| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 29 janvier 2007

"Vous me faites mal deux fois"

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme, le judaïsme et le bouddhisme
Pakistan - La gauche occidentale doit reconnaître le réel problème de l’islam extrémiste
Lettre ouverte au monde musulman
Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
Le pape se bat pour l’égalité des sexes dans l’imaginaire
L’Arabie saoudite à la tête d’un panel du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU - Sommes-nous gouvernés par des pleutres ?
Islamisme et société – Les loups sont dans la bergerie (Tarek Fatah)
Tarek Fatah s’insurge contre les progrès du lobby islamiste au Canada
Le Canada doit cesser de flirter avec l’islam politique et renoncer au relativisme culturel
La burqa/niqab est contraire à l’interaction humaine en société
Le multiculturalisme au Canada, une grande muraille face à l’intégration
Grande-Bretagne - Conférence sur la Charia, l’apostasie et la laïcité
"Blasphémateur ! Les prisons d’Allah" ou la critique de l’islam en pays musulman
L’infiltration des principes de la Charia au Royaume-Uni
La masculinité au temps du djihad électronique
Stratégie islamiste : d’une pierre trois coups
Pour le lobby de Dieu, la femme est un ventre, rien qu’un ventre !
Je me tiens aux côtés des femmes
Renoncer à sa religion au nom de l’égalité
Pape Benoît XVI - Traduire M. Ratzinger en justice ?
Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ?
Le mystère de la pédophilie échappe au Vatican
La religion et les femmes
L’ONU adopte une résolution islamiste contre le dénigrement des religions
Excuses du cardinal Ouellet : l’Église doit encore cheminer, dit la ministre St-Pierre
Féminisme et Vatican : l’inconciliable
"Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ?" Réponse à Françoise David
Religions, femmes et fondamentalismes
La religion et les droits humains des femmes
Question du voile islamique - un dossier
Débat sur les droits des femmes et les pratiques religieuses : un bon début
Femmes, féminisme et philosophie - les enjeux actuels
Être vue
Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
L’action diplomatique de Jean-Paul II contre les femmes
La modernisation du Vatican s’est arrêtée avec Jean-Paul II
Des islamistes aux évangéliques : Dieu et la politique
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Vieux démons
L’Église catholique et la rhétorique féministe
Les femmes refusent le statu quo dans l’Église
Les femmes, le féminisme et la religion
Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
Des prêtres violent des religieuses







Au Québec (Canada), le 20 janvier 2007, le réseau de télévision LCN a diffusé un débat intitulé « Accommodements raisonnables ou pas » en rapport avec les exigences exprimées par des groupes religieux.

Un juif, un catholique, un musulman représentaient les tenants de la religion. Déterminées par des concepts misogynes, les religions réservent exclusivement aux hommes la direction des groupes. Dans un ouvrage précisément documenté et adroitement argumenté, Les religions sources de l’asservissement des femmes (1), Anisia Campos écrit : « Quand il s’agit de la femme, toutes les religions s’entendent à merveille. Ne sont-elles pas bâties par les mêmes hommes et par les mêmes complexes ? Les hommes ont transformé les religions en instrument d’oppression pour la femme et de pouvoir pour eux-mêmes. »

À ce panel se joignaient un vice-premier ministre, un chef de parti politique, un député, un avocat, un journaliste, un animateur et une seule femme, Denise Bombardier.

Dans les dernières secondes du débat télévisé, l’animateur Paul Arcand a annoncé que « la question de la femme » serait abordée : « Parfois on se demande si c’est pas plutôt la femme qui est victime de tous ces accommodements. Avez-vous l’impression que les femmes paient le prix de toutes ces revendications ? »

Madame Bombardier disait : « Le voile, c’est un signe d’inégalité entre les hommes et les femmes. Ce que l’on veut, c’est que la femme disparaisse. La femme est un objet de péché pour l’homme », lorsque le représentant musulman lui a coupé la parole en haussant le ton pour lui reprocher : « En disant ça, vous me faites mal deux fois. »

Il l’a interrompue, il l’a blâmée ; il lui "a fait mal deux fois" mais cela, personne ne l’a relevé.

Modèle dans l’établissement des droits humains, le Québec était à l’avant-garde par ses mesures favorisant l’égalité entre les femmes et les hommes. Or, les femmes ne cessent de perdre du terrain au plan de leur image, de leur influence, de leurs droits. Maintenant, symbolisée par le port du voile, promue par les exhortations hassidiques, exaltée par les tribunaux islamiques, favorisée par les dogmes catholiques, la propagande haineuse à l’égard des femmes empire parce que les gouvernements refusent de légiférer et d’appliquer des principes d’égalité.

Le maintien des discriminations sexistes, au nom des religions, nuit à la difficile avancée des femmes pour la reconnaissance et l’application de leurs droits. Le Québec dérape et la composition de ce panel, auquel une seule femme participait, reflète le recul et la perte des droits humains que les féministes observent de plus en plus.

La femme est la grande perdante dans les accommodements religieux. « Qui ne dit mot consent. » L’inaction de nos gouvernements laisse supposer son approbation. L’humiliation, l’infériorisation et l’impuissance de la femme sont promulguées publiquement sans que nos gouvernements interviennent. Pourquoi ?

Alors qu’ils auraient dû aller de soi, être automatiques, les droits des femmes ont été accordés au compte-gouttes, avec condescendance, comme des faveurs, que l’on semble regretter. Avec une inquiétude justifiée devant ce qui nous est enlevé par l’entremise de ce qui nous est imposé, sera-t-il possible, tel que le souhaite Madame Bombardier, de « faire respecter nos acquis qui sont récents et encore fragiles » ?

Note

1. Anisia Campos, Les religions, sources de l’asservissement des femmes : invitation à la réflexion et à l’action, Montréal, Carte blanche, 2006, 146 p. Cet essai a été publié, en traduction roumaine, en janvier 2003, à Bucarest.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 janvier 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



Plan-Liens Forum

  • > Il a dit "Vous lui faites mal deux fois" en parlant de la fille qui portait le voile
    (1/1) 30 janvier 2007 , par





  • > Il a dit "Vous lui faites mal deux fois" en parlant de la fille qui portait le voile
    30 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Je suis une musulmane "moderne" et sans voile qui travaille et qui peut se permettre des réunions avec des collègues masculins autour d’un repas loin de son mari musulman aussi. Et j’aimerais que vous arrêtiez de vous préoccupé du sort des pauvres femmes musulmanes voilées et opprimées car elles sont tout sauf cela et avec leurs voiles elles ont plus de droits que vous ne le croyez. Et de grâce S.V.P., dites à Denise de ne pas s’inquiéter. Ces femmes sont majeures et libres. Et je ne vois pas en quoi un voile dégrade une femme. Ce qui est dégradant pour une femme c’est d’être exploitée pour ses attributs physiques. La société d’aujourd’hui ne fait plus rêver les petites filles. Les petites filles sont sures de connaître le monde car elles croient que le sexe fait tourner la terre et en sont devenues des adeptes. Plus de naïveté, plus de pureté... Dommage !
    Si Denise, se cherche une cause à défendre. Les petites filles chinoises qui n’existent pas même si elles sont bien réelles et respirent comme vous et moi, l’hyper sexualisation des petites filles, et bien d’autres causes pourraient occuper tout son temps.
    Quand aux filles voilées que j’ai côtoyé toutes ma vie, d’ou nous venons, nous étions payées pareils que nos collègues masculin...ce qui n’est pas le cas ici. Prenez le temps de vous enrichir des autres cultures, sortez un peu plus loin que les USA ou la république Dominicaine et rien ne vous choquera plus, ni ne vous fera PEUR.

    • > Il a dit "Vous lui faites mal deux fois" en parlant de la fille qui portait le voile
      30 janvier 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Si cela est vrai, si toutes les femmes musulmanes sont libres de porter le voile ou le foulard, si ce n’est pas un signe de soumission au pouvoir religieux patriarcal, pourquoi certaines sont-elles lapidées, dans certains pays, si elles décident de ne pas le porter ? Et au Canada même, pourquoi certaines subissent-elles des pressions pour le porter ?

      Je pense aussi que Denise Bombardier, comme d’autres, parle du port du voile ou autre signe religieux dans les institutions publiques.

      L’argument de la peur est facile et un peu usé. Dès qu’on s’interroge, on est accusé d’avoir peur. Cela commence à bien faire. Nous avons le droit de penser que ce voileest un symbole de soumission, que les porteuses du voile soient plus ou moins soumises ou non dans la réalité, le message de soumission est lancé par le symbole.

      [Répondre à ce message]

    • Une liberté illusoire ?
      1er février 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Je suis sûre avec vous qu’il y a des femmes voilées qui sont libres et dont c’est le choix personnel.
      Il y a probablement toute une palette de raisons pour lesquelles les femmes se voilent et des femmes voilées qui sont très différentes entre elles, dans leur mode de vie, d’indépendance, dans les droits qu’elles vivent au quotidien, dans leur niveau d’éducation.
      De plus, l’oppression des femmes a des multiples manières d’être exercée, et le voile (et l’obligation de se couvrir le corps) n’en est qu’un symbole et une manière.
      Comme vous le citez, l’hypersexualisation des filles (largement traité par Pierrette Bouchard)est aussi un résultat du statut de dominées des femmes.

      Quant à la question de la liberté des femmes de se voiler, il faut tout de même être conscient de la force de la pression sociale, si ce n’est de la violence commise à l’égard des femmes afin de contrôler leur comportemtent. Cela par exemple aboutit à ce que des adolescentes, pourtant bien intégrées et scolarisées, finissent par accepter des mariages forcés, problématique émergent aussi dans mon pays, la Suisse.

      Il a aussi la question de l’intériorisation des normes sociales et du sens pris par certaines pratiques (par exemple l’excision) qui fait que les victimes sont partie prenante de ce qui leur arrive et contribue à perpétuer ces normes et les pratiques qui en découlent.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin