| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 6 février 2011

Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte
Femmes algériennes - Quand les traditions l’emportent sur la raison
Algérie - De quelle démocratie nous parlent-ils ?
Appel international - Agissons pour soutenir les démocrates en Tunisie !
Algérie - Pour Katia assassinée à cause de son refus de porter le voile
Soutenez la séparation de la religion et de l’État, non l’islam politique
Kiosque arabe - Voix féminines avant l’extinction
"Même pas mal", un film de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
Le printemps est une saison féminine
Les principaux partis égyptiens refusent de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes
Un an déjà, et nous attendons toujours la mobilisation des féministes égyptiennes
Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !
Révoltes arabes sur fond de religion, de virilité et de pouvoir
Tunisie - "Mon devoir est de parler". Lettre ouverte aux dirigeants d’Ennahdha
Égypte - Faire pression sur les partis égyptiens afin que les aspirations de la "Révolution du 25 janvier" deviennent réalité (Amnesty International)
Tunisie : l’histoire est en marche - Entrevue avec Wassyla Tamzali
Manifeste pour la laïcité au Moyen Orient et en Afrique du Nord - Signez
Élection en Tunisie - Islam modéré ?
Les Tunisiennes envoilées : liberté retrouvée ou nouvel asservissement ?
Le Printemps arabe apporte peu aux femmes marocaines
Égypte - L’aveu concernant les "tests de virginité" forcés doit donner lieu à une procédure judiciaire
Au premier plan pendant la révolution, les femmes égyptiennes disparaissent dans l’Ordre nouveau
Révolution arabe - De la libération à la liberté
Hommage aux femmes révolutionnaires égyptiennes
Égypte - Des manifestantes de la place Tahrir torturées et forcées de subir des "tests de virginité"
Lettre à mes Amies du Maghreb et à celles du Machrek
Égypte 2011 - La révolution exclut-elle les femmes ?
Le soulèvement du monde arabe doit s’accompagner du respect des droits des femmes
Égypte - Des centaines d’hommes agressent des femmes Place Tahrir lors de la Journée internationale des femmes
La Révolution arabe en marche - Femmes, nous sommes à vos côtés !
Égypte - Une soixantaine d’organisations dénoncent l’exclusion des femmes juristes du Comité constitutionnel
L’Association des Tunisiens en France dit NON à l’extrémisme en Tunisie
Algérie - Réforme d’un système corrompu ou avancée vers la démocratie ?
Tunisie - « Pas de démocratie sans l’égalité totale entre les hommes et les femmes »
Algérie - J’ai marché le 12 février à Alger et marcherai encore et encore
La révolte des peuples en Orient face au silence et au mépris assourdissant des pouvoirs occidentaux
Égypte - Le cercle vicieux de la répression politique et économique
Égypte - L’ordre ancien change
ElBaradei, l’opposant estimé le plus démocrate, ne participe pas aux discussions sur la transition en Égypte
Tunisie - Démocratie ou islamisme ?
Tunisie - Une citoyenne témoigne du harcèlement d’extrémistes religieux lors de la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité
Le mouvement des femmes en Algérie de 1962 à 1991







Je dois avouer que j’ai le coeur et la pensée ailleurs qu’au Québec, ces temps-ci, bien que le Conseil du statut de la femme, des groupes communautaires et des auteures nous rappellent à juste titre que rien n’est gagné entièrement ni définitivement pour les femmes québécoises.

Les peuples de la Tunisie et de l’Égypte vivent un moment crucial de leur histoire, et plusieurs s’inquiètent de ce qu’il adviendra des droits des femmes dans ces pays. Seront-ils enfin reconnus dans une constitution et, surtout, respectés rigoureusement ? Ou régresseront-ils, comme on l’a vu dans d’autres pays, à la suite de révolutions ratées ou de soulèvements populaires ?

Du Québec, jusqu’ici, il n’y a guère d’échos solidaires pour les femmes tunisiennes et les femmes égyptiennes. Pourtant, des femmes de différents groupes multi-ethniques auraient de bonnes raisons et de se réjouir et de s’inquiéter du sort de leurs consoeurs à l’étranger. Au plan international, des Iraniennes ainsi que les groupes SIAWI (Secularism Is A Women Issue) et WICUR (Women’s Initiative for Citizenship and Universal Rights - Initiative de Femmes pour la Citoyenneté et les Droits Universels), notamment, ont transmis un message de soutien et d’espoir aux Tunisiennes qui ont osé publier un manifeste en exposant leurs attentes et leurs exigences à l’égard de réformes qu’elles souhaitent voir dans le sillage du soulèvement dans leur pays. Forts des expériences passées, ces groupes mettent en garde contre le risque que des pouvoirs religieux et sectaires essaient de récupérer la révolte populaire. Le risque est plus grand en Égypte où les Frères musulmans formaient et forment toujours une forte opposition au régime en place.

À son émission quotidienne, le 31 janvier, Christiane Charette recevait quatre journalistes masculins pour discuter de la situation en Tunisie et en Égypte. Il était cocasse d’entendre l’animatrice demander à ses invités : "Mais où sont les femmes dans tout cela ?", en faisant référence aux manifestations où les médias les montrent peu présentes. J’ai eu l’envie de renvoyer la question à C. Charette : "Mais où sont les femmes dans votre discussion sur la Tunisie et l’Égypte ?" Il y a tout de même des femmes journalistes originaires de ces régions du monde qui auraient pu participer à la discussion et donner un point de vue plus avisé sur la menace islamiste et les droits des femmes. Si aucune ne vit au Québec, qu’à cela ne tienne, les entrevues téléphoniques sont chose courante à l’émission de Christiane Charrette. Outre des femmes journalistes, le Québec compte d’autres femmes de grande valeur originaires de ces communautés, et je suis sûre qu’elles sont plus compétentes pour parler de la situation dans ces régions, et des femmes notamment, que les quatre invités de l’animatrice. De fait, ceux-ci ont tenu des propos vaseux sur la menace islamiste et les droits des femmes, en minimisant cette menace qui serait exagérée pour faire peur. La question des femmes et de la menace fondamentaliste a été réglée en deux temps trois mouvements, et l’on est passé aux choses plus « sérieuses » et plus « viriles ».

L’animatrice, qui semblait assez peu documentée sur l’islamisme et les Frères musulmans, n’a rien eu à répliquer à son invité qui a affirmé que ce groupe politique était modéré et qu’on ne devait pas généraliser (islamophobie, vous savez...). Revoilà la tendance québécoise à la banalisation dès qu’on aborde la question du fondamentalisme religieux autre que celui des religions chrétiennes. Islamisme, un terme en voie de devenir tabou au Québec… J’ai même entendu un analyste, dans une autre émission de Radio-Canada, dire que les États-Unis ont leurs évangélistes comme l’Égypte a ses intégristes islamistes. Comparaison qui distortionne la réalité pour faire diversion. Si les évangélistes américains exercent une influence sur les pouvoirs politiques, il ne tue pas, comme le fait à répétition l’islamisme politique dans certains pays.

Mon cœur et ma pensée se transportent ensuite au Soudan où des femmes ont juré que l’indépendance ne se ferait pas sans elles et sans que leur droit à l’égalité soit reconnu dans une constitution. J’ai le coeur en charpie en apprenant que l’Iran a pendu une femme irano-néerlandaise pour sa participation aux manifestations lors de la dernière élection dans ce pays (bien entendu, on a inventé un autre prétexte : elle aurait été trafiquante de drogues), et qu’en Afrique du Sud, on viole impunément des femmes lesbiennes soi-disant pour "corriger" leur sexualité. Cet acte horrible n’est pas classé parmi les crimes haineux dans ce pays, et je ne peux m’empêcher de me demander s’il existe des limites à la haine masculine contre les femmes.

Quel sort attend la sociologue turque Pinar Selek, acquittée à deux reprises, et à qui l’on fait un nouveau procès en raison de ses recherches sur les conditions du conflit armé entre la Turquie et le Kurdistan et les possibilités de réconciliation ? Pinar Selek est également reconnue en Turquie, et ailleurs, pour ses livres sur la violence contre les travestis et les transexuelles à Istanbul, l’histoire des luttes pour la paix en Turquie et la construction de la masculinité dans le cadre du service militaire. De leur côté, des militantes et des écrivaines kurdes sont menacées à la suite de la publication du livre d’un mollah qui rend ces femmes responsables de tous les problèmes de la société. Le livre identifie un certain nombre de femmes kurdes et les accuse d’« anti-islamisme », d’« anti-leaders religieux/mullas » et de propager des « idées perverses qui amènent la désintégration de la famille, les meurtres de femmes, la prostitution, le divorce du couple, le phénomène d’auto-immolation, suicide/suicide. » Un discours familier.

Je salue par ailleurs cette femme courageuse, la sociologue Necla Kelek, récipiendaire du Prix de la liberté de la Fondation Friedrich Naumann, qui ose affirmer, tout en étant dans la mire des intégristes, que "la liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière" dans les pays où la charia impose sa loi. Et je pense à toutes celles qui non seulement ne peuvent s’exprimer, mais ne peuvent circuler librement dans la société où elles vivent, à celles qui sont victimes de crimes dits d’honneur, emprisonnées ou condamnées à mort à la moindre aspiration à la liberté. Je me demande si la répression qui s’exerce contre les êtres humains au nom des dieux n’ont pas fait plus de morts et de mortes que toutes les guerres de l’humanité.

***

Bien sûr, les horreurs et les menaces du fondamentalisme religieux contre les droits fondamentaux n’existent pas qu’ailleurs. Nous en avons des exemples au Québec et au Canada, mais nous nous « accommodons » de manière à les camoufler. Je me réjouis de voir des citoyens et des citoyennes de confession musulmane briser le silence sur ces simulacres de tolérance et parler vrai. C’est le cas, par exemple, de Mahfooz Kanwar, membre du Congrès musulman canadien, qui a dénoncé récemment dans le Calgary Herald la tendance de beaucoup de musulmans à « essayer de masquer des vérités laides », par exemple, le fait que l’islam permet au mari de battre sa femme et que des religieux « instrumentalisent » souvent l’islam à des fins politiques. Il faudrait toutefois plus de Mahfooz Kanwar, de Tarek Fatah et de Farzana Hassan pour faire la preuve que les intégristes musulmans ne constituent qu’une infime minorité au Québec et au Canada. Si c’est le cas, pourquoi n’entendons-nous qu’une poignée de musulmans progressistes dénoncer la violence du fondamentalisme islamiste ?

Au Québec, la religion est entrée dans les garderies après avoir été chassée des écoles publiques, comme nous le rappelle Louise Mailloux, philosophe et analyste de la laïcité. La ministre de l’Éducation semble un peu dépassée par ces questions de religion, mais elle devrait se mettre à jour sans délai, autrement, ce sont les événements qui la dépasseront bientôt. Ce n’est pas seulement dans les garderies que la religion veut s’imposer, mais aussi dans les écoles primaires et secondaires de certaines communautés ethniques qui reçoivent des subventions de l’État.

Certains prétendent par ailleurs ne pas pouvoir pratiquer leur religion s’ils ou elles ne portent pas toujours et partout des symboles qu’ils qualifient de « religieux ». Quand des sikhs ont été refoulés à la porte de l’Assemblée nationale parce qu’ils avaient projeté d’y entrer avec leur kirpan pour participer à la commission parlementaire sur le projet de loi 94, la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Kathleen Weil, s’est réfugiée dans une neutralité qui ressemble à de la lâcheté. Personne n’a été dupe : ces sikhs avaient été avisés qu’on leur demanderait de déposer leurs kirpans à l’entrée, mais ils voulaient démontrer la grande « intolérance » du Québec. Le Québec, ce lieu où les dirigeants et une partie des intellectuels refusent de s’engager contre les exigences déraisonnables de certain-es - qui confondent privilèges et droits - parce qu’ils craignent qu’on les juge « intolérants » envers les minorités. Réflexe de colonisé-es. Qui sait, dans quelques années, s’il ne faudra pas que la majorité québécoise se soulève, elle aussi, contre ses dirigeants qui laissent des factions intégristes de certaines minorités imposer leurs valeurs et leurs exigences à la majorité. Une majorité qui n’a presque plus le droit d’affirmer ses valeurs et son identité de peur de froisser l’Autre.

Partout où les droits fondamentaux sont bafoués, nous sommes concernées. Exprimons notre solidarité.

D’autres lectures :

- « En Égypte comme en Tunisie c’est le sort des femmes qui mesure la démocratie »
- « Étudiantes et mères de famille, têtes nues ou voilées, les Égyptiennes aussi font la révolution »
- "Démocratie ou islamisme ?", par Djemila Benhabib, Le Devoir, le 3 février 2011
- "Les islamistes, force politique de la nouvelle Tunisie, par Reuters et L’Express, le 2 février 2011
- "Tunisie, Egypte : la démocratie au risque de l’islamisme radical ?", Marianne, le 3 février 2011
- "Tunisie - les femmes dans la lutte. Un témoignage", Nouveau Parti anticapitaliste, le 4 février 2011

Mis en ligne sur Sisyphe, le 31 janvier 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Droits des femmes - Le cœur et la pensée ailleurs
    (1/2) 4 février 2011 , par negromori

    rép: Crab2 Crab
  • Droits des femmes - Le cœur et la pensée ailleurs
    (2/2) 2 février 2011 , par Carol Mann





  • Droits des femmes - Le cœur et la pensée ailleurs
    4 février 2011 , par negromori   [retour au début des forums]
    J’en avais mal à mon éducation d’occidental

    Je vis en Belgique et je dois dire que la réflexion de ma mère est toujours d’actualité. Elle disait que devant toutes ces inégalités, le monde entier n’est qu’un village. Partout dans le monde règne cette « lâcheté » devant ces problèmes. Les religions font « peur » aux hommes et femmes politiques. Ils craignent de perdre des voix aux élections suivantes s’ils ouvrent cette boite de pandores. J’ai eu l’occasion d’aller dans beaucoup de pays et j’y ai toujours vu « les femmes » travailler comme aucun homme ne le faisait, dures à la tâche, serviables, soumises, battues parfois et comble de tout… un père est venu dire au patron de la société qu’il préférait qu’il « batte » sa fille plutôt que de lui donner des journées de mise à pied. Et malgré tout cela, ces femmes souriaient, étaient gaies et travaillaient dur pour montrer leur savoir-faire. J’en avais « mal à mon éducation d’occidental » !

    Droits des femmes - Le cœur et la pensée ailleurs
    2 février 2011 , par Carol Mann   [retour au début des forums]

    Excellent article, merci Micheline, je le ferai lire à mes étudiant/es. Il était important de démontrer le lien entre toutes ces situations et la porosité des dangers qui nous guettent TOUTES

    amitiés
    Carol Mann


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin