| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 12 décembre 2006


Mémoire - Polytechnique 1989
La proie pour la lumière

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Tuerie à Montréal - L’assassinat des femmes comme politique sexuelle
6 décembre 1989 – Comme un volcan mal éteint
Polytechnique 6 décembre 1989 - Se souvenir que la misogynie peut tuer
Sisyphe endosse la Déclaration du Comité de la Commémoration du 25ème anniversaire de la tragédie du 6 décembre 1989
Un forum féministe se remémore le massacre de l’École Polytechnique
Louky Bersianik - Sortir de l’oubli
Polytechnique, 6 décembre - À la vie à la mort
Après le film Polytechnique, le dit et le non-dit
Marc Lépine, un tueur transformé en héros
Thérèse Lamartine : Polytechnique, le roman
Polytechnique – Le contrôle de la représentation par les hommes
Le film Polytechnique – Impressions en forme de malaise
La tuerie de l’École polytechnique 20 ans plus tard - Appel de communications
Polytechnique - En souvenir de la féministe inconnue
Quatorze d’elles
Se souvenir du six décembre 1989
Lettre de Marc Lépine, meurtrier de 14 jeunes femmes à l’École polytechnique de Montréal en 1989
"Polytechnique" et le féminisme au Canada en 2009
L’angle mort
YWCA Canada demande au gouvernement fédéral un plan d’action pour mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles
Marc Lépine, héros et martyr ?
Couvre-feu
Le massacre de l’École polytechnique de Montréal pourrait-il se produire à nouveau en 2005 ?
Défendre le féminisme, une question de justice et de démocratie
Contrer encore et toujours le ressac anti-féministe et la violence faite aux femmes
Polytechnique 15 ans plus tard : difficile de transcender l’analyse égocentrique
Il y a 15 ans, des meurtres misogynes et antiféministes
Lettres à Marie-France Bazzo concernant ses invités du 6 décembre 2004
Ode aux sur-vivantes
Une violence socialement construite, mais individuellement choisie
Il y a quinze ans le 6 décembre
Nous taire ? N’y comptez pas !
Tendance révolutionnaire
Décembre au coeur
C’était en décembre 1989
Des hommes veulent réhabiliter Marc Lépine
Sel et sang de la mémoire
Pour se souvenir que la misogynie peut tuer







Le 6 décembre 1989 à Montréal
Des mères incrédules découvrent
Que l’arme à retardement de l’envie
Vient d’abattre leurs 14 filles en plein vol
Une mère seule apprend atterrée
Que son fils chargé de haine est le tueur

D’un bout à l’autre du monde en l’an deux mille six
Des femmes des filles tombent sous les coups
D’un mari d’un ami d’un proxénète d’un prosti-tueur
Victimes d’un désir insatiable de contrôler
Leurs ventres leur esprit leur sexe leur cœur
De les mettre à genoux muettes et soumises

Au nom de Dieu de l’honneur du droit de propriété
Des femmes des filles meurent lapidées
Défigurées par l’acide brûlées sur des bûchers
Vendues violées torturées immolées en série
Avilies enfermées gardées en ignorance
Au service de générations d’hommes sans merci

D’un bout à l’autre de leurs voix de leurs pensées
Des femmes des filles resserrent leurs liens
De leurs mains tendues au-dessus de la peur
Font de leurs yeux des puits de savoir
De leurs lèvres des oasis de douceur
De leurs corps des tremplins d’amour et de liberté

Que feront les chasseurs d’ici et d’ailleurs sans proies
Restés seuls ils n’auront plus qu’à tuer leur ombre

Mis en ligne sur Sisyphe, le 30 novembre 2006.

Lire Ode aux sur-vivantes, poème écrit au lendemain du massacre de Polytechnique en 1989.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



Plan-Liens Forum

  • OUI la violence envers les femmes est un phénomène enraciné dans la nature même des hommes. . .
    (1/1) 7 décembre 2006 , par Hélène Garneau





  • OUI la violence envers les femmes est un phénomène enraciné dans la nature même des hommes. . .
    7 décembre 2006 , par Hélène Garneau   [retour au début des forums]

    Enfin !! je suis soulagée, une femme a finalement eu le courage d’exposer le vrai visage de l’homme. Trop souvent les médias québécois, qui soit dit en passant sont dirigés par des hommes, banalisent voire même encouragent les agressions commises par des hommes envers des femmes et des enfants. Or, ces marionnettes aisément manipulées par ces crasseuses mains d’hommes, dépeint ces actes ignobles comme étant des crimes isolés nullement enracinés dans la conscience perverse masculine. Mme Audet, vous êtes une femme de cœur et par le biais de notre écriture, nous allons un jour libérer les femmes de l’emprise patriarcale que les hommes exercent sur nous. Nous le savons très bien que ces tueurs, violeurs, batteurs de femmes….Ne sont pas des pommes pourries tombées d’un arbre sain, mais plutôt c’est l’arbre en entier qui est pourri, autrement dit, ces hommes ne sont que le fruit de la nature masculine épurée de tout conditionnement moral féminin. Je suis d’avis, que dès l’école primaire, cette réalité doit être communiquée à nos jeunes. Nous devons leur enseigner que l’homme est, intrinsèquement pervers et violent, il doit combattre cette condition, non pas, la nié comme c’est le cas aujourd’hui. En effet, l’homme québécois, tel que nous le connaissons trop bien, n’aspire qu’à cruellement abuser de la fragilité de la femme pour réaliser ses obsessions sexuelles. Mme Audet, vous comme toutes les femmes du Québec, êtes précieuse, c’est pour cela que les hommes veulent vous détruire, vous incarnez, si gracieusement, tout ce l’homme n’est pas et ne possèdera jamais ; la beauté, la douceur, l’élégance, le savoir et même le courage….. Néanmoins, il en demeure, que certains hommes bien dressés, par des femmes fortes et courageuses comme vous, sont parvenus à réprimer leur vicieuse nature, mais nous devons toujours rester vigilantes, car celle-ci peut toujours resurgir et cela en coûtant la vie d’une femme. Féministes !!! Notre mandat est clair, nous avons comme devoir d’exposer cette menace omnipotente qui met en danger la sécurité des femmes et des enfants ; oui il s’agit bel et bien de l’homme.
    Courage, Mme Audet, les femmes du Québec sont derrières-vous !!
     :)


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin