| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






dimanche 27 mars 2011

Lettre à mes Amies du Maghreb et à celles du Machrek

par Juliette Minces, sociologue



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte
Femmes algériennes - Quand les traditions l’emportent sur la raison
Algérie - De quelle démocratie nous parlent-ils ?
Appel international - Agissons pour soutenir les démocrates en Tunisie !
Algérie - Pour Katia assassinée à cause de son refus de porter le voile
Soutenez la séparation de la religion et de l’État, non l’islam politique
Kiosque arabe - Voix féminines avant l’extinction
"Même pas mal", un film de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
Le printemps est une saison féminine
Les principaux partis égyptiens refusent de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes
Un an déjà, et nous attendons toujours la mobilisation des féministes égyptiennes
Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !
Révoltes arabes sur fond de religion, de virilité et de pouvoir
Tunisie - "Mon devoir est de parler". Lettre ouverte aux dirigeants d’Ennahdha
Égypte - Faire pression sur les partis égyptiens afin que les aspirations de la "Révolution du 25 janvier" deviennent réalité (Amnesty International)
Tunisie : l’histoire est en marche - Entrevue avec Wassyla Tamzali
Manifeste pour la laïcité au Moyen Orient et en Afrique du Nord - Signez
Élection en Tunisie - Islam modéré ?
Les Tunisiennes envoilées : liberté retrouvée ou nouvel asservissement ?
Le Printemps arabe apporte peu aux femmes marocaines
Égypte - L’aveu concernant les "tests de virginité" forcés doit donner lieu à une procédure judiciaire
Au premier plan pendant la révolution, les femmes égyptiennes disparaissent dans l’Ordre nouveau
Révolution arabe - De la libération à la liberté
Hommage aux femmes révolutionnaires égyptiennes
Égypte - Des manifestantes de la place Tahrir torturées et forcées de subir des "tests de virginité"
Égypte 2011 - La révolution exclut-elle les femmes ?
Le soulèvement du monde arabe doit s’accompagner du respect des droits des femmes
Égypte - Des centaines d’hommes agressent des femmes Place Tahrir lors de la Journée internationale des femmes
La Révolution arabe en marche - Femmes, nous sommes à vos côtés !
Égypte - Une soixantaine d’organisations dénoncent l’exclusion des femmes juristes du Comité constitutionnel
L’Association des Tunisiens en France dit NON à l’extrémisme en Tunisie
Algérie - Réforme d’un système corrompu ou avancée vers la démocratie ?
Tunisie - « Pas de démocratie sans l’égalité totale entre les hommes et les femmes »
Algérie - J’ai marché le 12 février à Alger et marcherai encore et encore
La révolte des peuples en Orient face au silence et au mépris assourdissant des pouvoirs occidentaux
Égypte - Le cercle vicieux de la répression politique et économique
Égypte - L’ordre ancien change
Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs
ElBaradei, l’opposant estimé le plus démocrate, ne participe pas aux discussions sur la transition en Égypte
Tunisie - Démocratie ou islamisme ?
Tunisie - Une citoyenne témoigne du harcèlement d’extrémistes religieux lors de la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité
Le mouvement des femmes en Algérie de 1962 à 1991




L’égalité entre les hommes et les femmes est-elle inhérente à toute démocratie ?

Rien n’est moins sûr.

L’exemple le plus frappant et le plus récent de ce postulat est le référendum égyptien du samedi 19 mars 2011. Depuis le début du « printemps arabe », il s’agit d’un des gestes démocratiques les plus symboliques, geste auquel les Egyptiens ont répondu par un « oui » massif.

Cette constitution soulève pourtant des contestations : jugée trop proche de celle introduite par Hosni Moubarak, certains militants pro-démocratie avaient appelé à la rejeter. Parmi eux, de nombreuses femmes pointent en outre du doigt un texte qui a été ratifié par une assemblée d’hommes, exclusivement. Ajoutés aux violences commises le 9 mars dernier place Tahrir, lors de la Journée Mondiale de la Femme, ces faits montrent bien à quel point une démocratie naissante peut se passer des droits du « sexe faible » pour exister.

À ce changement en deux temps, Juliette Minces, sociologue française spécialiste de la femme dans le monde arabe, répond par une lettre, adressée à celles que l’on a pourtant cessé, ces derniers mois, de voir dans les rues du Maghreb et du Machrek.

Lucille Dupré

***

Permettez-moi, qui suis une de vos vieilles compagnes de route, de vous rappeler quelques points qui me paraissent pouvoir être utiles en ces jours mémorables que vous traversez.

Vos révolutions ont soulevé partout dans le monde une très grande admiration. Le courage dont vos peuples ont fait preuve, la qualité de vos revendications et les transformations que vont connaître de ce fait vos pays, si vous restez vigilant-e-s et ne vous laissez pas confisquer votre victoire, vont très probablement modifier le cours des choses dans le monde musulman.

Votre participation, vous les femmes, à ces révolutions a été évidente. Comme cela a toujours été le cas. Et je sais quel courage il vous a fallu pour trangresser l’ordre établi et vous affirmer comme des individus à part entière. Presque toutes les avancées qu’ont connues les pays dans lesquels vous vivez ont été de votre fait, le fruit de vos luttes. C’est pourquoi je n’ai guère été étonnée de vous voir participer en nombre, femmes de toutes conditions, à ces journées décisives.

La raison pour laquelle je me permets de m’adresser à vous est la suivante : notre mémoire d’occidentales nous rappelle que chez nous, chaque fois que ce fut nécessaire, les femmes ont pris part aux combats de libération, aux luttes syndicales ou politiques. Et chaque fois les femmes, toujours considérées comme des forces d’appoint, ont été renvoyées "à leurs fourneaux" une fois l’objectif atteint.

La même chose s’est produite en Algérie dès l’indépendance acquise, et la participation des Algériennes à la lutte armée ne les a pas protégées d’un statut d’infériorité légale qui s’est matérialisé par la suite par un infâme code de la famille. Le Parti vantait le rôle tenu par les femmes en cette période sanglante pour mieux étouffer les revendication d’égalité qu’elles formulaient. Je voudrais vous dire, en même temps que ma grande admiration, la crainte que j’éprouve à cet égard. Vous vous battez et vous savez ce que vous voulez : la démocratie, l’égalité, une redistribution des richesses équitable, de la décence dans la politique et les indispensables libertés pour devenir de véritables citoyen-nes.

La démocratie chez nous n’a pas été synonyme de parité et il nous a fallu nous battre pour l’obtenir ; et encore...

Elle n’est toujours pas effective, que ce soit en matière de salaire, de promotion, d’accès à des postes à responsabilité tant dans les entreprises qu’en politique. La démocratie, si l’on en juge par celle vécue dans les pays occidentaux, n’apporte pas d’elle-même l’égalité des possibilités à laquelle les femmes ont droit. Le poids des mentalités où l’influence des religions, même inconsciente, demeure rétrograde, n’est jamais favorable aux femmes. Dans vos pays, même en Tunisie qui connaît le code de la famille le plus avancé de tous les pays musulmans, il y a des forces qui veulent le remettre en question. Vous ne le savez que trop.

Et vous savez aussi combien l’on peut facilement remettre en question des acquis en périodes troublées. Aussi, me semble-t-il, c’est dès aujourd’hui qu’il faudrait mettre en avant vos revendications afin qu’on ne puisse les reporter à demain, sous le prétexte si souvent employé, quand il s’agit des femmes, qu’il y a plus urgent. Ce rappel de vos droits doit l’être maintenant. Vos revendications font partie intégrante du processus démocratique.

Il ne faut donc pas qu’on puisse vous considérérer comme une "force d’appoint" dont "on s’occupera plus tard, une fois les choses stabilisées". Votre voix doit se faire entendre. Ce qui me fait vous écrire, c’est cette constatation : je n’ai pas vu de femmes au sein des instances provisoires de vos révolutions. Et je me suis demandé pourquoi. Pourtant, beaucoup d’entre vous se sont battues au cours de ces noires années de dictature et de corruption. Beaucoup ont été emprisonnées ; d’autres ont dû s’exiler. Or je n’en vois aucune qui apparaisse. Je me permets aussi d’ajouter un autre point qui me paraît fondamental en ce qui concerne le droit des femmes : c’est la laïcité. Comme pour la démocratie, ce n’est pas la laïcité en soi qui apportera l’égalité entre les hommes et les femmes. Mais la séparation du religieux et du politique permet de prendre la distance nécessaire par rapport au religieux - qui infériorise toujours les femmes - afin d’établir cette égalité.

Elle permet aux femmes de sortir de la contrainte que fait peser sur elles la conception que la religion transmet d’elles.

Juliette Minces

Bibliographie non exhaustive :

- La génération suivante, Flammarion, réédition aux éditions de l’Aube
- La Femme dans le Monde Arabe, Mazarine
- La Femme Voilée, Calmann-Lévy
- Le Coran et les Femmes, Pluriel Littérature Hachette

Mercredi 23 mars 2011, dans le magazine Ever.

* Nous remercions l’auteure et le
magazine Ever de l’autorisation de reproduire cet article sur Sisyphe.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 mars 2011

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Juliette Minces, sociologue



Plan-Liens Forum

  • Sur la Constitution modifiée
    (1/1) 27 mars 2011 , par Internaute





  • Sur la Constitution modifiée
    27 mars 2011 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Un article du Devoir, le 23 mars 2011, qui se termine ainsi :

    « Figures en vue de la nouvelle donne politique égyptienne, Amr Moussa, actuel secrétaire général de la Ligue arabe, et Mohammed el-Baradei, un des leaders de l’insurrection, s’étaient faits les avocats du Non au référendum en prétextant que la précipitation voulue par le Conseil militaire qui gouverne par intérim va grandement favoriser les seuls groupes organisés. Lesquels ? Les Frères musulmans et les membres de l’ex-Parti national démocratique (PND), soit la formation de l’ex-président Hosni Moubarak.

    « La longueur d’avance dont disposent ces deux courants est donc attribuable à leurs expériences en ces matières, mais aussi à la dispersion des acteurs du printemps égyptien. Divisés entre diverses formations libérales et socialistes, ils évoluent sur le territoire de la... cannibalisation ! De ce brouillard « politico-électoral », les Frères musulmans pourraient tirer avantage plus que n’importe quelle autre formation. Pour s’en convaincre, il suffit de s’attarder à la dernière campagne. À la faveur de celle-ci, ils ont collé à la frange religieuse concentrée, et nombreuse, dans les régions ainsi que dans les quartiers pauvres des grandes villes, où ils s’activent depuis des années et des années.

    « Pour l’heure, les perdants de ce premier rendez-vous sont évidemment les laïques, mais également les Coptes. Il n’a pas échappé à ces derniers le message martelé par les Frères, selon quel voter contre les amendements revenait à voter contre l’article 2, qui stipule que le Coran est la principale source des lois. Espérons que cette crainte soit rangée au rand des mirages. »

    - Voir ici. (Réservé aux abonnés du Devoir)


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin