| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 29 mars 2012

Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes

par Éliane Legault-Roy






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur la prostitution – Soutenir les personnes prostituées et pénaliser prostitueurs et proxénètes
Prostitution - Fille de survivantEs et hétérosexuelle, j’emmerde la décision de la Cour suprême du Canada !
Des groupes de femmes en quête d’égalité continuent de revendiquer une réforme des lois sur la prostitution
La CSN souligne que la prostitution est une forme de violence et d’exploitation
Décision de la Cour suprême sur la prostitution : il est urgent de criminaliser l’achat d’actes sexuels
L’AFAC est grandement préoccupée par la décision de la Cour suprême dans l’affaire Bedford c. Canada
Lois sur la prostitution invalidées : « une déception » pour le chef du SPVM, Marc Parent
Cour suprême et prostitution - Un jugement qui fait fi des conventions internationales
Bedford c. Canada - Libéraliser les lois sur la prostitution ne protègera pas les femmes
La légalisation de la prostitution, une violence sociétale
Un patron de bordel américain prêt à « bondir au Canada » si la Cour suprême invalide la loi sur la prostitution
La prostitution en Cour suprême ce jeudi 13 juin. "Pénalisons les clients et les proxénètes, décriminalisons les prostituées"
Affaire Bedford sur la prostitution - Des « choix », c’est concret
Cour d’appel de l’Ontario sur la prostitution - Adopter le rôle d’une "dominatrice", acte de subversion ou revanche ?
Ciblez la demande de prostitution
Légaliser les bordels équivaut à légaliser une forme de violence contre les femmes
Après les jugements ontariens dans l’affaire Bedford sur la prostitution, j’ai envie de me vider le cœur 
Prostitution - L’Institut Simone-de-Beauvoir de Montréal a une vision tordue et manipulée de la libération des femmes
Prostitution – La décision de la Cour d’appel de l’Ontario confirme l’attitude d’autruche de la société
Décision de la Cour d’appel de l’Ontario - Une fois de plus, l’appareil judiciaire rate la cible en matière de prostitution
Des femmes ex-prostituées dénoncent la décision Himel
Les contre-vérités de l’affaire Bedford c. Canada : pourquoi décriminaliser la prostitution n’est pas une solution
Bedford c. Canada - Les effets prévisibles de la décriminalisation du proxénétisme
"Droits" des proxénètes contre droits des femmes : des arguments contestables
Des femmes autrefois prostituées et des survivantes de la traite témoignent : la prostitution n’est ni un choix ni une façon d’acquérir du pouvoir
L’atteinte à la sécurité des femmes, au cœur de la prostitution - La solution : décriminaliser les femmes, criminaliser la demande
Résumé de l’intervention en Cour d’appel de l’Ontario de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution
Une coalition féministe soutiendra en Cour d’appel que la Charte n’assure pas aux hommes un droit à la prostitution des femmes
Prostitution - Message de l’Ontario aux trafiquants : "Nous sommes à votre entière disposition"
Pour la protection des personnes prostituées : pénaliser "clients" et proxénètes
Prostitution - Déshabiller Jacqueline pour habiller Jeannette
Jugement Himel - Poursuivre les proxénètes et les clients, pas les prostituées
Ouverte à la sexualité, mais contre la prostitution
Pourquoi on aurait tort de légaliser la prostitution
Jugement Himel sur la prostitution - Mettre fin à l’exploitation est la meilleure voie à suivre
Au Canada, plusieurs groupes s’unissent pour dire NON à la prostitution
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Un triste jugement qui va à l’encontre de l’égalité entre les hommes et les femmes
L’Association des femmes autochtones du Canada s’inquiète du jugement Himel sur la prostitution
Dumont acquitté, Nadia Caron demeure une victime de l’exploitation sexuelle 
Jugement Himel - L’impunité pour les proxénètes et les clients
La Cour supérieure de l’Ontario, la prostitution et la démocratie
La décision de la Cour supérieure de l’Ontario abandonne aux "pimps" les femmes autochtones et les femmes de couleur
La prostitution, un travail pour la juge Susan Himel - Le Cercle de silence le 7 octobre
Prostitution - Rien de banal
Prostitution - Le jugement de la Cour supérieure de l’Ontario vu par Pierre Foglia
Des groupes de femmes outrés que la Cour supérieure de l’Ontario donne aux hommes le droit constitutionnel de prostituer des femmes
Prostitution et démocratie - Cause devant la Cour supérieure de l’Ontario







La Cour d’appel de l’Ontario a invalidé, le lundi 26 mars 2012, la loi interdisant de tenir une maison close (ss. 210). Quant à l’article concernant l’interdiction de vivre des fruits de la prostitution (ss. 212), il a été maintenu, mais en spécifiant qu’il porte sur les situations où il y a exploitation. Le fait de faire de la sollicitation (ss. 213) demeure illégal. Il sera donc plus difficile de porter des accusations de proxénétisme, mais la répression des personnes prostituées dans la rue demeurera la même.

Ce jugement fait suite au procès qui avait porté, en septembre 2010, la juge Himmel à déclarer illégales ces trois lois, sous prétexte qu’elles portent atteinte aux droits protégés par la Charte. En effet, certaines personnes prostituées et organismes de défense de leurs droits croient que les lois interdisant de travailler en maisons closes ou de pouvoir engager du personnel de sécurité sont inconstitutionnelles, car elles contribuent à la dangerosité et à la précarité de leur « métier ».

La prostitution, un métier ?

Ce discours et cette façon de parler sont malheureusement trop souvent relayés par les médias et des gens plus souvent mal informés que mal intentionnés. Le choix des mots, ici, relève pourtant d’une importante prise de position politique, éthique et sociale qui ne peut être laissée au hasard lexical. Si certains croient que la prostitution est un métier et qu’il faut le décriminaliser, voire le réglementer, beaucoup croient au contraire que la prostitution est une forme d’exploitation sexuelle et que de considérer qu’il s’agit d’un « métier comme les autres » est à la fois blessant et dangereux. C’est le cas, entre autres, de la Coalition des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES), de plusieurs personnes ayant un vécu en lien avec la prostitution et de plusieurs féministes.

Les groupes et personnes qui s’opposent à l’exploitation sexuelle utilisent généralement le terme « personne prostituée » parce que ces personnes sont prostituées par des proxénètes et des clients-prostitueurs. Ces personnes ne sont pas des travailleuses au même titre que les travailleuses de la restauration ou que les travailleurs de la construction. Elles sont en grande majorité battues, violées et maintenues dans cet état par la menace et la domination économique, physique ou affective.

Ce que signifie être prostituée

Selon différentes études canadiennes et québécoises, de 33 à 80 % des femmes dans la prostitution ont été victimes de sévices ou de violence sexuelle avant leur entrée dans le système prostitutionnel, et l’âge moyen auquel elles y sont entrées est de 14 ans. Cela signifie qu’une très grande part des personnes prostituées ne seront pas touchées — ni protégées — par une loi qui décriminaliserait la prostitution. C’est aussi la preuve que plusieurs d’entre elles n’ont pas eu l’occasion de faire un « choix éclairé ».

Quatre-vingt-douze pour cent des personnes prostituées au Canada affirment qu’elles sortiraient du système prostitutionnel si elles en avaient la possibilité. Pourquoi alors ne pas criminaliser ceux qui profitent de cet état de faits, clients-prostitueurs et proxénètes, décriminaliser les personnes prostituées et mettre en place des programmes de réinsertion plutôt que des bordels ? Le jugement de la Cour d’appel de l’Ontario va à la fois à l’encontre de la logique, de la compassion et des besoins réels des personnes dans la prostitution.

Réglementarisme c. abolitionnisme

Mais il n’est pas seul. Plusieurs pays ont cru au leurre du « droit à être prostituée ». Des pays tels la Hongrie, les Pays-Bas et l’Allemagne ont mis en place des politiques réglementaristes et considèrent la prostitution comme un travail. Les effets pour les femmes et les personnes prostituées de ces pays ont été désastreux. Comme le souligne le professeur de sociologie Richard Poulin : « À Amsterdam, où il y a 250 bordels, 80% des personnes prostituées sont d’origine étrangère et 70% d’entre elles sont dépourvues de papiers, ayant été victimes de la traite. » Difficile, dans ces conditions de sortir de l’ombre... Encore une fois, la loi ne semble pas faite pour protéger les victimes du système prostitutionnel.

D’autres pays ont eu le courage de refuser de cautionner l’exploitation sexuelle et la violence envers les femmes et ont adopté des politiques abolitionnistes. C’est le cas de la Norvège, de la Suède et de l’Islande. Dans ces pays, les proxénètes et clients sont considérés comme criminels, les personnes prostituées sont décriminalisées et des programmes et autres mesures sont mis en place pour les aider à sortir du système prostitutionnel.

Pourquoi le Canada, un pays qui prône l’égalité hommes-femmes, qui condamne la violence envers les femmes, qui est signataire de la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui (1949) et de la CEDAW (Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women) ne leur emboîterait-il pas le pas ?

On entend parfois que la prostitution existera « toujours » et, que considérant cela, il serait plus réaliste et efficace de la légaliser afin d’améliorer les conditions d’exploitation des femmes. Devrions-nous appliquer la même logique au viol, à l’inceste et à la violence conjugale qui, malgré les lois les interdisant, continuent d’exister ? Il est possible, comme société, de faire le choix de refuser ces violences jusqu’au bout et de tout faire pour permettre aux victimes de s’en sortir, et cela n’implique aucunement de décriminaliser ceux qui sont responsables de ces injustices : hommes violents, violeurs et pédophiles, mais aussi clients-prostitueurs et proxénètes. Il est impossible de dissocier la prostitution des autres formes de violence envers les femmes.

La prostitution touche tout le monde

Prostituer des personnes, généralement des femmes, est une violence qui ne touche pas que les victimes directes de la prostitution. En effet, comment, en tant que femmes et en tant qu’êtres humains, devons-nous recevoir le message envoyé par le jugement de la Cour d’appel de l’Ontario ? Comment expliquer aux enfants, aux jeunes femmes en particulier, que la prostitution est un métier, du moins, que c’est ce qu’en dit l’État ?

Comment empêcher, si offrir des « services sexuels » devient légal, qu’un employeur en exige de sa secrétaire ? Que les prestations de chômage soient refusées à une femme parce qu’il y a pourtant des « postes » à pourvoir au bordel du quartier ? Considérer la prostitution comme un métier est une sérieuse prise de position politique et idéologique qui entraîne de lourdes conséquences pour tous et toutes.

Réagissons à ce jugement

La réalité de la prostitution, c’est le racisme, la pauvreté, la violence, le meurtre. Le taux de mortalité des femmes prostituées au Canada est 40 fois supérieur à celui du reste de la population. Les femmes qui en sortent décrivent leur expérience comme de la torture. Elles y ont contracté des ITS, en gardent des séquelles physiques et psychologiques. Une étude internationale a démontré que 67% des personnes prostituées souffraient du syndrome du stress post-traumatique, une maladie qui affecte les vétérans de guerre et les victimes de torture.

En tant que femme, en tant qu’être humain, je tiens à affirmer haut et fort qu’aucune loi permettant cette violence n’a sa place au Canada ni nulle part ailleurs. Je refuse que mon gouvernement cautionne des individus qui permettent à cette violence d’exister, qui la perpétuent, qui en profitent. Je refuse de considérer la prostitution comme un métier. Cette question nous touche tous et toutes. Réagissons au jugement de la Cour d’appel de l’Ontario.

Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 mars 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Éliane Legault-Roy

Étudiante en maîtrise en sciences politiques à l’UQAM et membre de la Coalition des luttes contre l’exploitation sexuelle.



Plan-Liens Forum

  • Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
    (1/2) 4 avril 2012 , par Louise

  • Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
    (2/2) 1er avril 2012 , par freddo

    rép: Marthe
    rép: Sisyphe




  • Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
    4 avril 2012 , par Louise   [retour au début des forums]

    Bravo pour l’article. L’ouverture éventuelle de bordels touche toutes les femmes dans leur dignité, prostituées ou non. Est-ce que les articles d’opinion suffiront à freiner l’idée que la prostitution est le plus vieux métier du monde ? J’en doute. Je pense qu’il est plus que temps de penser à la mobilisation collective, à l’action concertée. Qui en prendra le leadership ? À quand le printemps féministe ?

    Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
    1er avril 2012 , par freddo   [retour au début des forums]

    Bonjour,
    je peux vous affirmer que certaines prostituées pratiquent leur activité en toute liberté, qu’elles assument et qu’elles vivent très bien comme cela.
    Je fais régulièrement appel à leurs services. Je discute souvent avec elles, nous avons même une certaine complicité. Je ne pense pas être un tortionnaire ou un malade mental.
    A vous entendre, il faudrait supprimer toute forme de commerce (le travail, quel qu’il soit, n’est-il pas un début de prostitution ?)
    Votre cause est perdue d’avance, vous ne pourrez jamais supprimer l’attirance d’une homme pour le sexe faible. C’est comme ça, c’est la nature !!
    Bye

    • Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
      1er avril 2012 , par Marthe
        [retour au début des forums]

      On dirait un homme du 19 siècle. On dirait un film. Est-elle tombée amoureuse de vous et lui avez-vous offert de l’aider à sortir de la prostitution ? Ça complèterait le scénario naïf.

      Comment pouvez-vous prétendre être "attiré" par la femme prostituée, que vous n’avez même pas vue quand vous décidez d’aller la voir ? Et pourquoi ne seriez-vous pas "attiré" par une femme non prostituée ?

      Quant au "sexe faible", j’ai l’impression que c’est vous qui en êtes... Quand il faut "acheter" du sexe pour avoir des échanges avec des femmes, ça fait plutôt pitié.

      Je pense que ce n’est pas "l’attirance" qui vous conduit vers une prostituée, c’est la certitude de pouvoir dominer, certitude que vous n’auriez pas nécessairement dans une relation normale et égalitaire avec une femme.

      [Répondre à ce message]

    • Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
      1er avril 2012 , par Sisyphe
        [retour au début des forums]

      "Les « besoins sexuels » impliquant le recours légitime à autrui sont une construction idéologique, partie intégrante nécessaire de l’arsenal idéologique de la domination masculine. Viser à une espèce de « parité » en la matière, en reconnaissant aux femmes les mêmes « besoins » ouvrant les mêmes « droits » qu’aux hommes, ne risque pas d’affaiblir le régime de domination masculine. Au contraire, endosser la fable des « besoins sexuels », c’est déjà trouver des circonstances atténuantes aux violeurs. C’est aussi renoncer à penser l’érotisme non comme la satisfaction mécanique de tensions, mais comme un parti pris, librement partagé par des êtres de désir." "
      Les besoins sexuels, un mythe au masculin" : http://claudeguillon.internetdown.org/article.php3?id_article=324

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin