| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 10 août 2004

L’Église catholique et la rhétorique féministe

par Marie-Hélène Blanc, Fédération des ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme, le judaïsme et le bouddhisme
Pakistan - La gauche occidentale doit reconnaître le réel problème de l’islam extrémiste
Lettre ouverte au monde musulman
Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
Le pape se bat pour l’égalité des sexes dans l’imaginaire
L’Arabie saoudite à la tête d’un panel du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU - Sommes-nous gouvernés par des pleutres ?
Islamisme et société – Les loups sont dans la bergerie (Tarek Fatah)
Tarek Fatah s’insurge contre les progrès du lobby islamiste au Canada
Le Canada doit cesser de flirter avec l’islam politique et renoncer au relativisme culturel
La burqa/niqab est contraire à l’interaction humaine en société
Le multiculturalisme au Canada, une grande muraille face à l’intégration
Grande-Bretagne - Conférence sur la Charia, l’apostasie et la laïcité
"Blasphémateur ! Les prisons d’Allah" ou la critique de l’islam en pays musulman
L’infiltration des principes de la Charia au Royaume-Uni
La masculinité au temps du djihad électronique
Stratégie islamiste : d’une pierre trois coups
Pour le lobby de Dieu, la femme est un ventre, rien qu’un ventre !
Je me tiens aux côtés des femmes
Renoncer à sa religion au nom de l’égalité
Pape Benoît XVI - Traduire M. Ratzinger en justice ?
Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ?
Le mystère de la pédophilie échappe au Vatican
La religion et les femmes
L’ONU adopte une résolution islamiste contre le dénigrement des religions
Excuses du cardinal Ouellet : l’Église doit encore cheminer, dit la ministre St-Pierre
Féminisme et Vatican : l’inconciliable
"Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ?" Réponse à Françoise David
Religions, femmes et fondamentalismes
La religion et les droits humains des femmes
Question du voile islamique - un dossier
Débat sur les droits des femmes et les pratiques religieuses : un bon début
Femmes, féminisme et philosophie - les enjeux actuels
"Vous me faites mal deux fois"
Être vue
Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
L’action diplomatique de Jean-Paul II contre les femmes
La modernisation du Vatican s’est arrêtée avec Jean-Paul II
Des islamistes aux évangéliques : Dieu et la politique
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Vieux démons
Les femmes refusent le statu quo dans l’Église
Les femmes, le féminisme et la religion
Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
Des prêtres violent des religieuses







Suite à la parution cette semaine d’un extrait de la Lettre aux évêques de l’Église catholique*, la Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec souhaite émettre quelques commentaires au nom des 37 maisons membres réparties sur l’ensemble du territoire québécois.

Dans sa « Lettre aux évêques », l’Église affirme, entre autres, qu’une des tendances actuelles pour affronter la question de la femme « souligne fortement la condition de subordination de la femme dans le but de susciter une attitude de contestation » . On y lit également que « parmi les valeurs fondamentales qui sont rattachées à la vie concrète de la femme, il y a ce qui est appelé sa « capacité de l’autre ». La femme garde l’intuition profonde que le meilleur de sa vie est fait d’activités ordonnées à l’éveil de l’autre, à sa croissance, à sa protection, malgré le fait qu’un certain discours féministe revendique les exigences « pour elle-même ». Il semble bien que ce soit là que le bât blesse, cette prétention des femmes de définir leurs choix dans les sphères familiales, économiques, politiques et, ce faisant, bousculant et remettant en question des rapports sociaux inégalitaires et des siècles de traditions et d’habitudes.

Rappelons simplement que le féminisme est un mouvement social qui s’est donné pour objectif de changer les rapports qui créent les inégalités entre les hommes et les femmes. Le féminisme est un mouvement dynamique, diversifié et multiple. Il est, en soi, un mouvement contestataire mais, entendons-nous bien, il conteste des systèmes, des idéologies et des injustices, et les avancées dont bénéficient les femmes profitent incontestablement à l’ensemble de la société ( services de garde, congés parentaux, accès à l’égalité, planning familial, éducation, etc.).

Des voix se font de plus en plus entendre pour affirmer que les femmes devraient cesser leurs revendications, que tout est réglé puisque nous avons, au Québec du moins, des lois, des chartes et même « trop » de droits ! Comment se fait-il alors que tous ces droits, ces lois et avantages « innés ou acquis » n’ont pas fait disparaître, comme par magie, les multiples formes de violence dont sont victimes les femmes et notamment la violence conjugale. En 2000, au Québec, plus de 10 000 femmes et près de 7 000 enfants ont séjourné dans une centaine de maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence. En 2003-2004, 35 maisons membres de la Fédération ont accueilli près de 4 000 femmes et plus de 2 000 enfants. Quel genre de féminisme doit interpeller l’ensemble de la société sur cette question ? N’y a-t-il pas lieu de contester les causes profondes de la violence au sein de la famille et dans la société et d’offrir sécurité et protection aux victimes ? Demande-t-on aux syndicats d’arrêter de contester des situations jugées inéquitables, injustes ?

Lorsqu’on fait état, dans la « Lettre aux évêques », de la « capacité de l’autre » comme étant une valeur innée fondamentale attribuée à la femme, on ajoute : « C’est elle enfin qui, même dans les situations les plus désespérées - et l’histoire passée et présente en témoigne -, confère une capacité unique de faire face à l’adversité, de rendre la vie encore possible même dans des situations extrêmes, de conserver avec obstination un sens de l’avenir et enfin de rappeler, à travers les larmes, le prix de toute vie humaine. » Pour qui connaît bien la dynamique de la violence conjugale et les facteurs qui incitent une femme à demeurer avec un conjoint violent, nul doute que cette « capacité de l’autre » est présente mais qu’elle tend également à maintenir le statu quo et peut grandement compromettre la sécurité des victimes.

La philosophie des membres de la Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec s’inscrit dans une vision féministe de la société basée sur les valeurs suivantes : l’égalité des droits, la justice, la solidarité, le partage et la démocratie.

L’approche féministe est à la fois connue et méconnue, elle n’est pas orientée contre quelqu’un ( l’homme ou les hommes) mais vers quelqu’un (la femme ou les femmes) et s’applique à redonner du pouvoir aux femmes, en commençant par le pouvoir sur leur propre vie et ensuite du pouvoir dans leur collectivité. Les maisons d’hébergement ne travaillent pas en vase clos bien que leur adresse soit confidentielle afin d’assurer sécurité et protection pour les femmes et les enfants ; elles initient ou s’associent à des recherches, siègent sur des Tables de concertation, établissent des protocoles d’ententes avec les services de police, les CLSC et aussi avec des organismes offrant des services aux conjoints violents. Les intervenantes des maisons d’hébergement sont des femmes engagées, motivées qui accompagnent les femmes victimes de violence à leur rythme et à leur convenance, ce sont des femmes de coeur, de passion et d’action.

La « Lettre aux évêques » ne peut nous surprendre lorsqu’on connaît les positions institutionnelles de l’Église sur plusieurs questions relatives aux femmes. Cependant, elle mérite d’être analysée et commentée et de se tailler une place parmi tous les discours de la dernière décennie qui tendent à discréditer le mouvement féministe et, donc, ses acquis.

Marie-Hélène Blanc, Fédération de ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec

Site Internet
Courriel

Sources

* Lettre aux évêques de l’Église catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église et dans le monde
* Communiqué résumant cette lettre aux évêques


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marie-Hélène Blanc, Fédération des ressources d’hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec
Site Internet de la Fédération



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin