| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 15 juin 2011

Résumé de l’intervention en Cour d’appel de l’Ontario de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution
Affaire Bedford c. Canada : décriminalisation totale de la prostitution

par la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur la prostitution – Soutenir les personnes prostituées et pénaliser prostitueurs et proxénètes
Prostitution - Fille de survivantEs et hétérosexuelle, j’emmerde la décision de la Cour suprême du Canada !
Des groupes de femmes en quête d’égalité continuent de revendiquer une réforme des lois sur la prostitution
La CSN souligne que la prostitution est une forme de violence et d’exploitation
Décision de la Cour suprême sur la prostitution : il est urgent de criminaliser l’achat d’actes sexuels
L’AFAC est grandement préoccupée par la décision de la Cour suprême dans l’affaire Bedford c. Canada
Lois sur la prostitution invalidées : « une déception » pour le chef du SPVM, Marc Parent
Cour suprême et prostitution - Un jugement qui fait fi des conventions internationales
Bedford c. Canada - Libéraliser les lois sur la prostitution ne protègera pas les femmes
La légalisation de la prostitution, une violence sociétale
Un patron de bordel américain prêt à « bondir au Canada » si la Cour suprême invalide la loi sur la prostitution
La prostitution en Cour suprême ce jeudi 13 juin. "Pénalisons les clients et les proxénètes, décriminalisons les prostituées"
Affaire Bedford sur la prostitution - Des « choix », c’est concret
Cour d’appel de l’Ontario sur la prostitution - Adopter le rôle d’une "dominatrice", acte de subversion ou revanche ?
Ciblez la demande de prostitution
Légaliser les bordels équivaut à légaliser une forme de violence contre les femmes
Après les jugements ontariens dans l’affaire Bedford sur la prostitution, j’ai envie de me vider le cœur 
Prostitution - L’Institut Simone-de-Beauvoir de Montréal a une vision tordue et manipulée de la libération des femmes
Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
Prostitution – La décision de la Cour d’appel de l’Ontario confirme l’attitude d’autruche de la société
Décision de la Cour d’appel de l’Ontario - Une fois de plus, l’appareil judiciaire rate la cible en matière de prostitution
Des femmes ex-prostituées dénoncent la décision Himel
Les contre-vérités de l’affaire Bedford c. Canada : pourquoi décriminaliser la prostitution n’est pas une solution
Bedford c. Canada - Les effets prévisibles de la décriminalisation du proxénétisme
"Droits" des proxénètes contre droits des femmes : des arguments contestables
Des femmes autrefois prostituées et des survivantes de la traite témoignent : la prostitution n’est ni un choix ni une façon d’acquérir du pouvoir
L’atteinte à la sécurité des femmes, au cœur de la prostitution - La solution : décriminaliser les femmes, criminaliser la demande
Une coalition féministe soutiendra en Cour d’appel que la Charte n’assure pas aux hommes un droit à la prostitution des femmes
Prostitution - Message de l’Ontario aux trafiquants : "Nous sommes à votre entière disposition"
Pour la protection des personnes prostituées : pénaliser "clients" et proxénètes
Prostitution - Déshabiller Jacqueline pour habiller Jeannette
Jugement Himel - Poursuivre les proxénètes et les clients, pas les prostituées
Ouverte à la sexualité, mais contre la prostitution
Pourquoi on aurait tort de légaliser la prostitution
Jugement Himel sur la prostitution - Mettre fin à l’exploitation est la meilleure voie à suivre
Au Canada, plusieurs groupes s’unissent pour dire NON à la prostitution
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Un triste jugement qui va à l’encontre de l’égalité entre les hommes et les femmes
L’Association des femmes autochtones du Canada s’inquiète du jugement Himel sur la prostitution
Dumont acquitté, Nadia Caron demeure une victime de l’exploitation sexuelle 
Jugement Himel - L’impunité pour les proxénètes et les clients
La Cour supérieure de l’Ontario, la prostitution et la démocratie
La décision de la Cour supérieure de l’Ontario abandonne aux "pimps" les femmes autochtones et les femmes de couleur
La prostitution, un travail pour la juge Susan Himel - Le Cercle de silence le 7 octobre
Prostitution - Rien de banal
Prostitution - Le jugement de la Cour supérieure de l’Ontario vu par Pierre Foglia
Des groupes de femmes outrés que la Cour supérieure de l’Ontario donne aux hommes le droit constitutionnel de prostituer des femmes
Prostitution et démocratie - Cause devant la Cour supérieure de l’Ontario







Affaire Bedford c. Canada : décriminalisation totale de la prostitution

Intervention en Cour d’appel de l’Ontario le 16 juin 2011

Résumé : Position de la Coalition pancanadienne féministe abolitionniste

1. Position juridique de la Coalition

La Coalition rejette à la fois la position de statu quo défendue par les Procureurs généraux du Canada et de l’Ontario (les appelants) et celle des requérantes (les intimés) visant à invalider les dispositions mises en cause dans leur entièreté.

La Coalition affirme plutôt que la Charte canadienne des droits et libertés, interprétée en conformité avec les obligations internationales du Canada, requière l’adoption d’une criminalisation asymétrique de la prostitution, qui se détaille ainsi :

Premièrement, reconnaître que la criminalisation des personnes prostituées les punit pour leur propre exploitation par les clients et les proxénètes et qu’elle est donc une mesure inconstitutionnelle. Cette criminalisation prive les personnes prostituées de leur droit à la liberté et à la sécurité et est contraire aux principes de justice fondamentale.

Deuxièmement, dans la mesure où la criminalisation est dirigée contre les activités des proxénètes, des tenanciers de bordels, des clients et de tous ceux qui vivent des fruits et exploitent la prostitution d’autrui, elle ne porte pas atteinte aux droits constitutionnels des personnes prostituées. Au contraire, cette criminalisation renforce leurs droits constitutionnels à l’égalité et à la sécurité, puisqu’elle vise à empêcher que des personnes ne profitent de leur exploitation sexuelle.

Le danger posé au droit à la sécurité des personnes prostituées n’est pas fonction des lois qui criminalise la prostitution. Ce danger est plutôt imputable aux clients et aux profiteurs de tout acabit de la prostitution. Il serait donc illogique et contraire aux principes de justice fondamentale de décriminaliser les hommes qui exploitent la prostitution d’autrui en ayant ainsi la prétention de protéger les femmes prostituées contre ces mêmes hommes.

2. La réalité de la prostitution : la première instance a erré en analysant les faits

La Coalition souligne que les personnes prostituées ne le sont pas par hasard. La Cour de première instance a erré en présentant les femmes ayant témoigné devant elle comme formant un « groupe extrêmement diversifié », alors que les faits démontrent plutôt que ces femmes ont en commun de profondes similitudes quant aux inégalités qu’elles vivent. Au premier chef de ce vécu figure l’inégalité entre les femmes et les hommes. En effet, la majorité des personnes prostituées au Canada sont des femmes et des filles, alors que la majorité des proxénètes et presque tous les clients sont des hommes. Par ailleurs, les femmes ayant témoigné subissent ou partagent les inégalités systémiques telles que l’origine autochtone, la race, la pauvreté, l’âge, les handicaps et le statut d’immigrant(e).

Contrairement à l’analyse de la Cour de première instance, la Coalition affirme qu’il n’est pas possible de totalement séparer la prostitution juvénile de la prostitution adulte. Ces deux phénomènes forment plutôt un continuum, puisqu’une forte proportion de femmes, dont deux des trois requérantes, sont entrées dans la prostitution alors qu’elles étaient encore adolescentes. Les violences vécues, telles que les abus sexuels, sont des évènements qui facilitent l’entrée dans la prostitution. Le fait que ces femmes soient encore exploitées dans la prostitution une fois adulte ne transforme pas tout à coup leur exploitation en « choix libre et éclairé » simplement parce qu’elles ont atteint l’âge de18 ans.

Les témoignages entendus à la Cour de première instance indique qu’il n’est pas possible de faire une distinction claire entre les hommes qui exploitent et ceux qui « protègeraient » les femmes dans la prostitution. En effet, les femmes prostituées ont témoigné au procès que des propriétaires d’agence et des chauffeurs violaient des femmes prostituées, les rendaient dépendantes aux drogues ou les offraient à des fins sexuelles à des groupes d’hommes. Celles-ci ont de plus rapporté que ces propriétaires et chauffeurs ne les protégeaient que rarement contre la violence des clients.

La Coalition affirme également que la Cour de première instance a erré en omettant de prendre en compte la violence inhérente à la prostitution, la surreprésentation des femmes autochtones dans la prostitution et les liens existant entre la prostitution domestique (interne) et la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle tant au niveau national qu’international. La Coalition affirme également que la Cour a erré en présentant les bordels comme des lieux sains et sécuritaires pour les femmes ainsi qu’en opposant totalement la prostitution de rue à la prostitution intérieure.

3. la Coalition demande à la Cour :

La Cour se doit d’éviter une interprétation trop large pour résoudre un problème constitutionnel. La Coalition demande donc à la Cour de reconnaître que les dispositions du Code criminel mises en cause ne sont inconstitutionnelles que lorsqu’appliquées aux personnes qui sont prostituées. Appliquées aux personnes qui exploitent et profitent de la prostitution d’autrui, tels que les clients et les proxénètes, ces lois sont légitimes puisqu’elles protègent le droit à l’égalité et à la sécurité de toutes les femmes et les filles.

La Coalition demande donc à la Cour de reconnaître que, particulièrement dans le présent contexte d’inégalité systémique entre les femmes et les hommes, personne n’a le droit constitutionnel d’acheter et de vendre le corps des femmes à des fins d’exploitation sexuelle.

Source : La Concertattion des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES), groupe membre de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution.

- Lire le contenu intégral de l’intervention en anglais à cette page (fichier PDF) sur le site de Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter.

________________________________

Liste des organisations membres de la Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution :

  • ACCCACS - L’Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel
  • ACSEF – L’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry
  • AFAC – L’Association des femmes autochtones du Canada
  • AOcVF – Action Ontarienne contre la Violence faite aux Femmes
  • CLES – La Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle
  • RQCALACS – Le Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel
  • Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 juin 2011


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES)
    La CLES

    Courriel : info@lacles.org



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin