| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 6 avril 2010

Le mystère de la pédophilie échappe au Vatican

par Jean-Claude Leclerc, professeur de journalisme






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pakistan - La gauche occidentale doit reconnaître le réel problème de l’islam extrémiste
Lettre ouverte au monde musulman
Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
Le pape se bat pour l’égalité des sexes dans l’imaginaire
L’Arabie saoudite à la tête d’un panel du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU - Sommes-nous gouvernés par des pleutres ?
Islamisme et société – Les loups sont dans la bergerie (Tarek Fatah)
Tarek Fatah s’insurge contre les progrès du lobby islamiste au Canada
Le Canada doit cesser de flirter avec l’islam politique et renoncer au relativisme culturel
La burqa/niqab est contraire à l’interaction humaine en société
Le multiculturalisme au Canada, une grande muraille face à l’intégration
Grande-Bretagne - Conférence sur la Charia, l’apostasie et la laïcité
"Blasphémateur ! Les prisons d’Allah" ou la critique de l’islam en pays musulman
L’infiltration des principes de la Charia au Royaume-Uni
La masculinité au temps du djihad électronique
Stratégie islamiste : d’une pierre trois coups
Pour le lobby de Dieu, la femme est un ventre, rien qu’un ventre !
Je me tiens aux côtés des femmes
Renoncer à sa religion au nom de l’égalité
Pape Benoît XVI - Traduire M. Ratzinger en justice ?
Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ?
La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme et le judaïsme
La religion et les femmes
L’ONU adopte une résolution islamiste contre le dénigrement des religions
Excuses du cardinal Ouellet : l’Église doit encore cheminer, dit la ministre St-Pierre
Féminisme et Vatican : l’inconciliable
"Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ?" Réponse à Françoise David
Religions, femmes et fondamentalismes
La religion et les droits humains des femmes
Question du voile islamique - un dossier
Débat sur les droits des femmes et les pratiques religieuses : un bon début
Femmes, féminisme et philosophie - les enjeux actuels
"Vous me faites mal deux fois"
Être vue
Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
L’action diplomatique de Jean-Paul II contre les femmes
La modernisation du Vatican s’est arrêtée avec Jean-Paul II
Des islamistes aux évangéliques : Dieu et la politique
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Vieux démons
L’Église catholique et la rhétorique féministe
Les femmes refusent le statu quo dans l’Église
Les femmes, le féminisme et la religion
Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
Des prêtres violent des religieuses







Alors que l’Église officielle serre les rangs autour de Benoît XVI victime, selon l’Osservatore Romano, d’une « grossière propagande » à propos de prêtres pédophiles, des membres de la hiérarchie confirment la défaillance des autorités ecclésiastiques à l’égard des victimes. Toutefois, au milieu des révélations qui secouent l’Église, encore trop peu d’attention est portée au phénomène lui-même de l’exploitation sexuelle des enfants.

L’intervention du cardinal Angelo Sodano, peu avant la cérémonie de Pâques, aura confirmé la gravité de la crise. « Très Saint-Père, le peuple de Dieu est à vos côtés, il ne se laisse pas influencer par les commérages du moment », a-t-il dit. Le mot, applaudi à Rome, est mal accueilli ailleurs. « Quand nous prenons la parole pour dire comment des agressions sexuelles par des prêtres ont dévasté l’innocence de notre enfance, ce n’est pas des commérages », a déclaré Barbara Blaine, du Survivors Network of those Abused by Priests.

En même temps, parmi les évêques, d’autres voix continuent de déplorer l’attitude passée de l’Église. Ainsi, en Belgique, tout en réitérant que la pédophilie touche d’autres institutions, l’archevêque André-Joseph Léonard a reconnu que, des décennies durant, l’Église avait inadéquatement traité ce problème chez elle, alors que l’Évangile lui faisait une obligation de « protéger la dignité de ces enfants ».

Avec un « silence coupable », a-t-il dit, elle a souvent « donné préférence à la réputation de certains hommes d’Église » plutôt qu’à l’honneur des enfants alors agressés. Ces enfants, a-t-il ajouté, « nous devons, en déclarant la vérité, restaurer leur dignité qui fut abominablement exploitée ».

Hier, dans Le Parisien, son collègue Jacques Gaillot, ex-évêque d’Évreux, expliquait pourquoi il avait déjà accueilli un prêtre canadien coupable d’actes pédophiles. À l’époque, dit-il, l’Église fonctionnait ainsi. « On rendait service. On vous demandait d’accueillir un prêtre indésirable, et vous l’acceptiez. C’est ce que j’ai fait, il y a plus de 20 ans. C’était une erreur. »

En 1987, ce prêtre condamné plus tôt au Canada à 20 mois de prison, Mgr Gaillot, tout en sachant ces faits, l’avait nommé curé et même vicaire épiscopal. L’homme, récidivant en France, allait y être frappé de 12 ans de réclusion, en 2005. Au procès, rappelle l’AFP, Mgr Gaillot avait exprimé des regrets. Aujourd’hui dans l’Église, dit-il, les choses ont changé. « Maintenant, on s’en remet à la justice. On sort peu à peu de cette culture du secret. »

Le Vatican, en effet, oblige désormais les évêques à déclarer à la justice les cas de pédophilie au sein du clergé. Mais comment le contraire a-t-il pu si longtemps prévaloir ? Outre la réputation de l’institution, la méfiance des procès spectacles ou la crainte de scandaliser les fidèles, un autre motif expliquerait l’attitude des évêques.

Éléments de réponse

Pourquoi avoir caché ces affaires à la justice civile ?

Le procureur du Vatican, Mgr Charles Scicluna, en a donné des éléments de réponse à L’Avvenire le 13 mars passé. Dans les pays de culture juridique anglo-saxonne, dit-il, mais aussi en France, les évêques prennent généralement connaissance des crimes commis par leurs prêtres « hors confession », ce qui les oblige à recourir à l’autorité judiciaire. « Dans ces cas, précise-t-il, nous recommandons de respecter la loi civile. » Mais il note : « C’est une situation grave, car ces évêques sont comme un parent contraint à dénoncer son fils. »

On ne saurait nier le lien d’un évêque avec son clergé. Mais la comparaison avec les parents dénote une piètre connaissance des liens familiaux. Des parents hésiteront parfois à dénoncer un fils auteur d’un délit. Mais telle n’est pas la situation dont il s’agit. Quels grands-parents protégeraient un fils qui détruit ainsi leur petit-fils ? Comment lui confieraient-ils la garde de leurs autres petits-enfants ?

Qu’on écarte ces prêtres des écoles, qu’on les expulse du clergé, qu’on en tienne un « registre central » comme un bénédictin de Suisse l’a suggéré au Vatican, ces mesures ne sauraient éradiquer la pédophilie. Même les prisons où on les enferme de plus en plus n’ont pas encore trouvé la dissuasion ou la thérapie qui les corrigerait durablement.

Les sanctions que l’Église elle-même a imposées au cours de son histoire — jeûne, flagellation, confinement, interdit de contact avec mineurs, peine civile, expulsion du clergé ou même de l’Église — se sont révélées inefficaces. Pourtant, il existe de nos jours des travaux d’ordre social ou médical sur la pédophilie.

Ainsi, James Cantor dirige une équipe de recherche à Toronto sur les problèmes de dépendance et de trouble mental. Les meilleurs résultats, expliquait-il samedi au Globe and Mail, font croire qu’un développement anormal du cerveau avant la naissance serait à l’origine d’une telle déviation sexuelle.

Nuala Kenny, une religieuse catholique de Halifax, est éthicienne et pédiatre. Elle fut de l’enquête sur l’orphelinat de Mount Cashel à Terre-Neuve. Le rapport remis en 1990, a-t-elle déclaré au Globe, recommandait d’examiner plus avant les causes de ces agressions. L’Église n’y a pas donné suite. Avec l’humour d’une clinicienne, Soeur Kenny cite en exemple un mal de tête que l’on attribue au stress, alors qu’il provient d’une tumeur. Sans juste diagnostic, le patient va mourir.

L’Église catholique va-t-elle mourir ? À Pâques, d’aucuns ont posé la question dans la foulée des scandales. Les uns s’en remettent à Dieu, d’autres disent que l’Église a traversé de pires crises. Il serait surprenant, en tout cas, que le Vatican de Benoît XVI trouve le chemin de la guérison en s’en prenant à la malice des médias, à l’incurie des évêques ou à la faiblesse des prêtres. Un peu de science n’a jamais fait de tort à la foi.

- Source : Le Devoir, le 6 avril 2010


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Jean-Claude Leclerc, professeur de journalisme



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2010
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin