| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 1er décembre 2014

Viol

par France Bonneau, poète






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Un été dans les arbres II
Éternelles burqas du silence
Un été dans les arbres I
Le dit de l’oiseau
Mille et une nuits pour te dire
L’échappée libre
Le printemps debout
Nos pas
Le tournant des solitudes
Souviens-toi et deviens
L’état des lieux
Entre le silence et les mots
La haine n’aura qu’un temps
Ma paillasse comme notre âme
Briser le silence
De l’île et du désert
Oui, cette question se pose...
Autoportrait par ricochet
Port d’envol
Mouvement du rêve
Crépuscule d’été
Syrie : "Elle va nue, la liberté" de Maram Al Masri
Sur le tranchant de la lumière
Les Îles
L’épreuve du coeur
Printemps premier
Une mémoire à ta mesure et à ta démesure
Sablier
Prends soin mon amour de la beauté du monde
Aller-retour
Passage
Haïti au cœur
La peau profonde de l’amour
Un premier recueil de haïkus par des femmes francophones
Des ailes et du soleil
Éclats
La poésie en français dans le monde et son rapport au monde
Rebelles
Place du marché
Le fil de l’eau
France Bonneau : un souffle puissant
Funambules
La plénitude et la limite, poèmes d’Élaine Audet
Incandescence
La poète québécoise Hélène Dorion reçoit le prix Mallarmé
L’essence des jours
Dworkin - L’envers de la nuit
Mots d’urgence
Marcheuse de l’impossible !
La complainte de Salomon
Un nom d’amazone
Le cycle de l’éclair
La saison de l’appartenance
Pour Nadine Trintignant
Variations sur un Andantino de Franz Schubert
L’Embellie
À nul autre pareil
Nicole Brossard et Lisette Girouard : nouvelle anthologie de la poésie des femmes au Québec
Fossiles
Poème pour la paix
Madeleine Gagnon, poète engagée
Une poésie ouverte au monde
Point de rupture
La poésie prend le métro







Juste pour vous
Pour vous dire
Que le ciel n’est jamais usé
Juste pour y croire
La petite fille rassemblera sa vie ce soir
Pour elle, pour vous, (n’a pas encore l’âge de la
différence) roulera du cœur en articulant.

La petite fille ne saura trop que faire de votre paysage
Belle et tranquille, elle prononcera les phrases attendues :
Il fait beau ce soir, le ciel est plein de lumière
Elle dira la petite fille ce qu’elle voit, ce qu’elle veut croire
Vous l’écouterez sans l’entendre
Son corps vous regarderez comme une lampe
Qu’on voudrait bien éteindre
(on est si bien dans le noir de la chair)
Vous répondrez : oui, on est bien ce soir
Vous rassemblerez votre bêtise, préparerez votre fête.

Le reste vous le savez ?
La petite fille grandira parmi les hommes
Comme tous les mal-aimés de cette terre
Son cœur deviendra vite une planète usée
N’aura bientôt plus rien de l’étoile.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 novembre 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

France Bonneau, poète


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin