| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 27 janvier 2012

Les principaux partis égyptiens refusent de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes

par Amnesty International France






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte
Femmes algériennes - Quand les traditions l’emportent sur la raison
Algérie - De quelle démocratie nous parlent-ils ?
Appel international - Agissons pour soutenir les démocrates en Tunisie !
Algérie - Pour Katia assassinée à cause de son refus de porter le voile
Soutenez la séparation de la religion et de l’État, non l’islam politique
Kiosque arabe - Voix féminines avant l’extinction
"Même pas mal", un film de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
Le printemps est une saison féminine
Un an déjà, et nous attendons toujours la mobilisation des féministes égyptiennes
Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !
Révoltes arabes sur fond de religion, de virilité et de pouvoir
Tunisie - "Mon devoir est de parler". Lettre ouverte aux dirigeants d’Ennahdha
Égypte - Faire pression sur les partis égyptiens afin que les aspirations de la "Révolution du 25 janvier" deviennent réalité (Amnesty International)
Tunisie : l’histoire est en marche - Entrevue avec Wassyla Tamzali
Manifeste pour la laïcité au Moyen Orient et en Afrique du Nord - Signez
Élection en Tunisie - Islam modéré ?
Les Tunisiennes envoilées : liberté retrouvée ou nouvel asservissement ?
Le Printemps arabe apporte peu aux femmes marocaines
Égypte - L’aveu concernant les "tests de virginité" forcés doit donner lieu à une procédure judiciaire
Au premier plan pendant la révolution, les femmes égyptiennes disparaissent dans l’Ordre nouveau
Révolution arabe - De la libération à la liberté
Hommage aux femmes révolutionnaires égyptiennes
Égypte - Des manifestantes de la place Tahrir torturées et forcées de subir des "tests de virginité"
Lettre à mes Amies du Maghreb et à celles du Machrek
Égypte 2011 - La révolution exclut-elle les femmes ?
Le soulèvement du monde arabe doit s’accompagner du respect des droits des femmes
Égypte - Des centaines d’hommes agressent des femmes Place Tahrir lors de la Journée internationale des femmes
La Révolution arabe en marche - Femmes, nous sommes à vos côtés !
Égypte - Une soixantaine d’organisations dénoncent l’exclusion des femmes juristes du Comité constitutionnel
L’Association des Tunisiens en France dit NON à l’extrémisme en Tunisie
Algérie - Réforme d’un système corrompu ou avancée vers la démocratie ?
Tunisie - « Pas de démocratie sans l’égalité totale entre les hommes et les femmes »
Algérie - J’ai marché le 12 février à Alger et marcherai encore et encore
La révolte des peuples en Orient face au silence et au mépris assourdissant des pouvoirs occidentaux
Égypte - Le cercle vicieux de la répression politique et économique
Égypte - L’ordre ancien change
Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs
ElBaradei, l’opposant estimé le plus démocrate, ne participe pas aux discussions sur la transition en Égypte
Tunisie - Démocratie ou islamisme ?
Tunisie - Une citoyenne témoigne du harcèlement d’extrémistes religieux lors de la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité
Le mouvement des femmes en Algérie de 1962 à 1991







La plupart des principaux partis politiques égyptiens s’engagent à mettre en œuvre une réforme ambitieuse en termes de droits humains dans le cadre de la transition en Égypte. En revanche, s’agissant de s’engager à mettre un terme à la discrimination, à protéger les droits des femmes et à abolir la peine de mort, ils délivrent des messages ambigus voire refusent catégoriquement.

À la veille des élections parlementaires égyptiennes qui ont débuté en novembre, Amnesty International a en effet invité les partis politiques qui présentent des candidats à signer un « Manifeste pour les droits humains », présentant 10 réformes clés, afin de montrer leur détermination à mettre en place une véritable réforme sur le terrain des droits humains.

Neuf des principaux partis ont signé le manifeste, soit dans sa totalité, soit en partie. Trois autres ont livré oralement leurs réactions.

Le Parti de la justice et de la liberté (LPJ), qui a remporté la majorité des sièges à la nouvelle Assemblée du peuple, compte parmi les trois autres partis qui n’ont pas répondu concrètement, malgré les efforts considérables déployés pour connaître ses opinions.

L’égalité entre hommes et femmes, loin d’être acquise

« Alors que le nouveau Parlement va siéger pour la première fois cette semaine, il est encourageant de constater qu’autant de grands partis ont pris en compte nos recommandations et sont disposés à souscrire à d’ambitieuses réformes en faveur du changement pour combattre la torture, protéger les droits des habitants des bidonvilles et garantir des procès équitables. » Philip Luther, directeur adjoint du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

Toutefois, il est préoccupant de constater que plusieurs partis ont refusé de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes. Seules quelques femmes ont obtenu des sièges au sein du nouveau Parlement ; d’énormes obstacles restent à franchir pour que les femmes puissent jouer pleinement leur rôle dans la vie politique en Égypte.

Nous exhortons le nouveau Parlement à saisir l’occasion, lors de l’élaboration de la nouvelle Constitution, de garantir tous ces droits pour tous les citoyens d’Égypte. La Constitution doit se fonder sur la non-discrimination et l’égalité entre hommes et femmes.

Des promesses et des réserves

Les deux seuls partis à adhérer à tous les engagements présentés dans le Manifeste sont le Parti social-démocrate égyptien et l’Alliance populaire socialiste. Cependant, la quasi-totalité des 12 partis ayant répondu ont souscrit aux sept premiers engagements du Manifeste. Ils concernent notamment les droits civils et politiques.

Voici quelques-unes des promesses majeures : mettre fin à l’état d’urgence en vigueur depuis 30 ans, lutter contre la torture, respecter la liberté d’expression et d’association, garantir l’équité des procès et enquêter sur les atteintes aux droits humains commises sous le régime de Hosni Moubarak.

Les réserves émis visent notamment le 8e engagement, qui demande la fin à la discrimination, et le 9e engagement, qui appelle à protéger les droits des femmes, et notamment à reconnaître l’égalité entre hommes et femmes en matière de mariage, de divorce, de garde d’enfants et d’héritage. Plusieurs partis ont invoqué le droit musulman (la charia) pour expliquer ces réserves.

La plupart des partis ont émis des réserves quant au 10e point, qui préconise l’abolition de la peine de mort, en faisant valoir que cette mesure entrait en contradiction avec l’islam ou qu’ils continuaient d’étudier la question. Même les deux partis enclins à abolir ce châtiment ont ajouté qu’il s’agissait d’un objectif à long terme qui n’était pas réalisable dans les années à venir.

Voici les 10 engagements que propose le Manifeste d’Amnesty International pour les droits humains en Égypte :

1. Mettre un terme à l’état d’urgence et réformer les forces de sécurité
2. Mettre un terme à la détention au secret et combattre la torture
3. Garantir l’équité des procès
4. Faire appliquer les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion
5. Enquêter sur les atteintes commises par le passé
6. Mettre en œuvre les droits économiques, sociaux et culturels pour tous
7. Faire appliquer les droits des habitants des bidonvilles
8. Mettre fin à la discrimination
9. Protéger les droits des femmes
10. Abolir la peine de mort.

Pour en savoir plus

- "Il faut faire pression sur les partis égyptiens afin que la "Révolution du 25 janvier" devienne une réalité"
- "Il faut mettre fin aux procès iniques en Égypte"

- Source : Communiqué d’Amnesty International France

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 janvier 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Amnesty International France



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2012
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin