : CINÉ ELLES ET NOUV’ELLES VAGUES
Programme du festival de films : résistance à l’invisibilité des femmes, les 26 et 27 septembre 2009
L’équité pour les femmes en cinéma
Quatre femmes exceptionnelles honorées lors du 10e Gala de "Femmes du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias"
Yanick Létourneau, réalisateur de documentaires, en entrevue vidéo avec Léa Clermont-Dion
La Place des réalisatrices dans le financement public du cinéma et de la télévision au Québec (2002-2007)
La Maison de la culture MC93 Bobigny présente "Angela et Marina"
Surviving my mother, Prix du public au FFM
"Teresa : el cuerpo de cristo" et "Travelling with pets"
Opium, le journal d’une folle
Les épouses de l’armée
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
Duras et le dahlia noir
L’art de vivre et de vieillir
Maintenant, c’est le bonheur
Femmes de pouvoir au temps de Corneille
« Amazones » de et par Françoise Barret
"Cinéma Politica", en avant-plan à l’UQÀM
Carole Poliquin, réalisatrice de "Le bien commun, l’assaut final"
Nicole, c’est moi... de et avec Pol Pelletier
Trois cinéastes québécoises indépendantes raflent l’or







Le 28 janvier dernier, j’ai été conviée avec une vingtaine d’autres femmes cinéastes à rencontrer la réalisatrice française Coline Serreau (Trois hommes et un couffin, La Crise, La Belle Verte, etc.). L’occasion nous a permis d’échanger sur son oeuvre et de discuter des cinémas français et québécois. Inévitablement, nous avons parlé de la place des femmes et de leur imaginaire dans notre cinéma respectif.

À ce sujet, l’animatrice de la rencontre nous a, fort à propos, donné quelques informations historiques sur la proportion des budgets alloués à des femmes pour réaliser leurs oeuvres au Québec. Selon ces données, en 1985-86, seulement 16 % de l’argent total de la SODEC en production était accordé à des réalisatrices. Or, 20 ans plus tard, en 2005-2006, cette proportion était encore plus basse : à 14 % (et même 11 % si l’on ne tient compte que des longs métrages de fiction).

Toutes les réalisatrices présentes - toutes générations confondues - étaient sidérées.

Quelle illusion, quelle déception

J’ai personnellement travaillé, il y a quelques années, à conscientiser les institutions au sujet de ce déséquilibre qui me semblait à l’époque très inquiétant et j’avais l’illusion que, dans ce domaine qui compte tant d’hommes et de femmes progressistes, nous progressions à grands pas vers l’équité.

Quelle déception de constater que, deux décennies plus tard, les femmes ont encore autant de difficulté à faire entendre leur voix. Dans ce troisième millénaire, les créatrices en cinéma ont, en fait, encore plus de mal à trouver des producteurs (et productrices), des diffuseurs, des distributeurs et donc du financement. Cela est encore plus ardu dans le domaine de la fiction et, tout particulièrement, lorsqu’elles proposent des sujets ou des approches qui diffèrent de la mode du jour ou de la saveur du mois.

Depuis mon premier long métrage de fiction (Marie s’en va-t-en ville), réalisé à la fin des années 80, nous avons reculé ! Quand on sait que toutes les productions qui sortent, tant au Québec qu’au Canada, au petit comme au grand écran, sont financées par l’État (c’est-à-dire autant avec les impôts de femmes que ceux de leur conjoint), que les femmes représentent plus de 51 % de la population, il y a de quoi être scandalisée par cet état des choses. Dans une société qui dit combattre les iniquités salariales et favoriser l’égalité des chances, cela est pour le moins étonnant et décourageant.

Quand j’avais 20 ans

On nous dira que chacun des projets est évalué selon des critères de qualité, que de nombreuses femmes font partie des comités et qu’il y a moins de demandes émanant de femmes réalisatrices (sur ça aussi, il faudrait se demander pourquoi !). Mais on m’a servi les mêmes arguments, il y a 20 ans. On m’a aussi convaincue, à ce moment-là, que le temps arrangeait bien des choses... Quand on a 20 ans, on veut y croire.

Je vois, au contraire que, dans bien des domaines, que ce soit en politique, dans les conseils d’administration ou dans le monde des gens de métier, les inégalités perdurent tant qu’il n’y a pas des mesures positives (ou incitatives) et l’établissement de nouvelles règles.

Personnellement, je ne manque pas de projets, mais j’ai la chance de faire partie des exceptions qui confirment la règle. J’écris cette lettre comme un cri du coeur et de solidarité pour les femmes qui n’ont pas accès à la parole ou qui ont perdu cet accès.

Je déplore cette situation, bien sûr, parce que je suis femme et que je suis cinéaste, mais je la déplore tout autant en ma qualité de spectatrice. Je me sens personnellement dépossédée de ne plus voir (ou pas assez) de films de cinéastes femmes de toutes les générations, dont des réalisatrices importantes comme Paule Baillargeon, Mireille Dansereau, Micheline Lanctôt et plusieurs autres. Leur regard et leur sensibilité me manquent. C’est un rétrécissement d’horizon pour tous et pour toutes que de ne pas avoir accès à une pluralité de regards, de voix et d’histoires.

Puisque, de nos jours, plus personne ne doute du fait que l’intelligence, la sensibilité et l’humour des femmes méritent d’être portés à l’écran, il est devenu urgent de réfléchir aux moyens à prendre pour renverser la tendance. Nous n’avons pas les moyens de priver plus longtemps la société de l’imaginaire et du talent de la moitié de sa population.

Si la rencontre avec cette réalisatrice intelligente, drôle et généreuse qu’est Coline Serreau nous a fait du bien à toutes, le constat de recul de la situation des femmes cinéastes et réalisatrices d’ici nous a révélé que l’on a (encore) une montagne à affronter !

- Paru également dans Le Devoir, le 13 février 2007. Merci à l’auteure pour la diffusion de cet article sur Sisyphe.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 13 février 2007.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marquise Lepage cinéaste

L’auteure a réalisé des longs métrages de fiction (Marie s’en va-t-en ville et La Fête des Rois), des émissions pour la télévision, des « docu-fictions » et plusieurs documentaires, dont Des marelles et des petites filles.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin