| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 3 mai 2011

Révolution arabe - De la libération à la liberté

par Wassyla Tamzali, avocate et auteure féministe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte
Femmes algériennes - Quand les traditions l’emportent sur la raison
Algérie - De quelle démocratie nous parlent-ils ?
Appel international - Agissons pour soutenir les démocrates en Tunisie !
Algérie - Pour Katia assassinée à cause de son refus de porter le voile
Soutenez la séparation de la religion et de l’État, non l’islam politique
Kiosque arabe - Voix féminines avant l’extinction
"Même pas mal", un film de Nadia El Fani et Alina Isabel Pérez
Le printemps est une saison féminine
Les principaux partis égyptiens refusent de s’engager à garantir l’égalité des droits entre hommes et femmes
Un an déjà, et nous attendons toujours la mobilisation des féministes égyptiennes
Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !
Révoltes arabes sur fond de religion, de virilité et de pouvoir
Tunisie - "Mon devoir est de parler". Lettre ouverte aux dirigeants d’Ennahdha
Égypte - Faire pression sur les partis égyptiens afin que les aspirations de la "Révolution du 25 janvier" deviennent réalité (Amnesty International)
Tunisie : l’histoire est en marche - Entrevue avec Wassyla Tamzali
Manifeste pour la laïcité au Moyen Orient et en Afrique du Nord - Signez
Élection en Tunisie - Islam modéré ?
Les Tunisiennes envoilées : liberté retrouvée ou nouvel asservissement ?
Le Printemps arabe apporte peu aux femmes marocaines
Égypte - L’aveu concernant les "tests de virginité" forcés doit donner lieu à une procédure judiciaire
Au premier plan pendant la révolution, les femmes égyptiennes disparaissent dans l’Ordre nouveau
Hommage aux femmes révolutionnaires égyptiennes
Égypte - Des manifestantes de la place Tahrir torturées et forcées de subir des "tests de virginité"
Lettre à mes Amies du Maghreb et à celles du Machrek
Égypte 2011 - La révolution exclut-elle les femmes ?
Le soulèvement du monde arabe doit s’accompagner du respect des droits des femmes
Égypte - Des centaines d’hommes agressent des femmes Place Tahrir lors de la Journée internationale des femmes
La Révolution arabe en marche - Femmes, nous sommes à vos côtés !
Égypte - Une soixantaine d’organisations dénoncent l’exclusion des femmes juristes du Comité constitutionnel
L’Association des Tunisiens en France dit NON à l’extrémisme en Tunisie
Algérie - Réforme d’un système corrompu ou avancée vers la démocratie ?
Tunisie - « Pas de démocratie sans l’égalité totale entre les hommes et les femmes »
Algérie - J’ai marché le 12 février à Alger et marcherai encore et encore
La révolte des peuples en Orient face au silence et au mépris assourdissant des pouvoirs occidentaux
Égypte - Le cercle vicieux de la répression politique et économique
Égypte - L’ordre ancien change
Droits des femmes en Tunisie et en Égypte - Le cœur et la pensée ailleurs
ElBaradei, l’opposant estimé le plus démocrate, ne participe pas aux discussions sur la transition en Égypte
Tunisie - Démocratie ou islamisme ?
Tunisie - Une citoyenne témoigne du harcèlement d’extrémistes religieux lors de la marche des femmes pour la citoyenneté et l’égalité
Le mouvement des femmes en Algérie de 1962 à 1991







Alors que les jours avancent, les incertitudes s’installent. La présence au Caire comme à Tunis de plus en plus visible des islamistes que l’onction démocratique n’a pas changés d’un poil - de barbe - ni d’un fil - de voile - apporte de l’eau au moulin des tenants de l’immobilisme au prétexte que le choix dans les pays arabes est dans l’accablante alternative : ou les intégristes islamiques ou les régimes militaro-policiers.

Il est vrai que passée l’euphorie des premiers moments, nous sommes obligés de constater que la réalité que nous avons devant nous est celle que ces régimes ont générée. C’est exactement cela que nous n’avons cessé de dénoncer de Tunis au Caire, d’Alger à Casablanca, Damas, Beyrouth : le peu d’empressement, voire le refus viscéral des pouvoirs publics d’éduquer les peuples à la liberté et leur maniement diabolique des subterfuges nationalistes et religieux pour mieux faire passer l’ignoble.

Nos inquiétudes n’étaient pas vaines. Nous savions aussi que, loin d’être des remparts contre le radicalisme religieux, ils en étaient les complices, sinon les bénéficiaires. Le temps nous a appris que l’alternative militaire/religion est une figure de style vide de sens.
À cela, il faut ajouter les opérations de laminage des sociétés civiles, l’effacement lent et réussie du politique, sa substitution par la considération sociale des rapports de force, et l’atomisation des citoyens en une myriade d’individus luttant pour leur survie personnelle et celle de leur famille.
Les révoltes arabes ne pouvaient, dans ces conditions, accoucher de nations démocratiques et libertaires. Mais est-ce à dire qu’il ne s’est rien passé ? Qu’il ne se passera rien ?

À en juger par les résultats, le déboulonnement des rois républicains, la peur et l’inquiétude des autres, et partout chez les peuples, une volonté "nue et massive de dire non au souverain" (Michel Foucault) soldée par des milliers de morts, il ne s’agit pas d’une simple étape réformatrice ni d’une amélioration forcée des régimes en place. Et c’est sans doute ce qui inquiète certains.

Depuis un demi-siècle, les peuples décolonisés ont été freinés dans leur marche vers la liberté. Après l’ère des libérations, les chemins vers la liberté ont été obstrués cyniquement par des maîtres absolus qui ont usé d’expédients, jouant avec les objets de la sacralisation populaire. Au nom de la libération nationale, de la justice sociale et de l’appartenance religieuse, les désirs libertaires ont été étouffés dans l’œuf.

Les femmes en savent quelque chose. Et les hommes qui s’interrogent aussi. Tout cela s’est dégonflé comme des baudruches, place Tahrir, place de la Casbah, dans les artères d’Alger.

L’Histoire avec tous ses espoirs s’est remise en marche. Avec ses exigences et ses dangers, car qui peut être sûr de l’issue des révolutions arabes ? L’arrestation de Moubarak et de ses fils, la parité hommes-femmes décidée pour les élections en Tunisie sont de bonnes nouvelles. Suffisent-elles à annoncer le printemps ?

Chemin hasardeux

Pour autant faut-il attendre ? Attendre quoi ? Primo Levi disait : "Si je ne suis pas pour moi qui le sera, si ce n’est pas pour maintenant c’est pour quand ?" La politique des petits pas a fait son temps.

Car l’Histoire ne se réforme pas, elle se fait. C’est ce que nous ont appris nos pères qui, de Damas à Rabat, prirent le chemin hasardeux, indispensable et impératif de l’Histoire en s’opposant aux pouvoirs coloniaux.

Cinquante ans après, les fils rompus de notre histoire se renouent et nos fils nous conduisent de la libération à la liberté.

Reproduit avec l’autorisation de l’auteure.

Source : Wassyla Tamzali, sous le titre de « L’Histoire remise en marche », dans Le Monde, le 20 avril 2011

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 avril 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Wassyla Tamzali, avocate et auteure féministe



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin