| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 19 avril 2007

Débat sur les droits des femmes et les pratiques religieuses : un bon début

par Diane Guilbault






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme, le judaïsme et le bouddhisme
Pakistan - La gauche occidentale doit reconnaître le réel problème de l’islam extrémiste
Lettre ouverte au monde musulman
Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
Le pape se bat pour l’égalité des sexes dans l’imaginaire
L’Arabie saoudite à la tête d’un panel du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU - Sommes-nous gouvernés par des pleutres ?
Islamisme et société – Les loups sont dans la bergerie (Tarek Fatah)
Tarek Fatah s’insurge contre les progrès du lobby islamiste au Canada
Le Canada doit cesser de flirter avec l’islam politique et renoncer au relativisme culturel
La burqa/niqab est contraire à l’interaction humaine en société
Le multiculturalisme au Canada, une grande muraille face à l’intégration
Grande-Bretagne - Conférence sur la Charia, l’apostasie et la laïcité
"Blasphémateur ! Les prisons d’Allah" ou la critique de l’islam en pays musulman
L’infiltration des principes de la Charia au Royaume-Uni
La masculinité au temps du djihad électronique
Stratégie islamiste : d’une pierre trois coups
Pour le lobby de Dieu, la femme est un ventre, rien qu’un ventre !
Je me tiens aux côtés des femmes
Renoncer à sa religion au nom de l’égalité
Pape Benoît XVI - Traduire M. Ratzinger en justice ?
Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ?
Le mystère de la pédophilie échappe au Vatican
La religion et les femmes
L’ONU adopte une résolution islamiste contre le dénigrement des religions
Excuses du cardinal Ouellet : l’Église doit encore cheminer, dit la ministre St-Pierre
Féminisme et Vatican : l’inconciliable
"Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ?" Réponse à Françoise David
Religions, femmes et fondamentalismes
La religion et les droits humains des femmes
Question du voile islamique - un dossier
Femmes, féminisme et philosophie - les enjeux actuels
"Vous me faites mal deux fois"
Être vue
Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
L’action diplomatique de Jean-Paul II contre les femmes
La modernisation du Vatican s’est arrêtée avec Jean-Paul II
Des islamistes aux évangéliques : Dieu et la politique
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Vieux démons
L’Église catholique et la rhétorique féministe
Les femmes refusent le statu quo dans l’Église
Les femmes, le féminisme et la religion
Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
Des prêtres violent des religieuses







C’est en internaute que j’ai pu assister, le 10 avril, au débat organisé à l’UQAM par la FFQ sur les accommodements raisonnables accordés pour des pratiques religieuses vs la protection des droits des femmes. La cyber-initiative de la FFQ mérite d’être soulignée et félicitée : des femmes de plusieurs régions, de l’Acadie et de l’extérieur du pays ont ainsi été témoins des échanges extrêmement courtois entre les conférencières et la salle.

Les exposés de départ ont été intéressants, chacun des angles méritant d’être mis de l’avant. Mais j’ai bien apprécié le témoignage de Nadia Zouaoui, journaliste et réalisatrice, qui était touchant, personnel et qui a aussi su mettre en relief les questionnements et les remises en question que des jeunes femmes arabes doivent résoudre, après quelques années loin de leur pays, de leur famille. Plusieurs trouvent alors dans la religion un réconfort « culturel », un cadre familier, et certaines iront jusqu’à porter un voile qu’elles n’ont jamais porté dans leur pays d’origine. (Nadia Zouaoui ne porte pas elle-même le voile).

Lucie Lamarche a remis en question le titre de la soirée doutant, à ce que j’ai compris, de l’équivalence entre liberté religieuse et pratiques religieuses. Mais elle n’a pas expliqué en quoi cette différence était compatible avec l’interprétation de la Cour suprême selon laquelle la liberté religieuse inclut aussi toutes les manifestations et rituels associés ou qu’une personne croit associés à sa religion.

Micheline Labelle a fait un vibrant plaidoyer pour une meilleure compréhension des enjeux soulevés par la question des accommodements raisonnables. C’est un débat qui doit se faire, a-t-elle dit, et elle a identifié en quoi certaines demandes étaient préjudiciables aux droits des femmes.

J’aurais souhaité toutefois en entendre davantage sur les choix que devrait faire la société civile lorsqu’il y a conflit entre les règles que se donne un groupe, une collectivité et les règles religieuses qu’invoquent des demandeurs de dérogations. Des questions fondamentales sont ainsi restées sans réponses, aucune des panélistes n’ayant pris sur elle d’y répondre. Je pense particulièrement à la question posée par un intervenant de la salle qui a demandé pourquoi les droits des femmes auraient dû avoir préséance sur la liberté religieuse des juifs hassidiques qui ont obtenu de la SAAQ le droit (?) de ne pas avoir de femmes examinatrices pour leurs examens de conduite. Cette confrontation apparente de deux droits - le droit à l’égalité des femmes et le droit à la liberté religieuse - était pourtant au cœur du débat de la soirée, mais aucune des conférencières n’y a apporté de réponse. Seule la salle a donné son opinion par ses murmures réprobateurs.

Aussi, je suis toujours un peu agacée de voir des juristes et des spécialistes chipoter sur l’usage que fait le bon peuple de l’expression accommodements raisonnables. D’abord, l’expression n’est définie dans aucune loi. C’est une expression qui était en usage depuis longtemps dans la population, bien avant que les juges décident de l’utiliser pour parler de certains arrangements qui permettent d’éviter des discriminations. En outre, on peut aussi appeler accommodement raisonnable un arrangement entre deux parties comme, par exemple, un employeur qui modifierait le poste de travail d’un employé en fauteuil roulant ou non-voyant, sans aller devant la Cour. Le concept est donc assez flou et assez large pour qu’il soit utilisé de toutes sortes de façons. Le fond du problème n’est pas, selon moi, dans l’usage de cette expression. Je préférerais que les spécialistes s’attardent à mieux définir les termes laïcité, espace public et liberté religieuse.

L’auditoire a aussi eu droit à une explication de Gérard Bouchard sur les raisons qui leur ont fait refuser, lui et Charles Taylor, l’ajout (ou la présence ?) d’une femme à la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles. Son explication - « C’est déjà difficile de s’entendre à deux, imaginez à trois !!! » - en a laissé plusieurs pantoises... Était-ce naïveté, ignorance ou totale incompréhension des enjeux particuliers qui se posent en regard des droits des femmes ? Quoi qu’il en soit, je ne crois pas avoir été la seule à m’inquiéter de la suite des choses et à souhaiter que des femmes, et j’espère aussi des hommes, viendront devant cette commission pour montrer noir sur blanc que les enjeux sont énormes pour les femmes et qu’il y a péril en la demeure à continuer de les ignorer.

Ceci dit, j’espère que ces échanges n’auront été que les premiers jalons de la réflexion qui doit se poursuivre. Tant et aussi longtemps que la confusion règnera, les groupes religieux continueront de faire des gains, à la pièce, sous couvert de droits individuels. Les femmes ont fort à faire pour convaincre les autorités, les penseurs et même des hommes progressistes des reculs qui se profilent pour elles dans un futur proche. De leur côté, les personnes immigrantes doivent avoir très envie de sortir de ce débat houleux dans lequel elles se retrouvent, bien malgré elles, les otages.

Alors, oui, continuons le débat !

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 avril 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Diane Guilbault



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin