| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 13 mars 2007

Femmes, féminisme et philosophie - les enjeux actuels






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme, le judaïsme et le bouddhisme
Pakistan - La gauche occidentale doit reconnaître le réel problème de l’islam extrémiste
Lettre ouverte au monde musulman
Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
Le pape se bat pour l’égalité des sexes dans l’imaginaire
L’Arabie saoudite à la tête d’un panel du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU - Sommes-nous gouvernés par des pleutres ?
Islamisme et société – Les loups sont dans la bergerie (Tarek Fatah)
Tarek Fatah s’insurge contre les progrès du lobby islamiste au Canada
Le Canada doit cesser de flirter avec l’islam politique et renoncer au relativisme culturel
La burqa/niqab est contraire à l’interaction humaine en société
Le multiculturalisme au Canada, une grande muraille face à l’intégration
Grande-Bretagne - Conférence sur la Charia, l’apostasie et la laïcité
"Blasphémateur ! Les prisons d’Allah" ou la critique de l’islam en pays musulman
L’infiltration des principes de la Charia au Royaume-Uni
La masculinité au temps du djihad électronique
Stratégie islamiste : d’une pierre trois coups
Pour le lobby de Dieu, la femme est un ventre, rien qu’un ventre !
Je me tiens aux côtés des femmes
Renoncer à sa religion au nom de l’égalité
Pape Benoît XVI - Traduire M. Ratzinger en justice ?
Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ?
Le mystère de la pédophilie échappe au Vatican
La religion et les femmes
L’ONU adopte une résolution islamiste contre le dénigrement des religions
Excuses du cardinal Ouellet : l’Église doit encore cheminer, dit la ministre St-Pierre
Féminisme et Vatican : l’inconciliable
"Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ?" Réponse à Françoise David
Religions, femmes et fondamentalismes
La religion et les droits humains des femmes
Question du voile islamique - un dossier
Débat sur les droits des femmes et les pratiques religieuses : un bon début
"Vous me faites mal deux fois"
Être vue
Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
L’action diplomatique de Jean-Paul II contre les femmes
La modernisation du Vatican s’est arrêtée avec Jean-Paul II
Des islamistes aux évangéliques : Dieu et la politique
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Vieux démons
L’Église catholique et la rhétorique féministe
Les femmes refusent le statu quo dans l’Église
Les femmes, le féminisme et la religion
Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
Des prêtres violent des religieuses







L’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM,
fier partenaire de « La nuit de la philosophie »,
présente le symposium
Femmes, féminisme et philosophie :
les enjeux actuels
Samedi 24 mars 2007
13 h à 17 h 30
UQAM/Pavillon Judith-Jasmin
Local J-1160
Entrée gratuite
Informations : site de l’IREF
Courriel
(514) 987-6587

La nuit de la philosophie

La nuit de la philosophie se déroulera le 24 et 25 mars 2007 à l’UQAM. Il s’agit d’un événement croissant en popularité d’année en année, ayant attiré plus de 3000 personnes lors de la dernière édition en 2006. Plusieurs activités, tels que des cafés philosophiques, des présentations de films avec discussions, des débats et des conférences s’y tiennent simultanément et auxquelles le grand public ainsi que la communauté scientifique peuvent prendre part. Cet événement unique se caractérise par sa multidisciplinarité ainsi que par sa volonté de rendre accessible à toutes et à tous les questionnements et les enjeux qui se posent dans les différents champs de la philosophie. L’entrée est gratuite et n’exige aucune inscription préalable.

Le symposium en philosophie et en éthique féministes

Ce symposium d’une demi-journée en philosophie et en éthique féministes permettra de mieux cerner certains questionnements, thèmes et enjeux pertinents dans ces champs de recherche. Le symposium sera divisé en deux parties. La première partie sera réservée à des communications libres sur différents thèmes en philosophie et en éthique féministes où seront plus spécifiquement convié-es des professeur-es, chercheur-es et étudiant-es de cycles supérieurs en philosophie.
La seconde partie sera consacrée à une table ronde réunissant à la fois philosophes et féministes pour discuter autour de la thématique du corps des femmes et des normes esthétiques. En fait, les sociétés occidentales ont connu depuis quelques décennies des transformations majeures et marquantes au niveau des conditions de vie des femmes. Le corps des femmes a connu une immense émancipation sous les pressions de nombreuses militantes féministes (contraception, avortement, liberté sexuelle, etc.). Pourtant, paradoxalement, le corps des femmes est aujourd’hui devenu le théâtre d’une réappropriation plus subtile, mais omniprésente de la part des normes de beauté, qui d’après un nombre important d’analyses féministes actuelles, relève d’une logique de domination systémique des hommes envers les femmes. En effet, les chirurgies esthétiques, les cosmétiques, le monde de la mode, les régimes amaigrissants, pour ne nommer que ces éléments, s’insèrent tous dans ce qu’il conviendrait d’appeler l’ère de l’esthétique. Cette ère, marquée par l’explosion des nouvelles technologies de l’information et des communications et des mass médias, favorise la diffusion à l’échelle planétaire d’un ensemble restreint de normes corporelles qui deviennent lentement mais sûrement des idéaux régulateurs d’une portion de plus en plus grande de la population. Cette logique de l’esthétique pousse des centaines de milliers de gens à investir des sommes d’argent faramineuses dans des dizaines de marchés en pleine expansion (les marchés des cures amaigrissantes, des cures de jeunesse, des centres de conditionnement physique, des lignes de mode, des nouveaux traitements de la peau et de la pilosité du type laser...). Les termes d’une analyse féministe nous incitent à s’interroger pour savoir comment le phénomène touche plus précisément les femmes que les hommes, dans une volonté de théorisation systémique.

Par ailleurs, il peut être intéressant de s’interroger en contrepartie comment, dans cette culture du corps et de l’esthétique, mais également et surtout de l’individualisme, certaines pratiques en vue de modifications ou de transformations (légères ou majeures) des corps ou de leur apparence, peuvent s’inscrire dans un registre de réappropriation personnelle de la part de certaines femmes. Des femmes de tout âge soutiennent en effet ne pas souscrire, quand elles effectuent des changements à leur apparence corporelle, à une pression sociale et culturelle, mais bien à une volonté individuelle, à des besoins et des désirs personnels. Ces femmes mettent ainsi l’accent sur la réappropriation de leur corps, une revendication centrale de la deuxième vague féministe.

L’adhésion à des normes esthétiques est-elle toujours piégée dans un système plus global dont nous ne définissons aucunement les règles ou peut-elle au contraire faire l’objet d’une resignification, d’une subversion du système dominant de l’intérieur même de ses dispositifs ? Plus largement, et dans une volonté d’élargir l’analyse à un aspect plus multidimensionnel et intersectionnel, il peut être pertinent de se poser les questions suivantes : Comment ces normes esthétiques affectent-elles différemment les multiples classes socio-économiques de femmes ? Quelles interrogations fondamentales sur un plan éthique et social posent les dépenses de millions de dollars dans ces industries alors qu’un nombre très important de personnes de divers pays vivent sous le seuil de la pauvreté ? Quels modèles esthétiques sont diffusés à l’échelle internationale et comment ces normes renforcent-elles d’autres systèmes de domination comme le racisme et l’impérialisme ? Jusqu’à quel point cette ère de l’esthétique contribue-t-elle au phénomène de sexualisation du corps des femmes et des fillettes et à une certaine violence symbolique et réelle ? Les politiques de subversion proposées par certaines femmes et féministes sont-elles assez efficaces pour déjouer les diktats esthétiques et ne risquent-elles pas d’être récupérées et interprétées à la lumière du paradigme dominant ?

Toutes ces questions méritent d’être posées et certaines d’entres elles seront traitées et approfondies lors de cette table ronde dont l’enjeu principal concerne le corps des femmes et les rapports aux idéaux normatifs de beauté. Ces questions seront abordées à partir d’une perspective multidisciplinaire, à la croisée du féminisme, de l’éthique et de la philosophie dans une discussion conviviale invitant le public à réfléchir avec les spécialistes sur ces enjeux d’actualité.

Programme du symposium Femmes, féminisme et philosophie : les enjeux actuels
Communications libres

13h00 : Audrey Baril, doctorante, Département de philosophie, UQAM/chargée de cours, IREF
"Conférence d’ouverture : Femmes, féminisme et philosophie"

13h15 : Ryoa Chung, professeure, Département de philosophie, Université de Montréal
"Les perspectives féministes en éthique des relations internationales"

13h45 : Monique Lanoix, postdoctorante, Nova Scotia Center on Aging, Mont St-Vincent University
"Changements démographiques et lien social : vers une éthique de la sollicitude"

14h15 : Martin Vallée, étudiant à la maîtrise, Département de philosophie, UQAM
"Moralement parlant, est-ce que les femmes pensent différemment des hommes ?"

14h45 : Pause

Table ronde
"L’Oréal, Wonderbra, Weight Watchers :
le corps des femmes face aux défis des normes esthétiques"

15h00 : Thérèse St-Gelais, professeure, Département d’histoire de l’art, UQAM
"L’usage du corps chez quelques femmes artistes : de la discipline à la résistance"

15h15 : Véronica Ponce, professeure, Liberal Arts Department, Collège Marianopolis
"Féminisme et apparence physique : la position de Radcliffe-Richards"

15h30 : Julie Théroux-Séguin, étudiante à la maîtrise - profil études féministes, Département de science politique, UQAM/adjointe de recherche, IREF
"La multiplicité des genres : entre pathologie et norme productive"

15h45 : Valérie Daoust, professeure, Département de philosophie et de communication, Université d’Ottawa
"La femme, le corps et le choix"

16h00 : Discussion entre panélistes

16h15 : Plénière de discussion avec le public

17h15 : Audrey Baril, doctorante, Département de philosophie, UQAM/chargée de cours, IREF
Mot de conclusion du symposium

Mis en ligne sur Sisyphe, le 13 mars 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin