| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 14 mars 2011

Le soulèvement du monde arabe doit s’accompagner du respect des droits des femmes

par Nadia Chaabane, Sérénade Chafik, Suzy Rojtman, Maya Surduts






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte
Femmes algériennes - Quand les traditions l’emportent sur la raison
Algérie - De quelle démocratie nous parlent-ils ?
Appel international - Agissons pour soutenir les démocrates en Tunisie !
Algérie - Pour Katia assassinée à cause de son refus de porter le voile
Soutenez la séparation de la religion et de l’État, non l’islam politique
Kiosque arabe - Voix féminines avant l’extinction
"Même pas mal", un film de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
Le printemps est une saison féminine
Les principaux partis égyptiens refusent de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes
Un an déjà, et nous attendons toujours la mobilisation des féministes égyptiennes
Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !
Révoltes arabes sur fond de religion, de virilité et de pouvoir
Tunisie - "Mon devoir est de parler". Lettre ouverte aux dirigeants d’Ennahdha
Égypte - Faire pression sur les partis égyptiens afin que les aspirations de la "Révolution du 25 janvier" deviennent réalité (Amnesty International)
Tunisie : l’histoire est en marche - Entrevue avec Wassyla Tamzali
Manifeste pour la laïcité au Moyen Orient et en Afrique du Nord - Signez
Élection en Tunisie - Islam modéré ?
Les Tunisiennes envoilées : liberté retrouvée ou nouvel asservissement ?
Le Printemps arabe apporte peu aux femmes marocaines
Égypte - L’aveu concernant les "tests de virginité" forcés doit donner lieu à une procédure judiciaire
Au premier plan pendant la révolution, les femmes égyptiennes disparaissent dans l’Ordre nouveau
Révolution arabe - De la libération à la liberté
Hommage aux femmes révolutionnaires égyptiennes
Égypte - Des manifestantes de la place Tahrir torturées et forcées de subir des "tests de virginité"
Lettre à mes Amies du Maghreb et à celles du Machrek
Égypte 2011 - La révolution exclut-elle les femmes ?
Égypte - Des centaines d’hommes agressent des femmes Place Tahrir lors de la Journée internationale des femmes
La Révolution arabe en marche - Femmes, nous sommes à vos côtés !
Égypte - Une soixantaine d’organisations dénoncent l’exclusion des femmes juristes du Comité constitutionnel
L’Association des Tunisiens en France dit NON à l’extrémisme en Tunisie
Algérie - Réforme d’un système corrompu ou avancée vers la démocratie ?
Tunisie - « Pas de démocratie sans l’égalité totale entre les hommes et les femmes »
Algérie - J’ai marché le 12 février à Alger et marcherai encore et encore
La révolte des peuples en Orient face au silence et au mépris assourdissant des pouvoirs occidentaux
Égypte - Le cercle vicieux de la répression politique et économique
Égypte - L’ordre ancien change
Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs
ElBaradei, l’opposant estimé le plus démocrate, ne participe pas aux discussions sur la transition en Égypte
Tunisie - Démocratie ou islamisme ?
Tunisie - Une citoyenne témoigne du harcèlement d’extrémistes religieux lors de la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité
Le mouvement des femmes en Algérie de 1962 à 1991







Le monde bouge, le monde change. Des sociétés que l’on croyait immuables sont en train de secouer nos certitudes. Des dictateurs corrompus et leurs clans sont tombés coup sur coup en Tunisie et en Égypte. Le monde arabe s’embrase. Aucun pays n’est épargné du Yémen au Maroc en passant par Bahrein et l’Algérie. Des soulèvements populaires se produisent là où on ne les attendait pas. Les Libyens payent un lourd tribut pour se libérer. Tous ces peuples réclament des libertés démocratiques, écrasés sous une chape de plomb de silence. Leurs revendications sont aussi sociales : ils demandent des emplois, une autre répartition des richesses, dénoncent la corruption des régimes et exigent la transparence et la justice.

Dans cette vague déferlante qui secoue tant de pays, les femmes sont présentes à tous les niveaux de la contestation. En Tunisie, elles ont massivement manifesté le 29 janvier pour réclamer l’égalité des droits et le 19 février une première marche a été organisée pour la liberté et la laïcité. En Algérie, des associations féministes réclament depuis des années l’abrogation du Code de la famille, qui fait des femmes des mineures à vie, et revendiquent des lois égalitaires. Dans d’autres pays, comme en Égypte, même si la voix des féministes est à l’heure actuelle beaucoup plus ténue, des femmes revendiquent l’abrogation du code du statut personnel, la mise en place d’un État laïque et leur participation à la commission pour la réforme de la constitution.

Ailleurs, la voix des féministes est carrément inaudible ou inexistante. Ces soulèvements populaires verront-ils l’émergence d’une revendication féministe d’égalité ? Nul ne peut le dire d’autant plus que dans certains de ces pays le poids des fondamentalistes musulmans et des conservateurs qui veulent cloîtrer les femmes dans des vêtements comme dans les maisons est d’importance et fait parfois craindre le pire. Pèsent aussi la pauvreté et les guerres comme en Irak et en Afghanistan. Mais l’aspiration à la démocratie, le bouillonnement révolutionnaire contre ces régimes autoritaires et corrompus sont des moments propices aux remises en cause en profondeur. Personne ne peut prédire l’avenir.

Les féministes savent que par le passé aucune révolution victorieuse n’a garanti les droits des femmes. L’histoire a prouvé le contraire. Alors quelles garanties revendiquer ? Des Tunisiennes réclament la séparation constitutionnelle entre le politique et le religieux. Celle-ci est fondamentale. Elles réclament aussi que l’égalité formelle soit gravée dans le marbre de de la Constitution.
Cette égalité formelle n’est certes pas une garantie suffisante : les démocraties occidentales le démontrent chaque jour. Mais c’est une condition sine qua non et un préalable pour toute démocratie. La meilleure des garanties reste la mobilisation des femmes elles-mêmes et des hommes qui soutiennent leurs revendications.

Pour nous féministes, les temps que nous vivons sont inédits. Inédits, car c’est la première fois dans l’histoire que nous voyons se dérouler des révolutions tout en ayant en mémoire des exemples historiques : ceux des révolutions du XXe siècle et ceux des mouvements de libération des femmes qui ont bousculé une partie du monde contemporain. Nous savons les dangers qui nous guettent mais nous savons aussi les opportunités que nous pouvons saisir.
Bientôt le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes. A cette occasion, nous avons manifesté le 5 mars à Paris en solidarité avec les femmes des pays arabes, d’Iran et d’Afghanistan en soutien à leurs luttes et à leurs aspirations. De ces pays naît l’espoir, nous ne saurions passer à côté.

Nadia Chaabane, Sérénade Chafik, Suzy Rojtman, Maya Surduts, féministes d’Égypte, de France, de Tunisie

Source : Le Monde, Point de vue, le 7 mars 2011.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 mars 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Nadia Chaabane, Sérénade Chafik, Suzy Rojtman, Maya Surduts



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin