| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 30 octobre 2005

La poète québécoise Hélène Dorion reçoit le prix Mallarmé

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


"Tutoyer l’infini", un nouveau recueil de poèmes d’Élaine Audet
La couleur du silence
Tutoyer l’infini
L’éternel départ
Briser le silence
L’empreinte de la beauté
Autoportrait d’automne
Entre deux eaux
L’éphémère
Un été dans les arbres II
Éternelles burqas du silence
Un été dans les arbres I
Le dit de l’oiseau
Mille et une nuits pour te dire
L’échappée libre
Le printemps debout
Nos pas
Le tournant des solitudes
Souviens-toi et deviens
L’état des lieux
Entre le silence et les mots
La haine n’aura qu’un temps
Ma paillasse comme notre âme
Le voyage
De l’île et du désert
Oui, cette question se pose...
Autoportrait par ricochet
Port d’envol
Mouvement du rêve
Viol
Crépuscule d’été
Syrie : "Elle va nue, la liberté" de Maram Al Masri
Sur le tranchant de la lumière
Les Îles
L’épreuve du coeur
Printemps premier
Une mémoire à ta mesure et à ta démesure
Sablier
Prends soin mon amour de la beauté du monde
Aller-retour
Passage
Haïti au cœur
La peau profonde de l’amour
Un premier recueil de haïkus par des femmes francophones
Des ailes et du soleil
Éclats
La poésie en français dans le monde et son rapport au monde
Rebelles
Place du marché
Le fil de l’eau
France Bonneau : un souffle puissant
Funambules
La plénitude et la limite, poèmes d’Élaine Audet
Incandescence
L’essence des jours
Dworkin - L’envers de la nuit
Mots d’urgence
Marcheuse de l’impossible !
La complainte de Salomon
Un nom d’amazone
Le cycle de l’éclair
La saison de l’appartenance
Pour Nadine Trintignant
Variations sur un Andantino de Franz Schubert
L’Embellie
À nul autre pareil
Nicole Brossard et Lisette Girouard : nouvelle anthologie de la poésie des femmes au Québec
Fossiles
Poème pour la paix
Madeleine Gagnon, poète engagée
Une poésie ouverte au monde
Point de rupture
La poésie prend le métro







Le Prix de poésie de l’Académie Mallarmé vient d’être décerné à Hélène Dorion, pour son recueil Ravir : les lieux, publié en France aux Éditions de La Différence. C’est la première fois depuis sa création en 1937 que cette prestigieuse « société de gens de lettres » récompense un auteur québécois.

Née à Québec en 1958, Hélène Dorion a fait des études universitaires en philosophie et en littérature. Elle a publié une trentaine de recueils, dont Les Retouches de l’intime (Noroït, 1987), Les Corridors du temps (Forges, 1988), l’Issue, la Résonance du désordre (Noroît, 1994), D’argile et de souffle : poèmes choisis (Typo, 2002), qui lui ont valu de nombreux prix.

Directrice littéraire des éditions du Noroît de 1991 à 1999, elle a collaboré à de nombreuses publications et ses livres ont été édités et traduits dans une douzaine de pays. Au fil du temps, elle est devenue l’ambassadrice de la poésie québécoise en France, comme l’a été Gaston Miron à une autre époque.

Hélène Dorion est une des poètes les plus accomplis de sa génération. Cette poésie philosophique et méditative, rigoureuse et sensible, est d’une grande richesse intérieure. Ses thèmes de prédilection sont le passage du temps, l’intime tension entre l’infime et l’infini, et une insatiable quête d’absolu.

Peut-être n’ai-je qu’un désir
de vivre l’univers entier
à travers toi n’ai-je qu’une histoire
marcher du désastre au commencement

La terre tourne et la vie
le sait-elle
qui reste là
dans la pièce vide.

(Les Corridors du temps, 1988)

Quelque chose de toi vivrait
plus longtemps que toi
cette ligne brisée du désir
où disparaît le désir
j’ai pris des notes des scènes
de la vie où tu circules
toujours il y a cet aujourd’hui
qui détache ton ombre du silence
et reconduit ton corps
dans la vie privée de la phrase

(Revue Arcade, 1996)

Quel visage, dans l’arc du ciel
trace l’aube, traverse, silencieux
le fleuve de mes pas ? Quel visage
porte mon âme sur l’arête de sa vie ?

Peut-être ainsi passons-nous
par l’infini corridor
de notre errance et l’au-delà
en partage telle une eau bue
À même l’obscur qui relie

J’adviens entourée de vide
et de plénitude, je passe
comme passe la pierre enfouie.

(Portraits de mers, 2000)

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 octobre 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Élaine Audet



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2005
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin