| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 13 avril 2006

Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque

par Jocelyn Bézecourt






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme, le judaïsme et le bouddhisme
Pakistan - La gauche occidentale doit reconnaître le réel problème de l’islam extrémiste
Lettre ouverte au monde musulman
Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
Le pape se bat pour l’égalité des sexes dans l’imaginaire
L’Arabie saoudite à la tête d’un panel du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU - Sommes-nous gouvernés par des pleutres ?
Islamisme et société – Les loups sont dans la bergerie (Tarek Fatah)
Tarek Fatah s’insurge contre les progrès du lobby islamiste au Canada
Le Canada doit cesser de flirter avec l’islam politique et renoncer au relativisme culturel
La burqa/niqab est contraire à l’interaction humaine en société
Le multiculturalisme au Canada, une grande muraille face à l’intégration
Grande-Bretagne - Conférence sur la Charia, l’apostasie et la laïcité
"Blasphémateur ! Les prisons d’Allah" ou la critique de l’islam en pays musulman
L’infiltration des principes de la Charia au Royaume-Uni
La masculinité au temps du djihad électronique
Stratégie islamiste : d’une pierre trois coups
Pour le lobby de Dieu, la femme est un ventre, rien qu’un ventre !
Je me tiens aux côtés des femmes
Renoncer à sa religion au nom de l’égalité
Pape Benoît XVI - Traduire M. Ratzinger en justice ?
Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ?
Le mystère de la pédophilie échappe au Vatican
La religion et les femmes
L’ONU adopte une résolution islamiste contre le dénigrement des religions
Excuses du cardinal Ouellet : l’Église doit encore cheminer, dit la ministre St-Pierre
Féminisme et Vatican : l’inconciliable
"Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ?" Réponse à Françoise David
Religions, femmes et fondamentalismes
La religion et les droits humains des femmes
Question du voile islamique - un dossier
Débat sur les droits des femmes et les pratiques religieuses : un bon début
Femmes, féminisme et philosophie - les enjeux actuels
"Vous me faites mal deux fois"
Être vue
Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
L’action diplomatique de Jean-Paul II contre les femmes
La modernisation du Vatican s’est arrêtée avec Jean-Paul II
Des islamistes aux évangéliques : Dieu et la politique
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Vieux démons
L’Église catholique et la rhétorique féministe
Les femmes refusent le statu quo dans l’Église
Les femmes, le féminisme et la religion
Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
Des prêtres violent des religieuses







Les pieuses éructations de Joseph Ratzinger sont inépuisables et sa désillusion répétitive. Lors d’une audience privée au Vatican, devant un conclave du Parti Populaire Européen (c’est-à-dire la droite réac., véritables valets du Vatican), l’ancien préfet de la Sainte Inquisition s’est alarmé de l’état d’une Europe gagnée par la laïcité. S’exprimer devant le PPE n’est pas anodin : parti majoritaire au Parlement Européen, le PPE est une oreille bienveillante acquise au prosélytisme papal, l’Europe étant un outil qui permet de courcircuiter les législations nationales. Ratzinger a ainsi déclaré que la laïcité est "cette culture qui est en train de se répandre dans toute l’Europe".

Premièrement, la laïcité n’est pas une "culture" mais un principe juridique et philosophique, seul garant d’une coexistence pacifique des différentes formes d’adhésion ou de rejet des idéologies religieuses, et impliquant la liberté d’expression comme émancipation individuelle. Deuxièmement, la perfidie de Ratzinger considère en fait la laïcité comme un mal qui contaminerait l’Europe. Naturellement, le Vatican est le médecin qui convient pour soigner les européens de la tentation laïque et le PPE son plus dévoué pharmacien.

Contre cela, les députés de droite ont été encouragés par le gourou à poursuivre le soutien "à l’héritage chrétien" et, ainsi, "contribuer de manière significative à la défaite" de la laïcité. Jean Paul II n’a pas dit autre chose dans ses innombrables attaques contre la laïcité dont l’abondance dissuade d’en faire une liste exhaustive. Benoît XVI ne saurait donc être stigmatisé comme un retour en arrière au sein de l’Eglise : il est le fidèle continuateur de générations de rigides célibataires romains, locataires à vie du trône de Saint Pierre. Bref, rien de neuf au Vatican.

Même constat désabusé, mais tout aussi agressif, du chef de la secte catholique devant la relégation de "la manifestation de la conviction religieuse à la sphère du privé et du subjectif". Ranger la croyance religieuse dans la catégorie poussiéreuse des superstitions propres à chaque mystique n’est pas pour la redorer d’un vernis qui l’aiderait à résister à l’épreuve de temps ingrats. Séparer l’expression privée de la foi de son prosélytisme public est aussi insupportable au panzerpape qu’aux islamogauchistes pour lesquels le refus du port de l’uniforme de l’islam politique à l’école serait un acte raciste. Admirable conjonction des fanatismes religieux qui ne se nourrissent que du détournement des valeurs de progrès portées par les défenseurs de la laïcité. Car c’est, paradoxalement, au nom de la tolérance qu’est revendiqué le port du voile à l’école comme l’interventionnisme du catholicisme dans les débats de sociétés, idéologies toutes deux absolutistes et intolérantes face à l’altérité.

Pire, bien que s’exprimant devant les papolâtres du PPE, Ratzinger n’a pas caché que ses propos s’étendaient à tous, catholiques comme non catholiques : "L’action de l’Eglise dans l[a] promotion [de ses principes] n’est donc pas confessionnelle dans son caractère, mais elle est adressée à tous, indépendamment des croyances religieuses." On admirera l’astuce qui consiste à ne pas présenter son action comme religieuse : conscient du discrédit croissant que subissent le recours à l’irrationnel et l’intransigeance politique affichés par le Vatican, le pape adopte un faux langage dont le succès est attesté dans la boutique concurrente, l’islam, où la takia berne de nombreux idiots utiles.

En outre, au-delà de la stratégie du discours papal, stratégie de circonstance, c’est l’hégémonisme catholique qui s’y exprime, cette fois sans dissimulation : en indiquant que l’action de l’Eglise "est adressée à tous, indépendamment des croyances religieuses", la pieuvre catholique ne limite pas son discours aux seuls adeptes mais s’étend à l’humanité entière. Si le dieu des chrétiens est audible au-delà du cercle des christicoles, celui des musulmans, c’est-à-dire le même, est alors lui aussi fondé à parler aux infidèles. Ce qui, incidemment, légitime les menaces des fanatiques musulmans contre quiconque, même non soumis à Allah, ose ridiculiser les symboles de l’islam. Tous frères dans l’arriération monothéiste et son imposition aux mécréants, d’où la mode hypocrite de l’oecuménisme pour mieux se liguer contre l’ennemi commun, la laïcité (rencontres d’Assises, San’t Egidio, proposition de loi antiblasphème d’Eric Raoult à la demande d’une association musulmane, etc.).

Le sermon débité aux parlementaires du PPE fait suite à maints évènements et déclarations qui martèlent sans répit le rejet de la laïcité, des libertés et de l’autonomie individuelle. En janvier 2003, Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, publie une "Note doctrinale sur certaines questions concernant la participation des catholiques dans la vie politique" dans laquelle les électeurs et les politiciens catholiques sont sommés de ne pas voter en faveur de législations contraires à l’enseignement de l’Eglise.

Pour la fête de Toussaint de 2004, le clergé français organise une campagne de réévangélisation à Paris en installant, au mépris de la loi de 1905, un gigantesque instrument de torture en forme de croix chrétienne devant la cathédrale Notre-Dame à Paris, temple historique de la superstition et du fanatisme. En août 2005, lors des JMJC de Cologne, Benoît XVI expliquera aux jeunes que "c’est seulement de Dieu que vient la véritable révolution", dissuasion évidente de s’engager dans les luttes sociales et libératrices pour, plutôt, se recroqueviller dans le silence des sacristies. Etc., etc.

Moins que jamais, le pape ne peut donc être rangé dans la rubrique des "extrémistes" ce qui, par contrepoint, alimenterait la fable d’un christianisme humaniste. Benoît XVI est rigoureusement identifiable au catholicisme avec son éternel absolutisme, son insubmersible intolérance et son indécrottable obscurantisme. Un an après une élection extrêmement bien accueillie par l’extrême droite, du FN au MNR en passant par l’Opus Dei, les Légionnaires du Christ et la Fraternité Saint Pie X, il n’est pas à craindre que la papauté succombe au modernisme.

Source : Respublica 433, 3 avril 2006. Titre originale : « Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque en visant l’Europe et ses valets du PPE ». Pour lire ReSPUBLICA http://www.gaucherepublicaine.org> www.gaucherepublicaine.org">en ligne ou s’y abonner.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 avril 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Jocelyn Bézecourt
Atheism.org



Plan-Liens Forum

  • Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
    (1/4) 10 septembre 2008 , par

  • > Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
    (2/4) 15 septembre 2006 , par

  • Pourquoi tant d’agitation ?
    (3/4) 3 mai 2006 , par

  • Un XXIe religieux ?
    (4/4) 14 avril 2006 , par





  • Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
    10 septembre 2008 , par   [retour au début des forums]
    Consécration de la France à Marie

    A vous lire, on aurait presque le sentiment que vous nous obligez à croire et à admettre comme axiome (c’est à dire induscutable) que l’histoire de France aurait commencé qu’en Juillet 1789 !

    Curieux non !

    Et pourtant les faits sont là : le 16 février 1638, le Roi Louis XIII a solennellement conscré le Royaumede France à la Très Sainte Vierge Marie, qui se trouve donc être la Reine de son royaume, La France, qui est de plus, une terre predestinée dans l’accomplissement des desseins de Dieu. Etes-vous assez têtus pour imaginer que Marie va abandonné son royaume ? Regardez l’histoire, la vraie : elle démontre que l’intervention céleste de la Vierge Marie a été capitale dans bien des faits historique.

    Ne saviez-vous pas que la Vierge Marie a le privilège de même que le pouvoir d’écraser sous ses pieds le tête du Serpent (Lucifier) qui n’est autre que la Franc-Maçonnerie (ce que vous savez déjà bien évidemment....)

    Recevez donc toutes mes bénédictions pour que vous soyez, vous aussi ; parmis ceux que protège Marie de son manteau virginal.

    Philippe

    > Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
    15 septembre 2006 , par   [retour au début des forums]

    Je ne comprends pas votre acharnement contre le pape qui ne preche que la foi chretienne qui n’est que valeurs et morale. Que voulez vous ? Qu’il adapte sa foi a votre convenance ? LA foi est immuable, ainsi que les valeurs qui sont unniversels. Le probleme c’est vous, et non pas le pape. Si vous n’avez pas la foi, vous ne respectez pas les valeurs,,, alors vous attaquez le Vatican. En plus, vous voulez renier l’histoire pretextant la laicite ?! Les racines de l’Europe ne sont elles pas chretiennes ? Les cathedrales et chapelles qui font la richesse et la culture de l’Europe n’en sont pas temoins ? Soyez courageux. MAintenez la laicite mais reconnaissez vos racines !!!

    • Quel chrétien en effet ce pape misogyne et homophobe !
      19 septembre 2006 , par
        [retour au début des forums]
      > Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque

      Je ne comprends pas l’acharnement du pape à refuser des postes de pouvoir aux femmes dans « son » Église, cette valeur est-elle vraiment morale ? Je ne comprends pas l’acharnement des responsables de l’Église catholique à engager des prêtres d’Amérique du Sud ou d’Afrique, où les valeurs sont beaucoup plus conservatrices souvent pour les envoyer travailler en Amérique du Nord, notamment dans les régions du Québec pour combler la pénurie de prêtres. Quand ce ne sont pas des laïques masculins qu’on initie à certains sacrements. N’importe qui sauf des femmes.

      Je ne comprends pas l’acharnement du pape à refuser l’accès des homosexuels aux postes de pouvoir dans l’Église catholique. La foi est peut-être immuable mais l’homophobie et la misogynie semblent aussi immuables dans cette institution.

      Je ne comprends pas les femmes mais aussi les hommes qui continuent à pratiquer une religion dont les tenants refusent l’accès aux postes de pouvoir aux femmes et aux homosexuelLEs. Les rituels de la vie (naissance, mariage, mort) sont malheureusement encore trop rattachés aux religions. La spiritualité en dehors des religions n’est pas encore assez répandue ou trop accolée au "Nouvel Age" ou à un sectarisme. À quand la laïcisation élargie des rituels et de la pratique spirituelle ?

      [Répondre à ce message]

    • > Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
      4 mai 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Bonjour,

      LES christianismes et leurS varianteS ne sont qu’une strate de ce qui fondent LES cultures européennes...

      L’Europe a conservé des "valeurs" et des "idées" antérieurs à l’avénement du chritianisme, sans oublier des "valeurs" et des "idées" qui ont émergé tout au long des derniéres 2 000 années...

      De nos jours, plus que jamais, à partir d’un seul livre, chacun fait les choses "à la mode de chez lui" ; le "christianisme" est une "auberge espagnole" où les croyants trouvent ce qu’ils ont envie de voir...

      [Répondre à ce message]

    Pourquoi tant d’agitation ?
    3 mai 2006 , par   [retour au début des forums]

    Ne pensez-vous pas que c’est le rôle d’un pape de prêcher pour sa chapelle ?
    Et de veiller à ce que les brebis égarées retrouvent le "bon chemin" ? Je suis protestante et je dois avouer que le Pape avec ses opinions et conseils m’indiffère totalement. Et je crois que c’est majoritairement le cas - catholiques inclus.
    Bien cordialement
    Elisabeth

    Un XXIe religieux ?
    14 avril 2006 , par   [retour au début des forums]

    Très intéressant article à lire :

    « Un XXIe siècle religieux ? », par André Fontaine

    « Un siècle religieux ?... Malraux s’est défendu avec vigueur d’avoir prédit que le XXIe siècle "serait religieux ou ne serait pas", allant jusqu’à déclarer ce propos "ridicule". L’était-il tellement ? Cent ans après la mort de Nietzsche, qui avait cru pouvoir constater celle de Dieu, 59 % des Français, à en croire un sondage CSA de l’automne 2005, trouvent les religions trop encombrantes. Que Benoît XVI fasse moins parler de lui que Jean Paul II ne saurait faire oublier que ce dernier était devenu la vedette principale du box-office planétaire et que ses obsèques ont provoqué, dans la rue et à la télévision, un afflux sans précédent. Chrétien "re-né" ("born again"), George W. Bush invoque à tout bout de champ le nom du Seigneur. Les "évangéliques" qui partagent ses convictions seraient plus de trois cents millions entre l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine, les Etats-Unis comptant, à eux seuls, plus de 140 000 missionnaires de par le monde... »

    Le Monde, 4 avril 2006

    Aussi un intéressant article sur La Tribu du verbe et surtout les commentaires d’Hermès à la suite. Voilà des réflexions plus sensées que le sempiternel discours sur la diversité culturel, le respect des religions, les phobies religieuses de tout genre. Un discours intelligent qui reconnaît la souveraineté de la liberté humaine.

    « Règles religieuses et démocratie : le débat doit se faire maintenant », par Diane Guilbault, 31 mars 2006


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin