| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 1er octobre 2010

La prostitution, un travail pour la juge Susan Himel - Le Cercle de silence le 7 octobre

par Rose Dufour, La maison de Marthe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur la prostitution – Soutenir les personnes prostituées et pénaliser prostitueurs et proxénètes
Prostitution - Fille de survivantEs et hétérosexuelle, j’emmerde la décision de la Cour suprême du Canada !
Des groupes de femmes en quête d’égalité continuent de revendiquer une réforme des lois sur la prostitution
La CSN souligne que la prostitution est une forme de violence et d’exploitation
Décision de la Cour suprême sur la prostitution : il est urgent de criminaliser l’achat d’actes sexuels
L’AFAC est grandement préoccupée par la décision de la Cour suprême dans l’affaire Bedford c. Canada
Lois sur la prostitution invalidées : « une déception » pour le chef du SPVM, Marc Parent
Cour suprême et prostitution - Un jugement qui fait fi des conventions internationales
Bedford c. Canada - Libéraliser les lois sur la prostitution ne protègera pas les femmes
La légalisation de la prostitution, une violence sociétale
Un patron de bordel américain prêt à « bondir au Canada » si la Cour suprême invalide la loi sur la prostitution
La prostitution en Cour suprême ce jeudi 13 juin. "Pénalisons les clients et les proxénètes, décriminalisons les prostituées"
Affaire Bedford sur la prostitution - Des « choix », c’est concret
Cour d’appel de l’Ontario sur la prostitution - Adopter le rôle d’une "dominatrice", acte de subversion ou revanche ?
Ciblez la demande de prostitution
Légaliser les bordels équivaut à légaliser une forme de violence contre les femmes
Après les jugements ontariens dans l’affaire Bedford sur la prostitution, j’ai envie de me vider le cœur 
Prostitution - L’Institut Simone-de-Beauvoir de Montréal a une vision tordue et manipulée de la libération des femmes
Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
Prostitution – La décision de la Cour d’appel de l’Ontario confirme l’attitude d’autruche de la société
Décision de la Cour d’appel de l’Ontario - Une fois de plus, l’appareil judiciaire rate la cible en matière de prostitution
Des femmes ex-prostituées dénoncent la décision Himel
Les contre-vérités de l’affaire Bedford c. Canada : pourquoi décriminaliser la prostitution n’est pas une solution
Bedford c. Canada - Les effets prévisibles de la décriminalisation du proxénétisme
"Droits" des proxénètes contre droits des femmes : des arguments contestables
Des femmes autrefois prostituées et des survivantes de la traite témoignent : la prostitution n’est ni un choix ni une façon d’acquérir du pouvoir
L’atteinte à la sécurité des femmes, au cœur de la prostitution - La solution : décriminaliser les femmes, criminaliser la demande
Résumé de l’intervention en Cour d’appel de l’Ontario de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution
Une coalition féministe soutiendra en Cour d’appel que la Charte n’assure pas aux hommes un droit à la prostitution des femmes
Prostitution - Message de l’Ontario aux trafiquants : "Nous sommes à votre entière disposition"
Pour la protection des personnes prostituées : pénaliser "clients" et proxénètes
Prostitution - Déshabiller Jacqueline pour habiller Jeannette
Jugement Himel - Poursuivre les proxénètes et les clients, pas les prostituées
Ouverte à la sexualité, mais contre la prostitution
Pourquoi on aurait tort de légaliser la prostitution
Jugement Himel sur la prostitution - Mettre fin à l’exploitation est la meilleure voie à suivre
Au Canada, plusieurs groupes s’unissent pour dire NON à la prostitution
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Un triste jugement qui va à l’encontre de l’égalité entre les hommes et les femmes
L’Association des femmes autochtones du Canada s’inquiète du jugement Himel sur la prostitution
Dumont acquitté, Nadia Caron demeure une victime de l’exploitation sexuelle 
Jugement Himel - L’impunité pour les proxénètes et les clients
La Cour supérieure de l’Ontario, la prostitution et la démocratie
La décision de la Cour supérieure de l’Ontario abandonne aux "pimps" les femmes autochtones et les femmes de couleur
Prostitution - Rien de banal
Prostitution - Le jugement de la Cour supérieure de l’Ontario vu par Pierre Foglia
Des groupes de femmes outrés que la Cour supérieure de l’Ontario donne aux hommes le droit constitutionnel de prostituer des femmes
Prostitution et démocratie - Cause devant la Cour supérieure de l’Ontario







Québec, 1 octobre 2010 – La Maison de Marthe et le Carrefour d’animation et de participation à un monde ouvert (CAPMO) invitent les citoyennes et les citoyens de Québec à participer à leur dix-septième Cercle de silence qui se tiendra

le jeudi 7 octobre 2010
au coin des rues Saint-Joseph et du Parvis
de 17h30 à 18h30

Une cause portée devant la Cour supérieure de justice en Ontario a amené la juge Susan Himel à déclarer inconstitutionnels trois articles du Code criminel qui prohibent la sollicitation de prostitution dans un lieu public, la tenue d’une maison de débauche et la possibilité de vivre de la prostitution. Cela, pour PROTÉGER les femmes prostituées de la violence infligée par leurs clients ! Pour la juge Himel, la solution à cette violence serait la libéralisation de la prostitution… . Elle n’a pas compris que la prostitution est elle-même une violence. Il ne lui est pas non plus venue à l’esprit de leur offrir plutôt des alternatives à cette prostitution ou des conditions pour en sortir ! La juge a-t-elle cru se rapprocher et aider ainsi les femmes prostituées ? Elle s’est, pourtant, éloignée encore plus de leur réalité. Elle devrait envisager un stage pratique, elle comprendrait mieux de quoi il s’agit.

Du seul fait qu’une femme se prostitue, on devrait être alerté que quelque chose ne va plus pour elle. Jamais la décriminalisation de la prostitution n’en réduira la dangerosité. C’est tout le contraire qui se produira, selon les observations faites par les recherches effectuées aux Pays-Bas, en Australie, en Allemagne et ailleurs, des pays qui ont décriminalisé la prostitution. La décriminalisation n’empêchera jamais, non plus, les dommages sévères causés à ces femmes sur tous les plans : physique, psychologique, social ; des dommages qu’aucun proxénète ou ‘client’ ne subit. La prostitution en bordel n’est pas plus sécuritaire que la prostitution de rue, les chercheurs l’ont démontré aussi. Pour l’avoir documenté depuis presque dix ans, La Maison de Marthe affirme haut et fort que ce que les femmes veulent, ce ne sont pas des conditions pour rester dans la prostitution, mais des conditions pour en sortir et en sortir définitivement, devenir des citoyennes à part entière.

Nous disons NON à la décriminalisation de la prostitution parce que modifier les articles du Code criminel canadien dans ce sens donnerait aux proxénètes et aux acheteurs de sexe le DROIT CONSTITUTIONNEL et la LÉGITIMITÉ de vendre nos femmes, nos filles, nos enfants pour les enrichir eux, pour les transformer eux, de criminels à hommes d’affaires prospères ! Nous savons que nous pouvons faire mieux en faisant de la prostitution un problème digne d’une politique sociale, en proposant à ces femmes des conditions qui leur permettraient d’en sortir définitivement. En aidant les personnes prostituées, ce sont toutes les femmes que nous aiderons, c’est toute la société que nous aiderons, ce sont les familles et les hommes que nous aiderons, ce sont les enfants que nous sauverons.
Venez vous joindre à nous pour participer au Cercle de silence ce jeudi 7 octobre, AVEC les femmes qui en sont venues à se prostituer et CONTRE la prostitution, comme tous les premiers jeudis du mois.

Sources :
Rose Dufour, Maison de Marthe, 418 523-1798
Yves Carrier, Carrefour d’animation et de participation à un monde ouvert (CAPMO), 418 525-6187, poste 221.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 octobre 2010


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rose Dufour, La maison de Marthe



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2010
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin