| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 1er février 2011

Tunisie - Une citoyenne témoigne du harcèlement d’extrémistes religieux lors de la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte
Femmes algériennes - Quand les traditions l’emportent sur la raison
Algérie - De quelle démocratie nous parlent-ils ?
Appel international - Agissons pour soutenir les démocrates en Tunisie !
Algérie - Pour Katia assassinée à cause de son refus de porter le voile
Soutenez la séparation de la religion et de l’État, non l’islam politique
Kiosque arabe - Voix féminines avant l’extinction
"Même pas mal", un film de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
Le printemps est une saison féminine
Les principaux partis égyptiens refusent de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes
Un an déjà, et nous attendons toujours la mobilisation des féministes égyptiennes
Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !
Révoltes arabes sur fond de religion, de virilité et de pouvoir
Tunisie - "Mon devoir est de parler". Lettre ouverte aux dirigeants d’Ennahdha
Égypte - Faire pression sur les partis égyptiens afin que les aspirations de la "Révolution du 25 janvier" deviennent réalité (Amnesty International)
Tunisie : l’histoire est en marche - Entrevue avec Wassyla Tamzali
Manifeste pour la laïcité au Moyen Orient et en Afrique du Nord - Signez
Élection en Tunisie - Islam modéré ?
Les Tunisiennes envoilées : liberté retrouvée ou nouvel asservissement ?
Le Printemps arabe apporte peu aux femmes marocaines
Égypte - L’aveu concernant les "tests de virginité" forcés doit donner lieu à une procédure judiciaire
Au premier plan pendant la révolution, les femmes égyptiennes disparaissent dans l’Ordre nouveau
Révolution arabe - De la libération à la liberté
Hommage aux femmes révolutionnaires égyptiennes
Égypte - Des manifestantes de la place Tahrir torturées et forcées de subir des "tests de virginité"
Lettre à mes Amies du Maghreb et à celles du Machrek
Égypte 2011 - La révolution exclut-elle les femmes ?
Le soulèvement du monde arabe doit s’accompagner du respect des droits des femmes
Égypte - Des centaines d’hommes agressent des femmes Place Tahrir lors de la Journée internationale des femmes
La Révolution arabe en marche - Femmes, nous sommes à vos côtés !
Égypte - Une soixantaine d’organisations dénoncent l’exclusion des femmes juristes du Comité constitutionnel
L’Association des Tunisiens en France dit NON à l’extrémisme en Tunisie
Algérie - Réforme d’un système corrompu ou avancée vers la démocratie ?
Tunisie - « Pas de démocratie sans l’égalité totale entre les hommes et les femmes »
Algérie - J’ai marché le 12 février à Alger et marcherai encore et encore
La révolte des peuples en Orient face au silence et au mépris assourdissant des pouvoirs occidentaux
Égypte - Le cercle vicieux de la répression politique et économique
Égypte - L’ordre ancien change
Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs
ElBaradei, l’opposant estimé le plus démocrate, ne participe pas aux discussions sur la transition en Égypte
Tunisie - Démocratie ou islamisme ?
Le mouvement des femmes en Algérie de 1962 à 1991







Je ne permettrai pas à des voyous, manipulés par des extrémistes religieux, de devenir un danger pour les libertés physiques et idéologiques de la femme tunisienne.

Aujourd’hui, samedi 19 janvier 2011, j’ai participé à la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité, et ce aux cotés de nombreux citoyens tunisiens (hommes et femmes) sur l’avenue Habib Bourguiba. Tout se passait très bien, nous avons fait un tour sur l’avenue, tranquillement en exprimant notre point de vue et nos slogans dans une quiétude totale.

Alors que nous étions devant le ministère de la femme, et ironiquement, place de l’indépendance, un extrémiste accompagné d’une bande de jeunes s’est frayé un passage au milieu de notre rassemblement avec des slogans dans le genre « le peuple veut le démantèlement du gouvernement »… La majorité des personnes de notre rassemblement ont commencé à les huer étant donné que nous n’étions pas du tout d’accord avec son slogan ni avec l’intervention d’un extrémiste religieux au milieu de citoyens qui revendiquaient le respect de la femme et un état laïque !

De leur coté, ils ont continué à s’immiscer entre nous et à crier des slogans comme « les femmes dans vos cuisines ». Afin de ne pas tomber dans leur provocation, notre mouvement les a laissés derrière, leur tournant le dos, et s’est tranquillement dirigé dans le sens contraire.

La horde de voyous s’est trouvé du coup planté là et ignoré. Vous vous imaginez bien que des hommes qui, imbibés de notions extrémistes en tous genres, se sont vus nargués et pris de haut, n’ont pu que réagir négativement. En effet, ils se sont mis à presser le pas et à quasiment « pourchasser » les manifestantes et manifestants qui étaient au devant.

C’est à ce moment-là que le chef extrémiste s’est dirigé vers moi, et je le reconnais, je n’ai pas reculé devant cette horde de jeunes voyous manipulés - ce n’est ni dans mon tempérament ni dans mes principes. Je crois en mes valeurs et je les défendrai ! Le chef, donc, (avec un sac Luis Vuitton en bandoulière !?!?!?) s’est approché de moi en bombant le torse (comme si cela allait m’impressionner) pour me demander pourquoi je le regardais ainsi ! Que croyait-il, que moi, femme tunisienne indépendante et libre, j’allais peut être baisser les yeux et lui céder le passage ou avoir peur d’un paumé pseudo-religieux !?? Et bien NON ! Je lui ai répondu : « Je te regarde comme je l’entends et je suis libre de mes actes ! »

Sur ce, un autre voyou minable a placé sa main sur mon corps de manière totalement irrespectueuse, pendant qu’un autre a utilisé le manche d’un drapeau pour me frapper sur le torse. Inutile de vous dire que mon mari a réagi de suite, et nous nous sommes retrouvés à deux au milieu d’un groupe de voyous de plus de cent-cinquante personnes (et je vous assure que je n’exagère aucunement). Lorsqu’ils ont encerclé mon mari, je me suis précipitée également et je me suis battue à ses côtes afin de nous défendre au poing ! Je hurlais « lâchez-le, lâchez-le » (réf. à mon mari, bien entendu).

La situation très rapidement a dégénéré, mais nous nous sommes tout de suite trouvés encerclés par un groupe de moins jeunes qui, très clairement, étaient là pour nous protéger. Je suppose qu’ils étaient des policiers en civils et je leur suis reconnaissante pour leur intervention. Ils nous ont encerclés et doucement guidés en dehors de la foule de voyous. Ils sont même restés en rempart entre nous et eux pendant un moment.

Les voyous, pour leur part, ne se sont pas arrêtés là. Ils ont avancé vers le reste du rassemblement, ils ont déchiré les pancartes de certaines, frappé des femmes dans le dos, et en ont giflé d’autres. Ils ont continué à toutes les agresser jusqu’au dispersement totale du rassemblement.

Ceci est un récit des faits que j’ai subis et dont j’ai été témoin. Cependant, je souhaite surtout transmettre le message suivant à ceux qui veulent bien le lire.

Ces jeunes voyous, manipulés par un barbu, ne savaient même pas de quoi ils parlaient ou ce qu’ils étaient en train de scander. À leur tête, un barbu, qui a commencé tout ce mouvement agressif, démontre bien que les extrémistes ont récolté tous ceux qu’ils pouvaient pour contrer un rassemblement pacifiste et respectueux, et surtout un rassemblement de femmes.

En semant la zizanie, en volant, en frappant, ce chef barbu et ses troupes ont bien démontré que ces extrémistes ne sont en aucun cas « démocrates ou encore modérés », comme leurs chefs aînés sont actuellement en train de prétendre à qui veut bien les entendre, dans les télévisions et radios nationales et internationales ! Ces gens n’ont aucun respect de quoi que ce soit, pour qui que ce soit et encore moins pour, nous, les femmes.

Ils n’avaient pas le droit de contrer notre manifestation par la violence. Nous avons le droit de nous exprimer autant qu’eux et sans avoir à nous justifier. C’est notre DROIT. Il est clair que l’usage de la violence ne vient que lorsque qu’il n’y plus d’arguments, et c’est précisément ce que ces extrémistes n’ont pas – des arguments.

Je ne me souviens que trop, comment à la fin des années 80, les membres de ce mouvement extrémiste religieux jetaient de l’acide chlorhydrique aux visages, aux bras et jambes des filles qui ne se voîlaient pas ! De quel droit ? Chacun est libre de pratiquer sa religion comme il l’entend.

Je ne permettrai pas à des voyous, manipulés par des extrémistes religieux, de devenir un danger pour les libertés physiques et idéologiques de la femme tunisienne (qui partage mon avis).

En nous dispersant et en nous agressant, ils ont eu l’impression qu’ils avaient eu gain de cause. Pauvres ignares. La rue ne leur appartient pas ! Nous sommes libres, modernes, éduquées, cultivées, intelligentes, ouvertes, indépendantes, tolérantes, fortes et capables. LA FEMME TUNISIENNE A SA PLACE DANS CETTE NATION ET DANS LA RUE, autant que les hommes, et NUL NE PEUT SE PERMETTRE DE L’EN CHASSER.

Ces extrémistes ignares, qui insultent et frappent les femmes, ne connaissent même pas les fondements de notre noble religion et ne savent pas que, selon les paroles de notre prophète, « إن الجنة تحت أقدام الآمهات », et pour les francophones « Le paradis se trouve sous les pieds des mères ».

- Témoignage publié d’abord sur Facebook. Retransmis par Femmes sous lois musulmanes

Mis en ligne sur Sisyphe, le 31 janvier 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin