| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 5 juin 2011

Égypte - L’aveu concernant les "tests de virginité" forcés doit donner lieu à une procédure judiciaire

par Amnesty International






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte
Femmes algériennes - Quand les traditions l’emportent sur la raison
Algérie - De quelle démocratie nous parlent-ils ?
Appel international - Agissons pour soutenir les démocrates en Tunisie !
Algérie - Pour Katia assassinée à cause de son refus de porter le voile
Soutenez la séparation de la religion et de l’État, non l’islam politique
Kiosque arabe - Voix féminines avant l’extinction
"Même pas mal", un film de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
Le printemps est une saison féminine
Les principaux partis égyptiens refusent de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes
Un an déjà, et nous attendons toujours la mobilisation des féministes égyptiennes
Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !
Révoltes arabes sur fond de religion, de virilité et de pouvoir
Tunisie - "Mon devoir est de parler". Lettre ouverte aux dirigeants d’Ennahdha
Égypte - Faire pression sur les partis égyptiens afin que les aspirations de la "Révolution du 25 janvier" deviennent réalité (Amnesty International)
Tunisie : l’histoire est en marche - Entrevue avec Wassyla Tamzali
Manifeste pour la laïcité au Moyen Orient et en Afrique du Nord - Signez
Élection en Tunisie - Islam modéré ?
Les Tunisiennes envoilées : liberté retrouvée ou nouvel asservissement ?
Le Printemps arabe apporte peu aux femmes marocaines
Au premier plan pendant la révolution, les femmes égyptiennes disparaissent dans l’Ordre nouveau
Révolution arabe - De la libération à la liberté
Hommage aux femmes révolutionnaires égyptiennes
Égypte - Des manifestantes de la place Tahrir torturées et forcées de subir des "tests de virginité"
Lettre à mes Amies du Maghreb et à celles du Machrek
Égypte 2011 - La révolution exclut-elle les femmes ?
Le soulèvement du monde arabe doit s’accompagner du respect des droits des femmes
Égypte - Des centaines d’hommes agressent des femmes Place Tahrir lors de la Journée internationale des femmes
La Révolution arabe en marche - Femmes, nous sommes à vos côtés !
Égypte - Une soixantaine d’organisations dénoncent l’exclusion des femmes juristes du Comité constitutionnel
L’Association des Tunisiens en France dit NON à l’extrémisme en Tunisie
Algérie - Réforme d’un système corrompu ou avancée vers la démocratie ?
Tunisie - « Pas de démocratie sans l’égalité totale entre les hommes et les femmes »
Algérie - J’ai marché le 12 février à Alger et marcherai encore et encore
La révolte des peuples en Orient face au silence et au mépris assourdissant des pouvoirs occidentaux
Égypte - Le cercle vicieux de la répression politique et économique
Égypte - L’ordre ancien change
Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs
ElBaradei, l’opposant estimé le plus démocrate, ne participe pas aux discussions sur la transition en Égypte
Tunisie - Démocratie ou islamisme ?
Tunisie - Une citoyenne témoigne du harcèlement d’extrémistes religieux lors de la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité
Le mouvement des femmes en Algérie de 1962 à 1991







Les autorités égyptiennes doivent traduire en justice les personnes ayant ordonné ou effectué des « tests de virginité » forcés, après qu’un haut gradé militaire eut admis que l’armée y a soumis des manifestantes, a déclaré Amnesty International mardi 31 mai 2011.

Un général égyptien a confirmé à la chaîne d’information CNN que des femmes arrêtées le 9 mars sur la place Tahrir, au Caire, avaient été forcées à subir des « tests de virginité », ce que le gouvernement avait précédemment nié.

Ce général, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a justifié ces abus en avançant que ces femmes « n’étaient pas comme votre fille ou la mienne. Il s’agissait de filles ayant campé sous des tentes avec des manifestants mâles. »

« Cet aveu est une justification profondément perverse d’une forme d’abus dégradant, a déclaré Amnesty International. Ce que ces femmes ont subi est ni plus ni moins de la torture. »

« Les autorités égyptiennes doivent condamner les attitudes discriminatoires, abusives et insultantes invoquées pour justifier la torture de manifestantes, que l’on trouve visiblement au plus haut niveau. »

Amnesty International a recueilli les témoignages de manifestantes ayant subi des « tests de virginité » forcés en mars, et a écrit au Conseil suprême des forces armées en Égypte afin de lui demander d’ouvrir une enquête. Elle n’a cependant reçu aucune réponse.

Le général a également déclaré à CNN que ces « tests » avaient été effectués parce que « [n]ous ne voulions pas qu’elles disent que nous les avions agressées sexuellement ou violées, alors nous souhaitions prouver qu’elles n’étaient de toute façon pas vierges. »

« Les insinuations de ce général, selon lesquelles seules les vierges peuvent être victimes de viol, découlent d’opinions sexistes discréditées depuis longtemps et sont absurdes d’un point de vue juridique. Lorsqu’il s’agit de déterminer si un viol a été commis, la question de savoir si la victime est vierge ou non n’a aucune pertinence.

« L’armée doit immédiatement signifier aux forces de sécurité et aux soldats que ces "tests" sont interdits ».

Lorsque des membres de l’armée ont violemment évacué la place Tahrir le 9 mars – lendemain de la Journée internationale de la femme – 18 femmes ont été arrêtées et frappées, et ont reçu des décharges électriques ; 17 d’entre elles ont été fouillées au corps, forcées à subir des « tests de virginité » et menacées de poursuites judiciaires pour prostitution.

Elles ont comparu devant un tribunal militaire le 11 mars et ont été relâchées le 13. Plusieurs d’entre elles ont été condamnées à un an de prison avec sursis pour divers motifs – trouble à l’ordre public, destruction de biens, entrave à la circulation et possession d’armes.

Amnesty International craint que les attitudes discriminatoires et patriarcales à l’égard des femmes en Égypte ne fassent obstacle à la pleine participation de ces dernières au processus de réforme.

Bien que les femmes aient été en première ligne des actions de protestation de masse ayant mené à la démission du président Hosni Moubarak, pas une seule n’a été choisie pour faire partie de la commission pour la réforme constitutionnelle, et elles ne sont guère représentées au sein du nouveau gouvernement.

« Le gouvernement égyptien doit faire respecter les droits de toutes les femmes de la nation qui œuvrent en faveur des libertés dans le pays, en particulier celles qui luttent pour l’égalité des genres et les droits des femmes », a conclu Amnesty International.

Source : Amnesty International

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 juin 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Amnesty International



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin