| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 27 mars 2011

Égypte - Des manifestantes de la place Tahrir torturées et forcées de subir des "tests de virginité"

par Amnesty International






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte
Femmes algériennes - Quand les traditions l’emportent sur la raison
Algérie - De quelle démocratie nous parlent-ils ?
Appel international - Agissons pour soutenir les démocrates en Tunisie !
Algérie - Pour Katia assassinée à cause de son refus de porter le voile
Soutenez la séparation de la religion et de l’État, non l’islam politique
Kiosque arabe - Voix féminines avant l’extinction
"Même pas mal", un film de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
Le printemps est une saison féminine
Les principaux partis égyptiens refusent de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes
Un an déjà, et nous attendons toujours la mobilisation des féministes égyptiennes
Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !
Révoltes arabes sur fond de religion, de virilité et de pouvoir
Tunisie - "Mon devoir est de parler". Lettre ouverte aux dirigeants d’Ennahdha
Égypte - Faire pression sur les partis égyptiens afin que les aspirations de la "Révolution du 25 janvier" deviennent réalité (Amnesty International)
Tunisie : l’histoire est en marche - Entrevue avec Wassyla Tamzali
Manifeste pour la laïcité au Moyen Orient et en Afrique du Nord - Signez
Élection en Tunisie - Islam modéré ?
Les Tunisiennes envoilées : liberté retrouvée ou nouvel asservissement ?
Le Printemps arabe apporte peu aux femmes marocaines
Égypte - L’aveu concernant les "tests de virginité" forcés doit donner lieu à une procédure judiciaire
Au premier plan pendant la révolution, les femmes égyptiennes disparaissent dans l’Ordre nouveau
Révolution arabe - De la libération à la liberté
Hommage aux femmes révolutionnaires égyptiennes
Lettre à mes Amies du Maghreb et à celles du Machrek
Égypte 2011 - La révolution exclut-elle les femmes ?
Le soulèvement du monde arabe doit s’accompagner du respect des droits des femmes
Égypte - Des centaines d’hommes agressent des femmes Place Tahrir lors de la Journée internationale des femmes
La Révolution arabe en marche - Femmes, nous sommes à vos côtés !
Égypte - Une soixantaine d’organisations dénoncent l’exclusion des femmes juristes du Comité constitutionnel
L’Association des Tunisiens en France dit NON à l’extrémisme en Tunisie
Algérie - Réforme d’un système corrompu ou avancée vers la démocratie ?
Tunisie - « Pas de démocratie sans l’égalité totale entre les hommes et les femmes »
Algérie - J’ai marché le 12 février à Alger et marcherai encore et encore
La révolte des peuples en Orient face au silence et au mépris assourdissant des pouvoirs occidentaux
Égypte - Le cercle vicieux de la répression politique et économique
Égypte - L’ordre ancien change
Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs
ElBaradei, l’opposant estimé le plus démocrate, ne participe pas aux discussions sur la transition en Égypte
Tunisie - Démocratie ou islamisme ?
Tunisie - Une citoyenne témoigne du harcèlement d’extrémistes religieux lors de la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité
Le mouvement des femmes en Algérie de 1962 à 1991







Les femmes ont souvent été en première ligne des manifestations récentes en Égypte.

Amnesty International a appelé les autorités égyptiennes à enquêter sur les graves allégations faisant état d’actes de torture, notamment de « tests de virginité » forcés, infligés par l’armée à des manifestantes arrêtées sur la place Tahrir plus tôt dans le mois.

Après que des militaires ont évacué avec violence les manifestants de cette place le 9 mars, au moins 18 femmes ont été placées en détention aux mains de l’armée. Amnesty International a été informée par des manifestantes qu’elles avaient été battues, soumises à des décharges électriques, fouillées au corps tandis que des soldats les photographiaient, puis forcées à subir des « tests de virginité » et menacées de poursuites pour prostitution.

Les « tests de virginité » constituent une forme de torture lorsqu’ils sont pratiqués de force ou sous la contrainte.

« Il est absolument inacceptable de forcer des femmes à subir des “tests de virginité”. Leur but est d’avilir les femmes parce qu’elles sont des femmes, a déclaré Amnesty International. Tous les membres de la profession médicale doivent refuser de participer à ces prétendus “tests”. »

Salwa Hosseini, 20 ans, a indiqué à Amnesty International qu’après avoir été arrêtée et conduite dans une prison militaire à Heikstep, elle a été forcée, avec les autres femmes, à retirer tous ses vêtements pour être fouillée par une gardienne de la prison, dans une pièce avec deux portes ouvertes et une fenêtre. Pendant cette fouille au corps, a-t-elle ajouté, des soldats regardaient dans la pièce et prenaient des photos des femmes nues.

Les femmes ont ensuite été soumises à des « tests de virginité » dans une autre pièce par un homme vêtu d’un manteau blanc. Elles ont été menacées d’être inculpées de prostitution si elles n’étaient « pas déclarées vierges ».

Selon les informations recueillies par Amnesty International, une femme qui a affirmé être vierge mais dont le test a soi-disant prouvé le contraire a été rouée de coups et soumise à des décharges électriques.

« Les femmes et les jeunes filles doivent pouvoir exprimer leurs opinions sur l’avenir de l’Égypte et manifester contre le gouvernement sans être détenues, torturées ou soumises à des traitements profondément dégradants et discriminatoires, a souligné Amnesty International.

« Les militaires ont tenté d’humilier encore les femmes en permettant à des hommes de regarder et de photographier ce qui se passait, avec pour elles la menace implicite de risquer de subir d’autres préjudices si les photos étaient rendues publiques. »

La journaliste Rasha Azeb a également été arrêtée sur la place Tahrir et a déclaré à Amnesty International qu’elle avait été menottée, battue et insultée.

Après leur arrestation, les 18 femmes ont d’abord été conduites dans une annexe du musée du Caire, où elles auraient été menottées, frappées avec des bâtons et des tuyaux, soumises à des décharges électriques dans la poitrine et les jambes, et traitées de « prostituées ».

Rasha Azeb pouvait voir et entendre les autres femmes être torturées à coups de décharges électriques pendant toute la durée de leur détention au musée. Elle a été libérée au bout de quelques heures avec quatre hommes également journalistes, mais les 17 autres femmes ont été transférées à la prison militaire de Heikstep.

Les témoignages d’autres femmes détenues en même temps recueillis par le centre El Nadim pour la réadaptation des victimes de violence correspondent à ceux de Rasha Azeb et de Salwa Hosseini faisant état de coups, de décharges électriques et de « tests de virginité ».

« Les autorités égyptiennes doivent mettre fin au traitement choquant et dégradant des manifestantes. Les femmes ont pleinement participé au changement apporté en Égypte et ne doivent pas être punies pour avoir milité, a ajouté Amnesty International.

« Tous les membres des forces de sécurité et de l’armée doivent être clairement informés que la torture et les autres formes de mauvais traitements, y compris les “tests de virginité” forcés, ne seront plus tolérés et feront l’objet d’enquêtes exhaustives. Les personnes reconnues responsables de tels actes doivent être traduites en justice et les femmes courageuses qui ont dénoncé ces sévices doivent être protégées des représailles. »

Les 17 femmes détenues à la prison militaire ont toutes été présentées devant un tribunal militaire le 11 mars et remises en liberté le 13 mars. Plusieurs d’entre elles ont été condamnées à un an de prison avec sursis.

Salwa Hosseini a été reconnue coupable de trouble à l’ordre public, de destruction de biens privés et publics, d’entrave à la circulation routière et de détention d’armes.

Amnesty International s’oppose aux procès de civils devant des tribunaux militaires en Égypte, pays bien connu pour ses procès iniques, où le droit de faire appel est fortement restreint.

Source : Amnesty International, 23 mars 2011.

- Aussi : "Les exigences de changement en Afrique du Nord et au Moyen-Orient"

- "La démocratie égyptienne : une affaire d’hommes !", par Ayyam Sureau

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 mars 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Amnesty International



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin