| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 25 juillet 2002

Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme, le judaïsme et le bouddhisme
Pakistan - La gauche occidentale doit reconnaître le réel problème de l’islam extrémiste
Lettre ouverte au monde musulman
Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
Le pape se bat pour l’égalité des sexes dans l’imaginaire
L’Arabie saoudite à la tête d’un panel du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU - Sommes-nous gouvernés par des pleutres ?
Islamisme et société – Les loups sont dans la bergerie (Tarek Fatah)
Tarek Fatah s’insurge contre les progrès du lobby islamiste au Canada
Le Canada doit cesser de flirter avec l’islam politique et renoncer au relativisme culturel
La burqa/niqab est contraire à l’interaction humaine en société
Le multiculturalisme au Canada, une grande muraille face à l’intégration
Grande-Bretagne - Conférence sur la Charia, l’apostasie et la laïcité
"Blasphémateur ! Les prisons d’Allah" ou la critique de l’islam en pays musulman
L’infiltration des principes de la Charia au Royaume-Uni
La masculinité au temps du djihad électronique
Stratégie islamiste : d’une pierre trois coups
Pour le lobby de Dieu, la femme est un ventre, rien qu’un ventre !
Je me tiens aux côtés des femmes
Renoncer à sa religion au nom de l’égalité
Pape Benoît XVI - Traduire M. Ratzinger en justice ?
Le féminisme islamique : nouveau concept ou leurre efficace ?
Le mystère de la pédophilie échappe au Vatican
La religion et les femmes
L’ONU adopte une résolution islamiste contre le dénigrement des religions
Excuses du cardinal Ouellet : l’Église doit encore cheminer, dit la ministre St-Pierre
Féminisme et Vatican : l’inconciliable
"Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ?" Réponse à Françoise David
Religions, femmes et fondamentalismes
La religion et les droits humains des femmes
Question du voile islamique - un dossier
Débat sur les droits des femmes et les pratiques religieuses : un bon début
Femmes, féminisme et philosophie - les enjeux actuels
"Vous me faites mal deux fois"
Être vue
Françoise Gange et la mémoire ensevelie des femmes
Benoit XVI renouvelle sa croisade antilaïque
L’action diplomatique de Jean-Paul II contre les femmes
La modernisation du Vatican s’est arrêtée avec Jean-Paul II
Des islamistes aux évangéliques : Dieu et la politique
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Vieux démons
L’Église catholique et la rhétorique féministe
Les femmes refusent le statu quo dans l’Église
Les femmes, le féminisme et la religion
Des prêtres violent des religieuses







Dans une note aux évêques, le Saint-Siège a dénoncé en novembre dernier un manuel consacré à la sexualité et à la santé des personnes qui vivent dans des camps de réfugiés. Ce manuel date déjà de deux ans et a été préparé par le Haut Commissariat pour les réfugiés de l’ONU, en collaboration avec l’OMS et des organisations non gouvernementales. Il traite des violences sexuelles, de la maternité, de l’accès aux services de contraception et de la prévention des maladies transmises sexuellement.

Ce qui dérange l’institution catholique dans ce programme de « santé reproductive », c’est surtout l’utilisation de la « pilule du lendemain » pour les femmes victimes de viol. Le Saint-Siège assimile cette pilule à une méthode d’avortement. (1) Il voit dans le guide de l’ONU une conception utilitariste de la sexualité humaine. Il prête (ou feint de prêter) à ses administrateurs l’intention de contrôler les naissances dans le but de restreindre l’accroissement de certaines populations : « La Note, "face à un courant de pensée que l’on peut qualifier d’utilitariste et de néomalthusien", met en garde contre les modalités d’assistance en faveur des réfugiés, telles qu’elles sont proposées par Reproductive Health in Refugee Situations : Interagency Field Manual, publié en1999 par l’ACNUR, l’UNFPA, l’OMS et différentes ONG. » (2) En proposant la contraception et l’avortement, « le Field Manual diffuse des contre-valeurs qui offensent la dignité des populations les plus pauvres et les plus vulnérables », selon le Saint-Siège.(3)

Le Saint-Siège s’inquiète également que le programme puisse créer « de la confusion morale et intellectuelle » et « promouvoir des comportements sexuels irresponsables ». « La distinction entre sexualité et procréation, soutenue par le manuel qui défend une attitude sans préjugé à l’égard des rapports hors mariage ou homosexuels, ne peut être acceptée », selon les auteurs de la Note, qui soutiennent que l’idéologie de base du manuel « augmente le risque » de la propagation du sida.

Avec l’assurance de qui se croit détenteur exclusif de la vérité, le Saint-Siège veut encadrer de ses principes l’action d’un organisme laïc qui est au service de toutes les populations, sans égard à leur confession religieuse, et qui n’a pas de compte à lui rendre. Par ailleurs, les conséquences dramatiques de grossesses imposées pour toutes ces femmes « les plus pauvres et les plus vulnérables » ne semblent pas au coeur des préoccupations vaticanes.

Qui sont ces femmes - puisqu’il s’agit principalement de femmes - que le Saint-Siège veut protéger de la « mauvaise influence » de l’ONU ? Au cours des dernières années, pour les raisons que l’on sait, l’Afghanistan est le pays qui a connu le plus fort contingent de personnes réfugiées et environ 85% d’entre elles sont des femmes et des enfants. On estime à 3,5 millions le nombre d’Afghanes et d’Afghans déplacés et, parmi eux, la moitié vivent dans des camps au Pakistan, une partie dans des camps en Iran ou dans d’autres pays limitrophes. (4)

L’absence de liberté, La promiscuité, la faim, la maladie, l’insécurité, la frustration, la détresse psychologique et morale, sans compter les coutumes misogynes qui justifient la domination des hommes sur les femmes, toutes ces conditions exposent femmes et enfants à la violence. Les viols sont chose courante, dans ces camps, tout le monde le sait, le Vatican y compris. Des femmes, mais aussi des fillettes de 10 ou 12 ans, se voient ainsi imposer des grossesses. Les rapports des Nations Unies sur les populations réfugiées le déplorent année après année.

En outre, plusieurs des femmes vivant dans ces camps ont la responsabilité de cinq ou sept enfants, le conjoint étant décédé, à la guerre ou resté au pays natal. Une autre grossesse ajouterait à la détresse de ces femmes. La « pilule du lendemain » peut donc leur être d’un grand secours. Fort de son pouvoir d’ingérence dans la conscience et la vie d’autrui, le Saint-Siège attend de ces femmes, dont la plupart ne sont pas de confession catholique, qu’elles acceptent tout naturellement ces grossesses imposées. Les femmes afghanes ou iraniennes, pour ne nommer que celles-là, ont-elles échappé aux intégristes islamistes de leur pays pour tomber sous l’influence « occulte » d’intégristes catholiques ?

Ce n’est pas la première fois que le Vatican condamne les programmes de l’ONU dans le domaine de la « santé reproductive ». En 1999, il s’était vivement opposé à la distribution de la « pilule du lendemain » aux milliers de femmes du Kosovo violées par des soldats serbes. La responsable du Fonds pour la population de l’ONU avait alors dénoncé l’« insensibilité » du Saint-Siège à l’égard de ces femmes (5). Mais pour les autorités catholiques, « une grossesse résultant d’un viol peut être transformée en ¨acte d’amour¨ par la décision de la femme de la mener à terme. » (6)

Les autorités vaticanes ont une curieuse conception de l’amour et même de la charité chrétienne. Cette conception s’inscrit dans le traditionnel déni des droits sexuels et de l’autonomie morale des femmes. Hier, la hiérarchie catholique menaçait de l’enfer les célibataires enceintes et les femmes mariées qui ne mettaient pas au monde un enfant chaque année. Aujourd’hui, elle se sert de son influence morale et politique pour harceler les gouvernements, les organismes internationaux et les personnels de la santé qui dispensent des services d’éducation sexuelle, de contraception et d’avortement. De qui le Saint-Siège tient-il la légitimité d’imposer ses doctrines sur la sexualité et sur la procréation ?

Par ailleurs, en matière de « confusion morale » et de promotion de « comportements sexuels irresponsables », le Vatican n’a pas de leçon à donner. La rigidité de la morale qu’il impose aux catholiques peut aussi être source de confusion et d’irresponsabilité. Elle a parfois même des effets meurtriers. Combien de morts dues au sida auraient pu être évitées sans la campagne irresponsable des autorités catholiques contre le condom ? Combien de morts de femmes dus aux avortements clandestins auraient pu être évitées sans l’anathème pontifical lancé contre l’avortement légal ? Dans quelle mesure les pressions indues sur les dirigeants politiques empêchent-elles des pays ultra-catholiques d’adopter des lois réalistes, ce qui ne laisse pas d’autre choix à des milliers de femmes que de recourir aux charlatans ?

C’est plus facile d’édicter stoïquement des principes sur la contraception et l’avortement, auxquels on n’aura jamais à se conformer, que de faire respecter dans sa propre maison la morale qu’on veut imposer dans les chambres à coucher de la planète. Les dérives morales de prêtres et de religieux en sont une désolante illustration. Je pense en particulier aux violences et aux abus d’ecclésiastiques à l’endroit de religieuses. (7) Certaines de ces femmes sont mortes des suites du VIH transmis par leurs agresseurs, d’autres, des suites d’avortements imposés et pratiqués dans des conditions dangereuses. Des ecclésiastiques de haut niveau ont agi comme si les communautés étaient des bordels dont les supérieures ne pouvaient leur refuser l’accès. (8)

Soucieux de la promotion de « comportements sexuels responsables », le Vatican aurait pu donner l’exemple en incitant les ecclésiastiques incapables de respecter ses interdits sexuels à assurer leur protection et celle de leurs partenaires. Ces hommes n’auraient peut-être pas abusé de religieuses parce qu’ils craignaient de contracter le VIH auprès de prostituées. Le Vatican aurait ainsi fait preuve de plus d’honnêteté qu’en agissant comme si tous les prêtres et religieux pratiquaient l’abstinence sexuelle. Il y aurait une tragédie de moins à mettre au compte de la rigidité morale des autorités catholiques.

... ET SE SUBSTITUER AUX TRIBUNAUX CIVILS DANS LES CAS D’ABUS SEXUELS

On souhaite que le Vatican ait pris des mesures pour aider ces prêtres et religieux en difficulté et pour prévenir pareille situation. Il n’y parviendra toutefois pas en renforçant le secret et le silence sur les abus sexuels commis par des membres du clergé, comme il en exprime l’intention dans une lettre adressée à tous les évêques et rendue publique au début de décembre. Le Vatican a demandé aux évêques d’informer immédiatement la Congrégation pour la doctrine de la foi des dénonciations pour agressions et abus sexuels, incluant les actes de pédophilie, qui impliquent des prêtres ou des religieux. La congrégation romaine entend déférer l’affaire au tribunal diocésain ou la juger à son propre tribunal et agir dans le secret absolu.

Dans les cas d’abus sexuels contre des mineurs, « le tribunal diocésain peut devenir automatiquement tribunal de la Congrégation. En outre, le "secret pontifical" est imposé à toute la procédure. » (9) Il n’est pas mention de collaborer avec les autorités civiles dans ces cas d’abus. Les évêques seraient exemptés d’aviser les autorités judiciaires des cas dont ils sont saisis. (10) Autrement dit, le Saint-Siège semble vouloir instituer comme règle le comportement de l’évêque de Bayeux-Lisieux, Mgr Pierre Pican, qui a été condamné en 2001 à trois ans de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les actes pédophiles d’un prêtre de son diocèse. Non seulement il n’a pas dénoncé ces agressions contre des enfants, mais il a maintenu le prêtre à son poste pendant plusieurs années. (11)

Le Saint-Siège veut-il se substituer aux tribunaux civils ? La directive pontificale donne « l’impression détestable mais bien compréhensible que, encore une fois, l’Église catholique se sent au dessus, ou au moins en marge, des lois humaines faites pour le commun des mortels. Et que ses représentants, prêtres et évêques, n’ont de comptes à rendre qu’à Dieu dont le pape ou ses proches collaborateurs seraient les seuls mandataires officiels. » (12)

En cherchant à soustraire ses membres à l’appareil judiciaire, le Vatican n’adopte-t-il pas une attitude susceptible de créer la confusion dans l’esprit des catholiques qui seraient en droit de se demander pourquoi les gens d’Église devraient être traités différemment de la population laïque ? L’Église catholique, qui préconise pour le monde entier le respect des droits de la personne, chercherait-elle à protéger ceux de ses dignitaires qui bafouent ces droits ? « Le procès (ecclésiastique), a déclaré Mgr Tarcisio Bertone, secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, protège les droits des victimes mais aussi les droits de l’Église et de la communauté ecclésiale qui a souffert à cause du scandale et a subi des dommages, et même le droit de l’accusé à se défendre. » (13) Comment les droits des victimes pourront-ils être protégés dans un procès ecclésiastique conduit à huis clos par des hommes qui jugeront leurs pairs au sein d’une institution préoccupée d’abord de sauvegarder sa réputation ?

Par ailleurs, le secret ne risque-t-il pas de perpétuer ce qu’on dénonce et souhaite corriger ? Sachant que leurs actes échapperont au processus judiciaire et à la désapprobation publique, les abuseurs potentiels ne pourraient-ils pas se sentir plus libres d’agir ? Le Vatican voudrait « couvrir » à l’avance les crimes sexuels au sein de l’Église qu’il n’agirait pas autrement. Reverrons-nous l’époque où évêques, juges et politiciens s’entendaient pour camoufler les viols et autres dérives de quelques ecclésiastiques ? Dans des sociétés démocratiques, la protection des droits fondamentamentaux est une responsabilité des États, et elle s’étend aux droits de toutes et de tous. Il serait inacceptable qu’un groupe détourne le cours de la justice à ses propres fins. Le Vatican confondrait les rôles respectifs de l’Église et de l’État ? Aurait-il une tendance « talibane » ?

Que les autorités pontificales, meurtries par la publicité qui a entouré les dérives sexuelles d’une minorité d’ecclésiastiques, veuillent être avisées sans délai des cas d’abus sexuels, cela est tout à fait légitime et compréhensible. S’il ne s’agissait que de cette intention, il n’y aurait rien à redire. Mais chaque fois qu’il fait allusion à ces dérives, le Saint-Siège tente de minimiser leur importance en parlant de « diffamation ». Le fait de rendre ces actes publics serait-il à ses yeux diffamer l’Église ? On le suppose, puisqu’il veut maintenant régler les cas « en famille » et dans le secret absolu.

Ce n’est certes pas une bonne façon de conserver la confiance des fidèles et de préserver son image. Il devrait plutôt adopter la voie de la transparence et de la vérité. C’est cette voie qu’a choisie l’Église canadienne en décidant de se soustraire aux directives du Saint-Siège et de laisser aux tribunaux civils le soin de juger les auteurs d’agressions sexuelles. La Conférence des évêques du Canada estime à juste titre que ces tribunaux sont plus aptes que les autorités diocésaines (et vaticanes) à juger les cas de ce genre qui lui sont soumis. (14) Un exemple à suivre.

Janvier 2002


1. En fait, le document est l’oeuvre du Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes en déplacement, du Conseil pontifical pour la Pastorale des Services de la Santé et du Conseil pontifical pour la Famille.

  • 2. Agence internationale Fides, 16 novembre 2001
  • 3. Agence internationale Fides, 30 novembre 2001
  • 4. Fraternet, 4 décembre 2001
  • 5. The Guardian, 13 May 1999
  • 6. Mario Roy, « De Kaboul à Rome »,La Presse, 30 novembre 2001
  • 7. John L. Allen JR et Pamela Schaeffer, National Catholic Reporter, 16 March 2000, « Reports of abuse. AIDS exacerbates sexual exploitation of nuns, reports allege. »
  • 8. Rapport O’Donohue 1994, « Memo from Sr. Maura O’Donohue MMM:Urgent Concerns for the Church in the Context of HIV/AIDS »
  • 9. Zenith, « Abus sexuels : Le Vatican évoque à soi les procès contre prêtres ou religieux », 6 décembre 2001
  • 10. Marc Rochette, « Les secrets du Vatican », Le Nouvelliste, 11 janvier 2002
  • 11. Le Nouvel Observateur, 3 septembre 2001
  • 12. Pierre Gravel, « Les bonnes intentions... »,La Presse, 13 janvier 2002
  • 14. Jeanne Corriveau et Stéphane Baillargeon, « Pédophilie : L’Église canadienne se soustrait aux directives de Rome », Le Devoir, 10 janvier 2002
    ARTICLE APPARENTÉ
  • Des prêtres violent des religieuses


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Micheline Carrier
    Sisyphe

    Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Plan-Liens Forum

  • > Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
    (1/1) 25 novembre 2005 , par





  • > Le Vatican veut contrôler la sexualité des réfugiées
    25 novembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    Je suis toujours très étonné des réaction de la société civile vis à vis du VAtican ! Beaucoup de choses sont criticables ou inadmissible dans le dogme Catholique.

    Mais vous ne pouvez, après la séparation de l’église et de l’état reprocher au vatican ce que les politiques font ou ne font pas pour le bien des populations et surtout ce qu’ils ne font pas !

    les trois religions monotheistes sont des dogmes et à partir de là, n’espérer pas qu’elles applaudissent à certaines pratiques contraire à ces dogmes !

    Vous utilisez les arguments qui vous arrangent ! La cible n’est pas le Vatican, la Mecque ou Jérusalem ! C’est la pauvreté, le racisme, problèmes sociaux qui sont à l’origine des ces fléaux, pas les religions !

    Vous parlez d’abus sexuels des membres du clergés et pourquoi pas ceux des enseignants ? Regardez les chiffres en face ! si on estime que 10% de ces "corporations" sont pédophiles : vous avez 800 000 enseignants et 35/40000 membres du clergé !
    Vous avez l’air de reprocher au Vaticam de s’occuper d’autres confession ! Croyer-vous que dans la misère les personnes ont l’esprit à s’occuper de qui leur tend la main ?

    Aller en Malaisie, en afrique ou vous verrez des gens qui s’occupent des autres sans distinction de confession ou de race.

    Regardez à vos pieds, les évènnements des banlieux se produisent où ? Les resto du coeur sont où ?

    Tout le monde déplore que des sans abris dorment dans le métro et en même temps l’armée vend 122 casernes,entrenues, avec toutes les commodités, propres à recueillir ces exclus !

    La guerre en Iracq ou l’on fait affronter des communautés religieuses pour caché le véritable enjeu qu’est la maitrise des ressources énergétiques !

    Dire ce qu’on fait et faire ce qu’on dit !

    Au lieu de faire une fixation sur le vatican qui ne fait que réitéré ses principes religieux n’est pas très constructif !

    Cordialement


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin