| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 1er novembre 2006

Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pakistan - La gauche occidentale doit reconnaître le réel problème de l’islam extrémiste
Lettre ouverte au monde musulman
Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
Le pape se bat pour l’égalité des sexes dans l’imaginaire
L’Arabie saoudite à la tête d’un panel du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU - Sommes-nous gouvernés par des pleutres ?
Islamisme et société – Les loups sont dans la bergerie (Tarek Fatah)
Tarek Fatah s’insurge contre les progrès du lobby islamiste au Canada
Le Canada doit cesser de flirter avec l’islam politique et renoncer au relativisme culturel
La burqa/niqab est contraire à l’interaction humaine en société
Le multiculturalisme au Canada, une grande muraille face à l’intégration
Grande-Bretagne - Conférence sur la Charia, l’apostasie et la laïcité
"Blasphémateur ! Les prisons d’Allah" ou la critique de l’islam en pays musulman
L’infiltration des principes de la Charia au Royaume-Uni
La masculinité au temps du djihad électronique
Stratégie islamiste : d’une pierre trois coups
Pour le lobby de Dieu, la femme est un ventre, rien qu’un ventre !
Je me tiens aux côtés des femmes
Renoncer à sa religion au nom de l’égalité
Pape Benoît XVI - Traduire M. Ratzinger en justice ?
Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ?
La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme et le judaïsme
Le mystère de la pédophilie échappe au Vatican
La religion et les femmes
L’ONU adopte une résolution islamiste contre le dénigrement des religions
Excuses du cardinal Ouellet : l’Église doit encore cheminer, dit la ministre St-Pierre
Féminisme et Vatican : l’inconciliable
"Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ?" Réponse à Françoise David
Religions, femmes et fondamentalismes
La religion et les droits humains des femmes
Question du voile islamique - un dossier
Débat sur les droits des femmes et les pratiques religieuses : un bon début
Femmes, féminisme et philosophie - les enjeux actuels
"Vous me faites mal deux fois"
Être vue
Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
L’action diplomatique de Jean-Paul II contre les femmes
La modernisation du Vatican s’est arrêtée avec Jean-Paul II
Des islamistes aux évangéliques : Dieu et la politique
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Vieux démons
L’Église catholique et la rhétorique féministe
Les femmes refusent le statu quo dans l’Église
Les femmes, le féminisme et la religion
Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
Des prêtres violent des religieuses







J’ai fait la connaissance de Françoise Gange, il y a quelques années, par l’entremise d’un ami à qui j’avais parlé de mon intérêt pour le travail du groupe de recherche de l’Université Laval (Anne Pasquier, Catherine Barry, etc.) sur les manuscrits coptes de Nag Hammadi, notamment l’Évangile selon Marie-Madeleine. Françoise Gange se consacre à l’exploration des mythes depuis 20 ans.

Jésus et les femmes est profondément inspirant et va à contre-courant du manichéisme instauré par la pensée patriarcale. Le hasard a voulu que je reçoive en même temps que ce livre, lors de sa première parution en 2001, Les femmes et la guerre de l’auteure québécoise, Madeleine Gagnon. Alors que celle-ci se penche sur la parole des femmes qui ont vécu la guerre ces dernières années, Françoise Gange analyse l’enseignement de Jésus à travers l’évangile selon Marie et les autres écrits gnostiques, prônant la connaissance engendrée par l’unité indissociable de la chair et de l’esprit, occultés par les religions monothéistes et les Églises officielles. Parties de si loin l’une de l’autre, elles se rejoignent pour trouver une même origine à la violence dans la guerre inavouée des hommes contre les femmes, de la naissance du patriarcat, il y une trentaine de siècles, jusqu’aux sales guerres d’aujourd’hui dont les femmes, et de façon générale, les populations civiles sont désormais les principales victimes.

En fermant Jésus et les femmes, on est convaincu que l’éradication de la violence et de la guerre ne peut venir que de la reconnaissance, autant chez une femme que chez un homme, de la présence en l’une et en l’autre des attributs du “sexe opposé”. Qui donc voudrait tuer ce qui est partie intégrante de son être ? Ainsi se multiplient les points de rencontres comme autant de zones érogènes tant pour l’esprit que pour le corps. La compréhension devient possible parce qu’il ne s’agit ni de contrôle ni de soumission, ou d’avoir toujours raison, mais d’un pont vers l’autre, d’élargissement de la connaissance et d’une véritable co-naissance.

C’est à une relecture des grands mythes fondateurs que nous invite Avant les Dieux, la mère universelle (2006), précédemment paru en 1998 sous le titre Les Dieux menteurs chez Indigo & Côté-femmes éditions. Cet ouvrage met en lumière le combat acharné que les héros du nouvel ordre patriarcal ont dû livrer à la très antique culture de la Grande Mère, pour imposer leurs Dieux, dans un panthéon jusque-là féminin. Françoise Gange analyse comment est née cette usurpation de tous les rôles par les hommes et la finalité originelle du mariage, soit l’enterrement des femmes. Le même mot, à Sumer, "muti", exprime l’époux et la mort ! Tout un programme, dit-elle, sans compter que dans la langue française, il est resté “mutisme”. Le Jésus de la gnose et tous ceux qui se sont réclamés de cet enseignement-là de Jésus, rejetaient le mariage (parce que c’était l’union d’un dominant et d’une dominée), ils l’appelaient "la relation de souillure", par opposition à la libre union d’amour, à la fois spirituel et charnel, qui élève et réalise la réunion au Tout.

Gange donne aussi des séminaires sur ce qu’elle appelle "la première mémoire ensevelie", consacrés au temps de la Déesse à Sumer, ainsi que sur le Jésus de la Gnose. Un Jésus qu’elle nous montre entouré de ses disciples hommes et femmes et enseignant la réunification de l’humain, la réconciliation du masculin et du féminin à l’intérieur de soi et à l’extérieur, dans une alliance qui dépasse la catégorisation par sexe.

La philosophe met en lumière le combat acharné que l’ordre patriarcal a dû livrer à la culture antérieure de la Déesse. Il semble de plus, dit-elle, que cette révolution sans précédent - première guerre idéologique de l’Histoire - qui ébranla l’humanité à partir des âges du bronze, inversant les valences du divin ainsi que toutes les valeurs, se soit vérifiée dans toutes les cultures. Cette "autre" lecture des mythes est à même de renouveler notre conception de l’Histoire en lui restituant sa dimension occultée.

Françoise Gange a vécu sept ans en Afrique pour y enseigner la philosophie et elle a fait une série de conférences sur Michel Foucault à Pondichéry, en Inde. Elle dit s’être sentie si bien là-bas qu’elle a eu l’impression d’y avoir trouvé son véritable pays. Elle constate qu’il est incroyable de voir à quel point la religion est, dans les mentalités, si souvent au service d’un intégrisme qui interdit de réfléchir et d’incorporer les éléments nouveaux dévoilés par les plus récentes découvertes sur la naissance des mythes et des religions.

En ayant démonisé et réduit le féminin à l’état de "corps sans âme", l’ordre patriarcal, qui a, par contre, magnifié le viril au delà de toute mesure (non le masculin en soi, mais cette caricature qu’est le viril conquérant, tissé de violence, de compétition, de mépris de l’autre, et devenu une véritable machine de mort), a engagé le monde sur la voie des guerres sans fin.

Philosophe de formation et diplômée en sociologie, Françoise Gange est également l’auteure de quelques romans, Amina (Denoël, 1990), La ville plus basse que la mer (Flammarion, 1994), Le goût du rhum blanc (Flammarion, 1995) et a participé à plusieurs ouvrages collectifs dont Femmes de pouvoir : mythes et fantasmes (L’Harmattan, 2001).

Lire l’entretien À la redécouverte du Féminin dans les grands mythes du monde, par Laure Poinsot, sur le site des Pénélopes.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 octobre 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



Plan-Liens Forum

  • > Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
    (1/2) 15 novembre 2006 , par Patricia MILAN

  • > Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
    (2/2) 6 novembre 2006 , par Dubois Nicou





  • > Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
    15 novembre 2006 , par Patricia MILAN   [retour au début des forums]
    A la redécouverte du féminin dans les grands mythes du monde

    Passionnée de Préhistoire, je suis entrain de lire l’ouvrage de Françoise Gangé "les Dieux Menteurs" qui confirme nombre de mes suppositions et interrogations au sujet de la possible existence d’un divin féminin avant le patriarcat.
    Je suis également très interéssée par l’interview réalisée sur "Pénélopes" par Laure Poinson et j’aimerai beaucoup l’éditer sur mon site www.prehistoirepassion.com
    Merci de me dire comment je peux contacter Mme Gangé et/ou Laure Poinson pour obtenir cette autorisation.

    Cordialement/ Patricia MILAN

    > Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
    6 novembre 2006 , par Dubois Nicou   [retour au début des forums]

    Merci aux québécoises d’avoir des longueurs d’ondes d’avance sur l’Europe quant à l’éveil de l’esprit. Tant qu’on ne comprendra pas que l’amour n’est pas du blabla, du prêchi-prêcha, de l’aumône ou charité condescendante(éternel rapport de force) mais qu’il commence par l’harmonie et l’équivalence dans la différence entre les 2 moitiés de l’humanité et de là il peut rayonner vers les autres relations humaines, rien ne changera. Le judéo-christianisme a prêché pendant des millénaires sans résultat. On est toujours dans le rapport de force hiérarchique qui est le contraire de l’amour.
    Merci de faire connaître Gange et Gimbutas. Il faut peut-être encore ajouté Riane EISLER : The Chalice & The Blade ; Sacred Pleasure ; The Parnershipway.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin